Page images
PDF
EPUB

sommes décidés à créer six succur. vice public et le travail des bureaux sales nouvelles dans la banlieue : trois n'ont épronvé, dans cette circonstance, d'entre elles ont été ouvertes le 7 juin aucune gène ni aucune interruption. dernier à Sceaux, à Montrouge et à Avant de vous communiquer les Montmartre. Nous nous occuperons détails que j'ai pu recueillir sur les prochainement de l'établissement des caisses d'épargne des départements, je trois autres, et déjà celle de Passy a crois devoir vous donner connaissance été décidée dans la dernière séance du des parties les plus importantes du conseil des directeurs.

compte rendu à l'Empereur par S. Exc. La situation centrale de la Caisse le ministre de l'agriculture et du comd'épargne n'a point été changée depuis merce, sur les opérations de toutes les l'année 1842, époque où nous avons caisses d'épargne de France pendant installé nos bureaux dans l'hôtel acquis l'année 1855; celui de l'an 1856 n'a de M. Dupin aîné. Cel hótel avait été pu encore être publié. bâti en 1730 par un fermier général, Le caractère officiel de ces informale baron Thoinard de Vougy. tions ajoute encore à leur intérêt.

Quoique construit avec une remar- Pendant celle aunée 1835, cinq quable solidité, le bâtiment, tant par nouvelles caisses d'épargne ont été aul'effet inévitable du temps que par torisées à Paimpol, Florac, La Bossuite du tassement occasionné par une sière, Neufchaiel, et Saint-Saëns. Ce nouvelle maison qui lui a été adossée, qui portait à 386 caisses celles exisavait besoin de grosses réparations. tantes en France. Sur ce nombre,

L'un des plafonds du premier étage, quelques-unes n'ayant pas commencé où a été si longtemps le cabinet de leurs opérations, et d'autres n'ayant M. Dupin ainé, menaçait ruine. On pas envoyé l'état de leur situation, le vient de pourvoir avec toute la célérité compte rendu par S. Exc. le ministre nécessaire aux réparations devenues du commerce n'embrasse les opéraurgentes ; et si nous avons parlé de tions que de 363 caisses. ces détails intérieurs, c'est que nous Ces 386 caisses existantes au 31 détenons à vous faire savoir que le ser- cembre 1855 ont leur siége :

85 dans des chefs-lieux de département. 211

d'arrondissement. 89

de canton. 1 dans un chef-lieu de commune.

386

Mézières est le seul chef-lieu de dé- livrets du chiffre de la population de partement qui soit dépourvu de caisse la Frauce, 35,780,000 habilauls, on d'épargne.

trouve qu'il y a en moyenne un livret Il y a 54 chefs-lieux d'arrondisse- pour 40 habitants. Cette moyenne n'ément qui n'ont ni caisse d'épargne ni iait, en 1854, que de un livret pour succursales.

41 habitants. 42 arrondissements n'ont encore ni Cette moyenne de 1 livret pour 41 caisses ni succursales.

habitants était dépassée dans 23 déIl existait au 31 décembre 1855, partements. dans toutes les caisses d'épargne de Les 12 départements dont la situaFrance, 893,750 livrets, 27,798 de tion était, sous ce rapport, la plus faplus qu'à la fin de l'année précédente. vorable, étaient : En rapprochant le nombre total des Seine.....

.qui avait un livret pour 6/10 habitants. Seine-et-Oise.

14 Rhône.

15 Seine-et-Marne..

15 Oise.

18 Loiret..

20

[graphic]
[blocks in formation]

neurs.

Totaux et moyenne générale....

154,201 100.00 Vous verrez sans doute avec satis- sieurs, ainsi que je l'ai fait dans mes faction que le tiers des nouveaux dé- précédents rapports, quelques détails posants en 1855, dans toute la France, que j'ai obtenus sur les caisses d'éparappartient à la classe des ouvriers, gne des départements, et qui se rapcelle qui a été l'objet des constantes portent à l'année dernière. Ces renseipréoccupations des amis des caisses gnements ont toujours été accueillis d'épargne, et encore pourrait-on troue avec beaucoup d'intérêt. ver beaucoup d'ouvriers dans les clas- Je prie MM, les directeurs et adses de professions diverses et des mi- ministrateurs de ces caisses et tous les

amis de notre æuvre qui ont bien S. Exc. le ministre termine son in- voulu me transmettre ces informations, téressant rapport par ces lignes que de recevoir ici l'expression de tous nous croyons devoir transcrire ici, mes remerciments, et l'assurance que puisqu'elles sont un témoignage de la la connaissance de ces détails ne peut sollicitude du Gouvernement pour qu'être fort utile au développement l'institution des caisses d'épargne et des caisses d'épargne. de la justice qu'il rend au zèle et au Je suis heureux aussi de constater dévouement de leurs administrateurs. par des faits récents les progrès inces

« Tel a été l'ensemble des opérations sants d'une institution qui , fondée à des caisses d'épargne pendant l'année Paris, sous vos yeux, étend aujour1855. J'ose espérer que V. M. en d'hui ses bienfaits sur presque toutes sera satisfaite. Elle peut voir que, les parties de la France. grâce à l'inépuisable fécondité de leur Les renseignements que je mets principe générateur, les caisses d'é- sous vos yeux se divisent en deux orpargne ne cessent de croître en nom- dres de faits différents. Les premiers, bre et en importance.

qui comprennent les nombres et les » Après cet exposé, il me reste à chiffres des opérations accomplies en appeler votre attention sur le zèle dé- 1856, font l'objet de tableaux que sintéressé et le dévouement continu vous trouverez à la fin de ce rapport, arec lesquels les directeurs et les ad- et qui suppléeront, en partie du moins, ministrateurs des caisses d'épargne aux documents officiels que plusieurs ont assuré la gestion des établissements de vous, messieurs, ne sont pas à confiés à leurs soins. C'est un devoir même de consulter. Le second travail, dont je me trouve toujours heureux plus spécialement consacré à la partie de m'acquitter. L'opinion publique morale de l'institution, résume des obsait, du reste, apprécier à toute leur servations, des væux méme qu'une valeur les services de ces hommes ho- analyse rapide et quelques citations norables, et je ne suis que son inter- vont vous faire connaitre. prète en leur rendant devant Votre La première question que j'avais Majesté le plus sincère hommage. adr concernait les dépôts faits en

Je vous donnerai à présent, mes- 1856 par les ouvriers de coules pro

[ocr errors]

fessions, sauf ceux attachés aux tra- Parmi les caisses qui ont réponda vaux agricoles.

à cette question : 124 constatent une augmentation dans cette classe de déposants, 138 un état stationnaire, mais loujours satisfaisant, 34 une diminution due principalement au renchérissement des

subsistances. La seconde question portait unique- vateurs déposant aux caisses d'épargne ment sur les ouvriers employés aux avait augmenté ou diminué en 1836. travaux agricoles, de toute nature, et Les réponses à cet égard sont trèsdemandait si le nombre de ces culti. satisfaisantes.

143 caisses d'épargne ont répondu qu'il y avait eu augmentation

sensible dans cette classe de déposants; 113 que l'état était stationnaire, mais toujours satisfaisant; Dans 18 caisses d'épargne il y avait eu diminution. Nous avons toujours attaché une

d'ouvriers déposants, a amené un grande importance aux dépôts des ha- grand nombre de résultats déjà prévus bitants des campagnes, de cette race

et conformes à l'importance de cér. forte, si intéressante par ses habitudes taines industries dans les localilés où de travail, par la simplicité de ses elles sont plus spécialement exercées. mæurs, par sa patience.

Quelques exceptions ne font que conVous serez heureux de voir, par ces firmer la règle, et c'est généralement réponses sur 1856, que chaque année à l'élévation ou à la modicité des ssles cultivateurs prennent davantage laires qu'il faut alors attribuer cette l'habitude de faire des dépôts à la différence. Caisse d'épargne, et que nos efforts

Dans l'ordre des classes et des divie pour leur étre utiles n'ont pas élé sans sions des nouveaux déposants, consa. résultal.

crées par notre statistique, voici comLa troisième question, qui avail ment se répartissent les professions pour objet dé connaitre quelle est, signalées par les caisses départemendans chaque localité, l'industrie qui tales sur lesquelles nous avons pu ob présente la plus grande proportion tenir des renseignements :

Dans 86 caisses d'épargne, les ouvriers agricoles tiennent le pre

mier rang;

Dans 12 ce sont les ouvriers du bâtiment;
Dans 32 les ouvriers du vêtement;
Dans 68 ceux qui travaillent aux objets de luxe, aux meubles, aux

mélaux;
Dans 15 les journaliers viennent en première ligne;
Et dans 21 enfin, les personnes à gages, tant de la ville que de la

campagne, figurent en plus grand nombre. Les autres caisses d'épargne ne

La dernière question que j'avais constatent aucune prééminence parti- adressée, et dont les réponses étaient culière dans telle ou telle profession. des plus importantes parce qu'elles

La retenue opérée sur le taux de pouvaient nous faire connaitre si l'insl'intérêt a été d'un quart 010 seule- iitution est toujours en voie de proment pour 143 caisses d'épargne. grès, a oblenu une solution complete

Elle a été d'un demi 010 dans 1 42 ment satisfaisante. caisses, dont 11 avec insuffisance. En effet, sur les 310 caisses d'e.

