Page images
PDF
EPUB

devra se former une image des objets placés qu'oppose le nouveau milieu ; elle croit graen avant; seulement, à raison de l'entre- duellement jusqu'à ce que le mobile soit croisement des axes, cette image sera ren entièrement immergé, et toutes choses égales versée , et ses dimensions seront à celles de d'ailleurs , sa grandeur dépend de l'obliquité l'objet dans le même rapport que leurs dis- et de la vitesse du mouvement primitif; aussi tances respectives au centre du verre; en arrive-t-il fréquemment , lorsque l'une et sorte que, vus de ce point, ils paraîtront l'autre sont très grandes , que le mobile , au l'un et l'autre de la même grandeur : pourvu lieu de se plonger dans le milieu réfringent, que l'on fasse toutefois abstraction de l'in- est réfléchi, comme s'il tombait sur un plan fluence que produit sur le jugement la con- solide; c'est ce qui arrive à un boulet de naissance de leur éloignement réel.

canon , à une balle de fusil, ou à tout autre

1 Il En reprenant la formule on voit corps lancés très-obliquement à la surface de

f d

l'eau : phénomènes généralement connus qu'à l'égard du verre convexe, le foyer est sous le nom de ricochets. TAILLAYE. négatif toutes les fois que d est moindre *REGA (Henri-JOSEPH ), docteur et proque ; ce qui indique que l'image est alors fesseur de médecine à Louvain , né en cette virtuelle , c'est-à-dire placée du même côté ville en 1690, s'y distingua non-seulement que l'objet , mais plus éloignée de la surface par ses talents, mais encore par son zèle du verre; dans ce cas, l'image est oite et pour le soulagement des malheureux auxtoujours plus grande que l'objet. Quant quels il consacra constamment sa fortune et aux verres concaves , la valeur s'étant tou ses soins. Nommé conseiller-médecin de l'arjours positive, il faut en conclure que le chiduchesse Marie-Élisabeth, gouvernante foyer reste toujours du même côté; et comme des Pays-Bas , il mourut en 1754 , léguant

. ces sortes de verres augmentent la diver une partie de son bien pour la fondation de gence des rayons qui les traversent , l'image deux bourses destinées aux étudiants en méne saurait être réelle ; elle est donc toujours decine, et plusieurs milliers de florins à la placée entre le verre et l'objet, et ses di- bibliothèque de l'université. mensions sont nécessairement moindres que * REGANHAC (Géraud VALET de), celles de celui-ci.

littérateur, né à Calors en 1719, mort en L'inégale réfrangibilité des rayons dont 1784, s'est particulièrement exercé dans le se compose la lumière blanche fait assez genre lyrique. Il était l'ami de Lefranc de voir que les verres lenticulaires ne peuvent Pompignan , et son confrère à l'Académie de

des images affectées des couleurs Montauban. On a de lui : Études lyriques de l'iris; défaut auquel on a donné le nom d'après Horace, Villefranche de Rouerd'aberration de réfrangibilité, et dont il a gue, 1775, in-8° ; Traduction des Odes été question à l'article Dispersion. (Voyez d'Horace , Paris , 1781, 2 vol. in-12. Ce rece mot.)

cueil contient plusieurs morceaux couronnés Refraction atmosphérique. La lumière qui par l'Académie des jeux floraux dans les nous vient des astres, en traversant l'air années 1752, 1757, et 1758. dont est environné notre globe , éprouve un couronné en 1787 par l'Académie de Monchangement de direction qui nous les fait tauban pour un Éloge de J. Lefranc de paraitre dans un lieu autre que celui qu'ils Pompignan, avait déjà publié en 1782 un occupent réellement; aussi est-on obligé de autre Éloge de Louis XII. faire subir aux observations astronomiques * REGEMORTES. "Trois ingénieurs de des corrections , à l'aide desquelles, con ce non se sont fait connaître par les travaux naissant la température , l'état hygrométri- qu'ils ont exécutés. Louis RegeMORTES, que et la pression barométrique de l'atmo- hollandais d'origine, travailla d'abord, sous sphère, on peut aisément faire disparaître Vauban , aux fortifications de Neuf-Brissac, ces causes d'erreurs.

