Page images
PDF
EPUB

les premières causes de tante maux prêts à finir. I dant les plus belles années d'une vie consumée Que d'embarras, que d'obstacles, que de chagrins, en études, en rech-rches, en méditations; après que de dégoûis, de tout lemps réservés à ceux qui avoir épuisé leur patriinuine en fabrications, en osaient se présenterà notre administration, comme frais inutiles, en essais infructueus, et surto.it inventeurs de découvertes utiles au genre humain! en vaines démarches, ont vu souvent leur espoir Peignez-vous un de ces hommes simples et lels le plus cher et le mieux fondé s'évanouir tout-àque l'incompréhensible nature se plait à les choi. coup ? Coinbien d'entre eux, en proje à tous les sir pour ses plus intimes confidents: peignez-vous, besoios, privés de ressources, accablés de regrets dis-je, cet homme, admis avec bien de la peine, et d'inquiétudes, se sont expatriés, ou bien ont auprès d'un sous-ordre, qui s'applaudit de ne pas langui dans des asiles iguorés ou souvent humilui ressembler, et qui se croit en droit, non de liants? Et, qui sait même si des créanciers inexol'entendre, mais de le condamner. Le malheureux rables l'ont point traîné dans les pri-0118 des client, que son Arislarqne intimide, ose à peine hommes à qui l'antiquité, plus juste dans son lui présenter ce mémoire, objet de tant d'espé ignorance, aurait peut-être élevé des temples ? rances, et fruit de lant de veilles ; on le reçoit Quelques-uns, plus heureux ou plus adroits, d'un air imporlupé, on le parcourt d'une air dis se présentaient avec des attestations souvent trait, on le rend d'un air dédaigneux, et presque équivoques, avec des recomipandations souvent toujours on y joint celle ancienne maxime qui, mendipes, el recevaient une récompense arbisur ce point, renferme presque toute la jurispru traire pour un mérite encore incertain. deuce des bureaux : Sur cent projets de cette es Jusqu'à présent nous avons reproché des toris pèce, il n'y en a pas un de raisonnable ; réponse personnels envers les inventeurs : voici le mooutrageanie et plus absurde encore que les plus ment de relever des erreurs politiques au sujet absurdes projets, puisqu'elle a plus d'une fois sa des inventions. En partant du principe inconlescrifié sans retour les avantages de la balion à la table, qu'il était ju-le de récompenser et de putranquilité d'un commis. Ei lel et cependant, et blier une idée nouvelle, alors qu'elle est utile, tel sera toujours le sort des meilleures choses, on a cru satisfaire à tout par une transaction quand elles dépeodront du caprice des bomines, quelconque entre l'invenieur et le gouvernement, et nou de la bienveillance des lois.

et cette manière d'acheter en herbes les moissons El, pourtant, cet arrel insensé d'un juge, inconnu du géoie, trouve encore des défenseurs. Alors, dità la loi, a bien souvent été detioint; car le vrai on, la société derneure quitte er vers l'auteur, et talent, presque toujours fier dans sa modestie, a l'industrie nationale acquiert les avantages que peine à s'exposer deux fois à de pareils rebuts. renfermait la découverte. Je n'examinerai poiat Mais 81 par hasarı l'inventeur ne se rebutait point, s'il est impossible à un intrigant habile d'exas'il trouvait un accès plus la vorable, s'il obtenait gérer au gouverneinent le prix d'une chose inque le rapport de son affaire fût porté à l'admi connue; je n'examinerai poi.lt 000 plus si un uistrateur en chef, ordinairement ou lui nommait acquéreur tout-puis ant comine le gouverneinent, des commissaires, c'est-à-dire une cin-ure, pour ne pourrait jamais se prévaloir de su force et de donner et motiver un avis sur la chose proposée. la faiblesse, ou même de l'indige ice du vin leur:

