Page images
PDF
EPUB

Ils regardent cette vie comme un pélerinage, sent que Dieu fit une révélation au premier ct ils voient dans les misères qui les amigent homme. une matière d'expiation qui sera agréée en La postérité d'Adam oublia la révélation vue des mérites du libérateur futur. primitive, et viola tous les devoirs qu'elle

L'Être infaillible a parlé dans la révéla- lui imposait. Elle fut punie de son oubli et tion primitive. Ainsi, dès que le fait de de ses prévarications par une catastrophe cette révélation est constaté, la vérité est épouvantable dont les annales des uations aussitôt connue , sans qu'il soit nécessaire de ont conservé le souvenir. Avant et après se livrer à d'autres recherches, et elle est cette catastrophe, Dieu avait confirmé la accessible à tous. Que les objets de la révé- révélation primitive par

des révélations parlation soient conçus ou qu'ils ne le soient ticulières faites à quelques patriarches. point , peu importe. La raison trouve dans Mais, dit Bossuet, le moment était venu le seul fait de la révélation divine un motif la vérité, mal gardée dans la mémoire des qui doit la déterminer à se soumettre. L'Être hommes , ne pouvait plus se conserver sans infaillible a parlé dans la révélation primi- étre écrite. Moise fut choisi pour ministre tive. Ainsi, tant que cette révélation est d'une révélation qui devait être mise par fidèlement conservée , la vérité est connue écrit. Cette révélation était une protestation dans toute sa pureté, sans être défigurée par solennelle, en faveur de la révélation prides erreurs:

mitive, contre les erreurs du polythéisme, Les hommes avaient en eux-mêmes et hors qui altéraient l'idée du vrai Dieu ; contre d'eux-mêmes des moyens efficaces pour con. les superstitions de l'idolâtrie , qui corromserver sans altération le dépôt de la révéla- paient le culte divin; contre les sophismes tion primitive, qui se transmettait dans les des passions, qui dépravaient la conscience; familles par la tradition orale. Les perfec- et contre la négligence de la mémoire , qui tions de Dicu se réfléchissent dans les mer- perdait le souvenir du libérateur. veilles de l'univers; et une partie du langage

Dieu transmit lui-même aux Hébreux les de la première révélation trouve un écho principaux objets de la révélation mosaïque; dans la raison, et surtout dans la conscience il révéla directement les autres à Moïse, qui du genre humain.

les communiqua ensuite au peuple juif. Après Sous la révélation primitive , les hommes Moïse et à diverses époques , Dieu suscita des suivaient avec sécurité deux penchants na

hommes extraordinaires que l'on désigna turels , puissants mobiles de leurs détermi sous le nom de prophètes, et qui eurent la nations : le besoin de croire et le besoin mission d'expliquer et de développer la réd'aimer. Ils croyaient les vérités révélées vélation mosaïque. Moise consigna par écrit sur la parole de l'Être infaillible ; et ils les vérités que Dieu avait révélées lui-même remplissaient leurs devoirs pour plaire à aux Hébreux, ainsi

que
celles

que

Dieu lui Dieu , qui leur accordait des bienfaits dans avait immédiatement révélées. Les explical'ordre de la nature et dans l'ordre de la tions et les développements des prophètes grâce.

ont été aussi consignés par écrit. Il est impossible de déterminer le nombre La révélation mosaïque renfermait des des vérités qui furent révélées à Adam. dogmes , des préceptes de morale et une Mais on peut assurer , sans crainte de se législation qui réglait l'état politique des tromper , que la révélation primitive n'eut Hébreux et les cérémonies de leur culte. pour objet que des vérités qui pouvaient con Cette législation isolait les Hébreux de tous tribuer à l'amélioration morale des hommes. les autres peuples. C'était un préservatif Dieu ne s'abaisse point jusqu'à satisfaire contre la contagion de l'exemple. La révéleur vaine curiosité.

