Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

bre; il offre du côté de Saint-Cloud un coup-d'oeil admirable inconnu jusqu'ici à la capitale, tandis qu'à la droite du spectateur va s'élever majestueusement le palais quirinal de Paris, la demeure destinée au roi de Rome; déjà les démolitions sont très--avancées ; la saison prochaine pourra être consacrée au tracé des rampes et aux fondations. Le Temple de la Gloire s'élève non loin de là ; il semble destiné à lier en quelque sorte la demeure du souverain qui préside aux destinées de l'Empire à celle du jeune prince sur la tête duquel doit reposer un jour cet immense héritage.

S....

[ocr errors]

PARIS. M. de Rossel, auteur de la relation du voyage de d’Entrecasteaux, et déjà membre du Bureau des Longitudes, vient d'être nommé membre de la première classe de l'Institut, à la place de M. de Bougainville.

L'académie française tiendra une séance jeudi prochain pour la réception de MM. Lacretelle et Etienne. Elle a renouvelé son bureau. M. de Bassano est nominé président, M. Bigot de Préaineneu vice-président.

[ocr errors]
[ocr errors]

ANNONCES. Xe cahier de la quatrième souscription, ou XLVIe de la collection des Annales des Voyages , de la Géographie et de l’Histoire , publiées par M. Malte-Brun. Ce, cahier contient la carte géographique de la Nouvelle-Grenade , Caracas et les Guyanes , avec les articles suivans : Voyage dans le Saterland, canton du département de l'Ems-Supérieur; par M. Depping. --- Mémoire sur le mouveinent elliptique des comètes; par M. Rosenstein. - Tableau civil et moral des Araucans, nation indépendante du Chili, traduit de l'espagnol, par M. P. Description de la caverne de spath, dans l'île de Skye (Haute-Ecosse); par M. W. Makleay. — Notice sur un voyage au sommet de la montagne appelée Jungfrau, ou le pic de la Vierge par M. Mayer. Notice sur le voyage

chez les Hindous , de M. Solvyns; et les articles du Bulletin. Chaque mois, depuis le 1er septembre 1807, il paraît un cahier de cet ouvrage , de 128 ou 144 pages in-8°, accompagné d'une estampe ou d'une Carte géographique , quelquefois coloriée. Les première, deuxième et troisième souscriptions ( formant 12 yolumes in-8. avec 36 cartes ou gravures) sont complètes , et coûtent

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

NOVEMBRE 1811. chacune 27 fr. pour Paris, et 33 fr. franc de port. Les personnes qui souscrivent en même tems pour les quatre souscriptions , payent les trois premières 3 fr. de moins chacune. Le prix de l'abonnement pour la quatrième souscription est de 27 fr. pour Paris', pour 12 cahiers. Pour les départemens , le prix est de 33 fr. pour 12 cahiers, rendus francs de port par la poste. L'argent et la lettre d'avis doivent être affranchis et adressés à Fr. Buisson, libraire-éditeur, rue Gilles-C@ur , n° 10, à Paris.

Essai sur les maladies et les lésions organiques du cæur et des gros vaisseaux; par J. N. Corvisart, premier médecin de LL. MM. II. et RR., baron de l'Empire, officier de la Légion-d'Honneur , membre de l'Institut, etc., etc. Dédié à S. M. l'Empereur et Roi. Seconde édia tion, corrigée et augmentée. Un vol. in-8°. Prix, br. , 6 fr., et 7 fr. 50 c. franc de port. Chez H. Nicolle , à la librairie stéréotype, rue de Seine , no 12.

Nouvelle méthode pour reconnaître les maladies internes de la pois trine

par la percussion de cette cavité, par Avenbrugger. Ouvrage traduit du latin et commenté par J. N. Corrisart. Un vol. in-8°. Prix, br. , 7 fr., et 8 fr. 50 c. franc de port. Chez le même.

Discours prononcé dans le temple des Chrétiens de la Confession d'Augsbourg, rue des Billettes, à Paris, le 15 août 1811, jour anniversaire de la naissance de S. M. l'Empereur; par G. D. F. Boissard , l'un des pasteurs de ladite église. Imprimé par délibération du Consistoire. Chez L. Haussmann, imprimeur , rue de la Harpe, n° 80.

Les Hommes illustres de la ville de Rome, depuis Romulus jusqu'à César- Luguste; ouvrage traduit du latin , conformé à l'édition que le traducteur a donnée du texte, avec des corrections et augmentations, enrichi de notes historiques et littéraires', précédé d'un coup-d'oeil sur la ville de Rome , sur les moeurs et coutumes de ses habitans , et suivi d'un tableau des personnages célèbres qui existèrent en Grèce et en Italie depuis la fondation de Rome jusqu'au règne de Constantin-le-Grand; par M. Boinvilliers, correspondant de l'Institut de France, etc. Seconde édition. Un vol. in-12 de 396 pages, avec le texte en regard. Prix, relié en basanne , 3 fr: 25 c.; cartonné, 2 fr. 75 c.; broché, franc de port, 3 fr. 30 c. Chez Aug. Delalain , imprimeur-libraire , rue des Mathurins-Saint-Jacques, no 5; et chez Arthus-Bertrand , libraire, rue Hautefeuille , n° 23.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

La traduction en vers d'un choix des poésies de Catulle, par M. Mollevaut, traducteur de Tibulle, paraîtra le zer janvier prochain.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

° N° DXXXVIII. - Samedi 9 Novembre 1811.

POÉSIE.

MON RETOUR DE L'ITALIE

Sur les bords du lac de Genève, ou Hommage à la Suisse.

