Page images
PDF
EPUB

trouve l'histoire du moment. La distance rend les récits moins fidèles & plus rares: d'ailleurs, ce n'est guère qu'en comparant avec réflexion le; rapports des deux partis , qu'on peut apercevoir la vérité. De tout ce qui s'est passé à Conftantinople, depuis le départ du Grand-Visir , on ne fait avec certitude que celui du CapitanPacha , dont la harangue authentique à ses Oficiers, mérite d'être conservée comme un monument du caractère de ce guerrier, que la molleffe raisonneuse de notre siècle fera tentée de croire

in

pers sonnage fabuleux. Avant de faire voile pour la Crimée, il a afsemblé tous les OFficiers de la flotte, & leur a dit :

» Vous savez d'où je fuis venu, j'ai fait. Un nouveau champ d'honneur m'appelle , ainsi que vous, à sacrifier le dernier foupir à l'lionneur de notre relgion, au service du Sultan, & de la nation invincible qui, dans les circonf. tances actuelles, demandent la dernière goutte de notre fang. C'est pour remplir ce devoir facré, que je me sépare maintenant de ceux de ma famille qui me font les plus chers : j'ai donné la liberté à tous mes esclaves des deux sexes, & je les ai récompensés suivant leurs inérites : je leuir ai payé tout ce que je leur devois; j'ai dit le dernier adieu à mon épouse, & je vole à cette million importante, dins la ferme résolution de vaincre ou de mourir. Si j'en reviens, ce sera une faveur insigne de Dieu , que je prie de prolonger mes jours, pour que je puisse mourir content & avec gloire : voilà ma résolution mébranlable ; &

& ce que

vous, qui avez toujours été mes compagnons fidèles, je vous ai convoqués pour vous exhorter, & pour vous commander de suivre mon exemple dans cette conjoncture décisive. S'il est quelqu'un parmi vous qui ne se sente pas le courage de vaincre ou de mourir, courage néce

aire à cette expédition, je le prie de le déclarer ouvertement, fans crainte de m'offenfer, & je lui promers son congé. Ceux, au contraire, qui manqueront de cour en exécutant mes ordres dans une action, ne doivent pas s'attendre à pouvoir s'excuser par les prétextes du vent, ou de désobéissance de l'équipage; car je leur jure, par Mahomet & par la vie du Sultan, que je leur ferai couper la tête, à eux & à tout l'équipage ; mais celui qui montrera du courage en s'acquittant de son devoir fera récompenlé avec largesse : que tous ceux qui voudront me suivre à ces conditions, se lèvent donc, & qu'ils me jurent fidélité & obéissance. »

A ces mots, tous les Capitaines s'étant levés, jurèrent de vaincre ou de mourir avec leur Grand-Amiral , qui poursuivit en disant : « Je vous reconnois, pour mes » braves & fideles compagnons. Allez, » retournez à vos vaisseaux, faites assem» bler les équipages, communiquez-leur » ma harangue, prenez leur ferment, & » tenez-vous prêts à appareiller demain.»

On travaille nuit & jour dans les arfenaux de Vienne. - On a expédié à l'armée 60 chariots chargés de canons & de vivres. Vingt-sept bâtimens sont aussi partis, ayant à bord du vin , du vinaigre, de la poudre à canon, des drogues

[ocr errors]

deux cents Artilleurs & des Recrues. On a calculé que les dépenses de la guerre a&uelle montent déja à soixante-quatre millions de florins, y compris 16 millions avancés à la Cour de Pétersbourg.

Sui vant l'ordre de l'Empereur, on construit en diligence 12 hôpitaux mobiles, qu'on fera paffer à l'armée. On évalue à 17,000 les malades de l'armée Autrichienne, & à

30,000 ceux de l'armée Ruffe ; mais d'où fait-on avec tant de précision ce nombre d'Invalides ? Les directeurs des hôpitaux ont-ils communiqué leurs feuilles aux Nouvelliftes ? Tout au plus peut-on faire à cet égard un calcul d'approximation, & celui-ci paroît exagéré, sur-tout à l'égard des Rufles.

« L'armement de la grande escadre de Cronstadt , ne fait point perdre de vue, disent les Russes , l'escadre qui doit agir sur la mer Noire. Trois vaisseaux de ligne ont été lancés l'année dernière à Cherson, & 3 autres sont prêts à l'être. On les armera fur le champ, le nombre de Matelots néceffaires étant déja rassemblé. On espère que cette escadre pourra encore agir cet été, & soutenir les opérations de l'armée de terre du côté d'Oczakof. »

Le Roi de Prulle vient de lever la défense d'exporter de Konigsberg les bleds venant de Pologne ; mais cette défense continuera d'avoir lieu pour le bled venant des provinces de S. M.

Ce Prince a afligné des sommes confi. dérables à l'amélioration des fabriques dans fes Erats , & au secours de plusieurs villes de province. Les manufa&tures de lainerie fur-tout, ont reçu de grands encourage mens. - Le réglement pour les Invalides eft figné, & paroîtra inceffamment. Une partie des Invalides qui pourront encore fervir, fera mise dans les bataillons de dépôr, l'autre restera dans la grande maison des Invalides; ceux qui ne pourront plus servir , seront répartis dans de pecites villes, où l'on établirà des maifons de travail pour les occuper, chacun selon ses forces. - Le Comte de Romanzof, Envoyé de Russie à la Cour de Pruffe, a payé tous ceux qui avoient quelque prétention à la charge de la maison , & va retourner à Pétersbourg Les courriers de Cabinet fe succèdent rapidement à Berlin, & les négociations paroiffent fort actives avec les Cours de Londres & de Stockholm. On a remarqué la promptitude avec laquelle le Roi est revenu de too, ayant fait en deux jours & demi le crajet jusqu'à Chafa lottenbourg, malgré les fables de l'Electorat d'Hanovre.

::

GRANDE-BRETAGNE.

De Londres, le 8 Juillet.

Le ier. de ce mois, on a reçu au Bureau du Marquis de Carmarthen , Prineipal Secrétaire d'État au département de l'E. tranger, la Ratification du Traité provifoire d'Alliance défensive, figné à Loo, le 13 juin dernier, entre les Cours de St. James & de Berlin , & échangé à la Haye, le 27 du même mois, par les Plénipotentiaires respeaifs.

Le Chevalier Georges Baker, Médecin de S. M. , lui a conseillé l'usage des eaux minérales de Cheltenham:enconséquence la Famitie Royale partira, le 14, du palais de Bukinghain pour le Gloucestershire, où Elle reftera au moins un mois ou fix semaines. Leurs Majestés occuperont, pendant leur séjour, la maison de Milord Fauconberg.

Le 3, au marin, le Royal Amiral, vailseau de la Compagnie des In:des, est en. tré à Deal, venant de la Chine. Ce vais. feau a appareillé de Ste. Hélène, le 8 mai dernier, & à cette époque il ne restoit aucuns bâtimens dans ce port.

Le 30 juin, apprend-t-on de Plymouth, r'Amiral Gower a fait le signal à son ef

« PreviousContinue »