Page images
PDF
EPUB

Chacun des trente bureaux devoit élire, au scrutin, un président; et dans tout on choisit un député du clergé ou un député de la noblesse.

1

Les ordres étant, réunis et tous les pouvoirs. vérifiés, il n'existoit plus aucun motif de différer l'élection d'un président. Jusques-là les officiers' n'avoient point été nommés. Il est vrai que M. Bailli, comme le plus âgé des membres d'un comité destiné à maintenir l'ordre dans l'assemblée des communes, avoit été chargé provisoirement de remplir les fonctions de prési dent, ainsi que deux autres membres du même comité, de remplir celles de secrétaires; mais, en ne donnant qu'une présidence provisoire jusqu'à la reunion des ordres et la vérification des pouvoirs, on avoit réservé au clergé et à la noblesse l'honneur d'obtenir les deux premières nominations, par la voie du scrutin, à la présidence des états-généraux.

Plusieurs personnes proposèrent d'élire M. le duc d'Orléans, et disoient, avec raison, que la dignité même du trône exigeoit qu'un prince du sang royal, membre de l'assemblée, en fût le premier nommé président; mais depuis quel que temps, le bruit s'accréditoit que la popularité de ce prince causoit des alarmes à la cour. C'en fut assez pour que la majorité se montrât

a

[ocr errors]

peu disposée en sa faveur, et l'on ne parvint à lui procurer le plus grand nombre des suffrages, qu'en affirmant, par parole d'honneur, que M. le duc d'Orléans renonceroit à la présidence, au moment même où elle lui seroit déférée. Cet engagement fut tenu, et une nouvelle élection donna cette place à M. l'archevêque de Vienne.

:` Il fut décidé, le 6 juillet, qu'on formeroit un comité de trente membres, un pris dans chaque bureau , pour rediger un plan d'ordre de travail sur la constitution. Aucun ecclésiastique ne fut nommé. L'observation en fut faite dans l'assemblée. Aussitôt les membres des communes demandèrent qu'on élût six commissaires dans le clergé. Les députés ecclésiastiques le refusèrent. Ils dirent qu'ils avoient concouru à tous les choix, qu'ils en étoient satisfaits et n'en désiroient point d'autres. Nouvelles instances inutiles de la part des communes. Ces combats d'honnêteté se terminèrent par des témoignages d'estime et de confiance entre les députés des différens ordres. Cette scène touchante, si propre à flatter l'espoir de tous les bons citoyens, fut consignée dans le procès-verbal, et, l'on eut grand soin, dans toutes les nominations qui suivirent, de placer un nombre proportionné de membres du clergé et de la noblesse.

Un député ayant proposé d'annuller les clauses impératives que renfermoient plusieurs mandats presque tous ceux qui défendirent son opinion se fondèrent sur le principe que tout devoit étre soumis à la pluralité des suffrages, et qu'ainsi une clause contraire à la majorité des cahiers, devoit être regardée comme nulle. Personne n'osa prétendre que l'assemblée pût contredire les vœux du plus grand nombre de ses commettans. L'assemblée craignit tellement de manquer au respect qu'elle devoit à leurs volontés que, dans la séance du 8 juillet, il fut dit qu'il n'y avoit pas lieu à déliberer. Elle crut que si quelques-uns de ses membres, chargés de clauses impératives, ne pouvoient en obtenir la révocation auprès de ceux qui les avoient élus, elle ne s'y trouvoit point intéressée, parce que son activité ne pouvoit être suspendue par l'absence de quelques représentans de bailliage.

[ocr errors]
[blocks in formation]

Nouveaux obstacles à la modération, et nouveaux avantages pour les factieux.

LE zèle en faveur de la séparation des ordres existoit encore dans une partie de la cour, du clergé et de la noblesse. On vouloit, du moins ; faire exécuter la déclaration du 23 juin, qui conservoit cette séparation pour l'avenir, et là maintenoit en 1789 pour toutes les questions importantes.

Déjà, le 2 juillet, un membre du clergé avoit, au nom de la minorité des membres de cet ordre, protesté qu'ils ne s'étoient rendus dans la salle commune, que pour y traiter des affaires d'une utilité générale, conformément à la déclaration du 23 juin, sans préjudice du droit qui appartenoit au clergé, suivant les lois constitutionnelles de la monarchie, de s'assembler et de voter séparément pendant la présente session.

Le 3 juillet, on avoit répandu des billets imprimés, pour inviter les députés de la noblesse à se rassembler dans le lieu de leurs anciennes séances. Cent trente-huit députés s'y étoient rendus

[ocr errors]
[ocr errors]

'dus, et quatre-vingt-neuf avoient signé un acte où l'on reconnoissoit comme maximes invariables et constitutionnelles, la distinction des ordres, leur indépendance, la forme de voter par ordres, où l'on disoit qu'on n'avoit pas entendu -se départir de ses principes, mais seulement -adopter la déclaration du 23 juin. On croyoit donc entrevoir la possibilité de son exécution; et cette espérance chimérique ne résultoit que des ordres donnés pour faire avancer des troupes..

Il étoit bien naturel qu'on prît des mesures pour maintenir le repos public à Paris et à Versailles mais le calme, rétabli par la réunion des ordres, auroit dû produire des changemens dans les pré-, cautions projetées. Il auroit suffi d'augmenter les garnisons, afin de prêter main forte pour l'exécution des jugemens des tribunaux. Il existoit peut-être des moyens d'attacher a leur devoir les gardes-françaises ; et si l'on eût persisté à former un camp pour en imposer aux fac-. tieux, pour leur prouver qu'on étoit prêt à se défendre, il auroit fallu le placer à une certaine distance, afin de ne pas alarmer sur la liberté des états-généraux, et de ne pas donner des prétextes à la calomnie contre les intentions du roi. Le rassemblement d'une armée auprès de Tom II.

B

« PreviousContinue »