Page images
PDF
EPUB

en

et

III. Classe. Religion et Economie politique.

55 France et du royaume d'Italie, sur le tous les Israëlites Français et du royaumême sujet , et considérant qu'il est me d'Italie de regarder désormais de principe religieux de se soumettre dans les deux états, les mariages civia aux lois civiles de l'état, reconnaît et lement contractés comme emportant déclare :

obligation civile; défend, en conséQue la répudiation, permise par la loi quence, à tout rabbia ou autre perde Noïse , n'est valable qu'autant qu'elle sonne, dans les deux états, de prêter opère la dissolution absolue de tous les leur, ministère à l'acte religieux du liens , ontre les conjoints, même sous mariage, sans qu'il leur ait apparu aule rapport civil; que d'après les dispo- paravant, l'acte des conjoints devant sitions du code civil , qui régit les l'officier civil, conformément à la loi. Israëlites comme Français et Italiens, le Le grand Sanhédrin déclare , divorce n'étant consommé qu'après que outre, que les mariages entre les Israë. les tribunaux "l'ont ainsi décidé par un lites et les Chrétiens, contractés conjugement définitif, il suit que la répu- formément aux lois du code civil, sont diation mosaïque n'aurait pas le plein obligatoires et valables civilement, et entier effet qu'elle doit avoir; puis- que bien qu'ils ne soient pas susceps que l'un des conjoints pourrait se pré- tibles d'être revêtus des formes relivaloir , contre l'autre, du défaut de gieuses, ils n'entraîneront aucun anal'intervention de l'autorité dans la disso. thême. lution du lien conjugal.

Sur la fraternité, il a été délibéré et C'est pourquoi, en vertu du pouvoir arrêté, dans la séance du 23 février , dont il est revêtu, le grand Sanhédrin les points suivans: statue et ordonne comme points reli Le grand Sanhédrin ayant considéré gicus:

que l'opinion des nations parmi les

ont divorce ne pourra être fait, selon les dence depuis plusieurs générations, les formes établies

раг

Moïse , qu'après que laissait dans le doute sur les sentimens le mariage aura été déclaré dissous par de fraternité et de sociabilité qui les les tribunaux compétens , et selon les animent à leur égard, de telle sorte que formes du code civil.

ni en France, ni dans le royaume En conséquence, il est expressément d'Italie, l'on ne paraissait pas fixé sur la défendu à tout rabbin, dans les deux question de savoir si les Israëlites de ces états de France et du royaume d'Italie, deux états regardaient leurs concitoyens de prêter son ministère dans aucun acte chrétiens, comme frères , ou seulement de répudiation ou de divorce, sans que comme étrangers. le jugement qui la prononce lui ait été Afin de dissiper tous les doutes, à ce exbibé en bonne forme. déclarant que sujet, le grand Sanhédrin déclare , qu'en tout rabbio qui se permettra d'en- vertu de la loi donnée par Moïse aux freindre le présent statut religieux, sera enfaas d'Israël, ceux-ci sont obligés de regardé comme indigne d'en exercer à regarder comme leurs frères les indil'avenir les fonctions.

vidus' des nations qui reconnaissent Sur le mariage, il a été, délibéré et Dieu créateur du ciel et de la terre , et arrêté, dans la même séance, les points parmi lesquelles ils jouissent des avansuivans :

tages de la société civile , ou seulement Le grand Sanhédrin considérant que d'une bienveillante hospitalité. Que la dans l'empire Français et le royaume sainte écriture nous ordonnant d'aimer d'Italie, aucun mariage n'est valable notre semblable comme nous-mêmes qo'autant qu'il est précédé d'un con- de ne faire à autrui que ce que nous vous trat civil devant l'officier public ; en drions qu'on nous fii, il serait contraire vertu du pouvoir qui lui est dévolu, à ces maximes saiates de ne point regarstatue et ordonne :

der nos concitoyens Français et Italiens, Qu'il est d'obligation religieuse , pour comme ses frères. Que d'après cette

[ocr errors]

