Page images
PDF
EPUB

une réorganisation de l'Université faite par M. de Vatimesnil, à la réouverture des cours de MM. Cousin, Guizot et Villemain. Les clé. ricaux continuaient la campagne contre les ordonnances du 16 juin et pour la liberté de l'enseignement, en faveur de laquelle ils montraient un zèle aussi vif que neuf.

§ X. LETTRES. Victor Hugo, qui a lancé, l'année précédente, le manifeste du romantisme, publie, en 1828, les Orientales, recueil de poésies pleines d'éclat, mais où il n'a pas encore répudié les formes anciennes.

§ XI. EXTÉRIEUR. Les affaires de Grèce sont, cette année, la principale préoccupation des cabinets européens.

La France retire ses troupes d'Espagne, laissant ce malheureux pays livré à une anarchie dont, après plus de quarante ans, il n'est pas encore sorti.

Don Miguel, arrivé à Lisbonne, y prête, comme régent, serment à la Constitution. Après le départ des troupes anglaises, il convoque (3 mai) des Cortès extraordinaires, qui le proclament roi (29 juin); il accepte la couronne, malgré la résistance de plusieurs villes, dont la principale, Oporto, est réduite de vive force. La plupart des constitutionnels se retirent en France et en Angleterre. Don Pedro envoie sa fille, dona Maria da Gloria, dans ce dernier pays, où elle est reconnue comme reine légitime. Wellington fait conduire à Terceire, une des Açores, trois à quatre mille réfugiés et volontaires qui doivent combattre pour dona Maria !

S XII. Projet de CONCILIATION. — L'année 1829 débuta par un présage mauvais pour le cabinet. M. de la Féronnays, déjà très-souffrant, éprouva une crise qui l'obligea à se démettre de ses fonctions. M. Portalis ajouta , par intérim, le portefeuille des alfaires étrangères à celui de la justice.

A ce moment, des négociations étaient entamées entre le ministère, qui sentait la nécessité de se donner dans la Chambre une situation plus forte, et une grande partie de l'opposition libérale, disposée à entrer dans le gouvernement; ce n'était là que la pratique du régime parlementaire. Le général Sebastiani el Casimir Périer étaient désignés pour devenir ministres, quelques autres pour des fonctions élevées de l'administration publique. Les choses en éta là au moment de l'ouverture des Chambres.

Pendant ces négociations, un écrivain libéral, Cauchois-Lemaire, publia une Lettre au duc d'Orléans qui engageait le prince à prendre dans la monarchie constitutionnelle une sorte de royauté morale,

1

et à se mettre à la tête de l'opposition, comme font les princes anglais.

Cet écrit produisit une grande sensation, mais il fut généralement désaprouvé. Le ministère le poursuivit comme provoquant à un changement de dynastie. Par une rigueur insolite, l'auteur fut arrêté préventivement.

Le 12 janvier, Cauchois-Lemaire comparut devant le tribunal cor. rectionnel. Son défenseur, M. Chaix-d'Est-Ange, alors avocat libéral, soutint que son client avait simplement engagé le duc à faire ce qu'avait fait, sous Louis XVIII, le comte d'Artois. Cauchois-Lemaire fut condamné à quinze mois de prison et 2000 francs d'amende; les éditeurs eurent trois mois de prison. La cour royale confirma le jugement.

Le gouvernement désignait ainsi lui-même le duc d'Orléans comme pouvant devenir le chef d'une dynastie nouvelle.

§ XIII. Session de 1829. Le roi ouvrit la session, le 27 janvier, par un discours dont l'ensemble satisfit généralement et dans lequel on ne remarqua qu'une phrase annonçant la présentation de lois sur l'administration des départements et celle des communes.

La discussion de l'adresse, dans les deux Assemblées, ne présenta d'autre incident notable qu'une déclaration très-formelle, très-éclatante d'attachement à la Charte que fit le prince de Polignac à la Chambre des pairs. Par malheur, ce personnage avait pris une attitude politique telle, que l'opinion publique n'eut pas confiance dans ses déclarations.

Le prince de Polignac, ambassadeur de France à Londres, était venu à Paris sur l'ordre du roi, qui désirait lui donner la succession de M. de la Féronnays; mais le ministère tout entier s'opposa à ce que le prince entrât, à un titre quelconque, dans le cabinet; l'ambassadeur dut retourner à son poste. Il avait, du moins, profité de son passage à Paris pour réconcilier les deux fractions de la droite et les unir dans une haine commune contre le ministère Martignac. Il résultait de là un groupe compact de quatre-vingt-dix voix, qui, en se portant d'un côté ou de l'autre, devait у

déterminer la majorité.

Le 9 février, M. de Martignac déposa à la Chambre des députés les deux projets de lois annoncés par le discours du trône.

Jusqu'alors, tout relevait de l'autorité royale : ministres, préfets, sous-préfets, maires, conseils généraux, d'arrondissement et municipaux. C'était l'organisation impériale.

[ocr errors]

Le projet de loi soumettait à l'élection tous les conseils, mais à une élection singulièrement restreinte. Pour les conseils municipaux, les électeurs étaient pris parmi certaines catégories de nota. bles et les plus imposés, sans que le nombre en pût excéder trente dans les communes de cinq cents habitants et au-dessous; ce nombre s'augmentait de deux électeurs par cent habitants dans les communes plus peuplées. Les électeurs des conseils d'arrondissement et des conseils généraux étaient pris parmi les plus imposés, à raison d'un électeur par cent habitants pour les premiers, et d'un électeur par mille pour les seconds. C'était constituer des minorités privilégiées : le ministère redoutait le reproche de favoriser la démocratie.

