Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]

Dans

Ans un moment où l'assemblée natio. male constituante va remettre le dépôt sacré de la constitution françoise au patriotisme de tous les citoyens, nous croyons remplir le vou des Français en leur faisant hom. mage de l'ouvrage qui renferme les prin. cipes les plus vrais et les conséquences les plus justes ; d'un ouvrage où la force des prenves , la solidité dn raisonnement éclatent de toutes parts ; d'un ouvrago enfin qu'on ne sauroit lire sans être con vaincu que l'auteur portoit la patrie dans son crur : nommer Mirabeau, c'est sup: pléer à ce foible éloge:

Nous devons au public de lui rendre compte des moyens que nous avons ema ployés pour mériter sa confiance. ** : On se rappelle que dans un temps ou les préjugés ' nous déroboient la vérité Mirabeau , doué d'un génie rare, préparoit les esprits à l'heureuse révolution qui nous

régénérés- ; ambitionnant d'être appelé Tome de

ij par le choix du peuple sur le grand théâtre où nous l'avons vu déployer de si sublimes talens , il regardoit le titre futile de noble comme un hochet de la vanité. Poursuivi par les despotes , il brava la haine de ses ennemis ; déja les villes d'Aix et de Marseille , en s'honorant à jamais par le choix qu'elles firent de ce défenseur infatigable des droits du peuple, lui préparoient des jours de triomphe et un droịt à l'immortalité.

Mirabeau étoit persuadé que l'opinion publique ne se formeroit jamais, și des hommes libres, n'avoient le courage de la diriger; son ame ardente et fière s'indigna de la complaisance servile avec laquelle des journalistes s'efforçoient de l'égarer ; il erut qu'il étoit de son devoir de prémunir ses cominettans contre ces coupables mandeuyres. ; il imagina pouvoir le remplir en publiant le journal des écats généraux. Deux numéros de cette feuille avoient à peine paru., qu'elle fut scandaleusement supprimée par deux arrêts du conseil. Son crime étoit d'avoir fait remarquer le peu de solemnité d'une présentation qui devoit être si imposante ; d'avoir donné une idée

exacte du discours de M. l'évêque de Nancy , et d'avoir pesé dans une juste balance les maximes consignées dans celui du directeur des finances.

Il falloit le courage de se nommer: Mirabeau se nomma; il continua son journal sons le titre de Lettres à mes Commettans. Ces lettres , au nombre de 19, sönt un superbe frontispice à la collection du Courier de Provence ; elles sont remplies de ces traits de force et de génie qui étincellent dans tous ses discours. Nons nous sommes fait un devoir et un plaisir de les consulter, Mi. •: Il n'entroit pas dans notre plan de rapporter tous les détails intéressans dont it à enrichi sa correspondance. Notre objet principal a été de suivre l'orateur à la tribune ; et à cet effet, nous avons puisé dans les meilleures sources pour y saisir les discours que cetlorateur a prononcés , tant dans l'assemblée des communes qu'à l'assemblée nationale constituante. Nous en avons fait le rapprochement par un précis de matières qui y ont donné lieu (1).

(1) Nous avons consultés particulièrement le courrier de Provence qui fait suite aux lettres de Mirabeau de ses com mellans, l'assemblée nationale permanente de le Hodey, le

'.

[ocr errors]

ty

D'après cet exposé de notre plan , nous osons nous datter que cet ouvrage sera utile aux membres de l'assemblée nationale, 女 ceux de la prochaine législature, à tous les citoyens de l'empire. Les premiers y retrouveront les principes qui les animoïent: les seconds auront une mine féconde fouiller. Mirabeau & tout dit ; et avec un tal guide il est impossible de s'égarer. Les derniers enfin auront, dans Mirabeau, un de ces hommes qu'ils ont eux-mêmes place ay-dessus de tous les orateurs modernes par les bonneurs qu'ils ont rendus à sa mémoire ; c'est à ceux qui ont manifesté un sentiment profond de douleur en perdant ce grand homme; c'est aux écrivains qui ont jeté des fleurs sur sa tombe, de ces artistes qui ont consacré leurs talens à faire revivre ses traits que nous confions le génie de Mirabeau. Il n'appartient qu'à des amos pobles et fières, à des hommes libres , de partager la gloire des antes extraordinairas. TTT Bulletin de l'assemblée nationale, le Moniteur qui fait suite au Bulletin , et le journal de Paris depuis que M. Gariat est chargé de te rédiger; nous avons également fair usage de motos, mauuscrites que nous avons recueillies nous-mêmes .. et nous avons adressé des copies à MM. les commissaireta chargés par l'assemblée nationale du récit antérieur du prør cès - verbal.

MIRABEAU

« PreviousContinue »