Ce serait peut-être ici le lieu de montrer l'in je suppose un moment que dans la transaction Justice et l'inconséquence réelle de cette ancienne les deux parties contractantes ont été parfailemanière de procéder, si juste et si sage en appa ment sincères et parfaitement libres, et je verence. El qu'est-ce en effet que des censeurs en mande encore si la transaction peut être parfaipareille occasion ? C'est un tribunal, qui juge des te merit juste. Vous ne connaissez pas ce que vous choses qui n'exist: nt point encore, et qui, à son acbetez, pourrait-on dire au gouvernement : la gré, leur permet ou leur défeou de naitre; 1111 erie chose peut être utile, ou ne lèire point; car l'ubunal, qui craiul d'être responsable lorsqu'il au sige est le Viritable indicateur de l'utilité, et torise, et qui ne risque rien lorsyu'll proscrit; l'utilité le véritable inilateur du prix : mais ce un tribunal, qui n'entend que lui-même, qui pro prix indéterininé est la mesure exacte de la procède sans contradiction, et qui prononce sans priété de l'inventeur; puisqu'il est essentiellem ut appel dans des causes inconnues, où l'exprience renferme dans son idé. C'est au proprietaire de serait la seule prorédure convenable, et où le pu Celle liée à la faire valoir; il en a le droit, il ne blic est lereul juge compéte:01. Ei, à quel honnmes lui fuut plus que la sécurité. Protégez-le dolic, osall-on coufier une aussi tuunauli inagistrature et de le puyez point: en ne le protégvaat point, å exercer dans le domaine de la pusée ? Les mieux vous lui refuseriez ce qui lui est dù; en lepayan', choisis, sans doute, etai ni les savants; mais lis Vous lui donneriez autre chose que ce qui lui est savants eux-mêmes de solil-ils pas quelquefois dû; en un mot point de marche, car ce marché acousés d'èire parties au procès ? unt-ils toujours Sira libre ou furce; s'il est forci, vous êtes lyraus; été justes envers les ju vinteurs ? Convenons-en : s'il est libre vous êtes téineraires. l'etude a peine à croire à l'inspiration; el des Dans cet étrange marché, qui sera l'a préciaborimes accoutumés à tracer les chevins qui mè teur? sera-ce le gouverveineut qui achète, ou Dent à toutes les connaissances, supposent difli l'inventeur qui veid? el, dans tous les cas, où cilement qu'on puisse y elre arrivé à vul d'uis au. | est l'acheteur assez riche pour payer un homine Quelquelois les censeurs élalent des agents de ce qu'il s'estiune? vù esti ho uwe a-sez ipodesle tisc, altachés, par étal et comme par religio 1, à pour ne s'estimuer que ce qu'il vaut? vù est l'exl'intoléralice administrative; quelquefois c'étaient pert en état de les mettre l'accord? des membres de ces corporations exclusives d'arls Quelques partisans de la liberté indéfinie croiet méliers, qui, dans toute nouveauté, voient le rool voir à nus principes des conséquences dangerme d'une concurrence dangereuse, el qui re gereuses, et nous dirval:quoil dans un mument gardent uo invioleur comme un ennemi qu'il où tout relentit du cri de la liberté, où lous ling faut étuuffer en naissaut. On voit aisément que, intérêts siminolent d'eux-mê nous à la liberté, où d'après de tels priucipes, les hommes les plus la loi n'est elle-même que le soutien, l'instrumeot, habiles étaient les plus à craindre, et les premiers le ministère de la liberté, vous allez vous proécartés. Aussi, combien de citoyens précieux, poser des sénes et des contraintes! après avoir négligé le soin de leur fortune, pen Où sera la liberté, nous diront-ils, si elle n'est dans l'industrie et dans le commerce ? et où sera, que l'exercice n'en serait point immoral, au lieu la liberté de l'industrie et du commorce, si vous d'être une lide liberté, serait une violence et établissez le despolisine du talent et la tyrannie une vexation perpétuelle; et, par la inéme des inventur-? Essayons de prouver à nos esti raison, une loi qui laiss chacun comme il était, mables adversaires que nous l'aimons aulant et qui perinet à chacun d'ê re re qu'il peut être, qu'eux cette liberté, mais que peut être nous la ne doit poiot être regardée comme un privilège, connaissons mieux; montrons-leur qu'un louable mais comme une protection : voilà préciséenthousias ne les égare, et qu'en ce moment, ils ment le cas où se trouvent les inventeurs. La défendent le mot contre la chose.

loi que nous sollicitons en leur faveur n'est Qu'entend-on par liberié? Est-ce la faculté de qu'une pure et simile protection; c'est l'esprit dispiser de ce qui'on a, ou de ce qu'on n'a point? inventif, c'est l'invention elle-mèiue qui est un Si on ad iple la seconde définition, il n'y a plus privilège, et celui-là, nous ne pouvons ni le de loi ni de 80 lété; si, au contraire, il faul, avec cop fé er, ni le révoquer. toutes les honnêtes gens, s'en li nir à la première, Miis, dira-t-on, l'Assemblée nationale elleque peut-on trouver dans la théorie que nous même a décrété l'emploi d'une partie des revenus avons d'abord exposée, qui donne à l'inventuur publics à l'encouragement de l'industrie. A cela au delà du droit d'usir de ce qui est à lui, et qui je réponds, que son intention est sans donte que porte la moindre atteinte à ce droit chez les ce genre de secours ne soit accordé qu'à des autrs iembres de la société ?

