Histoire de l'Expédition militaire des Français à Saint Domingue, sous Napoléon Bonaparte ... suivi des mémoires et notes d'I. L'Ouverture, sur la même expédition, et sur la vie de son père ... Nouvelle édition

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 341 - Les ports de la Partie Française de Saint-Domingue seront ouverts au commerce de toutes les nations. Les droits perçus dans ces ports, soit sur les navires, soit sur les marchandises, tant à l'entrée qu'à la sortie, seront égaux et uniformes pour tous les pavillons, excepté le pavillon Français en faveur duquel ces droits seront réduits de moitié.
Page 233 - Ces dispositions n'annonçaient rien que d'hostile. Isaac et Placide Louverture et leur précepteur firent par écrit des représentations au général Leclerc ; il ne s'y arrêta point. La majeure partie de la flotte y compris le vaisseau le Jean-Jacques -, se présenta devant le Cap. Le général Leclerc envoya sommer le général Christophe de lui livrer cette ville. Celui-ci répondit qu'il lui fallait avant tout un ordre de son chef auquel il allait dépêcher plusieurs courriers , ne sachant...
Page 342 - Nous concédons, à ces conditions, par la présente ordonnance, aux habitants actuels de la partie française de SaintDomingue, l'indépendance pleine et entière de leur gouvernement. Et sera la présente Ordonnance scellée du grand sceau. Donné à Paris, au château des Tuileries, le 17 Avril de l'an de grâce 1825, et de notre règne le premier.
Page 318 - Noyade, et les conduisit à terre dans un magnifique canot couvert de velours cramoisi; le maire de Bayonne, ses adjoints , toute la garnison de cette place , ayant à sa tête le général Ducos , et une foule considérable (i) Lettres do Plaisir.
Page 290 - Saint-Domingu«. * 11 est vrai, reprit le général Leclerc , mais je n'ai pas été maître de moi-même. Ne conservons aucun souvenir du passé, tout sera réparé; réjouissonsnous, général, de notre union. Il faut que votre fils, les officiers qui vous ont accompagné, aussi bien que les généraux et officiers de mon armée, qui sont ici, en soient témoins.
Page 342 - Tuileries, le 17 avril de l'an de grâce 1825, et de notre règne le premier. Signé : CHARLES. « Par le Roi, le pair de France, ministre secrétaire d'État de la marine et des colonies. « Signé : comte de CHABROL. « Visa : « Le Président du Conseil, ministre et secrétaire d'État des finances. Signé : J.
Page 291 - Leclerc, était à une habitation éloignée du champ de, bataille a»?ëc madame Grenville ; mais après que le général Vernet, son allié , qui l'avait fait inutilement chercher , se fut retiré sur l'Ester , les troupes françaises qui passèrent à l'endroit où il était , le menèrent au général Leclerc qui l'envoya par mer au Cap, ainsi que madame Grenville , rejoindre son précepteur.
Page 230 - mon beau-frère, que j'ai nommé capitaine-gé« néral , et qui commandera cette armée. Des or« dres sont donnés afin que vous soyez quinze « jours d'avance à Saint-Domingue, pour annoncer « à votre père la venue de l'expédition.
Page 88 - Tantôt il couvre sa fuite de déserts et de flammes , pour leur rendre la victoire plus funeste que la défaite, tantôt il attend dans un défilé sa proie qu'il égorge , mettant ainsi par son génie, la guerre au-delà de toute règle.
Page 241 - Maure« pas a été attaqué par une division française qu'il « a repoussée; que le commandant de Saint-Marc « a forcé de prendre le large , deux vaisseaux Fran« cais qui canonnaient cette ville. Au milieu de « tant de désastres et de violences je ne dois pas ou«, blier que je porte une épée. Mais pour quel motif « me déclare-t-on une guerre aussi injuste , aussi « impolitique ? Est-ce parce que j'ai délivré mon « pays du fléau d'une guerre étrangère , que j'ai tra« vaillé de...

Bibliographic information