Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

gieuse dans le faubourg St. Antoine. Vincennes, Montreuil, le Raincy, Montfermeil, ont été saccagés. L'orage a été non moins épouvantable, &-les ravages aufli affreux dans les parties occidentales de la Généralité, qui se sont malheureusement trouvées sous cette colonne meurtrière. On ne recoit de tous côtés que les rapports les plus douloureux ; & l'on verra, par ceux que nous allons donner , quelle étendue de pays a été frappée de cette calamité,

Sous les yeux de Sa Majesté & de Monsieur, fon Frère, cet horrible ouragan a fait de funestes ravages à Rambouiller. On allure

que

le toit enrier du commun de ce château a été emporté; de très-gros arbres ont été brisés, & les fenêtres fracassées. Le même nuage avoit, à huit heures & demie du matin,, entièrement dévasté quatre à cing lieues de pays, entre la forêt de St. Germain & celle de Marly. La terre de Chambourci, qui se trouve au milieu de cet espace, a perdu, en huit minutes de temps, toute espèce de récolte de l'année; & pour plusieurs autres, l'espérance du produit des arbres fruitiers, qui font une partie du revenu de fes habisans. Ce n'étoit pas une grêle, c'étoit un déluge d'énormes glaçons durs comme le diamant, & dont les plus gros (ce qui ne s'est presque jamais vu ) étoient tellement élastiques, qu'ils bondissoient sur la terre, & portoient quatre ou cing coups meurtriers à tout ce qu'ils rencontroient. On en pesé, à Chambourci, quelques-uns qui étoient du poids de dix livres, & il s'en est trouvé un à Fourqueux qui en pesoit huit. Leurs formes

a

el plus odio

incisives ont coupé, abattu les tiges les plus fortes ; & une forêt de châtaigniers qui est au-dessus de ces villages, au midi, ne présente plus que le fpectacle d'un pays où l'ennemi a paflé. Moiffon, luzernes, fruits, légumes, arbres fruitiers, tout eft enterré, abimé, déraciné ; les toits ont été découverts, les vitres brisées ; les vaches & les moutons ont été tués ou blessés, & plufieurs habitans, hommes & femmes, ont reça de dangereuses contusions. On n'a point encore pu évaluer ces horribles d faftres; mais on ne penit trop tôt les mettre fous, les yeux de l'administration bienfaisante, qui s'emprefera, fans doute, de venir au recours de tant de maiheureux. A Sartrouville, le 14 Juillet 1783, dist.ini de Paris

de trois lieues. « On nous écrit de Sartrouville, que l'orage y a détruit toutes les récoltes. »

« A huit heures & demie du matin, la colonne de grèle qui croifToit depuis environ une heure assailli ce district d'un déluge incroyable de gla. çins, dont les moindres étoient gros comme des Qufs, & d'aut es de fix & huit livres; en un inftant la campagne a été couverte de glace : les gains coupés & battus font totalement perdus; les vignes absolument dépouillées de leurs feuilles & de leurs fruits; & il ne reste aux malheureux Hub'tans, après l'efpoir d'une récolte abondante, méritée par leurs travaux , . leurs avances & leurs foin , que la perspective de la plus affligeante inifère De 450 feux dont cette Paroisse eft composée, à peine cent fort-ils en état de résifter à cette catastro he: il en reste donc 350 qui n'ont d'espérance que dans la charité de ceux qui voudront bien les secourir. >>

а

On nous mande, dans une lettre de Montdidier, en date du 14:

Nous sommes ici dans la plus grande consternation : hier 13, rous avons efluyé une tempête , dont il n'y a pas mémoire d'honime. Vers les fix heures du matin, le tonnerre gionda au loin, les éclatis fe fuccédèrent rapidement, & le ciel fut en feu. A neuf heures, un vent impétueux du. midi & du sud-ouest nous a amené une pluie abone dante, accompagnée de grête d'unegrofleur exiraor. dinaire : il s'en est treuvé des morceaux qui pea soient jusqu'à deux livres & dimie ; en moins d'une heure les vitres ont été brisées, il re reita pas un seul carreau à la grande partie des croisées : tous les toits des maisons expolées au vert ont été en'evés, & les cheminé s renversés ; & après l'orage, le pavé étoit couvert de décombres des toits & des cheminées Tous les arbres de la promenade du Prieu é ont été cassés ; un des plus forts, ayant 51 pouces de circo: f rence, a été déraciné & renversé par t sre. Les bâ imens neufs de cette maison ont été aulli très- ma traités. Ap és l'orage terminé, d'après une visite faite, Messieurs les Omnciers Vunicipaux ont fait fermer les portes de ce te glire, où il n'eft p'us poilible de célébrer 'office divin; les Moines of conimencé dès le même j ur à fuire 'eur office à 'Hôtel Dieu. Les Eg'ists de S. Pie re&d's Capucișs ont aussi souffert cofidérab ement. Nous n'avons eu dans nos Faro sses que des Meties basses, à