hoinines qui les mériteront, et qu'à des hommes Remontons à os principes : l'idée nouvelle de auxquels ils -eront liécessaires. A Di-u ne plaise l'inventeur lui appartient-elle, ou non ? tout ce que je veuille interdire aux inve iteurs de partique cette idéc contient, et le développement de ciper à ces encouragements, coinme les autres ce conlenu ne lui appartient-il pas aussi par une agents de l'industrie. Il leur sera Loujours libre conséquence nécessaire? quel autre que lui peut de traiter, s'ils l'aiment mieux, avec l'administra. avoir droit à ces choses avant de les connaitre ? tion ; mais il ne sera pas toujours libre à l'admiel quelautre peut connaitre ces choses sans l'aveu nistration de traiter avec eux. Il est beaucoup de celui qui les po:sede, ou, pour mieux dire, d'objets trup futiles ei eux-inèmes pour inériter qui les renferme ?

l'allentin du corps social, et qui cependant peuNe peut-il pas dire : je ne les découvrirai qu'à vent devenir une source de bien pour celui qui condition que personne n'en Usura que de mon le- a découverts : et dans les inventions d'uie cobsentemeot? ne peut-il pas dire à la force pu plus grande importance, il en est braucoup dont blique : garantissez-moi cette condition, et je le mérile ne peut être recoonu que par des parle : sition je me tais; et la force publique épreuves, la plupart du temps incertaines et disserait-elle une force protectrice, si elle répon- pendieuses ; or, ces épreuves, aux frais de qui sedait : je ne voux me měler en rien de ce qui ront-elles faites ? sera-ce aux frais du gouvernevous regarde, je ne m'informe point si la chose ment ? Mais à quels risques ne s'expoz ra-t-il est utile ou non, c'est à vous à le savoir et à le point? Sera-ce aux frais de l'inventeur? Mais montrer. Si vous êtes troublé, défen dez-vous la plupart du temps où seront ses noyens? L'ancomme vous pourrez: pour moi, je ne m'en charge nonce d'une invention nouvelle, en fait d'induzpoint? Mais, répondrait l'inventi ur, s'il osail, je trie, est un titre sans doute, mais un titre non Vous demande de contenir ceux qui voudraient encore vérifié, et qui ne donne point droit aux en Vahir ma propriété; c'est contre l'usurpation, récompenses ; car si l'invention est viile, elle contre la fraude, contre le vol que je vous im porle sa récompense avec elle; si elle ne l'est pas, plore, et nun contre les droits de personne; je elle n'en mérite point : et si des notions de la demande à mettre ma récolte, bonne ou mau- justice on voulait descendre à celles de l'adminis. Vaise, sous la foi publique. Sera-lal donc défen iu tration, il serait encore aisé de prouver, que presde tou her aux autres récoltes, et permis d'en que tout ce que l'on achète ainsi pour publier lever la mienne?

après, reste sans utilité pour la nation, parce que Osera-t-on encore nous répéter que, sous des l'inventeur, malgré sa confiance dans sa découtermes deguisés, vous demandons des privilèg-s verle, n'a pas ordinairement assez de moyens excl sifs ? et confondra-t-011 toujours, sous la pour soutenir la concurrence de toute l'indusméine dénoinination, ce qu'il y a de plus sacré trie nationale; parte que tous les autres agents avec ce qu'il y a de plus jojuste? Toute préfé de Culle meine industrie opt chacun la même rence pers nivelle, lorsqu'elle est gratuitement crainte ; parce que la plupart joigaent à cette donnée par les hommes est arbitraire, el par con considération un voule plus ou moins fondé sur séquent absurde, et dès lors elle est révocable, l'utilité réelle d'une invention qu'eux-mêmes mais elle est respectable, quand elle est donnée D'ont point conçue ; enfia parce qu'il est naturel par la uature.

de considérer une invention récente comm00 Pourquoi cette distinction ? C'est que nous pou enfant qu'il faut laisser, pendant les premiers vons de dauder raison aux homines de ce qu'ils teinps de son existence, entre des mains amies, sont, el que la nature n'est point obligée de nous et qu'on ne doit point exposer à la lutte avaut en doquer de ce qu'elle fait; oous ne saurons l'âge de la force. jamais pourquoi il lui a plu d'etablir les diffé Mais qu'arrivait-il autrefois de ces transactions rences qui nous frappent entre des hoinmes qui entrel'loventeur et le gouvernement? Ou le secret, paraitrarent avoir des droits égaux à ses doos, dès le premier instant de sa manifestation, était coinme elle leur a donné des droits égaux à nos condamné à un éternel oubli, et alors l'utilité ou soios; elle ne l'a pas fait: elle a répaniu, comine l'inutilité de la découverte revenait au même, en au hasard, la force, la grâce, l'adresse, l'intelli. périssant avec elle; 011 si quelqu'une échappait à gence et tous les divers allributs dont elle piu cette fatalité, on se déteripinaii enfin à éprouver vail duuer les étres sortants de ses majos; et en si elle était réelle ou chinérique, avantageuse ou les traitant ains, elle a donné à chacun tout ce nuisible: alors de deux choses l'une, ou l'essai qui devait résuiter de ces premiers avaulages. manquait, et le prix de l'invention achetée était