lation mosaique ne rappelait point toutes Quelques traditions générales répandues les vérités dogmatiques et morales que la chez tous les peuples , el qui ne peuvent être révélation primitive avait enseignées ; et elle attribuées à des causes puisées dans l'hu- n'en apprenait aucune qui n'eût été transinanité, font soupçonner à la raison l'exis- mise par la révélation faite à Adam. Les tence d'une révélation primitive ; mais la cérémonies religieuses prescrites par Moise certitude de ce fait n'est acquise que lorsque au nom de celui qui est , les principaux évéJa vérité des faits rapportés dans les livres nements surnaturels dont les Hébreux fusaints a été prouvée. Les mahométans , rent les objets ou les témoins, étaient des comme les juifs et les chrétiens , reconnais- figures du libérateur. Ces événements sur

naturels étaient aussi des preuves éclatautes furent confondus et identifiés avec le Créade la mission de Moïse, et il attestaient la teur lui-même : de la le panthéisme grospuissance, la providence et la justice du sier d'abord, perfectionné ensuite par la Dieu des armées.

philosophie. Sous la révélation mosaïque, Jéhova ap- . La raison fut accablée par l'idée incomparait comme un Dicu terrible. Sous cette préhensible d'un Dieu unique, immeuse , in révélation , le Juif croyait les vérités , fini. Les sens ne voulurent point accueillir objets de sa foi, sur la parole de l'Être un Dieu spirituel, invisible. Les passions infaillible qui les avait révélées d'abord à firent les dieux à leur ressemblance. L'imaAdam et ensuite à Moïse ; et il remplissait gination prèta ses fictions : de là le polyses devoirs pour plaire à Dieu , qui accorde théisme. à tous les hommes des dons précieux dans L'universalité et la perpétuité étaient les l'ordre de la nature et dans l'ordre de la marques extérieures auxquelles, en consulgrâce, et qui avait daigné faire des enfants tant la tradition orale , on devait reconnaitre d'Abraham son peuple chéri. La tradition les vérités que la révélation primitive avait orale, conservée dans les familles , faisait enseignées. Le bon sens de l'humanité le connaître aux Juifs la première révélation; sentait; mais diverses erreurs ev religion et les livres saints lui faisaient connaître la

en morale s'établirent dans les divers pays. scconde.

Ces erreurs remontaient à une haute antiLa révélation mosaïque fut faite aux Hé. quité : de là le scepticisme; de là aussi le breux; mais elle n'était point pour eux seuls. respect aveugle pour les erreurs locales dont Les nombreux et éclatants miracles que Dieu l'origine se perdait dans la nuit des temps. opéra par le ministère de Moïse, eurent lieu La raison humaine n'étant plus éclairée parmi des peuples qui n'étaient pas de la par la révélation primitive, voulut recherfamille d'Abraham. Le souvenir de ces mi- cher par elle-même l'origine des choses, la racles put s'effacer de l'esprit de ces peuples; nature intime de notre être , etc. : de là mais Dieu dispersa chez les nations infidèles d'innombrables erreurs et l'incrédulité. les Hébreux qui rendirent témoignage à la

Un souvenir confus de la révélation privérité. Le corps de la nation juive revit le mitive , la conviction profonde que la raison sol de la patrie ; mais un grand nombre de d'un homme était dans l'impossibilité de ses membres restèrent au milieu des païens, réussir à imposer en son nom à d'autres tout en conservant leur foi , et s'établirent hommes des croyances religieuses , déterdans divers pays. Enfin les livres de l'Ancien- minèrent les législateurs de l'antiquité à Testament furent traduits dans la langue la supposer des révélations divines. plus répandue dans le monde. Il est pro La nécessité des expiations et du culte , bable que les plus illustres philosophes de la croyance à l'existence d'un avenir, donl'antiquité ont connu ces livres saints. La nèrent lieu à des excès abominables qui oudivinité de la révélation mosaïque n'est éta- trageaient la nature, la pudeur, l'humanité. blie que lorsque la certitude des faits ren-. Enfin le sentiment religieux , plutôt que fermés dans le Pentateuque est prouvée. d'espirer dans l'athéisme spéculatif ou praLes mahometans et les chrétiens, comme les tique, se repaissait des plus absurdes et des Juifs , reconnaissent que Dieu a fait une ré. plus criminelles superstitions (1). vélation à Moïse.

