Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

le 27 à Arroyo de Molinos; son quartier-général fut établi dans ce
village, aiosi que celui du duc d'Aremberg, commandant la cavale-
rie légère. On se coucha sans placer aucun poste au dehors ai établir
d'avant-garde; cependant le général Girard était prévenu que la divi-
sion anglaise du général Hill manoeuvrait sur la frontière; plusieurs
chefs de flanqueurs l'avaient averti que l'ennemi s'approchaiten force;
son aveuglement et sa présomption furent si grands , que le 27 au
soir l'ennemi était déjà dans les premières maisons à demi-lieue de la
ville, sans qu'il en eût aucune connaissance. Le 28, la pre brigade
cominandée par le général Rémond, était déjà en route et à plus
d'une lieue et demie, lorsque le général Hill arriva arec ses troupes
jusqu'au logement du général Girard sans qu'aucun coup de fusil eût
été tiré. Un bataillon du 34e et un du 40e étaient en ville avec trois
pièces d'artillerie légère, et furent ainsi surpris par la négligence de
leurs chefs; ces braves prirent cependant leurs armes , se rallièrent
rapidement, et perçant à travers l'ennemi, se dirigerent vers les mon-
tagnes , mais non sans perte. Le duc d'Aremberg, colonel du 27e ré-
giment, 15 officiers , dont 2 chefs de bataillon, avec 400 soldats et
3 canons, ont été pris par l'ennemi.

Le général Girard a gagné les montagnes avec la moitié de ses deux
bataillons, 500 cavaliers et les aigles des deux bataillons.

Le reste de la division, commandé par le général Rémond, qui était parti une heure avant le jour , est arrivé à Mérida sans avoir rien entendu,

Le général Bron, à la tête du 20e, s'était porté rapidement sur
l'ennemi , dès le commencement de l'affaire, et par plusieurs charges
il avait aidé à dégager les troupes; mais son cheval ayant été tué
sous lui par une balle , il fut pris.

Le général Girard avait avec lui des troupes d'élite , et il s'est hon-
teusement laissé surprendre par excès de présomption et de confiance.
Au moment où il était en danger, aucune garde n'était établie ; les
officiers et les soldats étaient dans les maisons comme en pleine paix.
Je vais ordonner une enquête et'un exemple sévère.
Aussitôt

que

le comte d'Erlon fut instruit de cet événement fâ-
seheux, il se porta sur Mérida où déjà les Anglais étaient arrivés ;
mais ils étacuèrent cette place à son approche. Après ce coup de
main, les Anglais sont rentrés en Portugal, suivis

par le comte d'Erlon.
Je suis avec respect, monseigneur , de votre altesse sérénissime,
le très-humble et très-dévoué serviteur,
Le général en chef de l'armée du Midi,

Signé, maréchal DUC DE DALMATIE.

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Un autre évènement qui pour être étranger aux opérations de cette partie de la campagne n'en est pas

moins allligeant, est rapporté dans une autre lettre du duc de Dalmatie. Il annonce le suicide du général Godinot. Ce général était arrivé à Séville le 26 octobre. Il était extrêmes ment fatigué et souffrant d'une ancienne maladie de nerfs, qui souvent le mettait en danger et le plongeait dans une sombre mélancolie. Il se coucha en arrivant. Le matin à 5 heures, il est sorti de sa chambre, a pris le fusil d'un soldat d'ordonnance, et est rentré chez lui sans être remarqué. Il a lui-même chargé l'arme, et s'est fait sauter la cervelle. Son domestique est entré un instant après, et l'a trouvé étendu sur le carreau. Le coup avait à peine été entendu.

Le suicide a été bien constaté par un procès-verbal.

Le général Godinot était généralement aimé et estimé; je lui étais particulièrement attaché , dit M. le maréchal duc; on ne lui connaissait aucun motif de chagrin que celui de sa santé altérée par l'effet de ces crises violentes qu'il éprouvait souvent. Il disait assez familièrement qu'il se croyait près de sa fin; on a trouvé dans son porte-feuille un testament fait dans le mois de mai dernier, dans les quel il dispose de ses chevaux, donne des gratifications à ses domestiques, et prescrit de quelle manière son fils doit être élevé. Toutes ces circonstances portent à croire que depuis long-lems il était déterminé à abréger ses jours, si ses sousfrances continuaient.