fut chargé ensuite, en 1719, des projets et Réfraction des corps matériels. Un solide de l'exécution du canal de Loing qu'il renqui pénètre obliquement dans un milieu dit navigable dès 1723, et obtint trois ans plus dense que celui dans lequel il se mon après la dicrection générale du canal d'Orvait d'abord, éprouve un changement de léans , auquel il fit de nombreuses amélioradirection qui l'écarte de la perpendiculaire tions. Noël de Regemortes , fils du précémenée au point d'incidence. Cette déviation dent fut associé aux travaux de son père, est due à la résistance plus considérable lui succéda dans la direction des canaux Tome 19.

41

donner que

Son fils,

d'Orléans et de Loing , et mourut vers 1790, règles de la syniaxe supposent avant tout âgé de 90 ans Amateur de botanique, il a que l'on connait les noms par lesquels on le premier introduit en France des boutures désigne les rapports que les mots ont entre de peupliers d'Italie. Louis de REGEMOR- eux, et particulièrement que l'on sait reconTES, frère du précédent, premier ingénieur naitre dans une phrase les différents régimes des turcies et levées , entreprit en 1753, la d'un mot. Il est donc indispensable de faire construction du pont de Moulins , sur l'Al- bien comprendre ce que c'est que régime. lier, remarquable par sa beauté et surtout On nomme ainsi tous les mots qui s'ajoupar les difficultés à vaincre pour le fon- tent à un terme employé d'une manière der solidement. Déjà plusieurs ingénieurs relative pour en compléter le sens , en déavaient échoué dans leur entreprise : les terminant l'objet avec lequel il est en rapponts qu'ils avaient construits à Moulius port. Ainsi , dans ces expressions, père n'avaient eu qu'une durée éphémère , et le dislexandre, nécessaire à la vie, aimer succès qu'oblint Regeinortes dans cette con- Nieu, conformément à la loi , sur la struction difficile lui valut une juste célé- terre, etc. , les mots père, nécessaire, aibrité. Il mourut en 1776. On trouve le détail mer, conformément, sur, sont employés des moyens ingénieux, qu'il a employés, d'une manière relative, et leur sens ne peut dans un ouvrage qu'il publia en 1721, et être complété qu'autant que l'on détermine qui a pour titre : Description d'un nouveau les objets avec lesquels ils sont en rapport; pont de pierre construil sur l'Allier à Mou- et les mols d'Alerundre, à la vie, Dieu, à lins , Paris , in-fol.

la loi , la terre, sont autant de régimes. La RÉGENCE. (Politique.) Voyez le mot relatiou qui se trouve dans chacun de ces Mineur, où l'on signale l'absence de cette exemples entre le premier et ceux qui le institution dans la charte constitutionnelle; suiveut, peut être envisagée.comme une voyez aussi le mot Rorauté.

sorte de domination, de gouvernement, que * REGENBOGEN (Jean-Henni), écri- la première exerce sur les autres ; c'est ce vain ecclésiastique, professeur de théologie qui fait dire que certains mots en regissent à l'université de Leyde, où il mourut en ou en gouvernent d'autres ; c'est aussi ce qui 1814, a laissé : Abraham proposé comme fait donner le nom de régimes aux mols modèle d'un père de famille, 1798 : Théo- gouvernés ou régis par celui qui précède, et logie chrétienne , Workum, 1811, 1 vol. duquel ils dependent en quelque sorte. in-8•; Mélanges divers, Franeker, 1802, Dans les langues transpositives, et qui des Mémoires sur divers sujets , etc. admeltent des cas, la dénomination de ré