Tel a été et tel est le triste état des païens. La révélation mosaïque fut une barrière Chez eux, il est vrai, la sainte voix de la impuissante contre le torrent de l'idolatrie. nalure était quelquefois plus forte que celle Partout , excepté dans la Judée , la plupart des dieux; mais aussi elle en a été souvent des vérités que la révélation primitive a en

étouffée. L'instinct moral a été bien loin de seignées, et que la révélation mosaïque rap. réussir toujours à repousser du coeur des pelle , furent défigurées ou oubliées, ou de humains le vice armé d'une autorité sacrée. viurent l'occasion des plus funestes abus; et Il n'y a eu qu'un petit nombre d'idées saines ces déplorables effets furent souvent pro en religion et en morale qui aient surnage duits par les causes mêmes qui auraient dû les prévenir.

(1) Consultez Jacques Brucker, Historia philo. Les merveilles de l'univers sont des té- sophiæ ; Fréderic Creuzer , Religions de l'artimoins qui publient l'existence et la gloire de quité, etc., etc. ; M. Benjamio Coustant, de la l'Être éternel. Les ouvrages de la création Religion , cic.

que

sur un océau d'erreurs ; et il n'est resté de affranchie de ces pénibles recherches ; mais la croyance au libérateur que des notions elle reçoit sur Dieu , sur nos devoirs , nos confuses et générales. Cette sainte voix de destinées , etc., des lumières surnaturelles la nature, cet instinct moral, ce petit nombre plus abondantes et plus vives que celles d'idées saines, ces notions confuscs et gé- la révélation primitive et la révélation monérales ont été et sont encore les guides or- saïque avaient communiquées. Le christiadinaires des païens. Dieu , selon les vues de nisme soulève un peu le voile qui nous cache sa sagesse infinie, donne par sa grâce plus la nature de l'Être incompréhensible. Il nous ou moins d'efficacité à l'action de ces guides; révèle le culte en esprit et en vérité ; il nous mais nous savons qu'il est juste , et qu'il ne enseigne une morale admirable , sublime, punit que lorsqu'on le mérite et qu'aulant inconnue avant Jésus-Christ; et il nous apqu'on le mérite. M. de La Meonais prétend prend que le Dieu trois fois saint jugera que la révélation primitive s'est conservée dans une autre vie nos pensées , nos paroles, partout et toujours. Cette prétention est un nos actions ; que des punitions ou des rédémenti formel donné à l'histoire. L'auteur compenses éternelles nous y attendent, et de cet article a justifié ce jugement dans des que nos corps doivent ressusciter un jour. Observations critiques sur les 3e et 4e vo Après le péché du premier homme, notre lumes de l'Essai sur l'indifférence , etc caur , affaibli et porté au mal, est obligé de

La révélation mosaïque ne préserva point s'imposer de douloureux sacrifices pour prales Hébreux des erreurs et des crimes des tiquer la vertu. Après l'incarnation, notre peuples idolâtres. Israel adora souvent les cæur n'est pas miraculeusement affranchi de dieux étrangers. Des châtiments terribles, sa faiblesse; mais des motifs , des exemples, plusieurs fois répétés , le fixèrent enfin dans des grâces d'un ordre supérieur et nouveau le culte du vrai Dieu; mais alors deux sectes viennent soutenir son courage, et lui renrivales s'élevèrent dans le sein de la nation dent possibles les sacrifices les plus généreux judaïque. L'une de ces sectes n'admettait et les vertus les plus héroïques. En effet , comme révélées que les vérités renfermées que sont toutes les jouissances des passions dans les livres saints ; et elle les interprétait en comparaison des châtiments de l'étersans le secours des traditions. L'autre rece- uité? Quelle proportion peut-il y avoir entre vait les traditions primitives et divines ; les souffrances de la vie présente et la gloire mais elle y joignait des traditions supersti- de la vie future ? Le Verbe éternel nait dans tieuses et humaines , et elle altérait le sens la pauvreté, et passe les trente premières des livres saints, en les expliquant d'après années de sa vie dans l'obscurité la plus prodes traditions erronées,