Ainsi douc, une loi qui contrarierait le libre perju; ou il réussissait, el bientôt une foule de développement de tous ces dons naturels, tant' concurrents, effrayés d'une idée utile, comme d'un stratagème de guerre prenaient les mesures, l'intervalle de gnatre mois, une description exacle, convenables pour en empêcher l'exécution ; et appelée spécification, de la découverie qu'il vient les moyens manquaient rarement pour de pareils d'annoncer; et sur cette spécification, on lui dédesseins, sous un régime hérissé de mille forma livre un extrait de la patenie, afin de lui servir liiés au moins aussi favorables à la ruse qu'au de titre pour la fabrication et la distribution exbon droit. Voilà comme chaque lumière nouvelle, clusive de sa nouvelle découverte; mais sous la allumée pour un instant dans le champ des arts, double condition que les moyens spérifiés par élait pour jamais éteinte par le souffle impur l'ioventeur n'ont point encore été employés dans de l'envie qu'elle ollusquait; voilà comme, depuis les fabrications nationales, el que l'inventeur ne des siècles, notre industrie et notre administration se servira que des moyens détaillés dans la spéciont erré d'un pas égal dans les mêmes ténèbres. fication qu'il dépose. Ces mêmes patentes autoriEt par la réunion et par le funeste enchainement sent celui qui les obtient à céder sog droit à qui de tant et lant d'obstacles, entre lesquels il s'en bon lui semble, ou à ouvrir une souscription trouvait toujours un insurmontable, le génie de pour rassembler les fonds nécessaires à l'entrel'invi-ption, taplot assoupi, tantot euchainé, prise, à la charge toutefois de ne pas admettre tantôt découragé, taniot indigné, ou ne se mon plus de cinq associés ou souscripteurs à l exercice trait point, ou ne prospérait point, ou fuyait vers de sa patente. des nations plus bospitalières, enlevant à la France Les frais de ces diverses expéditions s'élèvent des richesses dont on avail méconnu la source, environ à 80 guinées, et la taxe des patentes de et portant à nos rivaux une supériorité que la vient, par leur nombre, une branche du revenu nature nous avail inutilement desti ée (1).

public : le reste va de soi-mêine; et la patente une Sur ce point, tous les peuples de l'Europe sont fuis expédiée, le gouvernement ne s'informe point encore plus ou moins éloignés de connaitre leurs si l'inventeur a été sincère ou non dans sa dė vrais intérèls: un seul a vu la lumière; un seul claration, s'il estou non fidèle à ses engagements; a pris sur les autres les avantages des clairvoyants la loi est faite : s'il y contrevient, sid'autres y consur les aveugles. Chez les Anglais, aucun essor de treviennent, c'est à la parlie lésée à se plaindre et l'esprit n'est arrête; chez eux, loul homme qui aux tribunaux à prunoncer; et qu'on ne soit se croit inspiré d'une idée utile a droit de la faire point effrayé pour ces tribunaux de la tâche qui connaitre et d'en partager les avantages; chez leur est imposée ; quand une fois les droits réseux, une découverte est déclarée la propriété de pectifs de chacun sont fixés avec précision, il celui qui l'a manifestée; chez eux enfin, l'intelli est aisé d'y comparer les prétentions respectives; gence humaine est regardée comme un domaine alors, tous les obstacles disparais:ent, tules les ilhmité, où la sagesse publique encourage les obscurités s'éclaircissent, toutes les complications nouvelles cultures; et un coup d'eil rapidement se simplifient; et ce qui répond à tout, c'est que jeté sur cette partie savante de la législation depuis cent cinquante ans, dans un pays où la anglaise vous montrera Messieurs, combien l'ac plainte est libre, où la presse est libre, où les cueil que depuis près de deux siècles Cutte nation hormes sont libres, on n'a connaissance d'auéclairé fait à loules les nouvelles inventions, 1 cune reclamation contre les applications les plus assure de supériorité à son industrie sur celle de rigoureuses de cette loi tutélaire de l'industrie. tous les peupl s du monde.

