Page images
PDF
EPUB

'Y

APPROBATION

de Monsieur Tournely Docteur de Sorbonne, Censeur Royal des Livres, A y lû par l'ordre de Mon

seigneur le Garde des Sceaux l'ouvrage distingué en deux

par ties, qui a pour titre , Explication du Myftere de la Passion de Notre-Seigneur Jesus - Chrift, suivant la Concorde ; dans lequel j'ai trouvé de grands sentimens de religion & de piété. A Paris 'cê dixiéme Décembre mil fepe cens vingt-sept.

TOURNELYT

l'auteur de atteopppobain

[ocr errors]

EXPLICATION

DU MY STERE

DE LA PASSION

DE N. S. JESUS-CHRIST,

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

JESUS-CHRIST crucifié, comme un

maître à qui la Croix sert de chaire, enseigne tous les hommes, & les instruit de toutes les veritez nécellaires

pour

le falut.

8. 1. Les hommes plongés dans les sens avoient

besoin d'un maiire divin qui les détromPartie I.

A

CHAP. I.

påt de la fauffe idée qu'ils avoient des biens da des maux , do les instruisit de leur fon, es des moyens d'y parvenir. C'est ce que JESUS-CHRIST a fait par sa vie, sur-tout par la mort.

[ocr errors]

L n'y avoit rien qui fut plus nécessaire aux hommes, que d'ê. tre instruits des véritables biens,

& des véritables maux : des moyens pour arriver au bonheur, & des ob. Atacles contraires : du bonheur en lui-même, de la nature, de la verité, & par conséquenc de leur fin, qui ne peut être différente du vrai bonheur. Mais il n'y avoit aucune matiere, sur laquelle ils eulent moins de lumiere, Leurs passions les avoient jetrez dans mille errears. La cupidité ne connoisloit d'autres biens ou d'autres maux, que ceux dont les fons peuvent juger : & la cupidité étoit dominante dans tous les hommes

que

la

grace n'avoit point changez. Tout ce qui étoit fpirituel & in vible, palloit pour n'être pas, ou ne faifoit aucune impression. On comptoit uniquement sur la vie ; & fi l'on avoit quelque idée de la vertu, l'ont étoit toûjours préparé à fa facrifier aux interêts de l'amour propre.

2. Pour détromper les hommes, il falloit autre chose qu'une simple instruction. Il fal. loit un autre maître que l'un d'entre-eux. Il falloit que Dieu lui-même devînt visible;qu'il vécûe parmi eux, qu'il leur parlât un langage qu'ils pussent entendre ; qu'il attirât leur admiration par des miracles, & leur amour par des bienfaits ; qu'après les avoir enseignez, il prouvât la doctrine par les cxein

« PreviousContinue »