Page images
PDF
EPUB

Quelle a

[ocr errors]
[ocr errors]

d'une ame qui n'a plus de désirs impétueux et qui peut-être n'a plus d'espérances.

que soit la prudence ou la fermeté d'un homme, quelle que soit même sa puissance; se flattera-t-il d’être ce que nul n'a encore été, se suffira-t-il à lui-même? Dénué de tout appui, subsistera-t-il jusqu'à son dernier jour sans erreur et sans Iristesse ? Lors même que la fortune le conduit, ne lui manque-t-il plus rien, ne lui faut-il pas alors quelqu'un qui le retienne? Si je le suppose grand seulement, je veux qu'un hommeʻlibre sache lui dire dans l'occasion, surge camifer; et s'il est grand et vertueux, il aura besoin d'un ami qui le console sur le trône du monde, oui qui peut-être l'avertisse que son fils doit être un Commode. Qui remplira la solitude de ses palais ? Qui interrompra le silence d'une cour tumultueuse ? Il ne trouvera que de maladroits valets qui, en voulant faire tout à son gré, ne lui procureront pas une émotion douce , et qui, à force de lui plaire, le fatigueront sans cesse; jamais il n'aura le bonheur de rencontrer quelqu'un avec qui- il puisse parler comme un homme parle à un homme.

L'amitié, ainsi que toute autre affection généreuse', comme l'amour de la patrie, ou l'amour filial, n'appartient dans sa plénitude qu'aux ames qui sont pénétrées en quelque :sorte du sentiment de l'ordre et des convenances morales. Quiconque n'est pas soumis à l'ordre, et reste capable de suivre volontairement quelqu'autre loi, ne pourra jamais aimer profondément que lui-même; n'ayant à d'autres égards que des intentions passagères, il cedera souvent à la voix de son intérêt particulier, seule iọclination constante de son faible cæur.

L'amitié semble exiger plus particnlièrement encore que toute autre habitude vertueuse l'élévation et la force de. l'ame; les devoirs ordinaires sont prescrits, il faut consacrer à les remplir ce degré d'énergie que la plupart des hommes paraissent avoir ; mais on s'impose volontairement les lois de l'amitié, elles demandent des facultés surabondantes, et l'on ne se charge d'un fardean si mâle que quand on se sent des moyens assez grands pour le porter noblement.

Epictète dit avec raison que si l'on connaît d'autre utilité que la justice, il n'y, a point d'amitié, car l'animal se porte tout entier là où il voit son bien. En effet, si deux hommes. voient leur bien dans les objets des passions, ils ne seroat d'accord que pour des projets illicites, en sorte que

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

nous les appellerons des complices, non des amis, et cet accord même ne sera pas durable , parce qu'il n'est pas

de la nature des passions de ne point changer : mais s'ils considèrent la justice avant tout, ils n'ont et n'auront qu'un mêine objet, l'harmonie subsistera donc entre eux. Cette harmonie se perpétuera d'autant plus facilement

que

l'amitié sera pour eux un très-grand moyen d'atteindre à ce qu'ils , se proposent, et de se perfectionner tous les jours. C'est là le vrai sens du mot sublime attribué à Pythagore: Trouve un ami, avec un ami tu pourras te passer des Dieux (1). L'amitié qui suppose l'amour de la vertu, en facilite l'exercice : deux amis désirant la sagesse , l'obtiennent infailliblement; soutenus l'un par l'autre, ils marchent d'un pas assuré.

(La suite à un prochain Numéro.)

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

CHRONIQUE DE PARIS. MEURS, USAGES, ANECDOTES. Ce qui se passe, soit dans les environs, soit à une certaine distance de la capitale, n'est pas sans intérêt

pour l'observateur , et les mæurs ainsi que les usages des départemens qui environnent cette ville immense ont avec elle plus de liaison qu'on ne l'imagine. On trouve souvent en province le mot de l'énigme qu'on cherchait à Paris; et vice versa. Qu'il nous soit donc permis de rendre compte d'une petite excursion faite à cent lieues du centre des arts et des plaisirs ; car c'est ainsi que

l'on est convenu d'appeler Paris : passe pour les arts; il n'est, je pepse, ancun lieu du monde qui le lui dispute : mais pour les plaisirs , la sage Providence en a mis par-tout. Un des

