Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

em-

le comte Lorezzo, proscrit pout transférés en grandes quantités au
avoir conspiré avec le doge Fa- Panthéon, sous Boniface IV, lorsque
liero , revient à Venise , et finit le Panthéon fut transformé en église
par oblenir sa grâce. Cela est neuf, chrétienne, sous le nom de : Sancla
du moins. Une ouverture où se dis- Maria ad Martyres. On avait déjà
tinguent de jolis motifs , l'introduc- per damu l'espérance. L'abbate Féa
tion et le trio du premier acte, un prétendait que Raphaël reposait,
grand air de femme au second acte, non pas dans le Panthéon , mais
un cheur de huvéurs aŭ troisième, dans l'église de Minerve, cans la
font infiniment plus d'honneur à M. chapelle degli Urbenadi. Mais aussi-
Adam, comme musicien, que la piè- tot qu'on se fut décidé à fouiller là
ce n'en fait à MM.Xavier et Carmou- où Vacai , le biographe contempo-
che, comme auteurs dramatiques. rain de Raphaël, avait indiqué le

lieu de sa sépulture, le succès fut
18. Valence. Banquet' d'octoge- assuré. C'est dans cet endroit que le
naires. On écrit de cette ville : fameux distique du cardinal Bembo
Un banquet d'octogénaires vient se trouve inscrit, et tout près des
d'avoir lieu à Románs. Le moins épitaphes de Zuthari et d'Hannibal
âgé des convives avait 80 ans , et l'é Caracci, qui avaient ordonné qu'on
doyen 98: huit octogénaires , les enterråt auprès de Raphaël. On
péchés par des indispositions, n'ayant a trouvé son squelette passablement
pu y assister, le nombre des convi- conservé dans une cave sous l'aurel,
ves, qui devait être de 33, n'a ét la statue de la Sainte-Vierge
été que de 25. La vue de cette im- commandée par Lorenzetto. Il est
posante réunion de vieillards faisait de la longueur de 7 palmes romains
éprouver de profondes sensations. 6 pouces ( 5 pieds de France, i
L'énorme masse de 2,7oo ans pesait pouce no lignes et 1/2). On a trouvé
presque également sur chacun d'eux, auprès de lui le squelette de Bibiera
et néanmoins une gaité soutenue a sa fiancée , nièce du cardinal Ber-
régné pendant tout le repas : de nardo Divizio de Bibiera , qui avait
vieilles histoires, des bons mots du voulu être ensevelie à ses côtés.
siècle passé, des chansonnettes gau- Cette découverte a rempli de joie
loises, ont prolongé le dîner fort toute la ville; tout le monde accourt
avant dans la soirée. Il s'est terminé pour contempler ces restes précieux.
par un toast à M. le doyen d'áge, On s'est convaincu en même temps
et l'engagement pris par tous les que le crâne prétendu de Raphaël,
convives de se réunir le même jour qui était conservé à l'Académie de
chaque année, dans le même local, Saint-Sécias , et que même le doc-
pendant dix années consécutives. teur Gall a regardé comme authen-

Avant le banquet , les convives, tique, n'est pas celui de Raphaël,
márchant par deux, sont allés en mais bien celui d'un nommé Adju-
tendre la messe de 11 heures, et ont tori, chanoine du Panthéon , mort
ensuite parcouru la ville. Quelques long-temps après Raphaël , et insti-
un's de ces vénérables vieillards tuteur de la Fraternità de' Virtuosi
étaient vêtus d'habillemens à la di S. Giuseppe di Terra-Santa. Cette
mode à l'époque de leur virilité. confiérie existe encore, et c'est prin-

cipalement à elle qu'on doit la re-
21. Rome. Découverte des restes cherche actuelle des restes du pre-
de Raphaël.- Une lettre dé ce jour mier peintre de l'univers. On a
contient les détails suivans : « C'est ouvert une souscription pour un
le 14, vers mídi, qu’on'a retrouvé le monument, et déjà des sommes con-
squelette de Raphaël, dans l'église sidérables sont offertes. On est en-
du Panthéon, après des recherches core indécis si le monument sera
infructueuses de huit jours. Tout ce érigé dans l'église ou ailleurs. »
qu'on avait déterré jusqu'alors était
des ossemens pris des catacoinbes et 26. Paris. Cour d'assises. Proce's

