Page images
PDF
EPUB

IMPRIMERIE DE MARCHAND DU BREUIL,

rue de la Harpe, n° 80.

DES

TRAVAUX PRÉPARATOIRES

DU

CODE CIVIL,

SUIVI

D'UNE ÉDITION DE CE CODE A LAQUELLE SONT AJOUTÉS LES LOIS, DÉCRETS ET

ORDONNANCES FORMANT LE COMPLÉMENT DE LA LÉGISLATION CIVILE DE LA
FRANCE , ET OU SE TROUVENT INDIQUÉS, SOUS CHAQUE AKTICLE SÉPARÉMENT,
TOUS LES PASSAGES DU RECUEIL QUI S'Y RATTACHENT.

[merged small][merged small][merged small][graphic]

PARIS,
AU DÉPOT, RUE SAINT-ANDRÉ-DES-ARCS, N° 51.

000000000000

MDCCCXXVII.

[graphic]

DU

CODE CIVIL,

SUIVIS

D'UNE ÉDITION DE CE CODE A LAQUELLE SONT AJOUTÉS LES LOIS, DÉCRETS ET

ORDONNANCES FORMANT LE COMPLÉMENT DE LA LÉGISLATION CIVILE DE LA FRANCE, ET OU SE TROUVENT INDIQUÉS, SOUS CHAQUE ARTICLE SÉPARÉMENT, TOUS LES PASSAGES DU RECUEIL QUI S'Y RATTACHENT.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

« Les fortes études en tout genre sont devenues un besoin de la génération présente. C'est un effet nécessaire de l'état de scepticisme où une grande secousse la placée, et du malaise qu'elle éprouve dans cette position. Sans savoir où elle va, elle sent qu'elle ne peut pas rester où elle est ; elle sent que quelque chose lui manque pour assurer son repos et son bonheur : elle n'a ni foi ni affections communes ; elle ne forme presque pas société ; l'ail n'y voit, pour ainsi dire, que des groupes; un sentiment demeuré commun aux diverses parties, empêche seul le tout de se dissoudre; c'est le désir du mieux et l'espoir de l'atteindre. De là tous ces efforts qui, dans des directions différentes, tendent néanmoins au même bút. On recherche avec ardeur les bases des institutions, les sources des croyances; on porte jusque dans les plus petits détails une curieuse investigation; et ce mouvement, qui semble n'avoir pour objet principal que la politique ou la religion, se communique rapidement à toutes les branches des connaissances humaines , qui, à vrai dire, y touchent toujours par quelque côté.

«C'est ainsi que nous devenons tous les jours plus familiers avec Jes productions des littératures étrangères; c'est ainsi qu'on réimprime toules nos vieilles chroniques ; c'est ainsi que la plume de l'histoire, retraçant les scènes orageuses des siècles précédens, se fraye des routes nouvelles ; c'est ainsi que l'on publie tous les monumens de notre ancienve législation, qui n'est plus exclusivement abandonnée à quelques érudits.

« Si tel est notre penchant pour l'étude approfondie de tout ce qui nous intéresse, n'avons-nous pas lieu de nous étonner que personne u’ait songé plus tôt à former un recueil de tous les matériaux qui ont immédiatement servi à l'édifice de notre législation moderne ? L'ou. vrage de M. Fenet satisfait à ce besoin, et l'esprit d'examen qui fait le caractère de notre époque , nous dispensera de stimuler le goût du public en sa faveur; en fait de science, l'utile n'est aujourd'hui que le nécessaire.

« Jusqu'à présent, les travaux préparatoires de pos Codes n'ont été publiés que séparément, et quelques-uns d'une manière incomplète. Encore est-il difficile et très-coûteux de se les procurer tous : plusieurs parties sont devenues fort rares, et la collection entière n'est le partage que d'un petit nombre de jurisconsultes et de curieux.

« M. Fenet, avocat à la Cour royale de Paris, a conçu l'idée de réunir tous ces élémens dans un même recueil et à un prix modique. Il n'a pas voulu embrasser à la fois la tâche immense de publier tous les travaux préparatoires de nos Codes ; il commence par ce qui concerne le Code civil; mais il se propose de continuer son travail, s'il réussit dans cette première tentative.

«Nous croyons pouvoir, dès à présent, prédire à M. Fenet un succès assuré. M. Fenet est un de ces hommes laborieux qui doivent donner à un ouvrage de cette nature toute la perfection dont il est susceptible.

« Sop reçueil contiendra, dans le premier volume, l'histoire du Code civil, avec les deux projets de Cambacérès, celui de Jacqueminot, et le discours préliminaire de M. de Portalis; dans le second, 1° le texte du projet présenté par la commission de l'an VIII, et 2° les observations du Tribunal de cassation; dans les tomes 3, 4 et 5, les observations des tribunaux d'appel dans l'ordre alphabétique de leurs noms; enfin, dans les tomes 6 et suivans, les discussions, motifs, rapports et discours du Conseil d'Etat, du Tribunat et du Corps législatif, auxquels est jointe la discussion officieuse du Tribunat. On y trouvera aussi , à leur date, les discussions , motifs, rapports et opinions de l'an X sur les projets rejetés.

« M. Fenet n'eût-il fait que réunir ainsi les diverses parties des travaux préparatoires du Code civil, et les mettre à la portée de tout le monde, il aurait déjà rendu un service important; mais il fait plus, il y ajoute tout ce qui peut en augmenter la valeur et l'utilité.

« Outre les inconvéniens que nous avons déjà signalés, la publication séparée des discussions du Conseil d'Etat, du Tribunal, etc., avait encore celui de n'offrir aux lecteurs que des fragmens du drame

« PreviousContinue »