56

IVe CLASSE. Beaux-Arts. doctrine universellement reçue,, et par lois, les défendent par leurs armes ; les docteurs qui ont le plus d'autorité leur permettent d'adorer l'éternelselon dans Israël, et par tout Israëlite qui leur culte, et les admettent, comme en n'ignore point sa religion; il est du de- France et dans le royaume d'Italie, à voir de tous d'aider, de protéger, d'ai. la participation de tous les droits civils mer leurs concitoyens, et de les traiter, et politiques. sous tous les rapports civils et moraux, D'après ces diverses considérations, à l'égal de leurs co-religionnaires. Que le grand Sanhedrin ordonne à tout Israë, puisque la religion mosaïque ordonnait lite de l'empire Français, du royaume aux Israëlites d'accueillir avec tant de d'Italie, et de tous autres lieux, de charité et d'égards, les étrangers qui vivre avec les sujets de chacun des états allaient visiter leurs villes, à plus forte dans lesquels ils habitent, comme avec raison leur récommande-t-elle les leurs concitoyens et leurs frères, puismêmes sentimens envers les individus qu'ils reconnaissent Dieu créateur du des nations qui les ont accueillis dans ciel et de la terre , parce qu’ainsi le veut leur sein, qui les protégent dans leurs la lettre et l'esprit de notre sainte loia

QUATRIÈME CLASS E.

ou

BE AUX-ARTS.

nos. 61, 62 et 63. Elles représentent

trois des figures qui sont sculptées au Galerie antique,

Collection

nombre de huit, sur les faces de ce

monument. Ces trois figures sont ; Libs des chefs-d'oeuvres d'architec

ou le vent sud-ouest, qui souffle diture, de sculpture et de pein- rectement à travers le golfe Saronique ture antiques, gravée au trait sur le rivage d'Athènes ; il tient un par M. Boutrois, et accompa- aplustre, espèce d'ornement de quatre goée d'un texte historique et ou cing branches , et qui s'attachait à descriptif par M. Legrand , ar- des vaisseaux

; peut-être servait-il

aussi

la plus haute extrémité de la poupe chitecte des monumens publics. attacher quelques cordages. Zephyrus Première division, - La Grèce,

ou le vent d'ouest, beau jeune hommo ge livraison in-folio. A Paris, ailé, d'une figure douce et voluptueuse, chez Treuttel et Würtz, librai- et qui répand des fleurs de toute espèce res, rue de Lille, no. 17; et à contenues dans la draperie qui lui sert Strasbourg, même maison de de ceinture. Enfin, Sciron ou le vent commerce. Prix, 8 fr. papier de ceux qui souflent à Athènes : il est

du nord-ouest, et le plus desséchant grand -raisin ordinaire; 12 fr. très-froid l’hiver ; mais l'été il est brûpapier d'Hollande. Quelques lant et presque toujours accompagné exemplaires au lavis à l'encre d'orages destructeurs de la végétation de la Chine : prix, 40 fr.

et nuisible à la santé des habitans. Aussi

le statuaire l'a-t-il représenté sous la Cette nouvelle livraison d'un ouvrage forme d'un vieillard severe , les cheestimable, qui sans égard aux circons veux et la barbe en désordre, couvert taoces, se continue avec activité, con d'une tunique avec des manches et fient les trois dernières planches de la d'un manteau ; il renverse un Tour des Vents à Athènes, sous les d'une belle forme , couvert de riches

vase

ornemens

57

Ve. CLASSE. Beaux-Arts. ornemens que les antiquaires et les « nairement celui qui composait la mu. voyageurs ont regardé comme un em u sigue. ) Lysiades, athénien, était le blème de ces diferentes qualités , et - poëte; Evænètes, l'archonte. qu'ils ont expliqué diversement comme u Cet Evanètes a été archonte d'Aon a pu le voir dans le texte de la

u thènes la seconde année de la cent huitième livraison.

a onzième olympiade; ce qui répond au Les quatre planches suivantes , dont

u règne d'Alexandre-le-Grand, 335 ans deux sont doubles en grandeur, donnent le plan, l'élévation générale, la coupe « de Rome 418. Ainsi, par ce nom

« avant l'ère vulgaire, de la fondation dans toute la bauteur, et un détail du

l'époque de la construction du mosoubassement du inonumont choragique

* nument se trouve parfaitement conde Lysicrates, vulgairement connu

« nue, et l'on est assuré qu'il est du sous le nom de lanterne de Démosthe

plus beau siècle des arts, qu'il a nès à Athènes. Pour ea donner une

2141 ans et plus d'existence , et qu'il idée à nos lecteurs, nous rapporterons ici les premières lignes du texte qui « d'Eschine ,'de Ménandre , de Dio

« est contemporain de Démosthènes, accompagne ces planches, et où M.

gènes, d'Epicure , de Zénon, de Legrand s'exprime ainsi :