[graphic]

que la

du National et de la Tribune. Pro- teau de la liberté sainte , sous lequel testation contre les forts détachés. un trône est tombé en trois jours, -M. Lionne, gérant de la Tribune, est encore entre vos mains! Ditesextrait ce matin de la prison de lui qu'il vous serait encore facile de Sainte-Pélagie, et M. Paulin, gérant le soulever. xj du National, ont com paru devant .. Enfin, dans la protestation de la cour comme prévenus d'excitation divers habitans de la ville de Tulle, à la haine et au mépris da gouver- M. l'avocat-général signale au jury nement du roi, de provocation non cet autre passage: a Que vos démonsuivie d'effet à la rébellion et de strations soient pubìiques, positiprovocation à la désobéisance aux• ves!.... Vous êtes nos mandataires, lois, pour avoir inséré, dans leurs et si vous éprouvez une disgrâce, numéros du 17 juillet dernier, qua- tournez-vous vers la province, vous tre adresses ou protestations relatives y trouverez des vengeurs. » aux fortifications de la capitale. La M. Benoist, défenseur du Natiopremière a pour titre : Adresse des nal, cite quelques exemples histori- ' patriotes de Saône-et-Loire aux ques tirés de Mézeray, qui prouvent Parisiens ; la deuxième à M. Arago, le danger pour les villes de se laisser membre de l'Institut de France, brider par des fortifications. L'avodéputé du département des Pyré- cat, discutant ensuite les articles nées - Orientales; la troisième est incriminés, soutient protesintitulée : Adresse des habitans d'Esa tation est de sa nature constitutiontagel, et la quatrième est la Protes-' nelle. Qu'est-ce, dit-il, qu’une pétation des patriotes de Tulle. tition à la Chambre , si ce n'est une

. M. Partarrieu - Lafosse, avocat- protestation ? général, donne lecture des articles M. Boussy a présenté ensuite quelincriminés. L'adresse des habitans ques observations en faveur de de Saône-et-Loire lui paraît surtout M. Lionne. renfermer le délit de provocation à Le jury a déclaré MM. Lionne et la rébellion : elle se termine par le Paulin non coupables : en consépassage suivant :

quence, la cour a prononcé leur « Si le gouvernement, entraîné à acquittement et ordonné la restitu-. sa perte, persistait dans son sinistre tution des numéros saisis, projet, il ne vous resterait plus qu'à remplir le plus saint des devoirs,

OCTOBRE. en criant: AUX ARMES ! Les départemens se précipiteraient à votre ap- jer. Paris. Théâtre Italien. Oupel, et nous serions au premier verture de la saison. Débuts. Il rang. »

nous vient des chanteurs italiens de M. l'avocat-général établit que tous les pays de l'Europe, et cette lors même que l'hypothèse prévue année encore la troupe du théâtre par cette adresse se réaliserait, il ne Favart s'est recrutée d'une Suédoise, serait pas permis de courir

aux armes; mademoiselle Schultz , d'une Allecar le ministère pourrait toujours mande, madame Unglier, et même espérer de faire sanctionner par une d'un Russe, Ivanoff. C'est celui-ci législation à venir les allocations qui qui a eu les honneurs de la soirée auraient été refusées par la Chambre d'aujourd'hui. Il a chanté le rôle de actuelle.

Percy dans Anna Bolena, avec une M. Partarrieu - Lafosse déclare pureté, une fraîcheur, un charme abandonner ses poursuites pour les qui lui ont valu l'accueil le plus passages incriminés dans la lettre à brillant. Sa voix est une haute-contre M. Arago; mais il soutient l'accusa- contraltino, sonore, pleine, ronde, tion à l'égard de la protestation desha. vibrante, et d'un timbre ravissant, bitans de la ville d'Estagel : il relève surtout dans le haut. Il la pose bien, surtout le passage suivant : «Le pou- émet le son sans effort, et, quoiqu'il voir oublie-t-il que le puissant mar- laissât à désirer sous le rapport de

