Page images
PDF
EPUB

portait à son sage ministre Hiérax, qui sou gne , l'an 106 avant Jésus-Christ. Quelques tenait seul tout le fardeau du gouvernement. années après , il se retira de cette ile devant A la fin pourtant, l'indignation publique se les troupes égyptiennes et passa en Phénimanifesta avec fureur , et le tyran n'eut que cie, et de là en Judée , où il battit complèle temps de s'enfuir en Cypre avec Cléopâ- tement son frère Alexandre (voyez l'article tre la jeune. Cette révolution eut lieu dans suivant), qui avait pris sa place sur le trône la dix-septième année de son règne , depuis d'Égypte. Cléopâtre conçut alors de vives la mort de son frère. Lorsqu'il apprit que inquiétudes et ordonna un grand armement Cléopâtre la mère avait été mise à la tête des de terre et de mer; mais le faible Ptolémée, affaires, il fit égorger le fils qu'il avait eu qui n'avait point cessé de la respecter , mal. d'elle et qu'il craignait de voir élever par gré tant de persécutions , voulut éviter de la alle sur le trône. Cependant il rassembla des combattre , et prit le parti de retourner en forces considérables, reconquit son royaume, Cypre, dont il se remit en possession assez ety jouit d'une paix qui ne fut presque point facilement. Il y vivait tranquille, lorsque sa altérée , jusqu'à sa mort arrivée à la fin de mère lui rappela , par de nouveaux actes de l'an 117, ou au commencement de l'an 116 fureur , que sa haine était éternelle , et le avant Jésus-Christ, 29 ans après la mort de porta à se retirer encore une fois en Syrie. son frère Philométor. Comme avant de ré. Il prit part aux troubles de ce pays, et atgoer seul en Égypte il avait déjà été dé- tendit ainsi la révolution qui devait le rétaclaré roi , et qu'il avait partagé le trône blir sur le trdne de ses aucêtres , vers l'an 88 pendant sis ans avec son frère, il compta ses avant Jésus-Christ, après la mort de Cléoannées royales à partir de son premier avès påtre et l'expulsion du parricide Alexandre. nement. Il faut donc donner à son règne une Ptolémée-Soter possédait à bon droit l'affecdarée de cinquante-trois ans entiers , com- tion des Alexandrins, qui supputèrent les pris entre l'an 170 et l'an 117 avant Jésus- années de son règne , comme s'il n'avait jaChrist. Ce tyran abominable, on le remar- mais été interrompu , et ne tinrent aucun que avec surprise, aimait les lettres, les comple du temps où la domination de sou cultivait même avec quelque succès, et pro- indigne frère avait pesé sur leurs têtes. Sotégeait les savants. Il augmenta beaucoup la ter , débarrassé bientôt de toute crainte par grande bibliothèque d'Alexandrie, fonda la mort de ce frère, fit reprendre à son plusieurs établissements du même genre, et royaume un rang honorable parmi les puisn'épargna aucune dépense pour se procurer, sances de l'Orient, grâce surtout à l'état soit des originaux , soit des copies de ma- imposant de ses forces navales. Son second nuscrits précieux. Il avait composé, au rap- règne , après son retour à Alexandrie, fut port d'Athénée, qui en parle plusieurs fois, de sept ans et six mois ; ce qui, avec son des espèces de Mémoires ou de Mélanges, premier règne et le temps de son exil en Cy. en vingt-quatre livres , relatifs en grande pre, forme un espace de trente-cinq ans et partie à l'Histoire naturelle.

six mois , comptés, dans la liste des rois, * PTOLÉMÉE VIII, surnommé Soler II, pour irente-six ans, par la raison que sa fille fils d'Évergètes II et de Cléopâtre, monta Cléopâtre, veuve de Plolémée Alexandre le, sur le trône, au grand regret de sa mère, qui lui suceéda, n'occupa le trône que six qui aurait préféré Alexandre, son second mois environ. Les années royales de Ptolefils , et qui sut du moins se réserver le pre- mée-Soter II sont donc comprises entre l'an mier rang et une part importante dans l'ad- 117 et l'an 81 avant Jésus-Christ. ministration des affaires. La mère et le fils * PTOLÉMÉE IX, surnommé Alexancomptèrent en même temps les années de dre Jer, était le deuxième fils d'Évergètes II leur double règne. Tous deux prirent part et de Cléopâtre , qui, après avoir tenté vaiaux troubles de la Syrie : la mère secourut nement de le placer sur le trône d'Égypte, Antiochus-Grypus , tandis que le fils soute- parvint à lui faire donner l'ile de Cypre avec nait Antiochus-le-Cyzicénien, et s'attirait le titre de roi , l'an 114 avant Jésus-Christ. encore par cette conduite la haine de Cléo- Sept ans plus tard , l'an 107, elle put mettre pâtre , dont son respect, ses égards et sa do à exécution son premier projet. Alexandre cilité n'avaient jamais pu lui obtenir la tint compte du temps qu'il avait administré bienveillance. L'injuste marâtre fit tant , son petit État de Cypre et voulut que la pre. que le malheureux prince fut obligé de s'en- mière année de son nouveau règne en fût fuir en Cypre , la dixième année de son rè- considérée comme la huitième. La bière et le

fils ne vécurent pas long temps en bonne in furent confondus , à cause de leur peu d'ételligence : ce dernier prit le parti de se re- tendue, dans la trente-sixième et dernière tirer en Cypre, préférant une vie tranquille année de Soter II (82-81 avant Jésus-Christ.) au pouvoir , dont le dégoûtaient les cruautés * PTOLÉMÉE XI, surnommé Aulétès , de la reine. Cependant il se rapprocha d'elle, ou le Joueur de flüte, à cause de la passion pour résister au légitime maitre du royaume; désordonnée qu'il avait pour cet instrument, inais, le danger passé, leurs divisions re- était fils naturel de Soter II. Ce fut là son commencèrent. A la fin, Cléopâtre résolut seul titre pour obtenir la couronne , que lui de faire périr ce fils trop peu docile , qui la déféra le peuple d'Alexandrie après la mort prévint par un parricide , en la dix-huitième de Bérénice et d'Alcxandre II. Il ne restait année depuis l'expulsion de Soter II. Resté plus alors en Égypte aucun descendant léainsi seul maitre du pouvoir , il ne le garda gitime de la race des Lagides. Ptolemée pas long-temps. Le mécontentement général quoique très-jeune encore , était probablele força de quitter Alexandrie , où il ne ren. ment déjà en âge de régner par lui-même. tra plus , malgré ses efforts. Il fut tué dans Les Romains persistèrent à regarder son une bataille navale. Il était, lorsqu'il fut élévation au trône comme non avenue, et le détrôné , dans la dix-neuvième année de son royaume d'Égypte comme dévolu à la répurègne en Égypte ; et il y avait vingt-sept blique, en vertu du testament réel ou supans qu'il avait reçu le titre de roi, avec la posé d'Alexandre II. Cependant ils ne pricouronne de Cypre.

rent aucune mesure pour faire valoir leurs PTOLÉMÉE X, surnommé Alexan- prétentions , et plusieurs fois la questiou de dre II, était fils d'Alexandre Jer. Lorsque savoir si l'on s'emparerait de cette proie si Ptolémée-Soter II était en Syrie et menaçait riche fut débattue dans le sénat, et presque l'Égypte d'une invasion, sa mère Cléopâtre aussitót écartée par le crédit des amis qu'enavait envoyé daus l'ile de Cos les enfants tretenait à Rome le prince égyptien. Enfin, d'Alexandre Ier, avec ses trésors. Alexan- à force d'argent, il parvint à se faire décladre II était encore dans cette ile quand son rer roi, l'an 59 avant Jésus-Christ, par le père fut tué en l'an 89 avant Jésus-Christ. sénat, désormais l'arbitre des destinées du Bientôt après, en 87, Mithridate, roi de monde. Mais son frère , qui régnait à Cypre Pont, s'étant rendu maître de l'ile de Cos, depuis qu'il possédait lui-même l'Égypte, emmena avec lui le jeune Alexandre , qui ne tarda pas à être dépouillé de son petit passa dans le camp de Sylla en l'an 84, et se État par un autre acte de la même volonté mit sous sa protection. La mort de Soter II, souveraine. Cette usurpation excita l'indi. arrivée en 81, laissant la couronne d'Égypte gnation des Alexandrins , qui , après avoir entre les mains de sa fille Bérénice, nommée essayé vainement de détacher le lâche Auaussi Cléopâtre, veuve d'Alexandre ser, létès de l'alliance des Romains , se révollèSylla résolut de faire valoir les droits de son rent contre lui et le mirent dans la nécessité protégé, qui devait avoir alors une tren- d'aller à Rome mendier des secours. Il y taine d'années, et qui était le dernier des- avait un an qu'il était reconnu par le sénat. cendant måle de la race des Ptolémée. Le Ses sujets , ignorant qu'il était passé en Itajeune prince , déclaré roi par un décret du lie et le croyant mort, placèrent sur le trône sénat, partit aussitôt pour Alexandrie, où ses filles aînées , Cléopâtre-Tryphène et Béil épousa la reine Bérénice-Cléopâtre , sa rénice. La première de ces deux princesses belle-mère. A peine était-elle devenue sa mourut après un an de règne environ , et la femme , qu'il la fit assassiner. Le peuple et seconde ne régna pas plus de deux ans seule. les soldats, également indignés de sa cruau Les trois années royales des filles d'Aulétés té, le massacrèrent dans le gymnase d'A- comptèrent de 58 à 55 avant Jésus-Christ. lexandrie, après un règne de dix-neuf jours, Il en résulte que ce monarque déchu fut abselon le témoignage formel d'Appien et de sent de l'Égypte pendant trois ans environ. Porphyre. Leurs expressions sont tros pré- Pendant tout ce temps, il intrigua pour tises pour laisser la moindre incertitude sur obtenir les moyens de recouvrer ses États. ce point. Les modernes qui ont soutenu une Plusieurs fois il fut sur le point de réussir; opinion différente ont été trompés par des mais il était réservé à Gabinius , gouverneur passages de Cicéron et de quelques autres de Syrie et lieutenant de Pompée, de faire auteurs , qu'ils ont mal entendus. Les règnes rentrer ce prince en Égyple par la force des d'Alexandre II et de sa belle-mère Bérénice armes, l'an 55 avant Jésus-Christ. Le pre

mier acte d'Aulétès fut de faire périr sa fille venu, avec des forces imposantes , le tirer Bérénice, et avec elle les personnes les plus de cette position ficheyse. Ce fut au tour du distinguées, et surtout les plus riches de la jeune Ptolemée de trembler pour sa cou. ville , pour pouvoir payer les services de “ronne et pour sa vie. Il perdit l'une et l'auGabinius , qui avait agi sans l'autorisation tre, en se noyant dans le Nil, après une du sénat et par l'espoir d'une brillante ré- bataille perdue. Il avait compté quatre ancompense. Ptolémée régna encore trois an nées révolues de règne (du 5 septembre 52 nées environ. Ses années royales comptèrent au 4 septembre 48 avant Jésus-Christ), et de 81 à 52 avant Jésus-Christ. Le célèbre mourut dans la cinquième (entre le 4 sepantiquaire Baudelot de Dairval a publié une tembre 18 et le 4 septembre 17). histoire de ce prince , Paris , 1796, in-12. * PTOLÉMÉE XIII, frère et successeur

* PTOLÉMÉE XII, l'ainé des fils de du précédent, était le deuxième fils de PtoProlémée-Aulétės, n'avait que treize ans lémée-Aulétès. Il n'avait que douze ans enlorsqu ́il succéda à son père , tandis que sa viron , quand il fut associé par César à säur, la fameuse Cléopâtre, appeléc à ré- Cléopâtre comme époux et comme roi. Ou gner conjointement avec lui, avait déjà dix- pense bien qu'un si jeune souverain n'eut sept ans , et se trouvait en état de gouverner qu'un vain titre, et que tout le pouvoir resta elle-même. La guerre civile ayant éclaté en- entre les mains de sa sæur. En lan 46 ils tre César et Pompée, celui-ci crul pouvoir firent tous deux le voyage de Rome , et y compter sur Ptolemée et Cléopâtre, enfants surent admis au nombre des alliés de la ré. d'un roi qu'il avait fait placer sur le trône publique. On ne sait rien de plus sur Ptopar son lieutenant Gabinius. Cléopâtre ré- lémée XIII, sinon qu'il mourut avant d'apondit par des services importants à cette voir pu prendre part aux affaires, dans la confiance du général romain ; mais les tu. huitième année du règne de Cléopâtre, et teurs de son jeune frèrc, jaloux de la voir dans la quatrième du sien. Il fut empoisonné, exercer son autorité en reine , excitèrent dit-on, pur les ordres de cette princesse. contre elle une sédition dans Alexandrie, et Ses années royales doivent être comptées de la forcèrent d'aller chercher en Syric un l'an 18 à l'an 44 avant Jésus-Christ. asile et une armée. Ce fut dans ces circon * PTOLÉMÉE XIV, prince connu sous stances qu'eut lieu la bataille de Pharsale, le nom de Césarion, naquit, en l'au 47 suivie bientot après de la mort de Pompée, avant Jésus-Christ, de l'union illégitime de lâchement assassiné par les ordres du jeune Jules-César et de Cléopâtre. Les écrivains Ptolémée, et de l'arrivée dé César dans la modernes ne l'ont pas admis au nombre des capitale de l'Égypte. Ce dernier n'avait au- souverains de l'Égypte ; mais ils ont eu tort. cun motif honorable d'y prolonger son sé. Les monuments s'accordent avec les témoijour; mais les vents contraires , ou plutôt sa gnages de l'histoire pour lui donner le titre passion pour Cléopâtre, l'y retinrent. Le de roi , que sa mère obtint pour lui , en l'an faste qu'il y déploya et le désir qu'il mani- 42 avant Jésus-Christ , des triumvirs , bérifesta de régler, comme seul arbitre, les tiers et vengeurs de César. Marc-Antoine différends du roi avec sa sæur Cléopâtre, alla même jusqu'à le reconnaitre publiquemécontentèrent les Égyptiens; et bientôt il ment pour le véritable fils de César , prése vit assiégé dans ses quartiers , à Alexan- tendant que Cléopâtre avait été femme ledrie, par une population furieuse , à laquelle gitime du dictateur. En l'an-32 avant Jésusvint se joindre l'armée commandée par Christ, le jeune prince fut déclaré roi des Achillas. César, ayant reçu quelques ren rois ; mais l'année suivante , après la défaite forts et obtenu sur ses ennemis de faibles et la mort d'Antoine , il fut conduit à Rhoavantages , entra avec eux en pourparlers, des par son précepteur Théodore. Ramené et crut acheter la paix en leur rendant leur de là en Égypte par cet homme perfide , il roi , qu'il avait gardé jusqu'alors dans une fut livré à Auguste, qui le fit périr en l'an captivité honorable. Ce prince , à peine mis 30 avant Jésus-Christ. Césarion avait alors en liberté, s'abandonna à toute sa fureur environ dix-huit ans. contre les Romains, et la guerre recom

PTOLÉMÉE , surnommé Philadelphe, mença sur terre et sur mer. Il est probable fils d'Antoine et de Cléopâtre, fut déclaré que César aurait fini par succomber dans par son père , en l’an 32 avant Jésus-Christ, une lutte aussi inégale , si Mithridate, de souverain de la Syrie, de la Phénicie , de la Pergame, fils du grand Mithridate , ne fût Cilicie et de toutes les régions comprises

entre l'Euphrate et l'Hellespont; mais il ne bonne grâce son royaume. Ce prince préféra jouit jamais des États qui lui avaient été as finir ses jours par le poison. Ses richesses signés, et fut bientôt enveloppé dans la furent envoyées à Rome, et l'ile de Cypre mauvaise fortune d'Antoine. Cependant, fut annexée comme province au gouvernecomme un fils du triumvir était moins à ment de Cilicie. craindre qu'un fils du dictateur, il n'éprouva

* PTOLÉMÉE, surnommé Aloritès, roi pas le sort de Césarion. Après avoir servi, de Macédoine , fils naturel d'Amyntas III, avec son frère Alexandre et sa scur Cléo- dont il épousa la fille légitime , appelée påtre , au triomphe d'Auguste, il alla vivre Euryone , avait inspiré une violente passion en Numidie auprès du roi · Juba, devenu à sa belle-mère Euridice, qui mit tout en son beau-frère. Ce prince avait obtenu en cuvre pour lui assurer le trône. Un premier échange de son royaume la Mauritanie tout complot fut ourdi par elle, dans ce but, du entière , il parait que les frères de sa femme vivant même d'Amyntas, à qui Euryone le l'y suivirent; mais, à partir de cette épo- dévoila. Lorsque la mort de son père eut que , il n'est plus parlé d'eux.

appelé Alexandre II sur le trône, PtoléméePTOLÉMÉE, roi de la Mauritanie , né Aloritès chercha encore à se créer un parti; de Juba II et de Cléopâtre-Sélène , fille de mais un secours qu'envuyèrent au roi les Marc-Antoine et de la fameuse Cléopâtre, Thébains réduisit les révoltés, et ce ne fut monta sur le trône vers l'an 19 ou 20 de l'ère qu'après l'assassinat d'Alexandre (l'an 371 chrétienne , sous le règne de Tibère. Il ne ayant Jésus-Christ) que Ptolémée réussit à se fit guère remarquer que par son goût se faire reconnaitre roi, en enlevant à Perpour les plaisirs et son attachement pour les diccas une partie de ses États, que lui avait Romains, auxquels il fournit des secours aussi disputés Pausanias, prince de la fadans leur guerre contre Tacfarinas (voyez mille royale. Ptolemée ne conserva l'auloce nom). En récompense de ce service, il rité souveraine qu'environ trois ans, c'est-àreçut du sénat , l'an 26 , les ornements triom. dire jusqu'à l'époque où Pélopidas, pris phaux. Étant renu à Rome sous Caligula , il pour arbitre de ces differends, déclara que excita , par ses habillements magnifiques et la couronne appartenait à Perdiccas. L'hispar ses richesses, la jalousie et la cupidité toire ne fait plus mention de Ptolémée-Alode ce tyran, qui le fit assassiner. Les deux ritès , à partir de cette époque. On sait seuMauritanies devinrent provinces romaines lement qu'il se soumit à la décision du en l'an 40. Ce ne fut cependant pas sans ré- général thébain , qui, pour prévenir de sistance. Édémon , un des affranchis de Pto nouveaux troubles , emmena comme otages lémée, voulut venger la mort de son souve dans sa patrie Philoxène , fils de Ptolemée , rain , et alluma une guerre qu'on eut bien et le jeune Philippe , frère de Perdiccas. de la peine à éteindre.

PTOLÉMÉE, surnommé Apion, c'est* PTOLÉMÉE , fils naturel de Ptolémée-à-dire le Maigre, roi de la Cyrénaïque, Gils Soter II , fut reconnu roi de l'ile de Cypre de Ptolémée-É vergètes II et d'Irene , sa mai. l'an 81 avant Jésus-Christ, dans le même tresse, fut, par le testament de son père, temps que Ptolémée-Aulétès , son frère, mis en possession de la Cyrénaïque et de montait sur le trône d'Égypte. Loin d'imiter toute la partie de la Lybie dépendante de la prévoyance de celui-ci, en sollicitant l'al- l'Égypte. Après un règne d'environ vingt liance des Romains, il affecta au contraire ans, et dont on ignore les actes, il mourut envers la république un dédain qu'il nc l'an 96 avant Jésus-Christ , léguant ses États tarda pas à expier. Il avait refusé de payer au peuple romain. Le sénat ne voulut point plus de deux talents pour le rachat de P. Clo se prévaloir de ces dispositions, et ce ne fut dius , tombé aux mains de pirates en se ren- que pour y faire cesser des troubles sans fin, dant de la Syrie en Cilicie. Relâché par eux qu'environ vingt ans plus tard les Romains sans rançon et devenu tribun du peuple , réduisirent en provinces les petites républi. celui-ci, pour punir ce qu'il appelait l'ava- ques de la Cyrénaïque. rice de Ptolémée , fit rendre un plébiscite * PTOLÉMÉE, surnommé Céraunus ou prononçant la réduction de Cypre en pro- le Foudre, roi de Macédoine , fils'ainé de vince et la mise des biens du roi à l'encan. Ptolémée-Soter et d'Eurydice, quitta l'ÉCaton, nommé questeur pour l'exécution de gypte, où il se voyait réduit à la condition cet arrêt du peuple romain , s'efforça yaine- de sujet par la préférence que son père vement de déterminer Ptolémée à résigner de nait d'accorder aux enfants qu'il avait eus

Ptolémée passa

je Bérénice , et se rendit en Thrace auprès et lui-même tomba percé de coups sur le de Lysimaque , dont le fils ainé, Agathocle, champ de bataille l'an 280 avant Jésusétait son beau-frère. Arsinoë, belle mère de Christ. Il avait occupé un an et cinq mois le ce dernier prince , ayant réussi, par d'odieu- trône de Macédoine , où monta après lui son ses machinations, à le perdre dans l'esprit frère Méléagre, qui ne s'y maintint que du roi, son père , qui le fit mettre à mort, deux mois. à la cour de Syrie (environ

