Page images
PDF
EPUB

il la remette entiere ,du Roi Majeur, ou si la Couronne passe à lui-même heritier presomtif.

Suites

qu'auroit

cation des édits

II. Sur les conséquences nécessaila révo- res de la révocation d'un édit de la

nature de celui-ci , accepté par tous de Louis les Parlemens , exécuté par toutes les XV. en parties. și les Princes légitimés 2. des Prin. voient le malheur de succomber dans ces légitimés.

une pareille instance, & de voir anéan,
tir la juste possession où ils font du
bienfait d'un grand Roi , qui s'est
avoué leur pere , pouroient-ils s'em-
pécher d'en interjetter appel au Roi
même, féant en son lit de Justice, à
la tête des Etats du Royaume , feul
tribunal de la voix publique
pétent pour décider une pareille con-
testation, où il seroit d'autant moins
facile de leur refuser la satisfaction de
ces assemblées, que leurs parties , agi-
tant , comme elles font , la question
de l'autorité légitime du Roi, vou-
droient la même assemblée pour la
faire limiter, dans les termes où l'on

de

com

[ocr errors]

desire de la voir restrainte ? Quel cahos ! Quel abîme ! Il s'agira donc de déterminer la puissance Royale. Eft-ce là le terme du zele dont on anime M. le Duc , & des conseils qu'on lui a donnés ? Jamais le plus ardent Parlementaire d'Angleterre atil conçu un plus funeste projet De plus, qui pouroit répondre que des États, affemblés pour une pareille décision , n'entreprissent pas de raisonner à fonds für la succession à la Couronne , sur la validité des renonciations & sur une infinité d'autres choses toutes contraires à l'autorité du Roi , à la gloire & à l'interér du Royaume , & au repos public, 1

[ocr errors][ocr errors]

les

III. Sur la gloire & l'éclat du dernier règne, dont les disgraces mêmes font voir évidemment que Etats sont moins puissans par l'étendue de leur domination', ou par la force de leurs Frontieres , que par

la forme de leur Gouvernement. Le

despodespotisme a certainement les incommodités dans les mains d'un Prince qui croit,

& qui veut que tous les biens des Sujets lui apartien

nent.

Avanta

Mais il a d'ailleurs l'avantage de berpo prévenir toujours , & de n'être jarisme, mais prévenu. Les ennemis delibe

rent, pendant qu'un Monarque absolu attaque & exécute:

ce que nos yeux ont vu , & que l'Europe n'a pu

soutenir sans effroi. Elle s'eft li. guée toute entiere contre Louis XIV. & n'a pu l'entamer qu'en lui donnant occasion de s'étendre au delà de ses propres Etats : d'où il s'est

, ensuivi la dissipation des forces. Mais quand tant de Puissances , laflées d'une guerre qui les ruinoit elles-mêmes, en desolant la France, ont youlu faire la paix, elles ne l'ont point envisagée , fans porter leur vue jufqu'à procurer le changement de Gouvernement du Royaume ,

en réta bliflant les assemblées d'Etats. Mais fi elles n'ont à la fin ofé infifter sur

unc

2 en

[ocr errors][ocr errors]

une telle demande , n'est-il point à craindre que quelques ennemis cam chés n'ayent pensé à y revenir fomentant les dispositions d'un Prince aussi considerable dans l'Etat que l'est M. le Duc ; en répandant dans les Provinces des bruits confus de nouveautés ; en Alatant les esprits de l'idée de la liberté, dont les Particuliers se laissent aisément prévenir ; en un mot tenant les peuples en suspens & dans l'attente de quelque évene

ment.

[ocr errors]

Il est donc bien nécessaire pour le repos de la nation , pour l'interêt de l'autorité Royale , pour celui de la veritable grandeur des Princes même, qui se déclarent contre elle, que la fagesse de S. A. R. M. le Duc d'Orléans, Régent , entreprenne d'éclairer ceux que l'on égare par d'indignes moyens , pour les précipiter de faute en faute, & de malheur en malheur.

Il est de la gloire, comme de son interêt , de ne jamais alterer la con

ftitution

[ocr errors]

ftitution d'un Gouvernement, qui a fait & fera toujours la tranquilité de cette Monarchie au dedans , sa grandeur & fa réputation chez l'Etranger.

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »