Page images
PDF
EPUB

l'officier le plus ancien. Le chef de quart est Les officiers qui ne sont point chefs de un lieutenant de vaisseau , toutes les fois quart sont répartis aussi également que posque le nombre des ofliciers de ce grade, em sible entre les divers quarts; l'un d'eux, barqués sur le bâtiment n'est pas inférieur d'ordinaire le plus ancien, est second de à celui des quarts prescrits ; à défaut de lieu. quart et a son poste sur le gaillard d'avant; tenants, les enseignes sont chefs de quart. les autres officiers se placent aux postes qui

L'officier chef de quart doit être en uni- leur ont été désignés par le capitaine. L'offiforme , armé et décoré de son hausse-col. Il cier second de quart fait les rondes ordonne peut, sous aucun prétexte, quitter le nées dans les batteries et dans l'entrepont; pont pendant la durée de son service, à il est, en outre, chargé de s'assurer de la moins qu'il ne soit remplacé par un autre propreté de la chaudière et des autres usofficier chef de quart. Il répond de la sûreté tensiles destinés à la cuisson des aliments de du bâtiment et du maintien de l'ordre de l'équipage. Avant la distribution, ces aliservice établi à bord. Il est également res ments doivent toujours être dégustés par ponsable de l'exécution des ordres qu'il a l'officier chef de quart. reçus du capitaine ou de l'officier en second , Les élèves et volontaires sont répartis enet doit les faire avertir l'un et l'autre dans tre les divers quarts d'officiers. Le plus anles cas imprévus. Si , dans des circonstances cien d'entre ceux d'un mème quart a tonurgentes, il a dů prendre sur lui d'ordonner jours son poste sur le gaillard d'avant; les des manæuvres, mouvements et autres dis- autres sont placés en différents endroits du positions , la responsabilité en retombe en- pont; ils sont chargés de maintenir l'ordre tièrement sur lui; et cette responsabilité est et le silence parmi les hommes de quart, et tellement positive et réelle, que, dans une de les faire se porter avec célérité aux maarmée, escadre ou division navale, le chef næuvres sur lesquelles ils doivent agir. Les d'état-major fait dresser un tableau au élèves de quart sont en outre employés à moyen duquel l'amiral, ou le commandant, transmettre les rapports de l'officier chef de peut toujours connaitre l'officier qui est chef quart au capitaine, et réciproquement les de quart à bord de chacun des bâtiments, à ordres du capitaine à cet officier. toute heure de jour et de nuit. En un mot, Les maîtres sont attachés , pour le quart , l'officier chef de quart a le commandement aux différentes bordées de l'équipage, à effectif du bâtiment pendant les quatre heu- l'exception du premier maitre de manoeuvre, res que dure son service , sauf les cas extra- du premier maitre de canonnage, et du preordinaires où il doit réclamer l'intervention mier maitre de timonoerie, qui font toujours du capitaine.

le dernier quart de nuit, c'est-à-dire celui Lorsque le capitaine est présent sur le de quatre à huit heures du matin. Le capipont, l'officier chef de quart ne doit faire taine d'armes et le maître arıurier-forgeaucune manæuvre, ou mouvement de voiles, ron, ne font pas habituellement de quart. sans avoir pris son autorisation. Toutes les fois Voici les principales dispositions en usage que le capitaine commande lui-même, ce qui aujourd'hui pour le changement de quart a lieu dans les appareillages et mouillages, pendant la nuit. Les hommes qui prennent pendant le combat, et généralement daus · le quart devant être rendus à leur poste au toutes les circonstances importantes, l'officier moment précis où leur service doit commenchef de quart remet le service à l'officier de cer; quelques minutes à l'avance, on envoie manquvre. Ce dernier , que le capitaine les quartiers-maitres dans les batteries et choisit dans tout l'état-major (à l'exception dans l'entrepont éveiller les hommes. Ceuxdes deux plus anciens officiers investis de ci se lèvent et s'habillent en diligence, plient droit du commandement des deux premières leur hamac, le transtilent dans la forme batteries), a pour fonctions de répéter les prescrite (voyez Hamac), et le décrochent commandements généraux du capitaine, et de manière à ce qu'il ne reste suspeudu de faire lui-même les commandements de qu'au crochet placé à l'une des extrémités du détail qu'exige l'exécution d'un ordre géné- poste de couchage, puis ils montent sur le ral. Le poste de l'officier chef de quart est pont. L'officier de quart fait faire l'appel des sur le gaillard d'arrière; mais cet officier hommes de la première bordée. Cet appel se peut, sans toutefois quitter le pont, se por- fait par numéro , el chaque homme du quart ter partout où il juge sa présence nécessaire qui finit doit attendre, pour quitter son pour faire exécuter ses ordres.