* REGGIO (François), astronome, mem. gime s'applique indifféremment à tous les bre de plusieurs académies , né à Gênes en noms qui subissent une modification dans 1743, mort à Milan en 1804, avait embrassé leur terminaison en vertu de leurs rapports la règle des jésuites elès l'âge de 15 ans; avec un autre mot; et ainsi les noms , Jes mais à la suppression de ceite société, il se adjectifs, les adverbes mêmes , admettent livra tout entier à l'étude des mathématiques des régimes comme les verbes et les préposiet l'astronomie, devint le compagnon tions. Chez nous, ce nom ne s'applique des travaux d'Oriani et de Cesaris, employés proprement qu'aux mots qui suivent le verbe à l'observatoire de Brera , fut chargé, en et la préposition , et qui en complètent 1776, de déterminer la latitude et la longi.. l'idée. Dans tous les autres cas, c'est à dire, tude de Pavie et de Crémone, et d'établir après un nom, un adjectif ou un adverbe, la différence du méridien de ces deux villes la préposition s'interposant entre le mot avec celui de Milan. Reggio leva, de con- régissant et le mot régi, c'est toujours elle cert avec ses deux contrères, la carte des et elle seule qui régit. C'est ce que l'on a triangles de la Haute-Ilalie, terminée en pu remarquer dans les exemples , père 1794, et que les astronomes italiens se pro- d'Alerandre, nécessuire à la vie , confor posaient de joindre à ceux du Piémont et mément à la loi , ou, à ne considérer les de la France. Ce laborieux savant a laissé choses que grammaticalement, les mots une foule de mémoires et d'observation , la Alexandre, vie, eic. , sont régis par les plupart insérés dans les Éphémérides as- prepositions de, à, et non par père, Ironomiques de Milan.

cessaire , etc. Eo Jatin , on dirait sans pré* REGILLO. Voyez PONDENONE.

position, mais en modifiant la terminaison RÉGIME. (Grammaire.) La plupart des du mot régi : Alexandri poler, vitæ neces

sarius, legi convenienter. Alors les mots Il répond à la question qui ? pour les perAlexandri , vitæ , legi , seraient véritable- sonnes , et quoi ? pour les choses. J'estime ment les régimes de pater, necessarius, etc. les gens vertueux , je chéris l'étude ; j'estime,

On emploie souvent, au lieu de régime, qui? les gens vertueux ; je chéris , quoi ? le mot complément. Des grammairiens d'un l'étude. Les gens vertueux, l'étude , sont grand poids , Beauzée le premier, ont pro. donc les régimes directs des verbes j'estime , posé de bannir de notre grammaire le mot je chéris. Le régime indirect est celui qui régime , comme ne convenant qu'aux lan- complète la signilication du verbe à l'aide de gues transpositives. Nous croyons cependant prépositions ; il répond à l'une des questions qu'il est utile de le conserver, et qu'il est à qui ? de qui ? pour qui ? avec qui ? pour nécessaire de bien distinguer le régime du les personnes ; à quoi ? de qui ? etc., pour complément. On nomme complément tout les choses. Il parle à Pierre , il répond de mot qui s'ajoute à autre mot pour en modi vos intéréts ; il parle, à qui? à Pierre ; il fier la signification d'une manière quelcon- répond , de quoi ? de vos intérêts. A Pierre, que. Ainsi l'adjectif est le complément du de vos intérêts , sont donc les régimes indinom; l'adverbe le complément de l'adjectif. rects des verbes parler, répondre. On nomme régimes les mots qui s'ajoutent

BOUILLET. à un terme relatif, tels qu'un verbe et une

RÉGIME ( Médecine. ) Pris dans sa plus préposition, , pour en déterminer la relation. grande extension, le mot regime comprend Tout régime est complément ; tout complé- tout ce qui est nécessaire à l'entretien de la ment n'est pas régime. Le régime forme une santé, et dont l'emploi sage et raisonné est un classe particuliere de compléments , qu'il puissant auxiliaire pour la guérison de toutes est nécessaire de désigner par un nom qui les maladies; il est dans ce cas synonyme lui soit propre, à cause du grand nombre d'hygiène. Mais l'usage ayant consacré co d'observations qui, dans la syntaxe, se rap- dernier mot à ce sens étendu, a borné la portent exclusivement à cette espèce de signiGcation du jik'emier à ce qui concerne compléments.