12 se sont abstenues de toute rele- pargne qui m'ont fourni des renseinue, ou cette retenue est faite dans gnements, 228 sigoalent une amélio. des proportions au-dessous de celles ration plus ou moins sensible; 60 92 déterminées par la loi.

état stationnaire, et 7 seulement un ralentissement dans le nombre et l'im. Dans le cours de 1856, il n'a pas portance de leurs opérations. été créé de caisses d'épargne. Le nom

N'oublions pas de rappeler qu'au bre de ces établissements se trouve nombre des causes qui ont agi sur ces donc le même à la fin de cette année deux dernières catégories, la majeure qu'à la fin de l'année précédente, soit partie des caisses d'épargne font figu- 386. rer le renchérissement des subsistan- Mais, par compensation, cinq d'en. ces, l'augmentation du prix des loyers, tre elles qui ne fonctionnaient pas enle retrait du prix d'une grande quan- core ont commencé leurs opérations, tité de remplacements militaires par et comme le nombre des caisses en acsuite de la nouvelle loi sur le recrute- tivité était en 1855 de 368, il s'est ment; quelques-unes enfin la création trouvé porté en 1856 à 373. de comptoirs d'escompte offrant, sous Sur ce nombre, il s'en trouve trois le rapport de l'intérêt alloué, des qui n'ont pu fournir leurs états de siavantages que les populations ne trou. tuation en temps utile. Ainsi le rent plus dans les caisses d'épargne. comple rendu n'embrasse que les opé.

Le rapport se terminait par les ta. rations de 370 caisses. bleaux des opérations des caisses d'é.

II. pargne à l'étranger: Angleterre, Allemagne, etc., eic. (Voir ces tableaux Le deuxième tableau fait connaître au Moniteur), et par de judicieuses le nombre et le siège des caisses d’éréflexions sur l'avenir de l'institution. pargne dans chaque département, les

dales de leur autorisation et de leur ouverture, le nombre et le siège de

leurs succursales, le capital de leurs Rapport à l'Empereur au sujet des fonds de dotation et de réserve au caisses d'épargne.

1er janvier 1856, les souscriptions par

ticulières, les subventions des conseils Sire,

municipaux, les intérêts des fonds de J'ai l'honneur de mettre sous les dotation et de réserve et les bonificayeux de Votre Majesté le completions perçues pendant l'année, les rendu des opérations des caisses d'é- frais d'administration pendant l'anpargne pendant l'année 1856.

née, et enfin le capital des fonds de Il se divise, suivant la forme ordi- dotation et de réserve au 31 décembre naire, en six tableaux.

1856. Toutefois, dans mon désir d'accroi- Les 386 caisses élablies se répartistre constamment et autant qu'il dé- saient dans toute l'étendue du terripend de mon administration l'intérêt toire de la manière suivante : que présente ce document, j'ai fait 85 étaient situées dans des chefsajouter à chaque tableau un appen

lieux de département. dice qui rappelle les résultats géné

211 étaient situées dans des chefsraux constatés dans les comptes rendus

lieux d'arrondissement. antérieurs, en remontant jusqu'au

89 étaient situées dans des chefspremier, et qui permet ainsi de suivre,

lieux de canton. année par année, le mouvement des

1 était située dans des chefs-lieux opérations et le progrès de l'institu

de commune. tion des caisses d'épargne. Sous la ré

Ces 386 caisses avaient 163 succurserve de cette addition, le compte sales établies : rendu des opérations accomplies en

15 dans des chefs-lieux d'arrondis. 1856 ne diffère, en aucune de ses par- sement, et le surplus dans des chefsties, des précédents.

lieux de capton, des communes ou

des sections de communes. I.

Il restait ainsi 1 chef-lieu de préLe premier tableau renferme l'énu. fecture et 53 chefs-lieux de sous-préfecmération des caisses autorisées au 31 ture qui n'avaient ni caisse ni succurdécembre 1856, suivant la date de sale. Cet état de choses m'a paru de na. leur autorisation.

ture à éveiller la sollicitude de l'admi

« PreviousContinue »