Lysippe, de Praxitèles et d'Apelles, « Ce joli petit monument est une des

« puisque tous ces hommes célèbres u plus curieuses productions de l'archi

* vivaient au siècle d'Alexandre-lewtecture des Grecs ; il est d'autant

Grand, siècle également fameux par plus précieux et plus intéressant à

l'expédition de ce conquérant, par la * analyser, que c'est le seul exemple de Pordre "corintbien , d'une date

philosophie et par les beaux arts ». ancienne, que l'on ait trouvé jusqu'à

Nous ne pousserons pas plus loin « présent dans les ruines d

d'Athènes;

cette citation, qui suffit pour faire con« que le caractère de son architecture naître de quel" intérêt ce monument « et de sa sculpture est original, et diffé. doit être sous les rapports de l'art et « rent de ce que les Grecs ont exéculé de l'histoire , et comment il est décrit $ long-temps après dans les monumens

dans l'ouvrage auquel nous renvoyons. • romains ; qu'enfin son exécution est spirituelle et savante , soignée même,

Avis aux anciens Souscripteurs. u sans être froidement finie, et que le « motif de son exécution a rapport aux

N. B. Les anciens souscripteurs pour * lettres et aụx arts agréables ; elle la Galerie antique, qui ne possèdent * prouve quel cas les Grecs en fạisaient, que les huit premières livraisons de cet " et quels moyens ils employaient pour

duvrage, publiées dans le temps sans * entretenir l'émulation parmi leurs

texte, sont prévenus qu'ils pourront, poëtes et leurs artistes.

pendant trois mois, se procurer sépa« On apprend par l'inscription sui- rément, en se faisant inscrire pour les

livraisons suivantes , le texte historique u vante, gravée en trois lignes sur les * trois bandes égales de l'architrave,

et descriptif, et les planches suppléen quel temps et à quelle occasion ce

mentaires qui leur manquent pour r. charmant édifice fut élevé.

completter les neuf livraisons actuelleCette ioscription est en caractères ment mises au jour de la nouvelle pu

blication de cet ouvrage. Ledit texte grecs , et voici sa traduction :

Lysicrates de Cicyne, fils de Lysi- formant 140 pages grand in-folio et les thides, avait fait la dépense du huit planches supplémentaires ensemcheur.

ble, au prix de 24 fr. La tribu Acamantide avait rem Les dixième, opzième et douzième u porté le prix pour le choeur des jeunes livraisons , qui vont suivre sans interü gens. Théon était le joueur de flûte. ruption, complèteront le premier von * ( Ce joueur de flûte était aussi ordi- lume. Journal général, 1807, No. 2,

H

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

*58

ive. CLASSE. Poésies. Théatre. Cours historique et élémentaire Piérides; Cérès métamorphosant de peinture, ou Galerie com Stellion en lézard; Niobe chanpleie du musée Napoléon, pu- cée en rocher; les Paysans de bliée par Filhol, et rédigée par Lyciechangés en grenouilles par Joseph Lavallée. 48c. livraison. Latone; Apollon ordonnant le Le prix de chaque livraison est supplice de Marsyas. - P. Gay sur pap. fin nom de jésus , 8 fr. et Treuttel et Würtz. In-8°, Sur papier vélin, 12 fr. Papier papier raisin, 8 fr.; pap. vélin, vélin, figures avant la lettre, 16 fr. In-4°., pap. fort, 16 fr. fig. 24 fr. On souscrit chez Filhol et avant la lettre; papier nom de chez Treuttel et Würtzo

jésus vélin,'32 fr. Celte livraison comprend six plan

Cette douzième livraison offre le ches avec leurs explications : 1) Echo même intérêt que les précédentes ; elle

termine et Narcisse de Nicolas Poussin', gravé se compose du sixième livre, à l'eau forte par Châtaignier, et terminé le second volume , et forme la moitié par Dambrun ; 2) le repos de la Sainte- des livraisons que doit avoir ce bel ouFamille , du Pesarese , gravé à l'eau vrage. forte par Châtaignier, terminé par Deus Estampes coloriées repréDennel ; 3) Tancrède secouru par Herminie , gravé à l'eau forte par Cha

sentant l'amour du temps prétaignier, terminé par Bovinet; 4) pay

sent et l'amour du temps passé; sage de Nicolas Poussin, gravé à l'eau caricature allégorique. Chez forte par Desaulx , terminé par Ni Noël frères, rue des Noyers, quet; 5) le petit faiseur de bulles de

n'. 49. 1 fr. chaque. sapon de P. Hieris , gravé à l'eau forte par Lerouge, terminé par Delaunay; 6)

POÉSIES. Hippocrate et Bacchus , statụes dessinées par Vauthier , gravées par Bou- La Muse créole, ou Recueil da trois.

poésies fugitives, par M. J. G.