Nous ne discuterons point les perfections dont Bo Angleterre tout inventeur de nouvelles dé celle loi serait encore susceptible; nous n'exacouveries ou de nouvelles perfections, en fait minerons point si des spéculations fiscales n'ont d'aris et métiers, s'adresse à la loi qui ne repou se point trop élevé la taxe des palcnles; nous ne persoone; la chancellerie est obligée d'appointer rechercherons point si la limile imio-ée au nomsa requête, el sur-le-champ, il signifie un acte bre des actionnaires est vraiment utile, el si in d'oppositivo com ou sous le nom de caveat, pour Aigleterre l'intérêt des manufactures établies et prendre date de sa déclaration et prévenir toutes celui de la banque nationale obligent à porter celles qui pourraient se faire sur le mêine objet; cetle alteinle apparente au droit primitif et abon dresse aussitôt des patentes avec une clause sulu de l'inventeur. de rigueur, qui oblige l'inventeur à fournir, dans A quoi mèneraient ces discussion: ? Ce n'est

point à l'Angleterre que nous devons nos ron

seils. Summe-nois dailleurs en droit de la juger (1) Il semble que ce snit pour nos inventeurs français sur cet article ? et la splendeur dont elle jonit ne qu'ont été fails ces vers si conuus: Sic vos non robis, etc.

serail-elle point une réponse victorieure à toutes Entre beaucoup d'exemples que je pourrais ciler, quel

nos objections? ques-uns me suffiront. Le balancier pour frapper les médailles fut imaginé, en 1615, par Nicolas Briol, qui, ne

Revenons plutôt sur nous-mêmes, et pour ne pouvant le fire adopler en France, trouva plus d'accès

voir encore que la partie la plus excusable de en Angleterre; et, sans l'autorité du chancelier Séguier, nos erreurs, c'est-à-dire les prélendus encourapeut-être l'usage du balancier nous serait-il encure in gements prudiyués depuis plusieurs siècles aix connu.

pretendus auteurs de nouvelles découvertes, évaLe moulin à papier et à cylindre, inventé en France

Tuoos, si nous l'osons, si tous le pouvons, et ces en 1630, fut porté en Hollande, et n'est revenu que de

achats dispendieux de mille et mille secrets, ou puis peu dans sa véritable patrie. Le inélier à bas fut d'abord inventé à Nîmes. L'in

que l'on coupaissait auparavant, ou dont on ne venteur, contrarié en France, passa en Angleterre où il

s'est point souvenu depuis, el ces protections fut magnifiquement récompensé, mais les Anglais, dans

offensives, et ce: franchises injustes, et ces attrileur générosité, eurent, dil-on, une faiblesse dont ils butions de revenus publics, si souvent, si téinéseraient incapables aujourd'hui : ce fut d'envier la gloire rairement accordées à des entrepreneurs intride cette belle découverte à un Français, el de l'attri gants ; el tant de latimenis lastueux, mais enbuer à un de leurs compatriotes. Les Anglais nous doi

core plus chers, élevés, à la sollicitation de ces vent de mèine une nouvelle matrice pour la monnaie, un nouveau métier à gaze, la leinture du coton en rouge,

mêmes hommes et sous leur direction, aux frais et plusieurs autres decouvertes dont les auteurs n'ont

du gouvernement; et lant et de si fortes avances point éto prophèles dans leurs pays. Ne regrettons rien,

auxquelles ce même gouvernement n'a cessé réparons tout, et tâchons seulement que desormais nos d'ajouter de nouveaux secours, et tant de preis abeilles ne portent plus leur miel hors de la ruche. qui ne lui furent et qui ne lui seront jamais rem

boursés, el tant d'actions, tant de parts d'entre- , fonds dans une circulation toujours plus rapide, prises dont il a si souvent fait les fonds, et si grossit le Trésor public, ajoute à la fortune comrarement touché le dividende. Ce serait peu d'ail mune, rend la cupidité même utile, et bannit ditionner toutes ces munificences : il faudrait l'aspect affligeant de la pauvreté, loin d'un pays encore les apprécier, et par les valeurs de l'ar qu'elle favorise ; c'est encore elle qui, tourmengent aux diférentes époques de notre monar lant sans relâche un fol amour to jours prêt à chie, et par la périurie habituelle de notre Tré se refroidir, le féconde, le ranime, et répand sor, et par l'intérêt toujours croissant à mesure sur les campagnes anglaises un éclat et une vie qu'oa remonle vers des périodes plus reculées ; dont la nature et le climat s'étonnent également. enfin, il faudrait, après avoir supputé ce que C'est elle enfin, c'est toujours l'invention qui ces dépenses ont dû coûter, y ajouter ce qu'elles assujettit l'Europe, que dis-je! le monde, à un auraient pu valoir, et chercier ce qu'elles ont tribul volontaire, mais régulier, en vers une narapporté.