SALUT, ô foi des monts (I)! Salut, pompeux glaciers,
Où la gloire à Saussure indiqua des sentiers.
Heureux Léman, salut! de tes grottes profondes
Mes regards attendris ont reconnu les ondes.
Et toi, Clarens, et toi, lieu sans cesse nouveau,
Que Rousseau rendit cher , qui fus cher à Rousseau,
Salut! à ton aspect, je cède à mon délire (2),
Et déjà sous mes doigts je sens frémir ma lyre.
O bords inspirateurs ! ô fortuné séjour !
Où le chant du poëte est un hymne d'amour,
Sites majestueux dont l'imposante vue
Laisse au cour le plus froid une extase inconnue ;

[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Le Mont-Blanc, où M. de Saussure a fait le premier voyage.

(2) J'approchais de Clarens , et j'avais en face les sombres roches de Meillerie , dont la yne ne laisse personne de sang-froid.

Q

[ocr errors]

1

4

Deyant qui l'infortune , oubliant ses malheurs,
Déposait ses regrets , et perdait ses douleurs (3),
Asiles révérés, mémorables rivages ,
Où la reconnaissance appelle tant d'hommages ,
Plein encore aujourd'hui des douceurs qu'il vous dut,
Mon cæur, après dix ans , vous offre son tribut.
Hélas ! sa voix n'est point une voix immortelle ,
Accueillez cependant une muse fidelle
Qui, par le souvenir, citoyenne en ces lieux,
Dans l'absence toujours y reporta ses voeux.
J'en atteste le ciel qui sur ces hautes cîmes
Elève la hauteur de ses voûtes sublimes,
J'en atteste ce ciel : quand un destin jaloux
Troubla votre repos et m'éloigna de vous (4),
Je crus

en vous perdant , perdre une autre patrie,
Et mon regret amer ne vit

que

l'Ausonie.
L'Ausonie!.... à ce nom, mes maux sont adoucis ,
Je vous quitte en pleurant, et vos monts sont franchis.'

Mais je dépasse à peine une limite chère,
! Et déjà tout me montre une terre étrangère.
Ce n'était plus ces soins, ces soins si généreux
Que la vertu gardait au malheur vertueux.
En vain s'offrait à moi la superbe Italie ,
J'avais laissé mon cæur à la simple Helvétie.
Hélas ! armé contre elle, un sort plein de rigueur
Osait.... Mais la vertu syt vaincre son malheur.
O bons Helvétiens ! séchez enfin, vos larmes,
Dans un sort adouci retrouvez quelques charmes,
Vous respirez. Les Dieux vous ont rendu la paix :
Le reste de l'Europe invoque ses bienfaits.
Quand le ciel de nos cæurs veut d'autres sacrifices,
Voyez dans vos destins des destins plus propices ,
Et, pour nous consoler , offrez-nous des heureux ;
Mais ,
pour

, ayez soin d'imiter vos aïeux.
Vos aïeux !... Ah! gardez , gardez leurs saints usages,
Qu'ils vous rendent toujours dignes des premiers âges!

[ocr errors]

9

[ocr errors]

l'être,

[ocr errors]

(3) Le pays de Vaud a servi d'asile à beaucoup de malheureux Français qui y trouvaient les plus douces consolations, et dans les beautés de la nature, et dans l'hospitalité des habitans.

(4) En 1798 , lors de la malheureuse révolution qui agita la Suisse.

[ocr errors]

Si jamais le destin allait peser sur vous,
Montrez-lui des vertus qui retiennent ses coups ;
Et long-tems irrités des crimes de la terre
Qu'au moins pour vous les Dieux déposent leur tonnerre !
Hélas ! teks sont les væux , les veux les plus ardens
Que j'adresse à ce ciel qui féconde vos champs.
Je vous suis étranger : inais vos lois me sont chères ,
Et je suis par mon cour au nombre de vos frères.

[ocr errors]
[ocr errors]

En vain

pour moi le sort redevenu plus doux
Va me rendre un bonheur que'm'ôta son courroux,
En vain je vais revoir une chère patrie,
La vôtre restera dans mon ame attendrie.
Quel charme ravissant de souvenirs profonds
Doivent me rappeler vos fortunés cantons ?
Que j'y verrai d'attraits, quelle volupté pure
M'y donneront ensemble et l'homme et la nature !
O douce illusion ! je croirai sous mes yeux ,
Je croirai retenir l'image de vos lieux.
Zurich m'étalera la beauté de son site :
Combien je chérirai son touchant Théocrite (5),
Ses Fuëssli, ses Bodmer, et ce rare pasteur
Qu'honorent à-la-fois ses écrits et son coeur,
Qui mourant nous offrit l'héroïsme d'un

sage,
Et dont les saints adieux veulent un saint hommage (6).
Orgueilleuse à jamais du chantre de vos monts (7)
Berne m'entretiendra de ses travaux féconds.
Je reverrai ces lieux d'où ce vaste génie
Volait , tout rayonnant, aux sommets d'Aonie ,
Et dans le grand tableau de son Eternité
Lui-même me peindra son immortalité.

[ocr errors]

(5) Salomon Gessner.

(6) Quelques jours avant sa mort le Fénélon de la Suisse fit ses adieux à ses concitoyens dans un des plus beaux discours qu'il ait laissé à la chaire évangélique.

La ville de Zurich a fait élever à sa mémoire un monument à côté de celui du chantre d'Abel.

(7) Le célèbre Haller, un des premiers savans de l'Allemagne , auteur du poëme des Alpes et de plusieurs chefs-d'ouvre lyriques , parnri lesquels on distingue les odes sur la Verlu, la Superstition, la Gloire , et sur-tout celle sur l'Eternité.

« PreviousContinue »