onze heures & deme, pour nous terir li u 'de Giand'Messe. Tous le bâtimens, depuis le Prieuré jusqu'à la porte Paris, faila t face au Ménil-Saint-George, font abymé: ; l'Auditoire est trè, - endommagé : la gree & les tuiles de la maison de Hardoin Tailleur, on biisé les vitres de notre maison ; le tsir. a été enlevé par le vent: il'y a pour plus de 6.00

mille livres de réparations à faire aux bâtimens de la Ville, sans y comprendre le dommage de l'Eglise du Prieuré, & la perte e atière de la récolte qui étoit prête à se faire , & qui a été maffacrée par la grêle. Les laboureu's , les Vignerons & les Jardiniers sont dans la plus grande desolation : toutes réceltes en tous genres sont entièrement perdues, de manière que nous voilà fans alicuns légumes d'après cet orage. Il y a eu des déborde me is d'eau .considérable ; il y en avoit quatre pieds de hauteur au milieu de la Ville : toutes les prairies & les jardins le long de la rivière sont encore submergés. Nous ne fummas malheureusement pas les seuls qui ont souffert de cet orage : il a commencé à Rantigny, entre Clermont & Creil, & s'est étendu , dit-on, jusqu'à Corbie & Péronne ; les Villages les plus maltraités de nos environs font Royaucourt: l'Eglise est massacrée, le clocher renversé, plufieurs maisons également renversées : le Ménil Saint-George, Cratibus, Daveubcourt font grêlés totalement, les paysans restent fáns récolie. Les moulins du Petit Crêve-cour, Mésil Saint-George, Hangest, & le comble de celui de Figuère ont été détruits, une infinité de granges des ferinės des environs ont été culbutées, & l'on aflure que près de 80 Villages ont fouffert de cet orage affreux. Il s'est · étendu fur environ 13 lieues de longueur, mais très peu de largeur , puisqu'il n'y a rien ni à Cautigny ni à Pienine, qui ne sont l'un & l'autre qu'à cinq quarts de lieue de Montdidier. »

Le même orage s'est prolongé au-delà de l'Ile de-France & de la Picardie, comme on jugera par la lettre fuivante de Douay.

« La ville de Douay a essuyé, le 13 de ce mois, vers onze heure du matin,

un orage affreux, qui a causé un dégat, immense. La grêle a cassé 1outes les vitres de la ville qui se trouvoient exposées au midi. Dans les églises, le service divin a été interrompu. Cette grêle a été précédée d'un tonnerre continuel, qui a roulé sans cesle perdant un gros quart d'heure; ensuite le ciel s'est obfcurci, & est devenu, non pas noir, mais d'un jaune verdâtre; plusieurs personnes ont pris des 'uncières. Les vieil'ards ne se souviennent pas d'un pareil orage. Notre perte n'est rien en comparaison des dommages causés dans plus de cent villages des environs. Les récoltes presqu'entièrement perdues, ne sont plus que da fumier sur la campagne. L'ouragan a été fi fort dans certains endroits , qu'il'a renversé des granges,

des maisoas, des moulins & une quantité immense d'arbres des plus forts. Les légumes & ies fruits sont entièrement dévastés. La grêle a duré pendant douze minutes : on a yu des glaçonsqui pesoient jusqu'à une livre & demie.»

« Le 24 janvier dernier, le navire le Franc-Maçon, du Havre, comment le Capitrina torrent

5' aru, erant invuille dans la rivière du Gabon , les Noirs formant la cargaison, se sone révoltés, & ont affommé le Capitaine avec trois ou quatre hommes de l'équipage. Le reste s'eft lauvé dans la chaloupe du navire l' Abracadabra, que le Capitaine Plet avoit envoyée à leur secours, après avoir fait des efforis inutiles pour dompter les Noirs. Ces derniers ont coupé les cables du navire, qui a été s'échouer à quatre lieues de distance. Les habitans du pays s'en sont emparés, ainsi que des marchandises. Quatre hommes

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »