Page images
PDF
EPUB

M É M O IRE

Sur les Mines de houilles du département

de Montenotte, et en particulier sur celles de Cadibona.

Par M. GALLOIS, Ingénieur des Mines. Les arrondissemens de Saxone, de Ceva et d'Acqui, offrent déjà seize indications précises de houille. L'arrondissement de PortMaurice n'a pas encore été examiné.

Ces nombreux affleuremens, et l'étendue considérable du terrain houiller qui se prolonge sous la mer entre Albissola et Varazzo, attestent l'abondance avec laquelle ce combustible se trouve ou doit se trouver dans le département.

Cependant la plupart de ces affleuremens n'ont qu'une faible épaisseur. Les plus considérables s'observent, 1°. à Molare-Ceretto sur l'Olba , où il se trouve plusieurs petites couches assez rapprochées les unes des autres ; 2°. à Ponzone , près de Cortosio , entre l’Ero et le torrent Coboaco, arrondissement d'Acqui , où se montre au jour une couche assez puissante; 3o. à Morbello; et 4°. enfin les houillères de Cadibona , arrondissement de Savone , qui sont les seules qui ont été reconnụes par quelques travaux.

Je me bornerai dans ce rapport, à présenter les détails qui feront connaître cette mine.

canine ie Cadibona est située près des sources on Litimboro, qui se iettent dans la mer toone. Elle est consegnemment appuyée sur com pars neriuionai ie a chaine principale de 11135enn. Son elevation 117--1essus de la ner stron ie rois cents Detres. Sa distance à 3. Jautete coute du Fiznout est de 20 minutes le zarcie. On cominunique un peu au-dessus les commune de Caubona, istant de Savone ise jear ieares te marche, par un petit cheTin Tue i'on vient i'atabiir, pour servir an iranscort le a honille. Ce premier transport se ait. i dos je niet. A partir de Cadibona 1360' Sarone, le transport se fait par voi

, iast zlors très-tacie, i raison de la parte de acest nifurine de la nouvelle route, JU! 35t entièrement terninee sans cette partie.

Lá ongueur developpee des diverses gale pe mitrezois exploitees, est le plusieurs censzines je netres. L'apaisseur assez constante de a cuchie est de deux nètres, et augmente da prenes iecimètres en s'antungant dans le 52:19. Les ouvriers pretendent que la bouille eat lors de meilleure qualite.

iz remain ini accompagne la bouille est un #s, aunitre, charge de mica ; on n'r obSeznas iucn je erpreinte vegerte ni ninérale. Ca fait tigne de remurnie, est que tous les

s ui se r. savent adesses sur le revers méStiai de llorenin. re corbierzent aucune ice de ces en reintes , tin 5 que ceux sur 2*33 cucse en rentermert teancoup, nieszees on distingue parfaitement des

de chitaignier et d'autres plantes indi

La direction de la couche est du Sud-Est au Nord-Ouest. Son inclinaison est de 8 à 10 degrés vers le couchant.

Le châtaignier croît assez bien sur le sol qui est une argile jaune , résultante de la décomposition du grès.

Le chêne servant à l'étançonnage de la mine est tiré de plus loin.

De nombreux indices de la même couche s'observent dans les environs , et prouvent qu'elle se prolonge sur une grande étendue. Le terrain houiller qui accompagne cette couche a plus d'une lieue carrée de surface; mais comme le terrain est généralement bouleversé dans la chaîne de l'Appenin, on doit supposer que la couche n'occupe que le quart de cette surface. En admettant cette supposition, pour éviter l'exagération des calculs, la quantité de houille serait encore de deux millions de mètres cubes , qui étant chacun du poids de mille kilogrammes environ, équivaudraient à vingt millions de quintaux métriques. Si l'on divise ce poids par cinquante, on trouve que la mine peut assurer, pendant ce même nombre d'années, une exploitation régulière de quatre cent mille quintaux.

Cette couche étant située sur une pente rapide , peut s'extraire par des galeries sans être sujette aux épuisemens des eaux.

La situation de ces mines est destinée à devenir encore plus avantageuse. Le canal de la Bormida doit passer à la mine même. Les frais de transport seront alors presque nuls , et les débouchés de la houille s'accroîtront par la

Consommation des établissemens auxquels le
Canal donnera nécessairement lieu.

La houillère de Cadibona fut découverte en 1706, par un otticier au service de la République Ligurienne. Il sollicita de M. CésarProton Doria, de Gène, la permission sto tire des recherches ; ce qu'il obtint, et il «llenghit tutacilement la couche. La houille yuifita fit exercite servit à des essais, mais qui # GURASO pointe de suite.

t'cut and prea N. Solimani, de Savone, ot Sivori, de Gerres, se rendirent fermiers de ce&trinta pur dix ans. Ils en confièrent l'exploitation in waitre uiteer allemand et à quelyhen t'vuvres. Ils firent construire à SaKono un four de verrerie à bouteilles; mais sa mu walau Coltruction les obligea bientůt d'aBarredonner cerie encreprise, er ils se boruèrent dre un bouille uit objet de cuinnerce. Les

2. Ghes s'en approvisionnèrent penWrit te breeus tittes, et il en tut expédie à Il te fusqu'en l'UL 1302 бо и ! - aat expirit.

o'tit it ses aisies perirent

i poseg jerriers tems mesinio mimni nur.. pie intensivuint à l'agent out

worsies rites en occupa fort per itsshopius usage, et les ex

bruger cegsérent à raison das i

vede la guerre. Cette entreprise de

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

- Hulle.

cilindra galeries , dont on voit encore les

Turent ouvertes pendant les preinières

exploitations. On évalue la quantité de houille extraite à 40,000 quintaux métriques.

L'exploitation de ces mines vient d'être en- Exploitatreprise de nouveau. MM. Astingo, père et fils, le ct empoi habitans de Savone, les ont affermées pour dix de la houilans, à dater du mois d'octobre dernier. Ils sol- le. licitent dans ce moment une prolongation du bail

pour dix autres années, et ils se disposent, aussitôt que cet arrangement avec le propriétaire sera terminé, de faire les démarches nécessaires pour obtenir la concession de ces mines.

Ils ont repris l'exploitation par une galerie déjà ouverte et en suivant la direction de la couche. Sa longueur, comprise celles de trois petites traverses , est de 40 à 50 mètres. Ils y occupent un maître mineur piémontais et deux ou trois manoeuvres. L'extraction journalière est de 40 à 50 quintaux, et elle s'élève en tout, à dater du mois d'octobre jusqu'aujourd'hui , à environ 2000 quintaux.

Une partie de cette houille est encore en magasin faute de débits, et comprend une grande quantité de déchets. Cette houille étant trèsfriable et exploitée en fragmens, se réduit facilement en poussière, et passe à travers les grilles sur lesqnelles on l'expose pour déterminer sa combustion , et elle est alors rebutée.

La houille employée a été bornée aux usages suivans.

1°. MM. Astingo l'ont employée à l'évaporation des dissolutions de sulfate de cuivre dont ils avaient entrepris la fabrication, mais qu'ils · viennent d'abandonner à cause de l'augmen

tation du prix du soufre et du cuivre qui ne

« PreviousContinue »