Page images
PDF
EPUB

passage qui a été admiré par tous les connaisseurs dans le dithyrambe du jeune Lavigne :

Et sur ces traits souffrans où la beauté respire ,

Le souris maternel brille parmi des pleurs.
La strophe suivante, de M. d'Avrigny, ne répond pas
à celle que nous venons de citer.
Dieu juste ! qui plus qu'elle eut droit aux dons heureux

!
Qu’assurent aux vertus tes promesses fidèles ?
Qui plus que le héros digne objet de ses veux,

Règne protégé par tes ailes ? L'oreille ne se familiarise pas aisément avec des sons aussi durs que ceux des premiers vers. Nous ne croyons pas qu'on puisse dire : Qui plus que ce héros règne ? On ne règne que d'une manière absolue , le sens du verbe régner, pris dans son acception ordinaire , n'admet pas de comparaisons à moins qu'elles ne soient déterminées par un adverbe ou par une phrase équivalente. On dit : régner plus ou moins glorieusement, avec plus ou moins de prudence.

Le poete se relève dans les strophes suivantes , qui présentent de beaux rapprochemens.

A peine en son printems , mais déjà sans rival,
Il s'élançait, armé de ta foudre brûlante;
Les Alpes , sous les pas d'un nouvel Annibal,

Abaissaient leur cime tremblante.
Bientôt loin de mes bords à ta poix entraîné,
Des Français dans Massoure il court venger la cendre.
Le Jourdain tressaillit, et le Nil étonné

Crut encor revoir Alexandre.Encore revoir, forment un pleonasme; revoir dit tout: En général, la fin de cette espèce d'ode ou d'hymne comme on voudra l'appeler, nous paraît inférieure à ce qui précède. On y trouve cette singulière image : Tous les coeurs étonnés ne sont plus qu'un faisceau

Que réunit ta main puissante, La seconde partie de ce chant dithyrambique pêche par les longueurs. M, d'Avrigny reprend tous ses avan

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

tages lorsqu'il célèbre l'heureux instant de la naissance
du Roi de Rome. Ce morceau est plein d'éclat et de
poésie. Nous y avons remarqué un trait charmant :

Dans la commune ivresse,
L'infortune elle-même a retenu ses pleurs.

[graphic]

Voici de quelle manière commence la deuxième ode

Dans les caurs palpitans d'une illustre famille,
Dans ses yeux attendris quelle espérance brille !
Lorsqu'éprouvant ces maux que l'amour rend si doux,
Vierge naguère encore au lit de l'hyménée

Par Lucine enchaînée ,
Une épouse , d'un fils va doter son époux.

[ocr errors]

Ce débút pourrait nous dispenser d'un plus long exa-
men. Cette espérance qui brille dans les cæurs palpitans ,
cette épouse qui dote son époux d'un fils , sont des mé-
taphores tellement dépourvues de justesse , qu'elles
paraissent d'abord annoncer un écrivain sans expé-
rience, un poëte sans vocation; cependant cette pièce
est signée de M. André Murville. Nous ne reconnaissons
pas la plume qui a tracé les belles scènes d'Addelazy et
Zuleima.
La troisième strophe contient ces vers :

C'est là que la victoire et la paix consolante ,
Qui l'atteint tôt ou tard en sa marche plus lente,

Reçoivent dans leur sein le plus cher des dépôts.
Qui l'atteint tôt ou tard est horriblement dur. L'auteur
nous devrait ici une petite explication. Comment la
paix avec sa démarche plus lente peut-elle atteindre la
victoire ? Sans doute comme la tortue de la fable., en ne
s'amusant pas en chemin. Cette image , naturelle et
vraie dans La Fontaine , qui parle d'un lièvre et d'une
tortue , nous semble un peu burlesque dès qu'il s'agit
de la paix et de la victoire.

Il faut rendre justice à M. Murville, nous avons trouvé dans son ode des vers qui caractérisent d'une

Mm

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

a

manière singulièrement énergique la situation actuelle
de l'Angleterre.

L'Anglais dont un héros a comprimé l'essor,
Et qui voit sur son ile en sa détresse urgente

Sa richesse indigente
Enfler ses magasins et tarir son trésor.
Ces deux derniers vers renferment en substance tout ce
que M. de Montgaillard a développé dans une brochure
in-8°, avec beaucoup de sagacité, de méthode, et quel-
quefois de prolixitě.

