Page images
PDF
EPUB

6140

que la Décade Philoso

incessamment. Nous ajonterons phique inséra, après la séance publique de l'Institut, trois morceaux, assez étendus de cette traduction

de l'an XII ; tom. 41 de la collection, p. 46 et suiv.

dans son

[ocr errors]

19

[ocr errors]

SPECTACLES. Il y a bien long-tems que nonts n'avons crus obligés de rendre compte ;

d'une foule de farces dont ment consacré à la littérature le principal mérite consiste dans le jeu des acteurs, et qui presque toutes offrent le cadre usé d'un imbécille éconduit ou d'un provincial mystifié.

Depuis deux mois l'administration de ce théâtre semble s'être attachée à régénérer son répertoire, en offrant au public des ouvrages dont le dialogue n'est plus un mélange insipide de calembourgse de pointes et de rébus ; nous

mettant au rang

des théâtres qui ont droit à nos analyses.

La Chatte merveilleuse avait porté un coup terrible à ce genre léger et sans prétention, qui avait fait la fortune du Théâtre Montansier. Les habits paillètes , les décors brillans, les changemens à vue; avaient pendant quelque tems couvert de l'obscurité la plus profonde les petites pièces qui faisaient autrefois le charme des habitués ; aux

; de désertion. Plusieurs petits vaudevilles avaient expié par recettes abondantes de Cendrillon avait succédé un peu leurs chutes ce merveilleux succès ; enfin ce n'est

;

que puis peu que le public a recouvré son goût pour l'ancien genre

de ce théâtre, et qu'il vient en foule rire à quelques Ouvrages aussi remarquables par leur gaîté que par le piquant de leurs tableaux. Fidèle à son titre, ce théâtre varie son genre ; tous les sujets comiques, gracieux , villageois, bouffons ou grivois , viennent s'adapler au cadre du répertoire ; aussi les amateurs de la gaîté y trouvent de quoi se satisfaire dans le joli vaudeville des Expédiens, d'un tour de Colalto , de M. Grégoire ou La Grange Chancel; les jolis tableaux de Quinze ans d'absence , des Innocens , 'du Petit fifre , des Habitans des Landes, et de la Ferme et le Château , plaisent aux partisans du genre villageois ; enfin des tableaux de maurs y trouvent encoro leur place dans Romainville, les Bourgeois campagnards, et la Matinée d'autrefois , où Brunet est si comique eu

de

[ocr errors]

>

[ocr errors]
[ocr errors]

abbé coquet, et Mhe Pauline si jolie sous le costume que des femmes portaient il y a vingt-cinq ans.

En ayant soin de choisir ainsi les ouvrages, l'adininis tration du théâtre des Variétés fera bientôt de ce théâtre une véritable succursale du Vaudeville , puisque celui de la rue de Chartres , grâces à quelques auteurs de bon goût et de bon ton, a dénaturé son genre et ne nous offre depuis long-tems que de petits drames bien sérieux, des scènes de marivaudage, qui nous paraissent d'autant plus tristes, qu'elles figurent quelquefois à côté des charmantes productions de MM. Barret, Radet, Desfontaines, Deschamps , Desprès et Dieulafoi, si connus par leur gaîté franche et leur esprit.

Les amateurs regrettent que ces pères du Vaudeville aient abandonné depuis plus d'un an la scène à quelques jeunes auteurs qui leur succèdent bien, mais remplacent pas.

[ocr errors]

qui ne les D.

POLITIQUE.

[ocr errors]

Il règne toujours un défaut absolu de nouvelles officielles sur l'état des négociations ouvertes entre les généraux russes et le grand-visir. Rien n'annonce , toutefois , que le résultat doive être pacifique. Les Russes ont repris tous leurs anciens cantonnemens sur la rive droite du Danube. La cavalerie qui devait retourner en Moldavie a reçu contre ordre. Les Russes ont établi de très-forts retranchemens autour de la place de Rudschuck qu'ils pressent de nouvean, et qui paraît menacée de manquer d'approvisionnemens. Les dernières nouvelles de Constantinople 'sont du 9 povembre. En ce moment le grand-seigneur avait appris les derniers événemens, et avait donné tous les ordres nécessaires pour soutenir la guerre avec vigneur. , Le. 7, il y avait en grand conseil chez le Muphti; on en ignorait le résultat. Les nouvelles de la Haute-Egypte feraient croire

que

le massacre des Mamelucks au Caire n'a pas entièrement détruit cette race ennemie du gouvernement du Granda Seigneur. Ceux qui ont pu échapper à la scène sanglante du Caire, se sont enfuis dans la Hante-Egyple; ils on armé des Arabes vagabonds, se répandent sur les bords de la mer Rouge, et paraissent tenter de se lier aux Wahabites, et de les soutenir dans leur rébellion contre la Porte.

La diète du grand-duché de Varsovie s'est réunie le décembre. S. M. le roi de Saxe a reçu le serment de ses nouveaux sujels. Le ministre de l'intérieur a présenté un rapport sur la situation du grand-duché. Dans le dîner qui a eu lieu à la cour à l'occasion de cette cérémonie, des toasts ont été portés à l'Empereur Napoléon, au roi de Saxe et au bonheur de la nation.

La diète de Presbourg a tenu le 6 décembre sa trentetroisième séance. Aucun résultat officiel n'est connu. Le change de Vienne a éprouvé de fréquentes variations.

