Page images
PDF
EPUB

de scruter son intérieur, d'en démêler tous les replis, et n'obtiendra

que Pon revienne d'une première impression, qui si souvent est faussé.

v Vous n'êtes pas, Messieurs, du nombre de ces personnes ou superficielles, ou passionnées, ou prévennes , pour qui un quart de siècle renipli par l'honneur n'équivaut pas même à un indice. Le caractère prononcé et bien connu du maréchal Ney séra votre premier guide dans Texainen de l'action qui nous occupé.

» A vos dernières séances , Messieurs, on a cru tout faire pour la décharge du maréchiał Ney, en nous accordant qu'un homme décoré de tant de triomphes, n'avait pas på entrér si lachenient dans un complot, ni en combiner le plan ; en renonçant à suspecter en rien la bonne foi du maré chał Néy, sa fidélité à la cause royalė jusqu'au 14 mars.

Je l'ai déjà prouvé, Messieurs , je suis loin de négliger de pareilles concessions ; elles sont d'uu trop grand poids dans la balance de la justice : mais je ne puiš m'en contenter. - 5 Autre chose est pour le maréchal Ney d'être absons du reproche d'avoir prémédité la irahison; autre chose , de faire passer rapidement sous vos yeux, Messieurs, l'esquisse de tout ce que son zèle avait exécuté jusqu'au 14 mars, pour faire iriom

[ocr errors]

pher la cause du Roi à laquelle le liaient ses sermens, et pour écraser Bonaparte dont le retour lui était odieux. Au premier cas seulement, et c'est celui où nos accusateurs ont prétendu nous réduire, il y aurait absence de blâme: au deuxième cas, et c'est celui dont il convient au maréchal Ney de pe point sortir, il va y avoir un faisceau de présomptions favorables, pressantes , qui disposeront d'autant plus à croire que la résolution dụ 14, puisqu'elle contraste si fortement', tient à quelque cause extraordinaire, surnaturelle ou indépendante de sa volonté.

» Parii de Paris le 8 mars au soir , tout pénétré des bontés et de la confiance du Roi, la

rage

dans le coeur contre Bonaparte, le maréchal Ney arrive à Besançon, chef-lieu de la 6. division militaire dont il est le gouverneur, et que l'ordre laconique du ministre de la

indiqué comme le poste où il devait servir : il y arrive bien positivement le 10 mars, de bonne heure.

» Là seulement il trouve les instructions du ministre auxquelles seules il est tenu de se conformer. Que lui prescrivent-elles ? Daignez l'apprendre, Messieurs, et en pressentir toutes les conséquences.

guerre lui

а

Copie de la lettre écrite, par son Exc. le mi

nistre de la guerre, à M. le maréchal prince de la Moscowa, gouverneur de la 6. division militaire,

le 9 mars 1815.

·» Monsieur le maréchal, S. A.R. Monsieur,frère » du Roi, est arrivé à Lyon, et a pris le comman» dement de l'armée qui se réunit sur ce point; » toutes les mesures sont ordonnées pour pour» suivre avec vigueur et sans relâche le parti à la » tête duquel Bonaparte a osé pénétrer sur le ter » ritoire français, et tout donne lieu d'en espérer » le plus prompt succès. Le Roi me charge de » vous recommander de tenir réunies le plus de » troupes disponibles, afin que vous soyez toujours » en état de seconder efficacement les opérations » de S. A. R. Monsieur,

» Vous avez en ce moment dans la 6. division militaire, le 6e. régiment de hussards entier, à » Vesoul ; les 4os. escadrons de dépôt du 3e. de » hussards, à Dôle, du 8«s. de chasseurs, à Gray ; » les 5c. bataillons de dépôt du 15°. léger, 60°. et » 77o. de ligne, à Besançon; ainsi que le 4o. es» cadron de dépôt du 5. de dragons; enfin le 5, » bataillon de dépôt du 76e, régiment d'infanterie » à Bourg

l
;

» En l'absence de Monseigneur le duc de Ber» ry, prenez les ordres de S. A. R. Monsieur ; » correspondez tous les jours avec ce prince ; et » surtout si, contre toute apparence, l'ennemi faisait » des progrès sur Lyon, faites vos dispositions » pour manoeuvrer de manière à l'inquiéter, à dé

jouer ses plans, à lui nuire, et enfin à le détruire, » si vous en trouvez l'occasion.

» Le Roi multiplie, en cette circonstance, les » mesures de prévoyance et de précaution; j'avais

déjà donné l'ordre à M. le duc d'Albufera de di» riger sur Béfort les deux premiers bataillons du » 53e, régiment d'infanterie, et les trois premiers » escadrons du 144. régiment de dragons. Je lui » donne aujourd'hui l'ordre de réunir de suite dans » cette ville le plus de forces qu'il pourra retirer » des garnisons de l'Alsace, sans trop dégarnir les » places; avec ces troupes , il se tiendra prêt à se» conder vos opérations, et je le préviens même » que l'intention du Roi est qu'avec ses forces il » aille vous joindre, si les circonstances vous met» taient dans le cas de lui en faire la demande. » Alors vous concerteriez ensemble vos opéra>> tions. Correspondez fréquemment avec lui.

» J'ai ordonné de former à Metz quatre batte» ries d'artillerie, et de les diriger sur Besançon ;

j'ai ordonné aussi de former quatre autres batte

» 'ries à Strasbourg. M. le maréchal duc d'Albu» féra les mènera à Béfort, et, si vous manquiez de » canons, il vous les enverrait sur votre demande. » Comme il pourrait se faire que

les batteries qui » doivent être envoyées de Grenoble à Lyon, ne » pussent pas arriver dans cette ville, vous dispo» seriez alors, monsieur le maréchal, soit des balle» ries venant de Metz, soit de celles venant de » Strasbourg, pour les envoyer à $. A. R. Mon» sieur, à Lyon.

» Instruisez bien S. A. R. de vos dispositions. » Je vous prie aussi de m'en donner connaissance, » afin que je puisse en rendre compte à S. M.

Indépendamment du corps que le duc d'Al» buféra ya réunir à Béfort, je donne l'ordre au » duc de Reggio de rassembler sur-le-champ le plus de troupes qu'il pourra disposer, sans trop

dégarnir les places des troisième et quatrième » divisions militaires, de se porter avec ces forces » sur Langres et Dijon, et de se mettre, de là , en » communication avec vous et avec le duc d'Al>> bufera.

» Pour copie conforme aux minutes,

» Le maréchal de camp, sécrétaire général ,

» Signé, DALBIGNAC. »

« PreviousContinue »