fonde. Durant sa vie publique, il est en but La promesse que Dieu fit au premier à tous les traits de la calomnie. Enfin , homme va être remplie; les figures de l'an- trahi par un de ses disciples , lâchenient cienne loi vont être réalisées ; l'accomplis- abandonné par les autres, il est condamné sement des prophéties approche. Le libéra- comme un impie et un séditieux, et il meurt, leur', qui doit sulisfaire pour tous les hommes pour expier les péchés du genre humain, qui ont précédé sa venue et pour tous ceux dans le plus cruel et le plus honteux supqui la suivront, est sur le point d'arriver. plice, en pardonnant à ses bourreaux et à Jésus-Christ nait à Bethléem.

ses ennemis, qui l'accablent d'injures. Quels Le premier bomme eut le fol orgueil de exemples plus efficaces pour nous faire pravouloir s'égaler à la Divinité; et dans la tiquer l'humilité, la patience, le pardon des personne du vieil Adam, l'humanité fut offenses; pour nous inspirer l'amour de Dieu dégradée. Le verbe éternel daigne s'abaisser et l'horreur du péché! Joignez à ces motifs jusqu'à s'unir à l'humanité ; et dans la per- et à ces exemples les grâces ineffables dont sonne du nouvel Adam, l'humanité est ré- les sacrements sont la source. générée.

Après le péché du premier homme, notre Après le péché du premier homme , notre corps est assujetti au travail, aux besoins , raison , obscurcie et exposée à l'erreur, est aux infirmités, à la mort. Après l'incarnaforcée de se livrer à de pénibles recherches tion, notre corps n'est pas miraculeusement pour parvenir à la connaissance imparfaite affranchi de ces misères ; mais Jésus-Christ, d'un petit nombre de vérités. Après l'incar- ressuscité et monté au ciel, lui a mérité une nation, la raison humaine de devient point résurrection glorieuse. Notre corps, sancinfaillible , et n'est point miraculeusement tilié par la présence du Sauveur , en rece

vant l'Eucharistie, reçoit aussi le germe et Soirées de Saint - Pétersbourg , tome II, le gage de l'immortalité.

pages 320 et 324, nous fait espérer une réAprès le péché du premier homme, un vélation de la révélation chrétienne. mur de séparation était interposé entre Dieu Rousseau a dil : Il me faul des raisons et l'humanité. Après l'incarnation, ce mur pour soumellre ma raison. Rousseau , en a été brisé. Sous la loi nouvelle , le chrétien proclamant cette vérité , a été l'interprète croit les vérités, objets de sa foi , sur la pa- du bon sens de l'humanité. Toutes les relirole de Jésus-Christ, dont la divinité lui est gions, à l'exception du christianisme, doiprouvée ; et il remplit ses devoirs pour plaire 'vent donc être rejetées comme fausses , sans à Dieu , qui s'est fait homme pour l'huma- qu'il soit nécessaire de les soumettre à un nité, et qui l'a rachetée. Sous la loi nou examen approfondi. En efiet , toutes les revelle , appelée loi d'amour, Dieu s'offre à ligions, à l'exception du christianisme, notre cæur sous les traits d'un père. crient : croyez et n'examinez pas. Le chris

Jésus-Christ , dans son passage sur cette tianisme seul nous dit : croyez, mais exaterre , marqua tous ses pas par des bien- minez pourquoi vous devez croire. Un chréfaits. Ses miracles , qui pour la plupart tien est donc obligé , pour obéir à sa relifurent aussi des bienfaits, sa résurrection, gion, de s'assurer , à l'aide de sa raison, de son ascension, prouvent incontestablement la solidité des fondements de sa foi, ou , en le fait de sa mission divine.

