Page images
PDF
EPUB

PARIS.--IMPRIMERIE DE COSSON,

RUE SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS, x° 9.

DE

MÉDECINE LÉGALE,

O
PAR M. ORFILA,

PROFESSEUR DE CHIMIE MÉDICALE A LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS,

PROFESSEUR DE MÉDECINE LÉGALE A L'ANCIENNE FACULTÉ, PRÉSIDENT
DES JURYS MÉDICAUX , MÉDECIN ORDINAIRE PAR QUARTIER DE 8. m.,
MEMBRE DE L'ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE, IT DE LA SOCIÉTÉ DE
CHIMIE MÉDICALE , CORRESPONDANT DE L'INSTITUT, DE L'UNIVERSITÉ DE
DUBLIN, DE PHILADELPHIE, DE HANAU, DES ACADÉMIES DE MADRID,
DE BARCELONNE, DE MURCIE, DES ÎLES BALÉARES, DE LIVOURNE

ETC.

DEUXIÈME ÉDITION,

Revue, corrigée et angmentée.

OUVRAQB ORNÍ DE 27 PLANCHES, DONT 7 COLORIÉES.

TOME II.

Az

A PARIS,

CHEZ BÉCHET JEUNE,
LIBRAIRE DE L'ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE,

Place de l'École de Médecine, no 4,

A BRUXELLES,
AU DÉPOT GÉNÉRAL DE LA LIBRAIRIE MÉDICALE TRANÇAISE.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Des maladies simulées, prétextées, dissimulées et

imputées,

On désigne sous le nom de maladies simulées celles que l'on feiut d'avoir : on dit qu'elles sont prétextées lorsqu'on veut faire servir des maladies réelles à l'accomplissement d'un but qui consiste ordinairement à se décharger d'une fonction plus ou moins pénible, ou à obtenir un avantage quelconque. Les maladies dissimulées sont celles que l'on cache; tandis qu'on donne le nom de maladies imputées à celles que l'on prétend exister chez un individu qui n'en est pas atteint.

Des maladies simulées ou feintes. Les maladies simulées, avons-nous dit, sont celles que l'on feint d'avoir, en imitant plus ou moins bien les symptômes de la maladie que l'on cherche à simu. ler. Dans ces derniers temps, M. Marc a proposé d'ap

[ocr errors]

peler ces maladies, simulées par imitation, pour les distinguer de celles qu'il nomme simulées par provocation. Dans le premier cas, dit notre savant confrère, la maladie n'existe pas, elle est feinte: telle est l'épilepsie simulée; dans l'autre cas, au contraire, la maladie est réelle, mais elle est l'effet d'un artifice: elle a été provoquée dans le dessein d'en imposer et de faire croire à l'existence d'une affection dont la durée est plus ou moins longue; c'est ainsi qu'en appliquant sur la conjonctive une poudre irritante, on provoque une ophthalmie. Quelle que soit la difficulté que l'on éprouve, dans certaines circonstances; à distinguer si la maladie est provoquée, nous pensons devoir admettre la division proposée par le docteur Marc, parce qu'elle est l'expression rigoureuse de ce qui se passe journellement sous nos yeux.

Généralités snr les maladies simulées. Ces généralités doivent comprendre l'histoire des motifs qui portent à feindre les maladies, et celle des moyens généraux propres à faire découvrir que l'affection n'est point réelle.

Des motifs qui portent à simuler les maladies. Ces motifs sont, 1° le désir de se soustraire à certaines charges: ainsi on voit des individus qui se disent malades pour ne point répondre à des assignations; d'autres veulent s'exempter du service militaire ou se faire réformer, et simulent, avec une effronterie dont on a peine à se faire idée, des affections souvent fort graves; 2° l'intention d'éviter une peine afflictive ou infamante, ou de la faire adoucir: combien de fois n'a, t-on pas vu des prisonniers avoir recours à ce moyen

« PreviousContinue »