lion qu'on peut regarder tout entière comme Comparons à présent cette marche fantasque, une grande corporation d'arts et métiers : efincertaine et ruineuse, avec celle d'un gouver frayante association, dans laquelle et les plus nement, qu'une loi juste et prudente éloigne de habiles ouvriers et les premiers manufacturiers tant d'écueils, qui toujours favorable aux nou et surtout les génies les plus inventifs de toules velles entreprises, ne partage aucun de leurs les nations s'empressent à se faire agréger. dangers; qui ne fait aucune avance, et recueille Nous le savons trop bien, Messieurs, les Antoujours quelque avantage; qui, dans chacune de glais de travaillent pas seuls pour l'Angleterre : ses opérations, offre un bienfait et rencontre un chez eux, sur plus de mille privilèges d'invenprolil; it que la reconnaissance et la prospérité tion, actuellement en exercice, on en voit les toujours croissante de sa nation, récompense à nuf dixièmes accordés à des étrangers ; et les chaque instant du respect religieux qu'il con citoyens que nous compt rions dans cette armée servi pour les droits de l'homme, et de la sage auxiliaire de l'industrie anglaise, pourraient, en protection qu'il accorde à ceux du citoyen. Et ajoutant à nos regrets, relever aussi nos espéqui de nous ne penserait, en observant ce triste rances. contraste, que nous nous sommes toujours mis Voilà comme ils trouvent, jusque dans leurs en frais pour payer les moyens d'assurer notre rivaux, des instruments de leurs triomphes; décadence, et que chez les Anglais, au contraire, voilà comme ils nous opposent à nous-mêmes, la fortune elle-même semble acheter le droit de semblables à ce grand roi du Nord qui battait les combler de ses dons ?

ses ennemis avec leurs propres soldats. Et que serait-ce donc, Messieurs, si je vous Cependant, malgré tant de ressorts d'une part, faisais observer cette insidieuse variété de fabri malgré lant d'entraves de l'autre, notre inluscations anglaises étalées avec faste et chez tous trie, en plus d'un genre, a conservé sa supérionos marchands, et chez lous nos citoyens, et rité sur l'industrie des Anglais ; ils ne l'ignorent dans toutes nos cités, et dans toutes nos de pas; ils savent que notre pation ne leur cède en meures, pour reporter ensuite vos regards sur rien, ni pour l'aptitude au travail, ni pour les nos monotones productions dans les mêmes gen facultés de l'esprit, ni pour les dons du génie, res d'industrie, qui demeurent installées et et que la France est plus riche en population ; comme emprisonnées au fond des magasins de ils savent que notre terre est plus féconde, que nos manufactures désertes, et les chefs mêmes nus productions sont plus variées, que notre sol de ces manufactures découragés et réduits sou ofire de lui-même la plupart des matières prevent à l'humiliante condition de facteurs du mières que leur commerce va chercher au delà commerce anglais ? Nos goûts, nos fantaisies, des mers ; ils savent que chez nous une étendue nos caprices, nos mods sont dans les intérêts plus vaste, une position plus heureuse se prêtede l'Angleterie, et notre vanité même nous mé raient à presque toutes les cultures, et que notre prise. Tout s'avilit ici par la routine ; là, tout se régénère par l'invention. C'est l'invention, toujours reconnaissante en vers sa patrie adoptive,

sions dans l'état des affaires publiques; qu'ils jugent qui en Angleterre, par des moyens et des effets

dans leur conscience si la détresse commune est un toujours sûrs et toujours imprévus, inspire sans champ qu'un bon citoyen puisse mettre en valeur ; qu'ils cesse à l'opulence de nouveaux désirs, et preg conviennent, s'ils l'osent, et des fausses alarmes, et des crit au travail de nouvelles tâches. C'est elle, fausses sécurités qu'ils ont l'art de répandre à propos qui présentant toujours aux riches de nouveaux

dans des esprits plus simples que les leurs, soit qu'ils

veuillent vendre trop cher ou acheter trop bon marché; moyens d'enrichissement (1), entretient leurs

qu'ils nous expliquent enfin ce jeu scandaleux où les

hommes les plus rusés font tous les gains, où les hon(1) Les nouvelles entreprises en tout genre d'industrie nêtes gens font toutes les pertes, et dont l'état paye tous sont dopuis longtemps en Angleterre, el seront bientôt les frais. Est-il question, au contraire, d'une nouvelle en Franco la manière la plus avantageuse de placer des découverte, le particulier qui en a conçu l'idée, et ceux capitaux; et si l'on veut y reflechir, de tous les moyens qui lui ont fourni les fonds nécessaires pour la mettre d'accroitre une grande fortune, il n'en est point de plus en activitó, proposent à leur nation une entreprise dont séduisant pour l'intérêt personnel et de plus satisfaisant ils font les premieres avances, dont ils courent les prepour le patriotisme. Chaque découverte utile qui pros. miers hasards, et dont ensuite ils partagent avec elle père, est une conquête sur l'ignorance et un tribut sur tous les avantages : et ceux de leurs concitoyens dont tout le genre humain; et ceux qui de leurs moyens pé les dépenses volontaires ont contribué à les enrichir, cuniaires ont contribué à sa réussile, loin de devenir n'en sont-ils pas amplement dédommagés, et par les odieux à leur patrie, lui montrent dans leurs profits jouissances nouvelles qu'ils se sont procurées et par le thermomètre de sa prospérité. Je lai-se à comparer l'accroissement de prospérité de leur commerc national? celte manière vraiment civique de s'enricbir avec cet En un mot, l'agioteur dans les fonds publics désire sans obscur agiotage vers lequel tous les calculs et toutes les cesse; et lorsqu'il le peul, il occasionne à sa patrie toutes méditalions de nos égoïstes et de nos prétendus financiers les pertes dont il pense tirer un profit; l'entrepreneur ne cessent de se tourner. Qu'ils rentrent en eux-mêmes, d'une nouvelle invention, au contraire, commence par el qu'ils voient si les premiers éléments de la morale faire tous les sacrifices dont l'Etat peut tirer quelque permetlent de spéculer incessamment sur de nouvelles avantage, et ne trouve.ses profits qu'après avoir assuré variations, et par conséquent sur de nouvelles convul. ceux de ses concitoyens.

