Collection complète des mémoires relatifs à l'histoire de France, depuis le règne de Philippe-Auguste, jusqu'au commencement du dix-septième siècle: avec des notices sur chaque auteur, et des observations sur chaque ouvrage

Front Cover
Claude Bernard Petitot
Foucault, 1828 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 70 - Roi leur maître venoit à mourir, la justice fût « rendue aux légitimes héritiers; mais ce ne sont que « de simples vœux sans effet , et je n'ai pas vu la « moindre démarche en faveur de mon fils ou de mes « petits-fils pendant que l'ambassadeur de l'Empereur « avoit le crédit de changer le conseil du roi d'Es...
Page 321 - Charles m , comme il est accordé par ces articles, dans le terme stipulé, on a accordé que la cessation d'armes entre les armées des hautes parties en guerre continuera jusqu'à la conclusion et la ratification des traités de paix à faire.
Page 418 - Majesté; qu'elle n'avoit que trop fait connoître qu'elle consentcnt à toutes les conditions qui dépendoient d'elle pour faciliter la paix, mais qu'il lui étoit impossible de s'engager à celles dont l'exécution étoit hors de son pouvoir; que les alliés prouvoient, en les exigeant, qu'ils n'avoient...
Page 53 - ... suivit jusqu'à Passaw, où ce prince lui dit d'attendre ; qu'il feroit toutes les tentatives possibles auprès de l'Empereur pour le faire venir, et que si elles étoient inutiles, il lui enverroit un courrier. Elles ne pouvoient guère réussir : le courrier arriva, et le marquis de Villars profita de la permission que le Roi lui avoit donnée de revenir en France pour le temps que dureroit la campagne de Hongrie, s'il ne lui étoit pas possible de la faire. Il passa par Ratisbonne, où il...
Page 66 - Harcourt, les réunira dans cette extrémité « pour s'y opposer, du moins autant que leurs forces « le permettront ; et cette déclaration peut au moins « leur donner le temps de se précautionner contre la...
Page 65 - Vienne étoit inutile, el le testament du roi d'Espagne, reçu à Versailles avec la nouvelle de sa mort, changea la face des affaires, comme on le verra en reprenant la suite de ces Mémoires, et de la négociation continuée pendant le reste de l'année 1699 et le cours de 1700. L'incertitude des résolutions que prendroit l'Empereur avoit servi de prétexte au long retardement de la conclusion parfaite du nouveau traité : le roi d'Angleterre et les Etats-généraux en différoient la signature,...
Page 346 - ... à quelques-unes de mes provinces frontières. Je passe sous silence les insinuations qu'ils m'ont faites de joindre mes forces à celles de la ligue et de contraindre le Roi, mon petit-fils, à descendre du trône, s'il ne consentait pas volontairement à vivre désormais sans tlats et à se réduire à la simple condition d'un particulier.
Page 346 - Mais quoique ma tendresse pour mes peuples ne soit pas moins vive que celle que j'ai pour mes propres enfants, quoique je partage tous les maux que la guerre fait souffrir à des sujets aussi fidèles, et que j'aie fait voir à toute l'Europe que je désirais...
Page 19 - La perte de Barcelone lui fut plus sensible qu'aucune autre, parce que cette ville, capitale de- la Catalogne, et située dans le continent de l'Espagne, lui étoit plus connue que les villes de Flandre, dont il ignoroit l'importance, au point de croire que Mons appartenoit au roi d'Angleterre , et de le plaindre lorsque le Roi fit la conquête de cette province.
Page 28 - Elle travailloit assidument pour les intérêts de l'Empereur, quoique souvent mécontente, et se plaignant avec raison de ce prince. Les conseillers d'Etat et les principaux personnages de la cour de Madrid se conformèrent au peu d'empressement que le Roi leur maître témoignoit à donner audience à l'ambassadeur. Ils évitèrent...

Bibliographic information