L. de Saint-Léger. I vol. in-12, Les Metamorphoses d'Ovide, tra- Chez l’Auteur, rue St.- Honoré, duction nouvelle, avec le texte no, 414, et Deloballe, i fr. 5o c. latin; suivie de l'explication des Sables, et de noles géographi- La Religion vengee, poëme en ques, historiques, critiques, etc., par M. G. T. Villenave. dix chants, par le cardinal de 4 vol. in-4o. et in-8°, avec 140

Bernis. Nouv. édition conforme figures gravées par les plus cé à celle de Parme. I vol. in-12. lèbres artistes de la capitale,

Avignon, chez la Vs. Seguin et d'après les dessins de MM. Le fils; Paris, Surone, 1 fr. 80 C. barbier , Monsiau et Moreau. a fr. 35 c. 12°. livraison, composée de huit

TH É A T R E. feuilles de texte et de potes, et de six figures représentant Per- Les Ricochets, comédie en un sée pétrifiant ses ennemis, en acte et en prose, par J. B. Pidécouvrant à leurs yeux la tête card. Brochure in-8°. Martinet. de la Gorgone ; Minerye et les I fr. 25 c.

2 fr.

C

I fr..

IV. CLASSE. Théâtre,

59 Les Maris garçons, opéra en un l'anglais de Garrick. Br. in-8°

acte, par Nanteuil. Broch, in-8, Même adresse. I fr.-i fr. 5o c. Madame Scarron, vaudeville en Le Mari d'autrefois, inuité do un acte, par MM. Desaugiers l'allemand. Broch. in-89. Même et Fervidre. Brochure in-8, 1 fr.

adresse. I fr. - I fr25 C. 20 C. - I fr. 40 C.

Ces pièces, toutes trois représentées L'Illustre Aveugle, mélodrame sur le nouveau théâtre des Variétés en trois actes, par M. Caignier.

étrangères , établi à Paris, rue Saint

Martin in-8°, 1 fr. i fr, 25c.

sont les premières d'une collection qui contiendra les meilleuçes

comédics des théâtres allemands, anElisabeth , ou l'Héroïsme filial, glais, etc., arrangées pour la scène mélodrame en trois actes, par française , et qui auront été représentées M. Aude. Broch, in-8°, i fr. sur ce théâtre. Il en paraitra environ I fr. 20 C.

trois par mois ; la réunion de ces pièces formera une collection de ce que les

théâtres des autres nations de l'Europe Le Souper imprévu , comédie en un acte, par Alexandre Duval.

offrent de plus nouveau et de plus pi

quant. Les personnes qui voudront se Br. in-8°, i fr. 200,- Ifr. 35 c.

procurer les pièces au moment même de l'impression

, pourront souscrire Koulouf, ou les Chinois, opéra pour cinquante feuilles d'impression, en trois actes, par M. Guilberto ce qui donnera environ douze comédies Pixerécourt. Broch, in-8°, 1 fr. plus ou moins longues. Le prix de cet 5o C. – fr. Bo c.

abonnement sera de 15 fr. - 18 fr. Ces six pièces se trouvent chez Barba.

Annuaire dramatique, ou Etren

nes théâtrales. 3. année. Vol. Les Frères en défaut, drame en in-18. Mad. Cavanagh. i fr. -trois actes et en prose, par M. I fr. 25 c. Pelletier. Broch, in-8. Remond. 1 fr. 50 c.

Cet aonuaire contient 1 ) l'indication – fr. 8o c.

des diverses agences des spectacles pour

tous les théâtres de la France et de Joseph , drame en prose, mêlé de l'étranger; 2) les noms et demeures chants, paroles de M. Alex. de tous les directeurs, auteurs , danDuval, musique de M. Méhul. musiciens et employés quelBroch, in-8°, Vente, I fr. 20 c. conque de tous les théâtres de Paris; 3) i fr. 50 c,

les répertoires de tous ces théâtres, la date de la représentation de toutes les

pièces restées au répertoire des prinL’Epigramme,comédie en quatre cipaux, et leur travail pendant l'asactes et en prose, imitée de l'al., née 1806; 4) les noms des auteurs de lemand de Kotzebue. Br, in-80. toutes les pièces, morts ou vivans; 5)

les noms et résidences des corresponRenouard, 1 fr. 50 c.

dans des deux agences de Paris, chare

gées de percevoir les droits des auteurs Le Schal, ou le Cachemire, co dans les villes de France, pour MM. médie en deux actes, imitée de Framery, Prin et Sauveau, avec la

seurs

[ocr errors]

2 fr.

« PreviousContinue »