Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

R. Les bâtimens & les armes, à cause des fiefs & de la guerre ,

ainsi on y voit grand nombre de châteaux des tours, des pans de mur

des piéces crenellées ou bretessées des églises, des ponts, des portes,

&c, des lances , des piques, des épées , des chausse-trapes, des étriers, des fers de lance ou de pique, des roquets de lances, des trompettes, des tambours des étendars, des tentes , des éperons, des molettes d'éperons, des écussons , des fléches, des masses d'armes, des arcs

&c. D. Les vêtemens n'y ont - ils point de part? R. Ils

у

ont la meilleure part, puisqu'outre les bonnets , chapeaux, houf fettes, fouliers, bottes, bottines, gants, manteaux

chemises chaperons

2 ceintures., boucles , rubans, dentelles, manches, manchons, fourrures, écharpes, colliers, bracelets , & autres ornemens. C'est des vêtemens qu’op a tiré toutes les figures que nous nommons Héraldiques, le parti , le coupé, le tranché, le taillé, l'écartelé, le fafçé, le pallé, le bandé, le burelé le cottiçé, les points équipollés ,

, les jumelles, les herses , les fasces les

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

le

[ocr errors]

bandes, les chefs, les chevrons, les sautoirs, les bordures , les gyrons ,

, les piles, les quartiers, l'échiqueté , fuselé, le lozangé, & plusieurs autres figures semblables.

D. Vous m'apportez une foule de termes ausquels je n'entends rien ?

R. Ce sont aussi les figures que nous nommons Héraldiques , parce qu'elles font fi propres au blason que l'on a besoin de se servir des termes propres de l'art héraldique pour les expliquer.

D. Comment dites - vous donc que c'est des vêtemens que ces figures & ces termes ont été tirés ?

R. Parce qu'il y a cinq ou fix siécles que l'on s'habilloit de ces fortes d'habits mi-partis, comme sont encore les robes des Echevins de plusieurs Villes ; d'habits pallés comme ceux des trompettes & des tambours de plusieurs Compagnies ou Régiments ; d'habits lozangés, échiquetés & burelés, comme font les étoffes rayées : comme cet usage a changé, les termes qui expliquoient ces étoffes différentes ont changé, & vous ne les entendriez pas.

IV. LE CON

[ocr errors]

D.P

Uisque ces figures que vous

nommez Heraldiques font plus difficiles à entendre que les autres, je ferois bien aise d'avoir quelque méthode facile pour les retenir ?

R. Je veux vous en donner une la plus aisée du monde.

D. Et comment ?

R. Il faut fupposer que toutes ces figures se font par le moyen de quatre lignes ; par une ligne tirée du haut en bas, comme feroit de la tête aux pieds, que nous appellons ligne å plomb ou

à perpendiculaire dont voici la figure. |

D. Je la conçois.

R. Il y en a une autre tirée toute droite & couchée comme les lignes d'un livre imprimé que nous nommons ligne horizontale. D. Je l'entends.

R. La troisiéme est une ligne traversante de droit à gauche que l'on nomme diagonale ; 1 & la quatriéme est celle qui tire de gauche à droit oblique, pent. I

[ocr errors]

D. C'est-à-dire que ces deux lignes mises l'une sur l'autre font la croix de saint André ? X

R. Justement vous l'entendez.
D. Et de quoi me fert de l'entendre?

R. Pour vous faire concevoir toutes les figures héraldiques.

D. Comment cela

R. Parce que la ligne à plomb ou de haut en bas fait dans les armoiries le parti, l'addextré, le féneftré, le pallé, le vergetté.

D. Ce font termes où je n'entends rien

R. Vous les entendrez avec le tems, &

par

les figures que je vous donnerai,

D. Poursuivez donc? R. La ligne couchée ou horizontale fait le chef, le coupé, la fafce, la trangle, la champagne, le fafcé, le burelé , les jumelles en fasce, le herse en fasce : la ligne diagonale de droit à gauche fait le tranché, la bande , le bandé, le cotticé, les jumelles en bande, le herfé en bande.

La ligne traversante de gauche à droit d'un angle d'en haut de l'écu à l'angle d'en bas oppofé, forme le taillé, la barre , le barré, le

[merged small][ocr errors][ocr errors]

7

[ocr errors]

filet de bâtardise , le hersé en barre.

D. Comment une seule ligne peutelle produire tant de figures différentes ?

R. Etant multipliée. Ce sont ces mêmes lignes qui , jointes ensemble & diversement combinées, font plusieurs autres armoiries.

D. Quelles armoiries?

R. L'écartelé se fait de la ligne à plomb & de la ligne couchée mises en croix comme les deux que vous avez dit faire la croix de saint André font l'écartelé en fautoir : or ces quatre

fortes de lignes diversement combinées & multipliées font les points équipollés , l'échiqueté , le lozangé , le fuselé, le fretté, le fautoir , &c. dont les termes ne doivent pas vous effaroucher, parce qu'ils sont tous le secret du blafon, qui ne consiste presque qu'à entendre ces termes.

D. Comment me les ferez - vous entendre

R. En vous les expliquant & en vous montrant les figures pour lesquelles ils font employés ; c'est pour cela que

je vous ai dit d'abord le blason est l'art d'expliquer en termes propres tout ce qui entre dans les

[ocr errors]

que

« PreviousContinue »