Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France: depuis la fondation de la monarchie française jusqu'au 13e siècle; avec une introduction, des supplémens, des notices et des notes, Volume 21

Front Cover
M. Guizot (François)
Chez J.-L.-J. Brière, 1824 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 403 - Comme les nôtres étaient déjà <• en possession des remparts et des « tours, on put voir dès lors des choses « admirables. Parmi les Sarrasins, « les uns étaient frappés de mort, ce « qui était pour eux le sort le plus
Page 365 - On lui fit ainsi trois ou quatre blessures dans les jambes, en lui enlevant des morceaux de chair, on lui brisa l'épine du dos , et on lui enfonça les côtes. Il eût...
Page 277 - ... s'éteindra pas. O mystère! Ils ne sont pas seuls, le Bien-Aimé est là, au milieu d'eux, JÉSUS est là, non point en image ou en symbole, mais dans son corps et dans sa chair, le Maître est là, réellement présent, qui les a reconnus et qu'ils ont reconnu. Il est là, dans l'hostie vivante, le même qui est ressuscité le troisième jour et qui est monté aux cieux où II est assis à la droite du Père. C'est le Dieu vivant que Maxence adorera, c'est le Dieu de sa délivrance et de son...
Page 403 - Dans le temple et dans le portique, on marchait à cheval dans le sang jusqu'aux genoux du cavalier et jusqu'à la bride du cheval... Juste et admirable jugement de Dieu, qui voulut que ce lieu même reçut le sang de ceux dont les blasphèmes l'avaient si longtemps souillé
Page 236 - Il le conduisit jusqu'au différend qui s'éleva, après la prise de Jérusalem, entre le roi Godefroi et le comte Raymond , au sujet de la tour de David, c'est-à-dire, jusque vers la fin de juillet 1099. La plupart des érudits s'accordent à croire que les deux fragments qui...
Page 382 - L'évêque d'Agde l'ayant pris , trouva une lettre que cet oiseau transportait , et qui était conçue à peu près en ces termes : « Le roi « d'Accon au duc de Césarée. Une race de chiens a « passé chez moi , race folle et querelleuse , à laquelle , « si tu aimes ta loi, tu dois chercher à faire beaucoup « de mal, tant par toi que par les autres.
Page 316 - de ce même chevalier. Quoi donc? Ne suffit-il pas « à nos princes que nous soyons demeurés ici pendant « un an, et que deux cent mille hommes armés y aient « succombé ? Que ceux qui le veulent reçoivent l'or « de l'empereur, que ceux qui le veulent reçoivent « les revenus d'Antioche. Quant à nous , remettons« nous en route sous la conduite du Christ , pour le
Page 352 - Seigneur a été couvert de plaies, et mis sur la croix pour notre salut. Le jour où ces choses se passèrent était la veille du vendredi. Au jour fixé et dès le matin, on fit les préparatifs du feu, qui se trouvèrent terminés après midi. Les princes et le peuple se rassemblèrent au nombre de quarante mille hommes ; les prêtres y assistèrent pieds nus et portant leurs vêtemens sacerdotaux.
Page 346 - ... déchiréeaux épaules. Sur l'épaule gauche un pan était cousu; rien sur la droite, ses souliers étaient de vil prix (viliter)... le bienheureux Pierre était couvert d'une chemise grossière et longue jusqu'aux talons. » Ailleurs, Adhémar, l'évèque du Puy, apparaît etdit : « Je suis dans un chœur avec le bienheureux Nicolas, mais comme j'ai douté de la lance du Seigneur, moi qui aurais dû surtout le croire, j'ai été conduit en enfer; là mes cheveux, sur la partie droite...
Page 382 - Le Roi d'Accon au duc de Césarée. Une race de chiens , (les chrétiens) a passé chez moi, race folle et querelleuse, à laquelle, si tu aimes ta loi , tu dois faire tout le mal que tu pourras, tant par toi que par les autres ; fais savoir ceci dans les autres villes et dans les châteaux...