d'autres termes, de constater le fait de la Jésus-Christ, avant de monter dans les mission divine de Jésus-Christ et des apôcieux, donne l'ordre à quelques-uns de ses tres. Ce fuit peut être constaté par une disciples , hommes obscurs, méprisés, haïs, preuve qui repose sur des faits faciles à sans instruction , sans fortune , de détruire prouver, qui est à la poriée de tous les le polythéisme', de dissiper les erreurs de esprits , et dont voici l'esposition sucla philosophie, de suppléer à son insuffi- cincte. sance, de combattre le fanatisme des Juifs. Il y a aujourd'hui des chrétiens; il n'y en Les disciples de Jésus-Christ obéissent; ils a pas toujours eu. Comment le christianisme annoncent de vive voix aux Juifs et aux s'est-il établi ? Quels obstacles s'opposaient païens la doctrine de leur maitre, rappellent à son établissement ? Par quels moyens ces ses miracles, prouvent le fait de leur obstacles ont-ils été surmontés? Un homme mission divine, en opérant des miracles eux- qui croit qu'il existe un Dieu , et que sa mêmes. La prédication des apôtres est toute Providence préside aux événements d'icipuissante, et dans un petit nombre d'années, bas, doit s'écrier, en réfléchissant sur l'etails triomphent des superstitions, des pré- blissement du christianisme : Le doigt de jugés, des passions, des sophismes, de la Dieu est . Si le christianisme, dit saint politique, etc., et parviennent à imposer à Augustin, s'est établi sans miracles , cet étaune grande partie de l'univers des dogmes blissement sans miracles est lui-même le incompréhensibles et une morale qui frappe miracle le plus frappant. au caur toutes les passions.

D'autres preuves dont le développement, Les apôtres ont consigné par écrit une pour être compris, exige plus ou moins partie des miracles et de la doctrine de d'intelligence, d'érudition et de critique , Jésus-Christ.

nous donnent encore la conviction de la diLe libérateur promis à Adamétant arrivé, vinité de la mission de Jésus-Christ et des et le genre humain ayant été racheté par apôtres. Ces preuves se tirent du nombre et lui , la révélation chrétienne devait être la de la constance des martyrs, de l'accomplisdernière. Tous les peuples doivent jouir du ment des prophéties, de l'autorité des mibienfait de cette révélation dans les temps racles rapportés dans les livres du Nouteaumarqués par la Providence. La consomma- Testament; enfin les mystères, la morale et tion des siècles viendra ensuite. Les Juifs le culte que nous prescrit l'Évangile , prorejettent la révélation chrétienne. Les Mabo. duisent aussi la même conviction. Quel aumétans reconnaissent qu'une révélation a tre , en effet , que le Créateur des hommes, été faite à Jésus; mais ils prétendent qu'une pourrait être l'auteur d'une révélation si autre révélation a été faite à Mahomet, et bien appropriée à la nature humaine, qui que ce dernier est supérieur au fils de répond à tous ses besoins moraux, et qui Marie. Un des interlocuteurs que l'ultra- l'élève jusqu'à la pratique des vertus surmoutain M. de Maistre fait figurer dans les humaines ?

[ocr errors]

L'auteur de l'ouvrage intitulé Etamen tuel que Jésus-Christ a promis d'accorder critique des apologistes de la religion chré- à ses apôtres et à leurs successeurs jusqu'à tienne , faussement attribué au sayant Fré- la fin des temps. C'est dans cette impossi. ret, soutient que ce sont les Évangiles qui bilité que consiste l'infaillibilité de l'Église ; fournissent la preuve la plus complète de la d'où l'on doit conclure que l'infaillibilité ne vérité du christianisme. Bergier a réfuté peut pas être attribuée à un seul évêque, cette'assertion. ( Certitudes des preuves du quel qu'il soit. Christianisme.)

