Mélanges: articles de journaux, 1848-1852, Volume 3

Front Cover
Librairie internationale, 1871 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 248 - Depuis la création, il a été vrai que les trois angles d'un triangle sont égaux à deux angles droits, et cela sera vrai jusqu'au jugement dernier et au delà.
Page 286 - J'ai donc eu raison de dire, et je m'étonne qu'après l'exégèse que vous avez faite vous-même du capital, vous n'ayez su comprendre mes paroles : « Le capital ne se distingue pas du produit. Ces deux termes » ne désignent point, en réalité, deux choses distinctes ; ils ne
Page 75 - Le Roi est le chef suprême de l'État; il commande les forces de terre et de mer, déclare la guerre , fait les traités de paix, d'alliance et de commerce...
Page 203 - Voilà ce que nos adversaires sont tonus d'examiner, avant de nous accuser d'infirmité scientifique et intellectuelle; voilà, monsieur Bastiat, sur quels points devra porter à l'avenir votre controverse, si vous voulez qu'elle aboutisse. La question est clairement et catégoriquement posée : permettez-nous de croire qu'après en avoir pris lecture, vous reconnaîtrez qu'il ya dans le socialisme du dix-neuvième siècle quelque chose qui dépasse la portée de votre vieille économie politique....
Page 207 - ... d'instrument de travail, soit sous celle de matière première, la moitié me soit prêtée par vous; supposons en même temps que de tout le capital que vous mettez en œuvre, la moitié vous soit prêtée par moi, il est clair que les intérêts que nous devrons nous payer mutuellement se compenseront; et si, de part et d'autre, les capitaux avancés sont égaux, les intérêts se balançant, le solde ou la redevance sera nul.
Page 223 - L'EMPRUNTEUR. Monsieur, je voudrais monter un magasin, j'ai besoin de dix mille francs, veuillez me les prêter. LE PRÊTEUR. Volontiers, nons allons débattre les conditions. L'EMPRUNTEUR. Monsieur, je n'accepte pas de conditions. Je garderai votre argent un an, deux ans, vingt ans, après quoi je vous le rendrai purement et simplement, attendu que tout ce qui, dans le remboursement du prêt, est donné en sus du prêt, est usure, spoliation. LE PRÊTEUR.
Page 315 - l'argent, disent les Anglais. Le temps, c'est l'étoffe dont » la vie est faite, dit le Bonhomme Richard. » Faire crédit, c'est accorder du temps, * Sacrifier du temps à autrui, c'est lui sacrifier une chose » précieuse : un pareil sacrifice ne peut être gratuit. » MOI. Vous n'y arriverez donc jamais...
Page 257 - ... système, ne peut devenir faux dans un autre : autrement, il faudrait dire qu'une même chose peut être vraie et fausse tout à la fois, ce que mon esprit se refuse absolument à comprendre. Je ne sors pas de là. » Où donc, monsieur, avez-vous appris, je ne dis pas à raisonner, car il appert dès le commencement de cette polémique que le raisonnement en vous se réduit à affirmer et confirmer toujours votre proposition, sans infirmer celle de votre adversaire, mais à discuter ? Le dernier...
Page 32 - ... matérialiste abject, sans respect de la justice et de l'humanité, qui se fait une loi de son égoïsme, un dieu de son ventre, un culte de l'assouvissement de ses passions. Ce n'est point ainsi, vous ne l'ignorez pas, que Spinosa fut athée; ce n'est point pour de pareilles causes que Kant, Fichte.
Page 253 - Le capital féconde le travail. Il est bien clair qu'on obtient de plus grands résultats avec une charrue que sans charrue; avec une scie que sans scie ; avec une route que sans route ; avec des approvisionnements que sans approvisionnements, etc., d'où nous pouvons conclure que l'intervention du capital accroît la masse des produits à partager. 2° Le capital est du travail.

Bibliographic information