L'Empereur a tenu cette semaine le conseil des ministres et celui du commerce et des manufactures. Dimanche, il y a eu grande parade. La place du Carrousel, sur la partie nord de laquelle s'élève déjà la nouvelle galerie parallèle à celle du Mrisée, offrait la réunion d'une multitude immense de spectateurs pressés sur la place ou aux fenêtres, sur les toits et sur des établissemens mobiles. Les troupes de toutes arınes, dont la plus grande partie était arrivée le matin des environs de Paris, occupaient la place, le quai du Louvre, la rue de Rivoli, la place Vendôme. La garde impériale était stationnée aux Tuileries , les lanciers de la garde sur la place de la Concorde.

L'Empereur est monté à cheval à midi. Il a successivemeni passé en revue, fait maneuvrer et défiler devant lui plusieurs régimens de ligne et d'infanterie légère, des régimens Suisses et Croates, les grenadiers de la garde hollan daise, les grenadiers et chasseurs à pied , les lanciers, les

dragons, les chasseurs à cheval et les grenadiers à cheval de la garde.

La parade a duré quatre heures , pendant lesquelles les cris de vive l'Empereur se mêlaient souvent au son des instrumens guerriers et au bruit des armes. Un autre cri a été souvent aussi proféré : c'est celui de vive le Roi de Rome, toutes les fois que les troupes apercevaient cet auguste enfant dans ses appartemens. Le jeune Roi fait tous les jours des promenades en voiture : par-tout la foule se presse sur les pas de son cortege , et cherche à contempler avec une extrême avidité des traits qui rappellent et promettent à-la-fois les plus hautes destinées. S....

ANNONCES.

Cinquante-sixième livraison du Traité des Arbres et Arbustes que Pon cultive en France en pleine terre , par Duhamel ; nouvelle édition, augmentée de plus de moitié pour le nombre des espèces, et dans le quel on a refondu le Traité des Arbres fruitiers, du même auteur; rédigée par M. J. L. A. Loiseleur-Deslongchamps', docteur-médecin , et membre de plusieurs sociétés savantes ; contenant la description des arbres, l'exposé des caractères du genre , des espèces, des variétés, leur culture , les moyens à prendre pour les naturaliser, le tems de la fleuraison et de la maturité de leurs fruits , les propriétés économiques et médicinales, le lieu natal, l'époque où ils ont été apportés en Europe , et des remarques historiques sur leurs usages chez les peuples anciens ; avec des figures imprimées en couleur ou en noir, d'après les dessins peints sur la nature , par MM. P. J. Redouté et P. Bessa , peintres d'histoire naturelle ; publié par Etienne Michel et Arthus-Bertrand , par livraisons de format in-folio, oraées de six figures en couleur ou en noir. Livraisons de 1 à 56e.

[ocr errors]

19. On ne demande aucune avance à MM. les souscripteurs, ils ne paieront qu'en faisant retirer leur livraison chez les éditeurs. (Il y en a jusqu'à présent 56 à jour , et l'ouvrage entier en aura 70 à 80 au plus. ) Si la dépense , pour la totalité des livraisons , paraît trop considérable, on prendra des arrangemens qui faciliteront cette acquisition,

20. Les frais de port et d'emballage sont à la charge des souscrip

teurs.

3°. Pour que toutes les personnes puissent atteindre à l'acquisition de cet ouvrage, aussi utile qu'agréable , on l'a imprimé sur trois

40 fr.

papiers différeas. Le premier , sur beau carré , avec les planches en noir, dont le prix est de 9 fr. par livraison; le second, sur carré vélin, avec les planches imprimées en couleur , dont le prix et de 25 fr.; et enfin le troisième , sur non-de-jésus, figures imprimnées en couleur,

par

livraison. 4o. Les lettres de demande et l'envoi de l'argent doivent être affranchis.

On souscrit à Paris, chez MM. Etienne Michel, rue des FrancsBourgeois, n° 12, au Marais; et chez Arthus-Bertrand, libraire, rue Hautefeuille, n° 23.

Euvres diverses d'Evariste Parny; avec deux figures et musique pour diverses romances. Deux vol. in-18. Nouvelle édition , très-bien imprimée , sur très-beau papier. Prix, 5 fr., et 6 fr. franc de port. Chez A. G. Debray, libraire, rue Saint-Honoré, no 168; et chez L. Duprat-Duverger , libraire , rue des Grands-Augustins , no 21.,

Grammaire polyglotte , française , latine , italienne , espagnole, portugaise et anglaise, dans laquelle ces diverses langues sont considérées sous le rapport du mécanisme et de l'analogie propres à chacune d'elles ; par J. N. Blondin, ci-devant secrétaire interprète à la bibliothèque du roi. Un vol. in-8°. Prix, 2 fr., et 2 fr. 56 c. franc de port. Chez l'Auteur, rue Saint-Germain-l'Auxerrois, no 65; Pélieier , libraire, Palais-Royal, galerie de la place, no 10; Debray , rue Saint-Honoré, no 168; Brunot-Labbe, libraire de l'Université impériale , quai des Augustins , n° 33.