poste, que celui dont le numéro correspond

[ocr errors]

au sien ait répondu. Après l'appel, les hom. QUARTE. ( Musique.) On désigne en mumes sont répartis où le besoin du service sique, par une dénomination numérique, l'exige, et l'on place les vigies sur le beau- la distance qui existe entre deux sons diffépré et sur des bossoirs. Le jour, les vigies rents. Cette distance se calcule toujours du sont placées sur les parties élevées de la mâ- grave à l'aigu : ainsi la quarte d’ul est fa, ture. Les hommes qui quittent le quart doi- celle de ré est sol, celle de mi est ln , etc. vent descendre , et se coucher sans bruit. Comme nous avons dans notre système muLorsqu'ils ont été exposés à l'humidité, ils sical deux espèces d'échelles ou gammes, sont tenus de changer de vêlements, et au- la majeure et la mineure , les différents placun d'eux, dans ce cas, ne peut se mettre cements des tons et des demi - tons dans au lit, sans avoir passé un pantalon de toile, chacune de ces échelles donnent donc, par qui est , à cet effet, conservé dans le hamac. leurs combinaisons diverses , des quartes de Les élèves et les maîtres de leur bordée sont nature dissemblable. Elles sont au nomchargés de veiller à la stricte exécution de bre de trois , la quarle inaltérée, la quarte cette mesure sanitaire,

augmentée et la quarte diminuée. Tel est, en général, le mode dont se fait La quarte inaltérée contient en somme, le quart à bord des bâtiments de la marine dans le genre diatonique, une valeur de deux française. Sur les navires marchands , le tons pleins et d'un demi ton; ce qui donne

quart se fait en imitant ( d'aussi près que le pour le genre chromatique une succession • comporte la composition de l'état-major et de cinq demi-tons.

de l'équipage) ce qui se pratique sur les La quarte augmentée contient en somme, vaisseaux de guerre.

dans le genre diatonique, une valeur de trois Le mot quart s'emploie aussi en marine tons pleins , et c'est probablement pour cette comme synonyme de rhumb, et l'on dit in- raison qu'anciennement l'on avait donné à différemment rhumb ile r'enl ou quart de cet intervalle le nom de triton ou trois tons ; vent; ce qui doit paraitre bizarre , et même ce qui , pour le genre chromatique , donne absurde au premier abord , puisque chaque une succession de six demi-tons. rhumb n'indique qu'une des trente - deux La quarte diminuéc contient en somme, divisions du cercle formé par la rose des dans le genre diatonique, une valeur de vents. Cependant , en y réfléchissant, on voit .deux tons; ce qui donne, pour le genre que cette dénomination a dù provenir de ce chromatique, une valeur de quatre demique la distance d'un rhumb à un autre i et tons. c'est proprement cette distance qu'on nomme Dans notre système d'harmonie , la quarte quart) est le quart de l'angle que font entre est tour à tour considérée comme dissonante elles deux consécutives des huit principales et comme consonnante; ce qui en fait véridivisions du compas , savoir : les quatre points tablement un intervalle amphibie: car, dans cardinaux, nord, est, sud, ouest, et les certains accords , cet intervalle ne peut se quatre médiaux, nord-est , sud-est, sud- faire entendre qu'avec préparation sans ouest, nord-ouest.

blesser l'oreille, tandis que dans d'autres Il y avait autrefois sur le gaillard d'arrière étant altaqué de prime abord, il produit un des vaisseaux et frégates un banc, nommé bon effet.