La troisième ode ne présente à la critique ni grandes fautes dans le style , ni grandes beautés. La composition nous en paraît bizarre. L'auteur, M. Delrieu , fait descendre aux enfers le héros dont il célèbre les vertus, Il ébranle les voûtes de l'Elysée, l'entrouyre, et fait apparaître le Destin :

C'EST LE DESTIN. Sa voix a l'éclat du tonnerre,
Il presse sous ses pieds le globe de la terre ,

Une urne est dans ses mains.
Nous ne concevons guère comment le Destin presse
le globe de la terre sous ses pieds lorsqu'il se présente
dans les Champs-Elysées. M. Delrieu n'ignore pas,
sans doute , que les anciens plaçaient leur Tartare dans
le centre du globe que nous habitons. Ici la position
du DESTIN nous paraît très - difficile à déterminer,
moins que le poëte ne l'ait voulu représenter la tête en
bas, les pieds en haut; en effet, il pourrait alors presser

, sous ses pieds la terre et non pas encore le globe de la terre. D'ailleurs cette suspension a quelque chose de merveilleux, de pittoresque, qui peut plaire à l'imagination d'un poëte ou d'un artiste. Un poëte l'a rendue, nous la proposons aux peintres. Il est encore assez extraordinaire que l'auteur fasse descendre le Destin du haut de l'Olympe au fond du Tartare. Il était plus naturel de transporter la scène dans le palais même du Destin. C'est peut-être parce que nul n'est prophète chez soi , que M. Delrieu n'a pas jugé à propos d'er agir ainsi.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Nous ferons ici une observation que la lecture de ces pièces de vers amène à chaque instant : c'est que tout cet appareil mythologique, déjà si usé par les poëtes anciens et modernes , semble plus petit, plus mesquin , plus miserable encore dans des sujets qui doivent se recommander par leur gravité, leur décence et leur noblesse, à l'attention des lecteurs. Nos poëles n'ont-ils pas à leur disposition de véritables trésors dont l'éclat fait pâlir tout ce clinquant suranné ? Ne peuvent-ils pas associer à la majesté du trône , à la grandeur du héros qui l'occupe, la pompe et la majesté d'une religion véritablement imposante, et qui seule a établi une véritable alliance entre la terre et les cieux , entre Dieu et les hommes ? Ne se lassera-t-on jamais de poursuivre nos yeux , de fatiguer nos oreilles de ces éternelles représentations des divinités mensongères, d'un Olympe souvent ridicule ? Verra-t-on toujours figurer sur nos théâtres, dans nos livres, dans lout ce qui nous environne, Mars , Hercule , Vénus, Jupiter, le Destin , et tous les personnages fabuleux de la Grèce crédule, de Rome superstitieuse ? L'exemple de plusieurs poëtes distingués qui n'ont pas été chercher hors de leur patrie et de leur siècle un merveilleux tout-à-fait inconvenant, ramènera sans doute le troupeau des imitateurs, servum pecus, dans la bonne voie, dans le chemin de la raison et de la vérité.

Nous voici entraînés un peu loin du recueil dont nous avons à rendre compte ; nous y reviendrons saus transition.

Une ode de ce recueil sur laquelle nous nous arrêtérons avec plus de plaisir que sur les dernières dont nous venons de parler , est celle de M. Soumet. Cette ode a de l'éclat, du coloris ; quelques strophes contiennent de fort beaux vers. Nous sommes forces de convenir que ces éloges ne sauraient s'appliquer à la première. La voici :

En
nuage

embaumé l'encens vole et s'exhale,
L'autel s'orne de fleurs ; la cloche baptismale

[ocr errors]

1

1

A promis à la terre un habilant nouveau.
Quel est ce jeune enfant que Lutèce contemple?

Et sous les portiques du temple
Quelle voix a chanté les hymnes du berceau?
Les quatre consonnances nasales du premier vers pro-
duisent un effet désagréable à l'oreille. Le poëte , parni
toutes les circonstances qui pouvaient annoncer le grand
événement célébré par sa muse, choisit justement la
plus petite, celle qui doit se présenter la dernière à
l'imagination. Il voit d'abord fumer l'encens ! l'autel
s'orne de fleurs. Cette circonstance est encore trop peu
importante et exprimée d'une manière trop vague, où
est cet autel ? par quelles mains est-il orné de fleurs? La
cloche baptismale, il ne s'agit pas encore de baptiser le
royal enfant, mais de rendre grâce au ciel de sa nais-
sance. Un habitant nouveau, c'est ce que l'on dirait en
parlant d'un enfant vulgaire, du fils d'un bon bourgeois.
Que Lutèce contemple, quoi! Lutèce contemple cet en-
fant avant que

le bruit du canon ou des cloches ait annoncé qu'il voit la lumière! on me le montre exposé aux regarals de' Lutèce avant d'avoir représenté son auguste père arrêtant sur lui ses regards pleins de l'ivresse du bonheur ! Cette circonstance n'est pas ici à sa place. Sous les portiques du temple, nous ne croyons pas qu'il arrive souvent de chanter sous les portiques du temple, mais bien sous les voûtes , dans l'intérieur du sanctuaire. Les hymnes du berceau, celte expression est maniérée. Elle appartient à cette école moderne plus jalouse de briller par le faste des mots que par

la sagesse sées et la vérité des images,

La seconde strophe n'est pas plus que la première à l'épreuve d'un pareil examen, elle commence ainsi :

Tout-à-coup l'air frémit, l'airain s'allume et gronde. Le frémissement de l'air n'est pas encore la première chose qu'il fallait exprimer. Le retentissement du canon doit le précéder et non le suivre. C'est une vérité physique qui n'a pas besoin de démonstration.

Au pied du fils des rois tombent les rois du monde,

[ocr errors]

des pen

[ocr errors]
« PreviousContinue »