Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

titude innombrable. La Princeffe Albertine, Abbesse de Quedlinbourg , arriva de Berlin encore à temps pour prendre congé du Roi, son frère. 28 galères mirenç å la voile pour la Finlande. Ces navires & des bâtimens marchands que l'on avoit frétés, prirent à bord l'élite des troupes Suédoiles ; les Trabans, les Gardes du Corps, les Dragons du Corps, le régiment de Cavalerie du Corps, de 1500 hommes, un Corps d'Artillerie , & les régimens d'Uplande, de. Weftmanie, de Dalécarlie, de Helsingland, de Nericie, de Sudermanie & d'Ostrogothie. Ces troupes joindront en Finlande celles qui y ont été déja transportées , & celles qui s'y troilvent en garnison. Dans peu de jours, une seconde division, composée de neuf régimens, s'embarquera sur des bâtimens de transport déja prêts, auxquels le joindra l'escadre de Chébecs, armée à Sweaborg. Les dernières lettres du Duc de Sudermanie, Grand-Amiral de la Aotte, en mer depuis le 9, font en date du 13: ce jourlà, l'escadre se trouvoit près de l'ille d'Oe. sel, à l'entrée du golfe de Riga.

Ces grands mouvemens, ces embarquemens précipités, ce départ du Roi luimême , sans avoir été précédés d'aucune déclaration de guerre , ni d'hoftilizes anté. rieures, font suppoier, avec raison, qu'on

[ocr errors][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]

811)

그..

>

fera, au premier jour, publiquement inftruit des caules & du but de cette expédition. Le congé donné par le Roi au Comte de Rafoumowski, Ministre de Russie, paroît cependant n'être qu'accidentel. On verra , par la note de cet Envoyé, & par la réponse de S. M., que la résolution du Roi a été mo:ivée , non par une rupture formelle, mais par le vif mécontentement qu'il a rellenti de quelques expressions , & du derlein affecté du Mémoire remix, le 18, par le Comte de Rafoumowski au Comte d'Oxenstiern, Ministre des Affaires Etrangères ; en voici la teneur :

« A la suite des objets dont le souligné, Envoyé Extraordinaire & Ministre plénipotentiaire de la Cour Impériale de Russie , vient d'entretenir le Comte d'Oxenstiern, il a l'honneur de lui en présenter une récapitulation succincte dans cette

note. »

CC

Quelle qu'ait éré la surprise de l'Impératrice , ma Souveraine, loriqu'elle fut informée des armemeis qui se faifoient en Suède, S. 11. Impériale ne voyant aucur motifs légitimes qui aient pu y donner lieu, avoit résolu de garder le silerice, ta it que ces mouvemans eulient été renfermés dans l'intérieur du Royaume; mas apprenant les motifs allégués dans la communication qui a été faite par le Séna teur Comte d'Oxenstiern, au Miniltre de Danemarck, & dont celui-ci , par une suite de cette intimité qui règne entre les deux Cours , a fait part au fouffigmé, 3. M. Impériale s'est déterminée à rompre ce filencé, & a donné ordre au fouffigné d'entrer dans les explications suivantes avec le

[graphic]
[ocr errors]

au

Ministre de S. M. Suédoise. Pendant 26 ans de règne, l'Impératrice n'a cessé de donner des témoignages