* PTOLEMÉE, dynaste, et probablement l'an 284 avant Jésus-Christ ) avec sa sœur grand-prêtre de Chalcidène, dans le mont Lysandra, veuve d'Agathocle, les enfants Liban, régnait vers l'an 86 avant Jésusqu'elle en avait eus , et Alexandre, son Christ , ayant succédé à Mennéus, son père, beau frère consanguin. Ils furent accueillis l'un des petits souverains qui se partagèavec honneur par Séleucus - Nicator , qui rent la Syrie après la chute des Séleucides. promit à Ptolemée-Céraunus de le placer sur Ce fut pour réprimer les fréquentes incurle trône d'Égypte après la mort de son père. sions qu'il faisait sur le territoire de Damas, Ces circonstances devinrent le prétexte d'une que les principaux citoyens de cette ville la guerre qu'à l'instigation de Ptolémée-Phi- placèrent sous l'autorité d'Arétbas , roi des ladelphe, frère de Céraunus, le vieux Ly- Nabathéens , et le roi des Juifs Aristobule simaque déclara à Séleucus. On sait que le entreprit aussi, mais sans succès, de le premier perdit la victoire et la vie dans les combattre. En l'an 63, Ptolémée acheta plaines de Couroupedium. Mais ce fut en l'alliance ou plutôt la protection de Pomvain que Céraunus réclama alors la promesse pée , vainqueur de Mithridate , moyennant que lui avait faite le roi de Syrie. Outré de la somme de 1,000 talents ( environ 6 mildépit , il se vengea de son refus en le poi- lions ), et plus tard, le général romain ayant guardant , et enfin se fit proclamer roi, dépouillé la famille d'Aristobule de la souaprès avoir été ceindre le diadème à Lysi- veraineté des Juifs , il donna aux malheumachie. Il défit ensuite Antigonus-Gonatas, reux restes de celte famille un asile dans qui prétendait lui disputer sa proie, obtint ses États. Son fils Philippion s'était épris un égal avantage sur un des fils de ce prince, d'Alexandra, l'une des filles d'Aristobule ainsi que sur le roi d'Illyrie Monunius,' et qu'il avait été chargé de conduire, ainsi que demeura tranquille possesseur de la cou son frère Antigone et leur mère, d'Ascalon ronne de Macédoine. Céraunus ne négligea à la cour de Chalcidène : Ptolémée, qui rien pour affermir au dehors sa puissance, conçut aussi pour cette princesse une vioqu'il cimenta au dedans par des actes qui lente passion, fit donner la mort à son fils lui concilièrent l'affection des peuples. Il pour épouser celle qu'il aimait éperduement. cnvoya un ambassadeur proposer à son frère Il mourut vers l'an 41, après avoir , de conl'oubli de leurs querelles , s'assura de l'al- cert avec Marion , tyran de Tyr, reconduit Jiance de Pyrrhus en lui donnant sa fille en en Palestine Antigone, devenu son beaumariage, et noua aussi habilement des re frère. Il laissa sa souveraineté à son fils Lylations amicales avec Antiochus et Antigone- sanias, que Marc-Antoine fit mettre à mort Gonatas. Il put alors accomplir impunément en l'an 36 avant Jésus-Christ , sous le prétexte les sanglants projets que la politique lui quil avait pris parti pour les Parthes lors avait fait différer , et il immola sans pitié les de l'expédition de Pacorus en Syrie. La Gils de Lysimaque. Cependant des hordes Chalcidène fut alors donnée à Cléopâtre. gauloises commençaient à porter l'épouvante

PTOLÉMÉE (Claude), Klævores lleoau sein de la Thrace et de la Grèce. Le roi de pescos, le plus célèbre, sinon le plus grand de Macédoine, se croyant assez fort pour des astronomes de l'antiquité, et celui dont repousser ces conquérants nomades, traita le nom, objet autrefois d'une sorte de culte, avec fierté les ambassadeurs que ini avait sert maintenant à désigner le système déchu envoyés Belgias, leur chef , et qui lui of- de l'immobilité de la terre, florissait vers fraient la paix au prix d'un subside. Il refusa l'an 125 et jusqu'à l'an 135 de notre ère. Le même un secours de 20,000 hommes que lui licu de sa naissance est inconnu (car c'est voulait envoyer le roi des Dardaniens. L'é- par méprise qu'on a cru qu'il était de Pévénement ne justifia point la présomption luse ), et les savants ne s'accordent même de Céraunus; car, peu de temps après, pas sur la question de savoir où il exécuta obligé d'accepter le combat, il vit ses trou- les travaux qu'il nous a transmis , bien qu'il pes brusquement assaillies par les Gaulois, semble certain que sa résidence habituelle

« PreviousContinue »