climat est à la zone tempérée, et que cette zone , n'en doutons point, il viendra dans nos ateliers elle-même est aux autres climats.

seconder nos efforts, faciliter nos travaux (1), Ainsi donc, les deux peuples ont chacun leurs perfectionner nos ouvrages, inspirer (ile préféavantages ; mais ceux des Aoglais, nous pouvons rence peut-être) nos plus inodostes artisins, et les acquérir, et les noires ne seront jamais qu'à les faire passer soudain, d'une longue obscurité nous. La nature nous a plus favorisés que nos | à lout l'éclat de la fortune et de la renominée. rivaux ; joignons-y, comme eux, la liberté et la Cet espoir n'est point une illusion ; un mot peut Joi. Donnons aussi à la vivacité francaise un le réaliser, et les Anglais alors n'auront plus libre essor, dans une juste direction ; appelons qu'à se glorifier de nous avoir montré la route aussi le génie de l'invention à notre aide, ou du bonbeur. seulement ne le repoussons point; il est indigène en France, il habite parini nous : qu'il soit Jibre pfio ; qu'il rentre dans ses droits, et bien

Serait-on indifférent pour un de nos artistes qui, par tốt nous le reconnaitrons à ses bienfaits (1);

des procédés ignorés, parviendrait à ressusciter l'art bientôi, il saura découvrir à mille citoyens des

presque oublié du filigrane, et à laisser bien loin der

rière lui les plus patients et les plus adroits ouvriers trésors cachés au fond de leur pensée ; bientôt, de l'Indoustan?

N'applaudirait-on pas encore à celui qui confierait au

tissu du velours les traits, les coulenrs, les lumières, (1) On aurait peine à se représenter combien un premier les ombres, les demi-leintes du tableau le plus fiui, al qui rayon d'espoir de recouvrer une propriété qu'on peut parviendrait à douer, pour ainsi dire, une navette des regarder comme celle de soi-même, à fait germer d'i talents d'un grand peintre? Rien n'empêche que d'autres dées nouvelles dans l'esprit de nos artistes français. ne se livrent en même temps à des études plus sérieuses; Mais on en pourrait joger par une première esquise que ainsi, par exemple, à côté des artistes qui s'appliqueront j'ai sous les yeux, des efforts inattendus auxquels de aur ouvrages les plus délicats, on pourra voir un satoutes parts on se dispose ; je ne la présenterai point vant essayer de déierminer la pesanteur réelle des corps ici : il me suffira d'annoncer que mille genres d'indus au milieu des fluides qui les coutrebalancent, et tenler tries, ou qui n'étaient point encore venus dans la pensée d'offrir au commerce universel, un poids à l'abri de des hommes, ou qui demeuraient ensevelis avec leurs l'influence des temps et des climats. Le même homme premiers auteurs, ou que d'autres peuples avaient eu soin entreprendra de montrer une mesure toujours égale à de conserver mystérieusement à leur usage et à leur elle même, dans une ligne géométriquemeat corresponprofit, vont enrichir la France ; et il aisé de prévoir dante à la distance de deux étoiles fixes, et il a conçu que les sciences vont tracer aux arts de nouvelles routes, l'espoir d'opposer la régularité des corps colestes aux en même temps que les arts vont offrir aux sciences de variations inévitables et perpéluelles des substances de nouveaux moyens de réaliser leurs grandes concep notre globe. tions,