Dans les accords où les intervalles sont banc de quart, sur lequel le capitaine se plaçait debout pendant le combat, et toutes échelonnés dans les proportions suivantes : les fois qu'il commandait en personne. Il

1-4 – 8; servait de même à l'officier chef de quart Ou 1 pendant son service. Ce banc a été supprimé Ou 1 4 7;

Ou 1

5 depuis une quarantaine d'années; on a supprimé de même le coffre d'armes qui postė Ou 1 4

9;

Ou 1 4 rieurement en tenait lieu.

5

Ou 1 5 7 9 On appelait quart de nonante un instru

11;

Ou 1 5 7 9 ment qui servait, dans les observations nautiques , à mesurer la hauteur du soleil. dans ces accords, On n'en connait plus guère aujourd'hui que ou la onzième, qui n'est que la réplique à le nom; d'autres instruments plus parfaits l'octave, est considérée comme dissonante, l'ont remplacé. (Voyez Pilotage.) et son emploi doit subir les lois de la prépa

PARISOT. ration.
Tome 19.

28

[ocr errors]

4 - 5;

[ocr errors]

7 – 9;

11 – 13; disons-nous, la quarte

[ocr errors]

- 6;

sonnances.

Dans les accords où les intervalles sont tutes, livre 3, titre 28; et, comme l'on voit , échelonnés dans les proportions suivantes : il expliquait bien ce que n'est point le quasi

1
4 - 6;

contrat , mais non pas ce qu'il est réellement. Ou 1 2 4

Les rédacteurs du Code civil ont cherché Ou 1 5 4 6;

à réparer le vice de cette définition; mais la quarte alors prend rang parmi les con- l'ont-ils réparé effectivement ? « Les quasi

» contrats (ont-ils dit, art. 1351) sont les Dans les accords où la quarte ne se ren

» faits purement volontaires de l'homme, contre qu'entre les parties supérieures , » dont il résulte un engagement quelconque comme, par exemple, dans mi, sol, ut, sol » envers un tiers, el quelquefois un engageet ut donnent bien un intervalle de quarte, » ment réciproque des deux parties..... " mais, comme sol est accompagné de sa D'après cette délinition, prise à la lettre , il tierce en dessous, cet accord est, après l'ac- n'y aurait point de différence entre les concord parfait, le plus consonnant de tous, trats tacites et les quasi-contrats; et ce serait et même il offre seul la faculté de pou: comme dérivant d'un quasi-contrat , que l'on voir l'employer en progression harmonique devrait considérer la communauté existante ascendante ou rétrograde, et par degrés entre deux époux qui se sont mariés sans conjoints , tels que mi, sol, ui;fa , la , ; régler , par un acte exprès, leurs droits sol , si, mi; la , ut, fa; si ,, sol; ut, mi, nuptiaux respectifs ; et cependant il est cerla; , fa, si; mi , sol , ul; , fu, si; ut, tain que ce n'est point par un quasi-contrat, mi , la; si, , sol ; la , ut , fa ; sol, si, mais par un contrat tacite que cette commumi; fa , la , ; mi, sol , ut. Ces suites nauté s'établit. d'harmonie produisent toujours le plus doux Quoi qu il en soit, les deux esemples que et le meilleur effet, et il n'est pas de compo- le Code civil nous donne, d'après les lois rositeur qui n'en ait fait un heureux emploi. maines , de ce qu'il appelle les quasi-conPourtant il faut toujours dans ses suites, trats , suffisent pour en indiquer la nature, dites de sexte simple , placer les deux inter- et faire connaitre en quoi ils diferent des valles des parties supérieures à distance de contrats tacites. Voici ses termes : quarte; car le renversement desdites parties « Art. 1372. Lorsque volontairement on supérieures ne changerait pas la nature de gère l'affaire d'autrui , soit que le proprićl'accord. Mi, ut, sol donnent bien les taire connaisse la gestion , soit qu'il l'ignore, mêmes sons que mi , sol , ul; mais le chan- celui qui gère contracte l'engagement tacile gement de disposition des parties donnant de continuer la gestion qu'il a commencée, un intervalle de quinte, qui est le renver et de l'achever jusqu'à ce que le proprietaire sement de la quarte, la progression de sexte, soit en état d'y pourvoir lui-même; il doit indiquée ci-dessus, deviendrait impratica- se charger également de toutes les dépenble, et donnerait une suite de quinte par de- dances de cette mème affaire. grés conjoints; ce qui est une faute grave. » Il se soumet à toutes les obligations qui