[ocr errors]

l'agilité,'on s'accordait à promettre 5. Paris. Réapparition du choléra. un bel avenir à ce ténor qui n'est - Malgré les craintes qu'a fait conâgé que de (22 ans, et a reçu des cevoir la réapparition du choléraleçons de madame Maio vielle Fodor. morbus, il n'y a que peu d'apparence Une excessive timidité et une gran- d'un retour de l'épidémie. On ne de inexpérience de la scène n'ont pas doit voir , dit la Gazelte médicale, empêché de distinguer en made- dans la réapparition de ces cas isolés, moiselle Schultz (Jeanne Seymour), que l'influence passagère de la saison une voix de soprano, pleine, éten- sur le développement d'une maladie due, pure et flexible.

qui paraît avoir pris domicile parmi

nous, influence qui se traduit d'or4. Dantzik. Intrépidité d'un na- dinaire en affections dysentériques

. vigateur. - Le 29 septembre, Dant- Or, les rapports pbysiologiques qu'il zik a eu la visite d'un étranger dont y a entre ces affections et le cholera le voyage est un des plus extraordi- expliqueraient jusqu'à un certain naires que l'on ait connus. Cet étran- point comment des causes qui enger se nomme le capitaine Lind, gendrent une constitution diarrhéide la marine royale de Danemarck. que peuvent donner lieu à quelques Il avait conduit d'Helsingor à Saint- cas de choléra. Pétersboug un bateau-pilote cons- On sait, au reste, que le choléra truit en Danemarck, aux frais de la ne nous a jamais complétement quitRussie. Il fit ce voyage en trois se- tés. On sera peut-être curieux de maines, accompagné seulement de connaitre le nombre de ses victideux matelots danois. Arrivé à Cron

mes depuis la grande invasion. Ce stad, le capitaine Lind voulut faire nombre est de 214, ainsi répartis : l'acquisition d'une chaloupe anglaise 1832, octobre, 62; novembre, 33 ; pour retourner en Danemarck; mais, décembre, 105. 1833, janvier, 33 ; ayant trouvé le prix trop élevé, il février, 7; mars, 2; avril, 1; mai

, 2; résolut de partir de ce port dans une juin, 2; juillet, o; août, 3; septemmauvaise barquasse de 16 pieds de bre, 100 ; octobre, 225, novembre

, long , sans voile, sans māt, sans 73 ; décembre, 57. 1834, janvier, 3; gouvernail et sans boussole. La dis- février, 5; mars, 1; avril, o. tance entre ces deux ports est de deux cent cinquante milles géographi- 8. Théâtre Italien. - LE PIDATE. ques. Les deux matelots qui l'avaient - Débuts de lime Ungher. - Cette accompagné refusèrent de partager les représentation n'a pas été, moins dangers d'un voyage aussi aventu- brillante

que

celle de l'ouverture du reux. Un jeune charron, qui n'avait théâtre. Cette fois on était accouru jamais fait de voyage de mer aupara- pour jouir de nouveau du merveilvant, offrit d'accompagner le capi-, leux talent de Rubini et pour en. taine. Malgré la pluie et la tempête, tendre Mme Ungher dans le rôle ils partirent tranquillement, ne se difficile d'lmogène. Il n'est pas

beservant que de leurs rames, et ce soin de dire que la rentrée de Rune fut qu'à Revel que notre argo- bini a été accueillie avec transport. naute se munit d'une petite voile Mme Ungher n'a pas trouvé le public et d'une espèce de boussole, Muni moins enthousiaste à son égard. La de ces objets, il se remit en mer, et voix de cette cantatrice est un soaprès quinze jours de voyage, ce prano bien caractérisé, propre aux brave capitaine est arrivé à Dant-, grands mouvemens dramatiques

, zik, ayant déjà fait 160 milles géo- d'un éclat brillant, et qui devient graphiques, accompagné de son fi- douce et mélodieuse quand la situadèle charron, anglais de naissance. tion l'exige. Mme Ungher conduit la Hier, 3 octobre, de grand matin, il phrase musicale avec une fermeté , a' remis à la mer pour Helsingor

une intelligence et une variété de dans cette frêle embarcation si peu coloris également remarquables

. propre à un voyage.

