Page images
PDF
EPUB

des passages des psaumes analogues à sa situation. Sa patience étoit inaltérable, et, pendant ses longues douleurs, pas une plainte n'est sortie de sa bouche. C'est dans ces pieux sentimens que le vénérable prélat s'est éteint, le 21 juin, à l'age de 83 ans moins quelques jours. A Pexpérience des vieillards, il joignoit la vivacité de la jeunesse; de la pieté la plus vraie, il pratiquoit la vertu simplement, et, après avoir étonné par ses connoissances et sa mémoire les gens les plus instruits, i étonnoit encore plus dans l'intimité par sa gaieté franche: il aimoit les enfans, et en étoit aimé. Excellent ami, patriarche de sa famille, il fut constamment sujet fidèle, prélat attaché à ses devoirs, écrivain laborieux, et défenseur zélé des principes de la religion et des droits de l'Eglise. Il a rempli avec honneur une longue carrière, et laisse, au dedans et au dehors de son diocèse, le souvenir de ses qualités et de ses services.

M. de la Luzerne avoit encore publié, dans ces dernières années, quelques écrits; des Eclaircissemens sur l'amour pur de Dieu, 1818, in-12 de 214. pages. Nous avions reçu ce livre dans le temps; différentes raisons nous ont empêché d'en rendre compte. On dit que quelques théologiens ont trouvé que M. le cardinal alloit un peu loin dans cet écrit, il prétend prouver que l'amour de Dieu, à raison des biens qu'il nous accorde ou qu'il nous promet est le seul compatible avec notre nature, et où il combat l'amour pur, gratuit et désintéressé, enseigné par des auteurs très-catholiques, et par des maîtres très-habiles dans les voies spirituelles. Cet hiver, M. le cardinal mit au jour une Dissertation sur la déclaration de l'assemblée du clergé de France, en 1782, 1821, in-8°. de 495 pages; cet ouvrage est dirigé contre le cardinal Orsi. Quelques autres écrits moins considérables de l'illustre prélat soni: un article sur la lettre et l'esprit de la Charte, in

séré dans la 14. livraison du Conservateur; un autre article, sur la puissance spirituelle, dans la 38". livraison du même recueil; un troisième article, sur la nécessité de l'éducation religieuse, 55. livraison du même recueil (1); un recueil d'Articles relatifs à la religion, extraits du Journal du Commerce, 1818, in-8°. de 40 pages; deux articles insérés dans le Dé fenseur, tome II, pages 49 et 529, l'un sur le gouver nement représentatif, l'autre sur la nécessité de la religion dans les hommes en place; ce dernier article est extrait d'une Dissertation lue dans une Académie, à Venise, en 1808; sur le pouvoir du Roi de publier par une ordonnance le Concordat, 15 pages in-8°. : nous avons rendu compte de ce dernier écrit, et de Examen qu'en a fait un canoniste moderne. Nous pourrions citer encore des Dissertations morales, lues à Venise, dans une Académie, 1816, in-8°., et des écrits politiques, tels que Sur la différence de la constitution françoise et de la constitution angloise; Sur l'instruction publique; Sur la responsabilité des ministres : ces trois écrits sont de 1816, et ont paru in-8°. Enfin on dit que S. Em. laisse de nombreux manuscrits, entr'autres, un Traité théologique sur le prêt à intérêt, qui feroit 3 volumes in-8°., et un autre Traité assez étendu pour établir la supériorité des évêques sur les prêtres.

Les obsèques de M. le cardinal de la Luzerne n'auront lieu qu'aujourd'hui 30. Le corps a été mis dans un cercueil de plomb, et déposé dans une chapelle ardente, où le clergé et les fidèles ont été admis à aller prier pour le prélat. Il sera transporté dans l'église des Carmes de la rue de Vaugirard, actuellement occupée par les religieuses Carmélites, et il sera descendu dans le caveau où a été enterré le pieux abbé le Gris-Duval.

(1) Ce morceau a été reproduit, avec quelques changemens, dans le Défenseur, tome III, page 1re.

NOUVELLES ECCLÉSIASTIQUES.

PARIS. La loi sur les pensions ecclésiastiques a été adoptée à la chambre des pairs; ainsi nous avons lieu d'espérer que les vœux de la religion seront remplis, et qu'aucun obstacle n'arrêtera la formation des siéges et l'envoi des évêques que les fidèles réclament. Nous n'essayerons point de désigner les siéges qui pourroient être immédiatement établis; nous avons indiqué ceux en faveur desquels des considérations plus ou moins puissantes nous ont paru militer. Du reste, nous croyons savoir qu'il n'y a rien de décidé à cet égard; et en effet, on n'avoit pas pu s'occuper sérieusement de plan avant l'adoption de la loi par les pairs.

M. le prince Maurice de Broglie, évêque de Gand, est grièvement malade; il a été administré lundi dernier, et a adressé en cette occasion à ceux qui l'entouroient des paroles de piété fort touchantes. M. de Broglie n'est âgé que de 55 ans ; mais il a toujours été d'une constitution fort délicate, et les traverses qu'il a essuyées d'abord pendant la révolution, et ensuite depuis son épiscopat sous Buonaparte, et récemment dans les Pays-Bas, n'ont pu que produire un fâcheux effet sur la santé du vertueux évêque.