les aliments et les boissons. Le verbe a quelquefois deux sortes de L'importance, je dirai la nécessité du rérégimes , que l'on distingue par les noms de gime, est parfaitement sentie par tous les régime direct et indirect. Lorsque l'action' médecins instruits de nos jours. Mais est-il qu'exprime le verbe peut avoir un double si facile de persuader cette vérité ? Quand rapport, on nomme régime direct le mot qui on y est parvenu , a-t ou la satisfaction de exprime celui des deux termes de rapport voir suivre ses avis ? Rarement dans l'élat de qui se présente le premier à l'esprit, celui maladie ou de convalescence, presque jamais qui semble être l'objet direct et immédiat dans l'état de santé. Il est difficile d'imposer sur lequel s'exerce l'action; et régime indi- silence à ses désirs devant une table cou. rect, le mot qui exprime le terme secon verte des mets les plus recherchés, des vins daire , qui ne se présente à l'esprit que de la saveur la plus exquise ! médiatement, indirectement. Ainsi, quand Afin de donner sur le régime des règles ou dit, donner l'aumône au pauvre, la pre- justes et précises , il faut le considérer dans mière idée que réveille nécessairement le l'état de santé et dans celui de maladie. verbe donner, c'est celle de la chose donnée; Parmi les nombreuses causes de destrucl'aumône est donc régine direct. Ce n'est tion de notre espèce, on doit sans doute , qu'ensuite qu'on se demande à qui cette dans l'état de civilisation, mettre au prechose est donnée; au pauvre est donc le mier rang l'intempérance. C'est elle qui ocrégime indirect. Il y a des verbes qui n'ont casione la plupart des infirmités qui nous qu'un régime indirect sans régime direct; assiégent; c'est elle qui, poussée à l'excès , ce sont ceux qui expriment une action qui rend souvent l'homme débauché et cruel. n'a point nécessairement d'objet extérieur, Interrogez plutôt l'histoire des Vitellius , comme parier, penser : on peut parler à des Néron , des Caligula, dégoûtants assemquelqu'un, penser à quelqu'un, comme on blages de vices et de cruautés, qui se faisaient peut penser el parler seul.

un affreux plaisir de dévorer dans un seul A ne considérer les choses que sous leur repas la fortunc des malheureux qu'ils avaient forme extérieure, on dira que le régime injustement dépouillés. C'est elle enfin qui direct est celui qui complète la signification rend l'homme fainéant, et finit par l'assimidu verbe sans le secours d'aucun autre mot. ler à la brute. Comment, en effet, pourrait

il se livrer aux sublimes travaux de l'intelli- leur nature et plusieurs circunstauces , telles gence, quand son estomac est surchargé d'a- que l'âge, le sexe , le tempérament, l'habiliments ? Nefaut-il pas qu'il digère ? Un grand tude, le climat , le

genre

des

occupamangeur ne brilla jamais du feu du génie. tions, etc. Et d'abord, disons que, tous tant

Parmi ceux, au contraire, qui se sont fail que nous sommes, nous mangeons beaucoup remarquer par leur sobriété, nous rencon- plus qu'il n'est nécessaire. D'après Cheyne, trerons des hommes à jamais illustres par huit onces de viande , douze de pain et seize l'importance et l'utilité de leurs travaux, de bon vin ou de quelque autre liqueur ferdont le génie supérieur arracha ses secrets a mentée , conviennent à l'homme bien porla nature, et dont la voix éloquente a si tant. Cornaro, noble Vénitien , auteur de puissamment contribué à l'émancipation de quatre ouvrages sur la tempérance, qui la raison humaine. Archimède, Newton, prolongea cent ans sa carrière , se contenMontaigne, Voltaire , Rousseau, vous n'au- tait de douze onces de nourriture solide et riez peut-être pas d'aussi grands droits à de quatorze onces de vin. Cette quantité panotre admiration et à notre reconnaissance, raitra peut-être exiguë , mais elle pourrait si vous ne vous étiez pas fait une loi de la être moindre sans inconvénient. Elle variera tempérance.