Plusieurs amis de l'humanité, à l'envi l'un de l'autre, Et qui pourrait calculer tout ce que la physique et la travailleront à faciliter et régulariser la mouture, cette chimie, la chirurgie, préparent de secours et de con première et si importante préparation de l'aliment unisolation à notre faiblesse et à nos infirmités ? qui pour versel. Ils se serviront de forces d'un genre inconnu. Ils rait se représenter toutes les merveilles que la mécanique, économiseront celles dont on fait usage. Ils espèrent celte extension incalculable de la force et de l'adresse assujeltir les eaux et les vents à de nouvelles lois. Ils humaine, est sur le point d'opérer ? Il semble qu'un veulent demander aux machines elles-mêmes un nouveau nouvel ordre de choses soit prêt à paraître, et que les compte des grains qui leur sont confiés, el promettent imaginations françaises deviennent autant d'ateliers in au genre humain de lui conserver désormais cette partie visibles où se préparent des suppléments à tout ce que considérable de sa nourrilure, que l'imperfection des nous connaissons. Mais au milieu de cette grande fer moulins à jusq'i'à présent absorbée en pure perte. mentation, une pensée se présente la première à mon Au milieu de tant d'hommes empresses à se rendre esprit, c'est que toutes ces idées, toutes ces m dilations, utiles à la grande famille humaine, il en est un qui tous ces essais, lous ces travaux se dirigent et tendent tenlo un vol encore plus audacieux : il assure que do avec une sorle d'émulation au soulagement et à l'em longues et profondes méditations sur la nature des bellissement de la société. Servir le monde, ou lui plaire,

cbo es et sur l'action réciproque des fluides lui ont voilà le but commun de tous les inventeurs. Je vois les enfin découvert un agent plus puissant que ceux dont uns étudier et proposer ce qui manque à la perfection nous avons jusqu'à présent invoqué le secours. Il se des filatures et des tissus; d'autres songent à multiplier flatte, avec celle aido nouvelle, de maitriser les éléments les moyens d'économie et de sûreté dans l'intérieur de | les uns par les autres, et de pouvoir appliquer un jour nos demeures; un autre cherche à diminuer pour l'Etat leurs forces incompréhensibles à des travaux prodila consommation excessive des matières combustibles ; gieux. Ces merveilles, dira-l-on, n'existent point encore; là, ce sont d'infaillibles précautions récemment imagi non sans doute; mais il fut une époque où l'on pounées contre les dangers multipliés des voyages; ici l'on vait en dire autant de toutes celles qui existent. C'est présente à l'homme une armure ingénieuse qui doit le rarement le génie qui doute du géni- ; il fait trop bien rendre insubmersible; plus loin, on lui offre la facilité que rien ne lui est impossible, pourvu qu'on lui donne de vivre dans un autre élément et de travailler sous les un libre essor, pourvu que Prométhée ne reste point eaux, pendant qu'uilleurs on croit avoir trouvé des attaché au Caucase. procédés plus sûrs et plus prompis pour rendre les (1) Rendre facile ce qui est utile, et produire plus marais à la culture et à la salubrité; et que plus loin, d'effel avec moins d'efforts voilà la tâche commune que on s'occupe de porter à peu de frais l'arrosement et la les arts se sont proposés de lou, temps et le but vers fécondité dans des terrains qui paraissent condamnés lequel ils ne cesseront jamais de s'avancer. par la nature à une éternelle sécheresse.

Le premier artiste qui a imaginé le moyen de substiQuand d'aussi belles tâches ne seraient pas parfaite.

tuer le travail d une femme ou d'un enfanl à celui d'un ment remplies, ne devrait-on pas toujours quelque estime bomme fa t. est devenu le bienfaiteur du genre hu aux hommes qui se les proposent ? Sans doute, une et celui qui diminuerail de moitié le nombre des ouvéritable gloire attend ceux qui réussiront dans ces vriers employés à une fabrication quelconque, méritegrandes entreprises : mais ceux-là mêmes qui s'exer rail les mêmes éloges. Voici l'occasion de rassurer fraceront sur des objets moins importants, ne resteront ternellement les inquiétudes ordinaires à la plupart de pas sans honneur; car les hommes tiennent compte de nos ouvriers, et de les guérir, s'il se peul, d'un préjugé ce qui leur est agréable, comme de ce qui leur est trop accrédité dont, plus d'une fois, les suites ont été utile.

funestes à l'in lustrie nationale. Pourrait-on regarder, sans interét, les efforts indus Ces utiles citoyens, a coutumé: à n'avoir que leur 1ri ux de celui qui s'empresserait à saisir et à fixer les travail pour patiimoine, étaient pardonnables dans le plus imperceptibles lineaments, les nuances les plus principe, en pensant que diminuer le nombre des hom. fugitives de chaque herbe et de chaque fleur, et qui se ines employes à un travail, c'était enlever à plusieurs promettrait d'offrir une collection comme vivante de d'entre eux les moyens de subsister; mais égarés par toutes les plantes de l'univers ?

cette inquiétude, ils se sont portés, en plusieurs occa

[ocr errors]
« PreviousContinue »