Page images
PDF
EPUB

"

l'Abbé Maury sollicitant les faveurs de Mme de Fontanges

NOUVELLE ASSEMBLÉE

DES

NOTABLES COCUS

DU ROY A UME,

En présence des Favoris de leurs Epouses, apellés pour certifier du cocuage de chacun des membres composant ladite assemblée.

INSPIRES par le patriotisme le plus pur,

et pleins du desir de partager les travaux honorables des régénérateurs de la France, les plus hauts encornés du royaume s'étoient assemblés, l'été dernier, dans la plaine des Sablons, à l'effet d'élire leurs représentans aux états-généraux (depuis constitués assemblée nationale.) Les ennemis de la chose commune ne pouvant se dissimuler que les opérations de cette peuplade antique et respectable ne fussent tout-à-fait à leur désavantage, usèrent de stratagême pour en consommer la dissolution.

(

1

L'entreprise étoit forte et presque impraticable, mais comme il n'est rien d'impossible à la malignité, ils insinuèrent que les membres étoient dans l'impossibilité de justifier de leurs titres, que leur assemblée portoit tous les caractères d'attroupement, dont les suites pouvoient être dangereuses; enfin, que leur réclamation, publiée originairement sous le titre de liste des cocus, étoit un libelle affreux qui tendoit à souiller la couche nuptiale, et à jetter la division dans les familles.

pas

Cette impulsion insidieuse ne tarda à faire la plus vive impression sur leurs chères épouses qui, guidées par la crainte de voir leur honneur compromis, se hâtèrent de protester contre l'assemblée de la plaine des Sablons, en l'arguant d'illégalité. Cependant parmi elles, il en étoit beaucoup qui sentoient tout le ridicule d'une pareille protestation, et qui craignoient de bonne foi le triomphe de la vérité; mais d'Espréménil, doué de cette effronterie qu'on lui connoît, et pressé d'ailleurs par le besoin de se faire illusion, parvint à vaincre leur résistance en leur persuadant que c'étoit une

[ocr errors]

calomnie qu'il leur étoit d'autant plus aisé de repousser, que nul dans la société n'étoit capable de lui montrer un seul cocus; en vain les notables s'écrioient-ils: exemplum in talpa; les pauvres maris, victimes de l'inexpérience de leurs épouses, furent contraints de se séparer et d'attendre une époque plus favorable pour se réunir, car la fermentation étoit telle alors, que si la loi martiale eût existé, cette grande et belle portion du genre-humain auroit été entièrement détruite.

2

Mais un concours de circonstances aussi desirées qu'inattendues les ayant mis à porté de réduire leurs ennemis à un honteux silence ils se sont assemblés le 22 Juin dans la grande salle de l'Archevêché, après avoir préalablement fait sommer les favoris DE LEURS ÉPOUSES de s'y transporter ledit jour, afin de certifier véritable le cocuage de chacun des membres composant l'assemblée. La matière qu'on y devoit traiter avoit rendu l'affluence considérable. On procéda d'abord à la nomination d'un président. Les suffrages paroissoient se réunir en faveur de M. le Marquis d'Asnières, dont le mérite

n'est pas équivoque. Cependant M. Guillaume Kornmann l'emporta par une acclamation universelle ; aussi a-t-il parfaitement justifié le choix qu'on avoit fait de sa personne: son discours, que nous allons rapporter en entier, le prouvera mieux que tout ce qu'on pourroit dire.

MESSIEURS,

« Le cocuage étend son empire sur toutes les classes de la société ; il est tout-à-la-fois l'apanage inséparable du lien conjugal et le principal mobile de toutes les actions des hommes; l'amour, ce penchant impérieux qui réunit les deux sexes, n'offre à tous qu'une même carrière c'est un sort si commun

1

;

1

qu'il n'est à peine d'exception que pour celui qui sait choisir pour compagne un objet disgracié de la nature; dans les palais comme dans les chaumières, le maître comme le valet (et souvent l'un par l'autre) sont coeffés d'un même bonnet. Eh ! que les désagrémens qui y sont attachés sont peu de choses en comparaison des grands avantages qu'il procure. C'est par lui que l'espèce humaine se multiplie, et que les

1

[ocr errors]
« PreviousContinue »