Entretiens d'un père avec ses enfans sur l'Histoire naturelle, par J. F. Dubroca , ancieo professeur. Cinq vol, in-12, dont un de planshes, contenant 400 figures tirées des trois règnes de la nature. Prix, 12 ff., et 15 fr. franc de port. Chez Arthus-Bertrand , libraire , rue Hautefeuille , n° 23.

Le Quadrille des Enfans , ou Système nouveau de lecture, avec lequel tout enfant de 4 à 5 ans peut, par le moyen de 84 figures , être mis en état de lire dans toute sorte de livres en trois ou quatre mois; par Berthaud. Un vol in-8°, 84 fig., édition originale acquise des héritiers de l'auteur; avec les 84 fiches en couleur. Prix, 15 fr. ,, 16 fr. franc de port. Chez le même libraire.

L'auteur a joint à cet intéressant ouvrage l'usage des fiches de différentes couleurs, sur lesquelles sont collés d'un côté la figure, de l'autre le son qui y a rapport. Le livre est plus pour le maitre , les fiches plus pour l'enfant; elles deviennent entre ses maios des joujoux instructifs qui l'attachent par les images immobiles.

et

Ta-Tsing-Leu-Lée, ou les Lois fondamentales du Code Pénal de la Chine , d'après la nouvelle édition imprimée et publiée à Pékin ; traduit du chinois en anglais par sir Georges Thomas Staunton, membre de la Société royale de Londres ; mis en français par M. Félix Renouard de Sainte-Croix, de l'Académie de Besançon, de la Société Philotechnique de Paris , auteur du Voyage politique et commer. cial aux Indes Orientales, aux Phillipines et à la Chine. Deux vol; in-8°. Prix, 12 fr, , et 15 fr. franc de port. Chez Lenormand , imprimeur-libraire , rue de Seine, n° 8; Galignani , libraire, rue Vivienne, n° 17; Laloy , libraire , rue de Richelieu , n° 95; et chez Arthus-Bertrand , libraire, rue Hautefeuille , no 23.

Isaure et Elvire, par Mme Guenard de Méré, auteur d'Emélie de Valbrun , etc. Trois vol. in-12. Prix, 6 fr., et 8 fr. franc de port. Chez L. M. Guillaume , libr. , place St-Germain-l'Auxerrois,

41. Lettres de la marquise de Pompadour. Nouvelle édition, augmentée d'une Notice sur la vie de cette femme célèbre. Deux vol. in-12 , imprimés sur papier superfin. Prix, 5 fr.

et 6 fr. 50 c. franc de port. Chez Longchamps, libraire, rue Croix-des-Petits-Champs,

no

[ocr errors]
[ocr errors]

no 35.

Etrennes des Marchands forains , ou Almanach des Foires et Mara chés, contenant généralement les foires et marchés de l'Empire français , mois par mois, leur durée et les principales marchandises qui s'y vendent; suivi du tableau de la valeur actuelle des anciennes pièces de monnaies , et du Calendrier pour l'année 1812. Un volume in-24. Prix, 75 C. ,' et 1 fr. franc de port. Chez Caillot , libraire rue Parée-Saint-André, no 19.

Histoire romaine de Tite-Live , traduction nouvelle , par Dureaude-la-Malle, de l'Académie française, traducteur de Tacite et de Salluste, et par M. Noel, conseiller ordinaire , inspecteur général de l'Université. Troisième livraison , composée de la 4e décade, 3 vol. in-8°, papier ordinaire, prix, 18 fr. et 24 fr. franc de port; papier vélin, 36 fr. et 42 fr. franc de port.

La Ire livraison en 4 vol. se vend 24 fr.), et 48 fr. sur papier vélin.
Et la 2e livraison en 6 vol. 36 fr. , et 72 fr. sur papier vélin.

La 4e et dernière, composée de deux volumes, paraîtra en mars prochain, et alors le prix de l'ouvrage complet en 15 vol. in-8*, avec le texte latin en regard, sera de go fr. et 180 fr. pour le papier vélin, sans augmentation malgré l'impôt établi sur le papier.

Chez Michaud frères , imprimeurs-libraires, rue des Bans-Enfans, no 34; et chez Arthus-Bertrand, libraire, rue Hautefeuille, n° 23.

« PreviousContinue »