Elle a triomphe de toutes les dilä

jeunes lauréats.

cultés du chant, de manière à ne lippe Comairas, de Saint-GerinainJaisser aứcun doute sur son expé- an-Laye, âgé de 30 ans, élève de rience. Comme actrice, son expres- M. Ingres. sion est vraie', tendré, vive, péné- Deuxième second grand prir. trante, et cette union du jeu et de M. L. V. Lavoin", de Soissons, ágé Ja voix, dans un degré si éminent; de 25 ans, élève de M. Ingres.. est du plus heureux résultat. On ne Grands prix de sculpture. -- Pre: pouvait lui reprocher que trop d'art mier grand prix. - P. Ch. Simard, et de chaleur.

de Troyes, âgé de 27 ans, élève dhe

MM, Pradier et Ingres. 12. Institut. := Séance annuelle

Second grand prix.

- A. L. M. publique de l'Académie des bèaur- Ottiv, de Paris, ágé de 25 ans arts. - La distribution des grands- élève de M. David. prix de peinture, sculpture, archi- Deuxième second grand prix. In tecture et gravure a eu lieu le 12 au F. T. Deveaux, de Paris, ágés de palais de l'Institut, au milieu d'une 25 ans, élève de M. Ramey fils. assemblée nombreuse composée des Grands prix d'architecture. académiciens des différentes classes, Premier grand prix.-M.V. Baltard, et d'une foule de curieux, amateurs de Paris, âgé de 28 ans, élève de des arts , dont une bonne partie son père. prenait un 'intérêt particulier aux Second grand prix. H. M.

Lefuel, de Versailles, âgé de 23 ans, A trois heures, M. Berton, prési- élève de son père et de M. Hriyot. dent, ayant à sa droite M. Garnier, Mention: honorable.-A. M. Charet à sa gauche, M. Cortot, a ouvert grasse, natif de Semur, âgé de 30 la séance. Le président-compositeur ans, élève de MM. Vaudoyer et a doublement fait l'ouverture de Lebas. cette cérémonie , puisque immédia- Grands prix de paysage historique. tement après qu'il a été assis, lor- Premier grand prix. -R, E. G. chestre a exécuté une symphonic de Prieur, de la Ferté-Gaucher, ågé de sa composition. Après les applau- 26 ans, élève de M. Bertin. dissemens donnés à ce morccau, Second grand prir.-H. J. SaintM. Ramey fits a lu une notice sur Ange-Chasselat, de Paris, ágé de la vie et les ouvrages de M. Guérin, 20 ans, élève de feu Lethière. par M. Quatremère de Quincy, se- Deuxième second grand prir: crétaire perpétuel. Ce morceau où P. Girard, de Paris, ágé de 27 ans, l'artiste et l'homme, deux choses si élève de M. le baron Gros. importantes en M. Guérin, ont été Mention honorable.-A. M. E. F. judicieusement appréciés, a été Buttura; de Paris, âgé de 21 ans, écouté avec intérêt.

élève de M. Remond. A cette lecture a succédé celle du Grands prix de composition murapport sur les ouvrages des pen

sicale. Premier grand prix.sionnaires du roi à l'académie de M. A. Thys, de Paris, âgé de 26 avis, France à Rome. C'est, selon l'usage, élève de M. Berton et de M. Biunais M. Garnier qui a fait et lu ce rap- mé, pour le contrepoint. port. De tous les envois des élèves Second grand prix. - M. A. C. de Rome, celui de M. Siguoi est le Lecarpentier, de Paris, ágé de 24 seul qui ait reçu des louanges. -ans, élève de M: Lesueur. :

On a procédé bientôt à la distri- Après, que fous les prix ont été ·bution des prix. Voici l'ordre dans décernés , on a exécuté la cantate Teqnel ils ont été décernés : mise en musique par M. Thys. C'est

Grands prix de peinture. -Pre- une scène entre un contrebandier niier grand pric.- M. Eugène Ro- espagnol et sa maitresse. Tandis ger, natif de Sens, âgé de 26 ans, que lcs deux amans se laissent aller clève de MM. Hersent et Ingres.