[ocr errors]

Le jeudi, 14 juin, soixante militaires de la garde ont fait leur première communion dans la chapelle du château de Vincennes. M. l'abbé Feutrier, vicairegénéral de la Grande-Aumônerie de France, a célébré la messe à laquelle ces militaires ont communié, et il leur a adressé des exhortations analogues à la circonstance. Ils ont reçu ensuite le sacrement de Confirmation, que M. le coadjuteur de Paris leur a administré. C'est par les soins de M. l'abbé Rougier, premier chapelain de Vincennes, que ces militaires ont été préparés à ce double acte de religion. La première communion du 14 juin est la cinquième depuis le commencement de l'année.

Le 23 juin, quarante-cinq militaires du 4eme. de ligne ont fait leur première communion dans l'église Saint-Ambroise de Popincourt; ils étoient instruits et préparés depuis le mois de novembre dernier par M. l'abbé Cadalen, aumônier de ce régiment. Depuis six semaines ils assistoient régulièrement aux offices, M. le colonel ayant bien voulu leur laisser tout le temps de se disposer à l'acte de religion qu'ils méditoient. Ils ont édifié pendant tout ce temps le clergé et leurs fidèles par leur attitude respectueuse. Après la messe, M, Cadalen a conduit les communians à l'église Saint-Leu, où ils ont reçu la confirmation des mains. de M. F'archevêque de Trajanople. Ils ont fait la route en silence; c'étoit un spectacle nouveau et édifiant que de voir quarante-cinq militaires traverser les rues de Paris avec un air recueilli, et ayant leur aumônier à leur tête. Le soir, ils ont renouvelé leurs vœux de baptême, et le lendemain dimanche, ils ont assisté à tous les offices de l'Eglise. Puissent-ils fouler toujours ainsi le respect humain aux pieds, et conserver ces religieuses dispositions! D'autres militaires du même régiment, excités par cet exemple, ont demandé aussi à être instruits de leur religion.

-M. Charpentier, curé de Saint-Maur, près Vincennes, vient d'être nommé par S. Em. à la cure de Conflans-Charenton, qui est une cure de canton.

NOUVELLES POLITIQUES.

PARIS. M. le curé de Saint-Etienne de Caën avoit prié S. A. R. Mme, la duchesse de Berri d'être, avec son auguste fils M. le duc de Bordeaux, les parrain et marraine de deux cloches de cette paroisse. S. A. R. a fait répondre à M. le curé, dans une lettre pleine de bienveillance, qu'elle approuvoit le choix des personnes désignées pour la remplacer elle et son fils à cette cérémonie religieuse.

Peu de temps avant de mourir, S. A. S. Mme. la duchesse d'Orléans avoit dicté un testament, où se trouvent conciliés, d'une manière touchante, les sentimens de la reli

gion, de la nature et de l'amitié. Elle légue à Ms. le duc d'Orléans, qu'ei'e nomme à plusieurs reprises son cher fils, le tiers de ses biens par préciput, non par une préférence injuste, comme elle le dit elle-même, mais parce que M. le due d'Orléans á une nombreuse famille. Elle fait aussi un legs au duc de Ponthièvre, et veut par-lå rendre hommage à la mémoire de son père, dont ce jeune prince porte le nom, Elle termine en dounant à tous ses enfans sú bénédiction. Depuis la mort de cette princesse, son corps avoit été exposé dans un des salons du château d'Ivry. Le 26, sa dépouille mortelle a été placée dans un cercueil doublé en plomb, et transféré dans le principal salon du château, cù l'on a élevé une chapelle ardente. Le lundi 2 juillet, le corps sera présenté à l'église d'Ivry, puis il sera transporté à Dreux, lieu de sépulture des Princes de la maison de Penthièvre.

-- Une ordonnance royale, du 20 de ce mois, convoque le premier arrondissement du département de l'Ain pour le 18 août prochain, pour élire un député en remplacement de M. Camille Jordan.

Ene ordonnance royale porte qu'à compter du 1er juillet prochain, la garde nationale de Paris ne fournira plus que les postes des Tuileries, de l'Hôtel-de-Ville, de l'Etat – Major général, de la Maison d'arrêt de la garde nationale, et des Chambres pendant les sessions. Le Roi maintient toujours à cette garde l'honorable prérogative de faire exclusivement, chaque année, le 3 mai et le 12 avril, le service auprès de S. M. et de S. A. R. MONSIEUR.

[ocr errors]

Le 26, l'affaire relative à un ouvrage saisi dernièrement, et intitulé : Valentin, ou le Pasteur d'Uzès, a été plaidée, à huit-clos, devant la cour d'assises de Paris, à la réquisition de M. de Broé, avocat-général. D'après le résumé de l'arrêt de renvoi de la cour royale, le sieur Victor Ducange, auteur de ce livre, étoit prévenu des délits d'ontrage à la morale publique et religieuse, et de provoca tion à la guerre civile en portant les citoyens à s'armer les uns contre les autres. Sur la déclaration du juri, le sieur Victor Ducange a été jugé coupable sur le premier chef, et condamné à six mois de prison et 500 frames d'amende. On dit que cet ouvrage, du genre le plus scandaleux, insulte à la religion et à ses ministres d'un ton où la licence le dispute à l'impiété.

Le 27,

la nommée Jeanne Causin a été condamnée,

« PreviousContinue »