Nous terminerons par ces paroles d'un Les déistes nous disent : Le christianisme écrivain ecclésiastique : « Seigneur, si en renferme dans son sein des communions » m'attachant au christianisme je me trompe, rivales qui s'anathématisent réciproquement. » c'est vous-même qui m'avez trompé; car il Comment un chrétien pourra-t-il se décider? » est marqué à des traits que votre main Le chrétien se décidera en consultant sa seule pouvait lui imprimer. » Voyez, dans raison. Elle lui répondra qu'il doit s'alla- la présente Encyclopédie, les articles Évárcher exclusivement à la communion qui lui Gile, Expiation , Fêtes, Hérésies, Idotrausmet les vérités révélées par des moyens LATRIE, LIVRES SAINTS, MA:TYRS , Messie, surs, analogues à la nature d'une révélation, Miracles, Prophéties , RÉSURRECTION, SA. et qui soient à la portée de tous les esprits. CREMENTS , SACRIFICE. Or, les moyens de reconnaîlre les vérités

Consultez Pascal, Pensées ; Abbadic, Vérité de révélées, assignés par les diverses commu la religion chrétienne; Huet, Démonstration évannions, sont l'inspiration, le raisonnement, gélique ; Clarke, Traité de l'existence et des atl'autorité, c'est-à-dire , le témoignage de la tributs de Dien; Leland, Nouvelle Demonstraplus grande partie des évêques.

tion évangélique ; Bergier, Diclionnaire théologiLa raison se prononce contre l'inspiration : que; de La Luzerne , sur la Révélation ; Erskine,

Réserions sur l'évidence intrinsèque de la vérité elle produit le fanatisme et favorisc toutes

du christianisme , etc., etc. Flottes. les illusions. La raison n'adopte point l'examen par le raisonnement. Cet examen,

* REVELLIÈRE-LÉPAUX (Louis-MAimpraticable pour le plus grand nombre , RIE), l'un des membres du directoire exéconduit à l'incrédulité , et est en opposition cutif, né en 1753 à Montaigu, petite ville avec la nature d'une révélation, qui est un

de la Vendée, dont son pèrefut maire pendant fait que l'on prouve par le témoignage, et trente ans, se destina d'abord au barreau et qui ne se démontre point par le raisonne- prêta serment d'avocat au parlement de ment. La raison se déclare pour l'autorité, Paris en 1775. Mais son peu d'aplitude à c'est-à-dire pour le témoignage. Ce moyen cette carrière, le détermina bientôt à y reest à la portée de lous les esprits, il est ana noncer; il rentra au sein de sa famille, se Joguc à la nature d'une révélation, et , de maria à une demoiselle Boyleau de Chanplus, il est infaillible. En effet, Jésus-Christ doiseau, qui lui inspira le goût de la botaconfia aux apôtres le dépot des vérités révé- nique , science qu'elle-même cultivait et dont lées; ceux-ci le confièrent à leurs succes- elle lui enseigna les éléments , et plus tard scurs, et ces derniers doivent de main en il en ouvrit un cours public à Angers. Cemain le faire arriver jusqu'à la consomma- pendant l'époque de la révolution approtion des siècles. Or, il est impossible que la chait; il en embrassa les principes avec arplus grande partic des évêques s'entendent deur, fut nommé d'abord syndic de sa compour altérer de la même manière le dépôt de mune , puis député aux états-généraux par la révélation, ou pour attester faussement le tiers-état de l'assemblée bailliagère; et et d'une manière uniforme qu'ils ont reçu de dans la part qu'il eut aux premiers débats de leurs prédécesseurs une doctrine différente l'assemblée constituante il laissa percer une de celle qu'ils ont reçuc en réalité. D'ail- tendance très-prononcée pour les opinions leurs, un pareil complot de la part des républicaines. La session terminée, il devint évèques, en le supposant possible, serait membre de l'administration de son départesans résultat : des prêtres et de simplesment, fut ensuite appelé aux fonctions de fidèles feraient entendre d'innombrables juré près la haute-cour nationale siégeant à réclamations. L'impossibilité du complot Orléans ; et de retour à Angers au mois dont nous venons de parler est fondée sur d'août 1792, y fut nommé peu après membre les lois morales qui dirigent les hommes de la convention nationale. Outre les tourdans leur conduite , et sur le secours spiri. nécs patriotiques qu'il fit dans le départe

« PreviousContinue »