Il n'y échappa cependant pas. La droite s'indigna de ce qu'elle regardait comme une concession à l'esprit révolutionnaire, repoussa hautement le principe même de l'élection, et déclara qu'elle voterait contre la loi.

L'opinion libérale trouvait le projet insuffisant, illusoire, et, comme elle était en majorité dans la commission d'examen, elle introduisit des amendements considérables, notamment celui qui appelait aux élections locales les censitaires des élections législatives, un autre qui en excluait les ministres des divers cultes, s'ils n'étaient électeurs à un autre titre, et un troisième qui supprimait les conseils d'arrondissement, pour y substituer les conseils de canton.

Le ministère repoussa ces amendements comme excessifs. La gauche, qui venait de faire une concession en faisant retirer, par Labbey de Pompières, sa proposition d'accusation contre le ministère Villèle, persista dans ses exigences. A deux scrutins consécutifs, le ministère se trouva battu, par une double manœuvre de la droite. Irrité, il retira immédiatement le projet de loi.

Cet incident mit fin aux négociations entamées entre le ministère et la gauche, qui reprit son rôle d'opposition. On accusa de la rupture les impatiences de quelques libéraux qui espéraient entrer au ministère ou au Luxembourg, surtout le général Sébastiani. On accusa aussi l'opiniâtreté de Martignac à refuser toute concession. Les torts furent certainement partagés ; mais que fût-il arrivé d'un accord plus solide? Charles X aurait-il consenti à admettre aupres de lui des hommes de la gauche, et combien de temps les aurait-il gardés ? Lorsque, le 14 mai, le roi nomma Portalis aux affaires étrangères en même temps que premier président de la Cour de

cassation, et M. Boudeau à la justice, son parti était déjà pris et le ministère Polignac était prêt dans la pensée du roi.

La session ne fut plus, pendant deux mois, occupée que de l'examen et de la discussion du budget, qui donna lieu aux escarmouches habituelles. Le 31 juillet, la session fut close.

Dans une des dernières séances, un député qui devait acquérir une grande renommée d'orateur, le général Lamarque, signalant les inquiétudes causées par des bruits de coups d'État, rappela qu'en Angleterre aussi on avait essayé de violer la Constitution : « Vous savez, dit-il, quels en furent les résultats... Débris échappés à tant de naufrages, nous ne voudrons pas tenter encore une funeste expérience; elle ne nous a que trop appris que les peuples aussi ont leurs coups d'État. » Violemment interrompu par les cris de la droite, Lamarque reprend avec plus d'énergie : « Je dis que les peuples aussi ont leurs coups d'État, et que, bouleversant la terre jusque dans ses entrailles, ils ne laissent sur le sol que de sanglantes ruines... ))

Ainsi, les avertissements prophétiques n'auront pas manqué à Charles X : au commencement de la session, la lettre de CauchoisLemaire, à la fin l'évocation faite par Lamarque. Les avertissements de ce genre n'ont jamais été écoulés..

La presse royaliste n'hésitait pas, d'ailleurs, à appeler elle-même une lutte à outrance. Le Drapeau blanc disait, le 22 juillet : « Plus de nuances intermédiaires ; il ne peut plus exister que deux bannières ennemies... Républicains, attaquez, si vous l'osez. Royalistes, attaquons s'ils n'osent pas engager la lutte, et qu'ils soient écrasés sous les pas des combattants, ceux qui auront la téméraire làcheté de se porter entre les deux armées sans prendre un parti... »

Coilà quels défis on échangeait à la dernière heure de la session.

CHAPITRE VIJI

Ministère Polignac.

tion du cabinet. Iottres. Sciences.

Voyage de Lafayette.

Procés de presse.

Modifica Projets du prince de Polignac Affaires d'Alger.

§ I. Ministère POLIGNAC. Le Moniteur du 9 août annonça la formation d'un nouveau ministère, ainsi composé : affaires étrangères : le prince Jules de Polignac; guerre, le comte de Bourmont; intérieur, le comte de La Bourdonnaye; justice, M. Courvoisier, procureur général à Lyon; finances, le comte de Chabrol; marine, le vice-amiral de Rigny; affaires ecclésiastiques et instruction publique, le baron de Montbel.

C'était une véritable déclaration de guerre jetée à l'opinion publique, et la chose fut acceptée comme telle. Ceux qui vivaient alors ne peuvent avoir oublié, et ceux qui sont venus depuis ne sauraient imaginer quelle explosion d'indignation et de colère souleva la France d'un bout à l'autre, à la lecture du Moniteur. Ce fut une de ces heures rares et décisives, où le cæur de tout un peuple bat les mêmes pulsations et inspire les mêmes résolutions. La trêve du ministère Martignac était rompue, la bataille allait venir. Quand et comment? on ne le savait encore, mais on la tenait pour prochaine, inévitable; on voulait laisser à l'ennemi le périlleux honneur de tirer le premier : on ne reculerait pas au moment suprême.

Le ministère Polignac fut peut-être étonné lui-même de l'effet sinistre produit par son apparition. S'il devait, par la logique fatale des choses, conduire à la bataille, il n'en avait pas conscience, il n'en avait pas même, à cette heure, l'intention, le désir; il se croyait un ministère de défensive plutôt que d'agression. Il n'était pas sorti en bloc d'une subite volonté royale. Charles X n'avait voulu bien résolument que la présence du prince de Polignac; il eût volontiers gardé M. de Martignac, s'il eût consenti à rester, et M. Roy, qui eût accepté si M. de Martignac ne fût pas parti. Les autres membres du cabinet avaient été choisis, après essais de diverses combinaisons qui durèrent plusieurs jours. M. de La Bourdonnaye fut choisi, comme chef de la droite et sans souvenir de ses projets et de ses harangues sanguinaires de 1815. En appe

« PreviousContinue »