å deyiser amoureusement ensemble, Second grand prix..- M. Phi- les douaniers tirent des coups: ale Ann. hist, porer 1833. Appendice.

3')

[ocr errors]
[ocr errors]

1

a

fusil dont l'un atteint la jeune fille. ville du monde civilisé; seulement L'ensera vle de celle cantate alors vous pourrez vous figurer ce produit un effit sort agréable sur qui est arrivé dans une colonie ; les l'assemblée, qui l'a vivement ap- affaires coinmérciales furent imméplaudie.

diatement suspendues ; les autorités

désertèrent leur poste; les riches 14. Académie des sciences, habitans les suivirent dans l'intérieur Rapport sur les ravages du choléra de l'ile; 15,000 personnes émigrèrent a la Havane. Dom Ramon de la en deux jours, ce qui augmenta la Sagra a adressé à l'Académie un tristesse profonde dans laquelle la ouvrage intitulé : Tablas necrolo- ville était plongée ; et l'épidémie gicas del colera morbus en la ciudad augmentant avec une effrayante rade la Habana y sus arrabales, pidité ; la mortalité s'éleva dans un (Tableaux de la mortalite produite seul jour à plus de 900' personnes par le choléra-morbus à la Ha- la stupeur fut à son comble. L'évane.)

geïsme américain et colonial se Le nombre des individus qui ont montra dans toute son horreur; là, succombé au choléra-morbus est de les maitres laissent mourir leurs 8,253. Voiei la proportion des morts, esclaves sans secours, dans la crainte suivant les races, les conditions et de la contagion et malgré l'intérêt les sexes :

qu'ils ont à leur conservation; à Hommes blanca, 5 p. 100; fem- côté les parens, abandonnant leurs mes blanches, 4; mulatres libres, 6; parens, les laissent enterrer vivans; mulátr esses libres, 7; mulâtres les médecins, páttageant !a. frayeur esclaves; 6; mulátresses esclaves, 7; commune, refusent de faire les vinègres créoles libres ; 10; négresses sites que leur impose l'autorité sans créoles libres, 11; nègres créoles puissance. Au milieu du désordre esclaves, d; femmes créoles esclaves, qui régnait il était presque impossible 61/2; negres libres, !9; négrésses d'établir au júste la mortalité jour libres, 17; nègres esclaves, 10 1/2; nalière , que la peur augmentait ; négresses, 8 1/2.

l'entrée du cimetière était défendue; I parait qu'à la Havane la pre- les morts se portaient dans les tommière enfance a été moins attaquée bereaux qui fervent ordinairement par le choléra que les autres ages. à enlever les boues de la ville ; op

La population de la Havane et de avait eu, la précaution de les couvrir ses faubourgs est de 112,000 habi, d'une planche ; ils étaient précédés de sorte que la mortalité a été de d'une sonnette qui se faisait entendre plus de 7 sur 100 habitans. A Paris, de très loin et venait vous rappeler où le choléra a été si affreux, il n'a que votre tour n'était pas encore cependant enlevé que a et une frac- venu , si un instant vous aviez pa tion sur 100 habitans, si l'on prend l'oublier ; et sous ce beau ciel la ma18,000 morts et .715,000 habitans. ladie' vous tuait en six heures. ». Que l'on juge de la violence du deau à la Havane où il a emporté 18, Cour de cassation. Affaire du plus de 7 habitans sur 100.

National. La cour de cassation Voici quelques détails que nous s'est occupée aujourd'hui du pourvoi extrayons d'une lettre écrite le formé par le Nacional contre l'arrêt i er mai : « J'ai été suivi å la Ha- de la cour d'assises de Versailles qui vane par le choléra, qui est venu a condamné M. Paulin , son gérant, s'y établir en même temps que mui. à un mois de prison et 5,000 f. d'aPour vous faire une idée de ce qui mende pour infidélité et mauvaise s'est passé ici , reportez vos souve- foi dans le compte rendu des débats nirs à ce que nous avons vu à Paris de la cour d'assises dans l'affaire da dans les trois premiers jours, rap, Coup de pistolet. pelez-vous comme ce fléau décon- Le National , indépendamment certa l'autorité dans la première du compte-rendu des débats, publié

« PreviousContinue »