Voyez aux articles Consonnance, Disso- résulteraient d'un mandat exprès que lui auBANCE, CONTREPOINT, etc., etc., etc. rait donné le propriétaire.

BERTON. » 1373. Il est obligé de continuer sa gesQUASI-CONTRAT. (Législation.)Terme tion, encore que le maitre vienne à mourir emprunté du droit romain , et adopté par le avant que l'affaire soit consommée, jusqu'à Code civil.

ce que l'héritier ait pu en prendre la diLe droit romain ne le définissait que d'une rection. manière très-imparfaite , il se bornait à dire » 1374. Il est tenu d'apporter à la gestion qu'indépendamment des obligations formées de l'affaire tous les soins d'un bon père de par de véritables conventions , et de celles famille. qui résultent des délits , il y en a d'autres qui » Néanmoins les circonstances qui l'ont naissent des quasi - contrats : Post genera conduit à se charger de l'affaire peuvent contracluum enumerata , despiciamus etiam autoriser les juges à modérer les dommages de iis obligationibus qure quidem non pro et intérêts qui résulteraient des fautes ou de priè nasci ex contractu intelliguntur, sed la négligence du gérant. tamen quia non ex maleficio substantiam » 1375. Le maitre , dont l'affaire a été capiunt, quasi ex contractu nasci videntur. bien administrée doit remplir les engageAinsi s'exprimait Justinien dans ses Insti- ments que le gérant a contractés en son nom,

l'indemniser de tous les engagements per » 1383. Chacun est responsable du domsonnels qu'il a pris , et lui rembourser toutes mage qu'il a causé, non-seulement par son les dépenses utiles et nécessaires qu'il a fait, mais encore par sa négligence ou par faites.

son imprudence. » 1376. Celui qui reçoit par erreur ou » 1384. On est responsable, non-seulement sciemment ce qui ne lui est pas dû , s'oblige du dommage que l'on cause par son propre à le restituer à celui de qui il l'a indûment fait, mais encore de celui qui est causé par reçu.

le fait des personnes dont on doit répondre, » 1377. Lorsqu'une personne qui , par er ou des choses qu'on a sous sa garde. reur, se croyait débitrice, a acquitté une » Le père, et la mère après le décès du dette , elle a le droit de répétition contre le mari, sont responsables du dommage cause créancier.

par leurs enfants mineurs habitant avec eux. » Néanmoins ce droit cesse dans le cas où » Les maitres et les commettants, du le créancier a supprimé son titre par suite dommage causé par leurs domestiques et du paiement , sauf le recours de celui qui a préposés dans les fonctions auxquelles ils payé contre le véritable débiteur.

les ont employés. » 1378. S'il y a eu mauvaise foi de la part Les instituteurs et les artisans, du de celui qui a reçu , il est tenu de restituer, dommage causé par leurs élèves et apprentis tant le capital que les intérêts ou les fruits, pendant le temps qu'ils sont sous leur surdu jour du paiement.

veillance. •» 1379. Si la chose indûment reçue est un » La responsabilité ci-dessus a lieu, à immeuble ou un meuble corpocel, celui qui moins que les père et mère , instituteurs et l'a reçue s'oblige à la restituer en nature , si artisans, ne prouvent qu'ils n'ont pu empêelle existe, ou sa valeur , si elle est périe ou cher le fait qui donne lieu à cette responsadétériorée par sa faute ; il est mème garant bilité. de sa perte par cas fortuit , s'il l'a reçue de » 1385. Le propriétaire d'un animal, ou mauvaise foi.

celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son » 1380. Si celui qui a reçu de bonne foi a usage, est responsable du dommage que vendu la chose, il ne doit restituer que le l'animal a causé, soit que l'animal fût suus prix de la vente.

sa garde , soit qu'il fût égaré ou échappé. » 1381. Celui auquel la chose est restituée, » 1386. Le propriétaire d'un bâtiment est doit tenir compte , même au possesseur de responsable du dommage causé par sa ruine, mauvaise foi, de loutes les dépenses néces- lorsqu'elle est arrivée par une suite de défaut saires et uliles qui ont été faites pour la d'entretien ou par le vice de sa construcconservation de la chose. >>

tion, La conséquence de ces diverses disposi Au surplus, il est des quasi-délits que la tions est évidemment, comme le dit très-, loi ne punit pas seulement par des dommabien M. Toullier ( Droit civil français, ges-intérêts au profit des parties lésées, mais tom. 11, no 112) « que tout fait licite quel- auxquels elle applique des peines de simple » conque de l'homme, qui enrichit une per- police , et même des peines correctionnelles. » sonne au détriment d'une autre, sans in- (Voyez les art. 319, 320, 471 et suivants du » tention de la gratifier , oblige celle qui se Code pénal. Voyez Crime et Délit. ) » trouve enrichic, de rendre la chose ou la o somme tournée à son profit, et forme ce QUATREMAIRE ( dom Jean-Robert),

qu'on appelle improprement un quasi-con- religieux bénédictin , né à Courzeraux , dans » Irat, » ( Voyes Contrat.) Millox. le diocèse de Séez, en 1611, se signala par

QUASI-DÉLIT. (Législation.) Le Code deux écrits très-vifs en latin ( Paris, 1540 civil, à l'exemple du droit romain , appelle et 1650, in-8° ) contre Naudé, qui soutenait ainsi tout fait qui , sans malignité ni dessein que Gerson n'était pas l'auteur de l'Imitade nuire, mais par imprudence, faute ou tion (voye: Naudé). Appelé par ses supénégligence , cause quelque dommage à au- rieurs à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, trui , ct emporte l'obligation de le réparer. il en défendit les priviléges contre Launoy, De là, les articles suivants de ce Code : dans deux dissertations, publiées, la pre

a 1332. Tout fait quelconque de l'homme, mière en 1657, in-8°, la seconde en 1668, qui cause à autrui un dommage, oblige celui in-40. Une troisième parut en 1659 , égalepar la faute duquel il est arrivé à le réparer. ment pour désendre les droits de l'abbaye de

MILLON.

[ocr errors]
[ocr errors]

MOZIN.

*

Saint-Médard-de-Soissons. Est-ce à Quatre- d'une famille patricienne, professa avec dismaire qu'on doit le recueil des ouvrages sur tinction la philosophie à Wittemberg , fut la grace et la predestination ? Les opinions nommé directeur du pensionnat du collège ne s'accordent pas sur ce point. Ce savant électoral, et, en récompense de ses services bénédictin, étant à l'abbaye de Ferrières, dans l'enseignement, obtint la prevôté de en Galinais, pour y prendre les bains, se l'église de Tous-les-Saints. Il mourut en 1688. noya en l'an 1671. On peut consulter, pour QUENTEL ( PIERRE ), imprimeur de la liste de ses ouvrages, la Bibliothèque de Cologne , mort vers la fin du 16e siècle, D. Lccerf, et l'Histoire littéraire de la con s'est fait un nom par ses éditions nombreugrégation de Saint-Maur, par D. Tassin. ses et recherchécs, entre autres, celle des QUAUHTEMOTZIN. Voyez Guati OEuvres de Denis-le-Chartreux en 21 vol.

in-fol. QUEBOOREN (Crispin), graveur fla * QUENTIN ( SAINT), regardé comme mand du 18e siècle, a laissé plusieurs por- l'apôtre de la ville d'Amiens et du Vermantrails estimés, entre autres celui de Guil- dois , y souffrit, à ce que l'on croit, le marlaume Jer, prince d'Orange, et celui du tyre durant la persécution de Dioclétien cardinal Infant, d'après le célèbre Van

en 287. Dyck.

* QUER-Y-MARTINEZ (Joseph), bota* QUELLIN (ÉBASME), peintre flamand, niste espagvol, né à Perpignan en 1695, fut né à Anvers en 1607 , étudia d'abord la phi- d'abord employé , en qualité de chirurgienlosophie avec succès, mais sans aucun goût, major, dans les armées espagnoles , et prodevint ensuite l'un des élèves distingués de fita des différenis voyages qu'il fit avec son Rubens , et mourut en 1676. Ses principaux régiment, dans les provinces orientales de ouvrages sont dans sa ville natale.- 11 eut l'Espagne, sur les cotes d'Afrique, etc., pour un fils nommé Jean-Érasme, dont on con- recueillir un grand nombre de plantes et de serve quelques tableaux dans plusieurs gale- graines, desquelles il forma dans la suite un ries d'Italie. — Artus Quellin , de la famille jardin botanique, où il réunit en peu d'andes précédents , né à Anvers en 1630, mort nées plus de deux mille espèces. Cet établisen 1716, a exécuté les belles sculptures de sement, le premier de ce genre en Espagne, l'hôtel-de-ville d'Amsterdam , qui ont été donna l'idée à Charles III d'en créer un gravées par Hubert Quellir, de la même semblable dans le potager du Prado; mais famille.

ce projet ne fut mis à exécution que sous * QUELLMALTZ (Samuel-THÉODORE), Ferdinand VI en 1755. Quer , nommé alors médecin et anatomiste allemand, né à Freid professeur au Jardin du Roi, y propagea leberg, en Misnie, en 1699, mort en 1758 à tude de la botanique, et fut le premier EsLeipsig, où il avait professé l'anatomie, la pagnol qui publia un travail sur les plantes chirurgie et la pathologie, a laissé un grand de son pays; mais il n'eut pas la satisfacnombre de dissertations académiques.

tion de la terminer. Il fut enlevé aux scien* QUÉNON (J.), professeur de seconde ces en 1761. au collège Louis-le-Grand, mort à 54 ans QUERBEUF ou QUERBOEUF ( Yvesen 1821, est auteur d'un Dictionnaire grec- MATHURIN-Marie de), jésuite, né à Lanfrançais, adopté par l'université, Paris, dernau en 1726, mort en 1799 en Allema1807, 2 vol. in-8°, dans la rédaction duquel gne, où il s'était réfugié pendant la révoil fut aidé par M. Thory, premier employé lution, a publié une édition des Lettres à la Bibliothèque du Roi. Quénon avait en édifiantes et curieuses, écrites des missions outre laissé des matériaux pour un Diction- étrangères, etc. , Paris, 1780, 1783 , 26 vol. naire français-grec.

in-12; des Mémoires pour servir à l'histoire *QUENSEL (CONRAD), né à Heyda , en de Louis , dauphin de France, Paris, 1977, Scanie, en 1768, mort en 1806 à Stock- 2 vol. in-12; des Observations sur le contrut holm, où il était intendant du cabinet d'his- social de Jean-Jacques Rousseau , par le père toire naturelle de l'Académie des sciences Berthier, Paris, 1789, in-12; des Sermons suédoises, a rédigé en suédois le texte d'une de son confrère le père de Neuville, 1776, collection de plantes , intitulée : Flore sué. 8 vol. in-12; l'Oraison funèbre de monseidoise.

gneur le duc de Bourgogne , traduite du laQUENSTEDT (Jean-André), théolo- tin du père Willermet, Paris, 1761, in-12; gien protestant, né en 1617 à Quedlimbourg, et un Abrégé des principes de Bossuet et de

« PreviousContinue »