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Lois de Pythagore , n° 90 ; à la suite des Voyages de Pythagore. Je sais que ce recueil de lois n'est pas authentique , du moins dans toutes ses parties : mais de quelque part que viennent ces sentences, c'est le sens qu'elles renferment qui importe essentiellement. Il en est de cela comme des fables laissées par les anciens, et de plusieurs excellens proverbes de toutes les nations. J'ai fait une sorte de choix de quatre à cinq cents maximes dans plus de trois mille cinq cents que ce recueil contient, et que je crois pouvoir attribuer du moins à l'école de Pythagorea

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

plus vifs , dans ce bas moude , est de revoir sa patrie après une longue absence. Je le savourai ce plaisir délicieux dans toute sa plénitude ; mais le lendemain de mon arrivée, je vis ce que c'était.... qu'une petite ville. Je sors: une foule de curieux m'entourent. Tous parlent à la fois : chacun me fait un conte à dormir debout, en terminant son récit par cette question , est-ce bien vrai ? Je pensai que l'on croyait que j'avais fait le tour du monde et

que

l'on me demandait des nouvelles de Monomatapa. — Mais j'arrive de Paris, - répondais-je; j'en suis parti avant-hier. - C'est ce qu'il

nous faut. — Et de recommencer les relations les plus incroyables des faits les plus absurdes passés au milieu de Paris. - Pas un mot de vrai , m'écriais-je avec l'air de la stupéfaction. — Monsieur est bien mystérieux, disait l'un.

Il croit être un personnage important, parce qu'il habite Paris , disait le second. - C'est un badaud , criait le troisième.- Vous me prouvez que les badauds ne sont pas tous dans la capitale.- Débarrassé de cette troupe importune , je cheminais lestement pour éviter de pareilles rencontres. J'aperçois une dame qui jadis donnait le ton à la ville. Elle élait alors jeune, belle, riche et coquette. Jeunesse et beauté avaient disparu de concert. Le dépit remplaçait la coquetterie , et l'avarice concentrait la fortune à. qui l'amour des plaisirs permettait autrefois de paraître. A cet amour succédait, non cette piété douce et tolérante qui fait aimer la religion, mais cette dévotion farouche qui en est l'effroi. Instruit de ce changement, je erus que Mme G. sortait de l'église près de laquelle je la rencontrai, el je pensai qn'il n'y avait point d'inconvénient à le lui faire entendre. -- Fi donc! monsieur, pour qui me prenez-vous, me dit Mme G., avec l'air du mépris et l'accent de la colère. Tout abasourdi, je 'in'interrogeai pour savoir quelle si grande sottise on commettait en demandant à une dévote, si elle venait de la messe. Cette recherche m'occupa vainement. Le soir un prédicaleur qui, en passant par la ville avait été prié, sur la renommée dont il jouissait, de faire contendre la parole divine , devait prêcher pour la fête patronale. La curiosité me conduisit au temple, comme bien d'autres. Je jette les yeux de tous côtés pour apercevoir Mme G. Elle n'y était pas.

Ni messe,

ni

sermon, me disais-je en moi-même; voilà une singulière dévote! - Le lendemain il n'était bruit que des talens oratoires do prédicateur Sachant que

M. de D... tenait autrefois un rang. distingué dans la ville ; qu'il avait eu, même comme olla

1

n

[ocr errors]

me

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

cier de recrutement, une espèce de réputation, je crụs , n'ayant rien à lui dire , devoir lui demander son avis sur Ic sermon de la veille. — Vous vous adressez mal, répliqua-t-il d'un air piqué, je ne vais point à l'église; vous

લે devriez le savoir. - Cette réponse me parut d'autant plus extraordinaire que l'on m'avait appris que M. de D. s'était converti. Il me semblait bizarre qu'on ne pût parler d'office ni de sermon à des dévots. Je sus bientôt

que

Mme G. et M. de D. se plaignaient amèrement de moi et en des termes qui pouvaient faire croire que j'avais commis envers eux quelque grossièreté. Enfin, un ami me tira de peine.

