De la religion: considérée dans sa source, ses formes et ses développements, Volume 5

Front Cover
Bossange, 1831 - Polytheism - 459 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 192 - Calvin, qu'aurait fait brûler le cardinal de Lorraine, a fait brûler Servet. Considérer une religion comme ne pouvant jamais être améliorée, c'est la déclarer la seule bonne, la seule salutaire. Dès-lors la faire adopter à tous, devient un impérieux devoir. Non -seulement il est permis, mais il est ordonné d'employer à cette œuvre pieuse les moyens de force, si les moyens de persuasion ne suffisent pas (1).
Page 185 - De la religion ; et, afin qu'on ne puisse m'accuser de l'avoir altérée ou exagérée, je la complète par cette citation : « Tant que la religion servira de prétexte à l'existence d'un corps chargé de l'enseigner et de la maintenir, le dogmatisme religieux aura, suivant les pays et suivant l'époque, ses exils, ses cachots, sa ciguë ou ses bûchers (1).
Page 184 - C'est qu'elle ne pouvait guère ne pas l'être, que l'accusation était fondée, et qu'en effet, dans un ordre de choses dont la base est une religion d'État, on ne peut penser comme Socrate de cette religion , et publier ce qu'on en pense , sans nuire à cette religion , et par conséquent sans troubler l'État...
Page 429 - Le sentiment religieux naît du besoin que l'homme éprouve de se mettre en communication avec les puissances invisibles. La forme naît du besoin qu'il éprouve également de rendre réguliers et permanents les moyens de communication qu'il croit avoir découverts.
Page 171 - Et remarquez comment l'instinct de cette rénovation saisit nos prosateurs et nos poètes. A qui demandent-ils des effets? à l'ironie, aux apophtegmes philosophiques, comme Voltaire? Non: à la méditation vague, à la rêverie, dont les regards se tournent toujours vers l'avenir sans bornes et vers l'infini. Beaucoup se perdent dans les nuages: mais leur élan vers les nuages est une tentative pour approcher des cieux.
Page 197 - ... voyons, dans cette ère primordiale , que l'esclavage , dans cette législation primitive, qu'une révoltante inégalité, une usurpation flagrante, que n'a pu légitimer aucun laps de temps. Ces écrivains ne contemplent que la caste usurpatrice; ils lui vouent leur admiration. Nous fixons nos regard sur les castes opprimées ; nous leur vouons notre intérêt et notre pitié.
Page 57 - ... le monde futur, que les mystères de Mithra couvraient de leurs voiles les saintes conspirations de la liberté contre la tyrannie. Plutarque est très curieux à lire sur ce sujet, comme le remarque très-bien Benjamin Constant (de la relig. , vp 57, à la note). Les francsmaçons des Mithriaques espéraient une république universelle et le retour de l'âge d'or. Tout le genre humain ne devait plus être qu'une seule famille. Une égalité fraternelle devait régner ; il devait y avoir communauté...
Page 192 - Sous une forme bien plus épurée que le polythéisme, les catholiqnes se sont montrés implacables contre les réformateurs, les réformateurs contre les sociniens, et les sociniens n'auraient pas été sans doute .plus indulgents pour ceux qui auraient nié la mission humaine du prophète dont ils niaient la divinité. Le cardinal de Lorraine a fait tuer Coligni; Calvin, qu'aurait fait brûler le cardinal de Lorraine, a fait brûler Servet. Considérer une religion comme ne pouvant jamais être...

Bibliographic information