d'ailleurs selon les occupations des indiviL'heure, le nombre et l'intervalle des dus , et sans doute le fort de la halle devra repas ont été et sont encore presque aussi être plus substanté que l'homme de cabinet. variables

que

les différentes réunions d'in L'individu du tempérament nommé bilieux dividus. Il est probable que si l'homme ne devra avoir recours aux substances animales vivait point en société , il ne serait point gélatineuses, telles que le veau , l'agneau , assujetti à ces règles , c'est-à-dire, qu'il la volaille; aux fécules , au laitage, aux mangerait et boirait quand le besoin se fruits acides et mucilagineux; il devra éviter ferait sentir. De là, pour lui, un bien sans les viandes excitantes, les mets épicés, les lequel la réunion de tous les autres n'est vins généreux, le café, le thé, etc.; sa boisrien , je veux dire la santé. Mais l'état de son se composera de vins légers, de cidre civilisation dans lequel nous vivons nous ou de bière très étendus d'eau. oblige à choisir une heure pour nos repas.

L'homme doué d'un tempérament sanguin Ceux-ci ne doivent pas être nombreux : deux (le plus heureux de tous) pourra sans dansuffisent en général. Le premier doit être ger user de toutes sortes d'aliments, avec pris trois ou quatre heures après le lever, l'attention de suivre un régime dous et déle second doit avoir lieu à la chute du jour; layant, sitôt qu'il sentira des étourdissevers la sixième heure. Alors l'homme labo- menis, des vertiges , des étouffements. rieux, libre des devoirs sociaux, peut, sans Les personnes d'un temperament nerveux distraction, réparer les pertes de la journée. proscriront de leur table les aliments exciUn seul repas par jour aurait, dans la ma tants et les boissons spiritueuses et aromajorité des cas , l'inconvénient de débiliter tiques. l'estomac par un jeûne trop long, de disten Devront-ils se conduire ainsi ces êtres pådre cet organe, et de le fatiguer à la longue les, étiolés , qui tremblent mal assis au bap. par un travail forcé et trop long-temps sou- quet de la vie, et chez lesquels la faiblesse tenu. Il est important de ne pas manger peu patente des divers appareils domine ? Les de temps après avoir éprouvé des émotions laisserez-vous dormir à l'ombre des cités vives , ou avoir été agité par des passions populeuses ? La diete végétale, lactée, les fortes. De même aussi il est imprudent de se viandes blanches, les boissons aqueuses felivrer aux plaisirs de l'amour immédiate- ront-elles la base de leur alimention ! Non! ment après le repas; il en résulterait du vite, non! Des viandes riches en fibrine, et trouble dans la digestion et une révulsion surtout en osmazóme, relevées par des assouvent dangereuse. Ce qui contribue le saisonnements stimulants, un vin pétillant plus à une bonne digestion, c'est la gaité, et généreux , l'usage, moléré pourtant, des le calme de l'esprit., les réunions amicales. liqueurs alcoholiques, du café , du thé, etc.; Le travail repris trop tôt peut lui nnire; on voilà les agents qui, aidés, d'un exercice peut en dire autant du sommeil, du moins général, et surtout de l'influence d'un soleil dans nos climats.

vivifiant, contribueront puissamment à tirer La quantité des aliments que l'on doit les divers organes de leur état comme létharprendre à chaque repas doit varier suivant gique.

Un régime opposé devra être suivi par l'époque qui précède la première apparition ceux chez lesquels domine l'appareil de la des menstrues, doit être différent, suivant reproduction : l'usage des viandes blanches, sa constitution. Est-elle forte , pléthorique, des fruits mûrs et acidules , des différentes tourmentée par des vertiges, des céphalallimonades, aura pour résultat, en modérant gies fréquentes , des insomnies, d'abondants leurs désirs effrénés , de prévenir une veil. saignements de vez; son pouls a-t-il de la lesse prématurée, presque toujours accom- plénitude et de la fréquence; éprouve-t-elle pagnée de dégoûtantes infirmités.