En Suisse, de nouvelles négociations sur les capitulations militaires et sur les affaires du canton du Tésin , vont s'ouvrir à Berne. M. le comte de Talleyrand a eu à cet igard une conférence préliminaire avec le landamann.

[ocr errors]

2

MERCURE DE FRANCE, DECEMBRE 1811. 61

Le roi de Wurtemberg a établi dans ses états use exposition annuelle des objets d'industrie, et décerné des récompenses pour l'émulation des manufacturiers. Les tribunaux continuent à s'occuper du procès relatif aux dettes du prince héréditaire : à l'avenir ce prince ne pourra contracter aucune obligation valable sans le concours de M. le conseiller Faber, chargé de surveiller les affaires du prince.

L'état de S. M. Britannique est de plus en plus alarmant; il se refuse à prendre toute espèce de nourriture. Le prince régent est lui-même malade, et au nombre de médecins qui lui ont été envoyés ou serait en droit de croire que sa maladie est sérieuse. Les alarmes redoublent et sur l'état de l'Irlande, et sur celui des approvisionnemens. Une députation d’Yarmouth et une de la cité de Londres ont demandé la suspension de la distillation de l'eau-de-vie de grains;, elles ont exprimé le veu de voir se rouvrir les communications avec les pays étrangers, sur-tout avec les pays neutres, pour en recevoir les grains qui manquent d'une manière effrayante pourl'Angleterre exclue des ports du continent. Aucune nouvelle n'est donnée sur les affaires de la Sicile; les Anglais paraissent s'être éloignés des côtes de l'Adriatique, où le commerce français , italien et illyrien a repris beaucoup d'activité.

Mais les avis les plus décourageans arrivent de la Baltique : un convoi de 200 bâtimens a été dispersé par la tempête, quinze ont été perdus. D'autres ont été pris par les cors aires ; d'autres se sont réfugiés dans les ports suédois , où l'on craint qu'ils ne soient saisis. Le même coup de vent a occasionné des désastres considérables à la plupart des stations anglaises, et notamment à celle devant Héligoland. Les mêmes avis viennent de l'Amérique du Nord. Le corsaire le Duc do Dantzick poursuit sa glorieuse et lucrative carrière. Une foule de bâtimens sont lancés contre lui, il a réussi jusqu'ici à leur échapper; ses prises sont immenses; il capture et il brûle après s'être emparé des objets précienx et des équipages ; on croit qu'il est en ce moment dans un des ports d'Amérique , et qu'il y a mis ses richesses en sûreté avant de se remettre en mer. Relativement aux deux Amériques, on apprend de celle

la
guerre

civile continue à y exercer des ravages; les partis sont toujours en présence ; aux Caraccas, nne conspiration en faveur de l'ancien gouvernement a élé découverte et sévèremeni punie par un lieutenant de Miranda ; les Portugais paraissent décidés à intervenir à

di midi, que

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

main armée entre Buenos-Ayres et Monte-Video. Les Anglais suivent toujours et épient les mouvemens des divers partis. L'amiral de Courcy est toujours dans la Plata. Aux Etats-Unis, la correspondance officielle entre M. Madisson et M. Forster a été mise sous les yeux du congrès. L'affaire d'e la Chesapeach a été arrangé à l'amiable ; le golia

; vernement anglais a fait des réparations qui prouvent à quel point it redoute l'inimitié de cette partie de l'Amérique; on en jugera lorsqu'on apprendra que ce gouvernement a été jusqu'à offrir des dédommagemens en argent pour les familles des marins qui ont péri , et pour les marins blessés dans l'affaire de la Chesapeach.

Les frégates la Nymphe et la Méduse, commandées par le capitaine de vaisseau Reval, parties de l'île de Java dans le courant de septembre, sont arrivées à Brest après une heureuse navigation; elles ont apporté le rapport du général Jansens, gouverneur-général à l'île de Java , sur la descente des Anglais et l'occupation de Batavia. L'expédition anglaise s'esf présentée le 4 août; le lendemain le débarquement a commencé sous la protection du feu des vaisseaux, à trois lieues de Batavia. Jusqu'au 24, le tems se passa en affaires de poste, et en préliminaires dattaques.

Le général Jansens avait été sommé dès le 8 par le géné. rallord.Minto; le 16, une seconde sommation de se rendre fut également inutile. Le général Jansens annonce au ministre qu'il s'est rendu à Samarang, qu'il y fait tous ses efforts pour rallier ses troupes, et qu'il tiendra dans l'île autant qu'il lui sera possible , mais qu'il ne peut s'attendre à une résistance bien forte des Indiens contre des troupes européennes.

Le Moniteur qui publie ce rapport a publié également de nouveaux extraits de la correspondance officielle des armées de S. M. en Espagne.

Le général de Caën est parti de Gironne pour se rendre à Barcelonne où il a fait entrer un gros convoi de vivres ; il a eu un engagement avec les insurgés qu'il a culbutés et mis en déroute avec une perte de plusieurs milliers Xhommes.

Le maréchal comte Suchet presse le siège de Valence. Ses redoutes sont achevées et armées. Les sorties de l'ennemi sont vaines; il tire beaucoup, mais sans résultat. Le parc de siége se forme; aux environs de la place de petits engagemens ont eu lieu. La division Severoli arrive au

3

a

[ocr errors]
« PreviousContinue »