Roi & à la Nation Suédoise, de son désir de cultiver avec elle un bon voisinage & une bonne harmonie , ainsi que la dernière paix d'Abo les avoit établis entre les deux Cours. Si au milieu du repos dont fon Empire jouissoit du côté de les autres voisins , S. M. Impériale n'avoit jamais conçu la moindre idée de troubler ou d'altérer le moins du monde cet ordre de choses , il seroit hors de toute vraisemblance de la lui attribuer au mo. ment où elle se trouve engagée dans une guerre que lui a suscitée injustement un ennemi puissant, & à laquelle elle ne sauroit donner trop d'attention. Provoquée de cette manière à déployer tous les moyens qu'elle tient de la Providence, pour repousser l'ac+ taque de son ennemi, elle a eu soin d'en prévenir amicalement toutes les Puissances de la Chrétienté, & nommément elle a observé cetre conduite, lorsqu'elle a pris la résolution d'armer une flotte pour l'envoyer dans l'Archipel, & que le soussigné en a, par ordre de S. M. , communiqué l'intentor au Ministère de Suède. Toutes ces dispositions & ces préparatifs se rapportant visiblement & uniquement à la circonstance dans laquelle se trouvoit la Ruffie, n'étoient nullement faites pour alarmer les autres voisins, qui ne nourriroient pas quelques de Teins cachés de multiplier ses embarras & d'en profiter. En admettant pour un instant, que la Cour de Russie ait supposé de tels desseins à celle de Suède, quelques contraires qu'ils soient à la religion des traités qui les lient, la saine raison, ainli que l'intérêt, devoient borner toutes ses mesures au soin d'en prévenir les effets , & non de les provoquer; en effet, celles que la prudence dicta, & qui furent adoptées sur les bruits qui fe répandirent de toutes parts, des armemens qui se faisoient en Suède , le réduisoient à un renfort trèsmodique de troupes Rulles en Finlande , & à la deftination de l'escadre ordinaire qui a courume de croiser tous les ans dans la Baltique, pour 'expérience des Marins, cou'ume à laquelle la Suède n'a jamais porté attention, & qui ne lui a jamais causé d'ombrage. Cependant ces armeniens avançoient & fe renforçoient journellement, sans que la Cour de Stockholm jugeât à propos de s'en ouvrir formellement vis-à-vis de celle de Pétersbourg; & lorsqu'enfin ils font parvenus à leur maturité, M. le Sérateur Comte d'Oxenstiern, au nom du Roi, si'a pas balancé de déclarer au Ministre d'une Cour intimement alliée à la nôtre, & fupposée par conséquent ne devoir pas nous le cacher, que ces préparatifs étoient dirigés contre la Russie, dans la supposition que la Suède étoit menacée d'en être attaquée. Dans ces termes, l'Impératrice ne b. lance pas non plus de son côté de faire déclarer , par le soussigné, au Ministre de S. M. Suédoise, ainfi qu'à tous ceux de la Nation qui ont quelque part à l'Administration, que S. M. Impériale ne sauroit leur donner une preuve plus solide de ses dispositions pacifiques à leur égard, & de l'intérêt qu'elle prend à la conservation de leur tranquillité, qu'en les assurant fur sa parole Impériale, que toutes les intentions contraires qu'on pourroit lui imputer, sont destituées de tout fondement; mais que asfurance aussi formelle, aussi positive, jointe aux argumens simples & convaincans qui se présentent dans ce qui est exposé ci-dessus, n'étoient pas suffisans pour rétablir le calme & la tranquillité, S. M. Impériale est résolue d'atiendre l'événement avec cette confiance & certe sécurité que doivent lui inspirer la pureté & l'innocence de ses intentions ; ainsi que la suffisance des moyer.s que Dieu lui a mis en main, & qu'elle n'a jamais employés que pour la

[ocr errors]

si une

gloire de for Empire & le bonheur de les Sujets.. »

Stockholm, le 18 juin 1788. Signé, le Comte de RASOUMOWSKI.

En réponse à cette Note, le Combe d'Oxenstiern a fait remettre la ContreNore suivante à chacun des Membres du Corps Diplomatique.

u Pendant que le Roi, soigneux de maintenir la bonne harmonie avec tous ses voisins, n'a rien négligé pour la cultiver avec la Cour de Ruffie, il n'a pu voir qu'avec étonnement le peu d'effet que ses sentimens ont produit sur la conduite du Ministre de cette Paiffance ; & le langage qui, depuis quelques mois, accompagne ses démarches, paroît encore porter l'empreinte du système de division que fes Prédécesse irs se sont transmis & qu'ils ont toujours travaillé à étendre. Le Roi cherchoit encore à se faire illusion sur ces objets. Il souhaitoit pouvoir douter des efforts que faisoit l'Envoyé de Russie, p.ur ramener la Nation Suédoise aux erreurs qui l'avoient séduite pendant le temps de l'anarchie, & pour répandre de nouveau daas le sein de l'Etat , ces ancien esprit de désunioa que le ciel & les soins de Sa Majesté ont su heureue mert éreindre, forsqu'enfin le Comte de Razoumowski vient de lever, par sa note du 18 juin , tous les doutes

que

le Roi aimoit encore à conserver à cet égard. A la suite des assurances d'amitié de l'Imperatrice pour le Roi, dont cette sote est remplie , le Ministre n'a pas héâté d'en appeler encore à d'autres qu'au Roi seul : il s'adresse à tous ceux qui ont part à l'adminiftration ainsi qu'à la Nation même, pour les assurer des sentimens de fa Souveraine, & de l'intérêt qu'elle prend à leur tranquillité. La Suède ne la devant plus qu'à la

SY

« PreviousContinue »