des palpitations, de la gêne dans la respiIl est encore des différences par rapport ration, des coliques , etc. , il faudra seconà l'âge : ainsi , l'enfant devra manger plus der les moyens thérapeutiques par une alisouvent ; ses aliments , qu'il devra prendre mentation légère et rafraichissante. On deen petite quantité à-la-lois, seront choisis, vra , au contraire, conseiller l'usage des dans la majorité des cas , parmi les substan- aliments excitants et réparateurs, du vin, ces légères et fades; sa boisson sera de l'eau du café, du thé, etc. , à celle qui sera faible pure, ou de l'eau légèrement ro:igie. Il est et languissante, fatiguée par le moindre bon d'observer que, dans les grandes villes, cxercice , sujette à un écoulement blanc cette règle souffre de nombreuses excep- par les parties sexuelles , dont la figure sera tions : en effet , il s'y tronve beaucoup d'en- pâle , alongée ou bouflie, les yeux abattus , fants disposés au rachitis , aux scrophules, le pouls lent et mou, la digestion difficile et qu'il sera nécessaire de nourrir de substan- pénible. ces riches et de haut goût, de vin pur et de Pendant le temps de la grossesse ,

la boissons aromatiques et amères.

femme doit plus que jamais s'observer dans - Le vieillard jouissant d'une bonne santé sa manière de vivre. Pour ne parler que de aura recours aux aliments toniques et répa. son régime, nous dirons qu'il doit se comrateurs, modérément épicés ; sa boisson se poser d'aliments nourrissants et d'une assicomposera de vins généreux , dont le résul- milation facile. Leur quantité sera modérée, tat sera d'entretenir le flambeau de la vie malgré le préjugé qui veut le contraire. Ses sur le point de s'éteindre. Ces aliments et désirs seront satisfaits , s'ils ne peuvent pas ces boissons devront être pris en petiie quan. avoir de suites funestes. Après l'accouchetité. En effet, l'homme de cet âge faisant ment, la femme gardera une diète sévère, peu d'exercice, et ses diverses sécrétions et boira une tisane adoucissante. Elle prenayant peu d'activité, il n'a que peu de pertes dra ensuite des aliments légers , dont on à réparer. Les excès lui seront très-funestes. augmentera peu à peu la quantité. Si elle Il devra surtout s'habituer à manger peu le allaile son enfant, sa conduite sera la même soir , afin de ne pas déterminer de conges- que lorsqu'elle le portait dans son sein. tion vers l'enci phale, qui y est fort disposé. Nous voici arrivés à l'époque où la femme Les organes de la mastication étant usés chez perd à jamais le privilége de devenir mère. lui, les aliments devront avoir peu de con. Cette époque , appelée critique, est séconde sistance, et étre promenés un certain temps en maladies. Les attribuerons-nous, comme dans la bouche, afin qu'ils s'imprègnent l'ont fait jusqu'ici la plupart des médecins , bien de salive, suc nécessaire au succès de å la seule disparition du fluide menstruel , la digestion.

ou à une cause générale inexplicable ? SeMalgré le cadre extrêmement circonscrit rait-il vrai que la marche régulière de la de cet article, nous ne saurions nous résou- nature en fût seule la cause ? Ou bien, dre à passer sous silence les particularités comme Georget l'a avancé , je crois, le predu régime qui concernent la femme. Cette mier , faudrait-il en accuser l'amour-propre belle et intéressante moitié de nous-mêmes, blessé, qui voit, avec le sentiment d'une qui a tant et de si justes titres à notre amour amère couleur, diminuer d'une manière et à netre reconnaissance , en a aussi de sensible, avec la perte graduelle de sa jeubien grands à notre sollicitude pour les nesse et de ses charmes , le nombre ja dis maux nombreux dont elle est accablée. croissant des hommages, ce concours flatTrois époques de sa vie méritent particuliè- teur de louanges, dont elle avait contracté ment de fixer notre attention. Ces époques l'agréable habitude? N'est-ce pas le roi puissont la première menstruation, la gestation, sant qui, après avoir donné des lois au et la cessation des menstrues.

monde , dépérit délaissé sur un rocher déLe régime que doit suivre la jeune fille à sert , où il pleure ses grandeurs passées ?....

« PreviousContinue »