Vous avez , me dit-il, commis une double maladresse en parlant de culte et de religion, précisément aux deux personnes de la vile à qui l'on n'en doit point parler. La première, de femme galante est devenue dévote. Elle ne fréquente aucune église; elle ignore le nom du curé de sa paroisse; mais elle pratique, dans sa maison, tous les exercices les plus minutieux de la religion et n'en omet aucun , médit le soir de son prochain, joue toute la nuit et friponne au jeu ; elle est dissidente ; M*• G. doit toujours jouer un rôlé. M. de D. vise à un autre but. N'ayant qu’une très-modigne fortune, il a désiré de l'augmenter; pour y parvenir il fallait faire des dupes ; pour faire des dupes il faut des gens crédules. Il s'est donc attaché à ces ames timorées que leur ombre effarouche, et qui ont toujours quelque capitulation à faire avec leur conscience. De recruteur qu'il éiait, il est devenu directeur de dévotes. Mais il recrute toujours , il n'a changé que de régiment. Bref, M. de D. est dissident; son cabinet est devenu un oratoire ! et Folard exilé s'est vu remplacé par Pontas.

Les méchans prétendent que M. de D. dicte à ses dévotes leurs testamens, .qu'il a soin de ne pas se faire oublier, et que s'il attend, il ne perd pas pour attendre. M. de D. et Mme G. sont donc du même parti ? - Point du tout, ils se mangent l'ame et se damnent mutuellement. Monsieur dit

que

madame veut faire oublier sa jenis nesse ; Madame prétend que monsieur tâche , au nom du ciel, de raccommoder ses affaires.

ffaires.-Pauvre humanité à

qui il faut de la dissidence!...

On parle d'une Histoire du Journalisme; si le mot est nouveau, la chose ne l'est pas, quoique l'invention des journaux soit moderne. Mais leur influence n'a douteuse à différentes époques, particulièrement sur la littérature. On peut donc les considérer sous plusieurs

a

[ocr errors]

:

1

rapports , et leur historien trouverait facilement des matériaux pour former un volume. Au lieu d'être un livre de plus fait avec des feuilles qui ne devaient leur existence qu'à d'autres livres, cet ouvrage pourrait offrir l'examen d'une question qui n'est pas sans intérêt. Sera-t-elle trajtée dans le Journolisme. N'est-ce qu'une revanche, qu'une récrimination faite par un auteur encore toute meurtri du fouet de la critique ? C'est ce que nous saurons un jour.

- On attend avec impatience l'Art poétique de M. Đorat-Cubières-Palmézeaux. En se rappelant les ouvrages de ce nouveau législateur du Parnasse , ses opinions, ses suc= cès ou ses châtes, on peut faire quelques conjectures plausibles sur les précepies qu'il doit donner et sur les modèles qu'il veut offrir à la jeunesse. Ce sera d'abord le patron qu'entre tant d'autres il s'est choisi; ce poëte dopt la muse si proprette et si musquée , ressemble , par là même, si peu à celle du nouveau Dorat : ce sera le fécond, l'inépuisable Rétif qu'une femme d'esprit appelait de Jean-Jacques des Ruisseaux. Voilà les deux bases autour duquel l'auteur saura grouper avec art, d'autres écrivains qui, pour être inférieurs en mérite à ces deux là, n'en méritent pas moins une place distinguée dans la poétiqiie de M. Palmézeaur.

On assure que quelques personnes bien intentionnées voulaient faire réimprimer un vieux livre ascétique connn sous ce titre : la clé du Paradis; mais qu'elles ont renoncé à ce projet, parce qu'on leur a représenté que la clé n'allait plus à la serrure.

On a publié en Allemagne les Principes fondamentaux de l'Arithmétique de la Vie humaine; et un nouveau journal intitulé, les Flambeaux. On n'en vivra pas plus long-tems, et l'on n'en verra pas plus clair; mais il у

a des gens pour qui c'est une occupation agréable que de passer le tems à savoir combien on a de tems à vivre, quoiqu'en dépit de leur calcul , ils arrivent au jour ne croyant être qu'à la veille.

Dans une séance de la Société de Médecine de Copenhague, le professeur Bang a lu un mémoire sur la Cira conspection des Médecins en conversation. Beaucoup de malades n'aiment point le médecin qui se tait. Il leur faut au moins une ordonnance, n'eût-elle pour objet que

de faire avaler un verre d'eau. Le docteur le plus habile, s'il n'est un peu causeur, n'obtiendra que de faibles succès, et

a

« PreviousContinue »