Page images
PDF
EPUB

Ainsi l'Eglise universelle , qui est la Congrégation de tous les fidéles, est un Corps & une Communauté : les Etats, les Provinces, les Villes sont des Communautés.

D. Quelles sont les Communautés Ecclésiastiques.

R. Les Chapitres , les Paroisses , les Diocèses, les Monastères , les Ordres religieux, les Congrégations , les Séminaires, les Confréries , &c.

D. Tout cela a-t-il des armoiries ?

R. Ouï, ou plutôt des devises & des fignes pour se distinguer : car ce n'est qu'improprement qu'on leur donne le nom d'armoiries , qui ne leur convient pas, puisque ces Communautés ne font pas profession des armes.

D. Quelles sont les Communautés laïques ?

R. Les Royaumes , les Républiques, les Provinces, les Villes, les quartiers de Villes, les Universités, les Académies, les Colléges, les Arts & Métiers, les Compagnies & Sociétés de Commerce, les Corps des Marchands, &c.

D. L'usage de ces devises est - il ancien ?

R. I l'est beaucoup plus que le

[ocr errors][ocr errors]

Blason, parce qu'il y a eu des marques de distinction avant qu'il y eût des armoiries qui marquaffent la Noblesse.

D. Comment se distinguoient donc les Maisons avant l'usage du Blafon?

R. Par leurs noms , leurs surnoms & leurs pronoms , qui distinguoient les personnes, les maisons & leurs diverses branches.

D. Donnez-m'en des exemples ?

R.Je le veux bien; & je choisis parmi les Romains la famille des Emilies, l'une des plus célébres. Le nom commun à toute cette illustre race étoit celui d'Emilie Æmilii. Les diverses bran. ches étoient les Mamertins , les Barbules , les Pauls, les Lepides, les Regilles, les Scaures , &c. parmi lesquels il y a eu des Lucius,des Marcs,des Caies,&c. comme il y a dans nos familles des Pierres, des Jeans, des Antoines, &c.Et quand ils vouloient fe distinguer encore plus par leurs pères & leurs ancêtres ils se nammoient Lucius ÆMILIUS MARCI Filius; Lucii Nepos; MARCI PRONEPOS, PAULUS. Après quoi ils marquoient leurs offices , leurs dignités. Ainfi le grand Pompée en une infcription se désignoit par ces mots

[ocr errors]
[ocr errors]

CNEIUS POMPEIUS CNEI FILIUS SEXTI NEPOS MAGNUS III. PROCONSUL, IMPERATOR , &c. C'étoient ces noms qui étoient parmi les Romains le caractère de leur noblesse.

D. Comment cela ?

R. Parce que les esclaves n'avoient qu'un nom , Caius , Abascantus , Tyro & quelques autres noms barbares. Les affranchis en avoient deux , parce que celui qui les affranchiffoit leur donnoit ou son nom ou quelqu'autre nom. Les ingenus en avoient trois , comme Marcus Tullius Cicero , ausquels quand on ajoutoit, Marci Nepos , Marci Pronepos , Lucii Abnepos ; on marquoit autant de degrés d'ingénuité.

D. Quand est-ce que les Communautés ont pris ces marques de distinction, à quelle occasion & quelles sont les plus anciennes ?

R. Vous me faites trois demandes qui demandent autant de réponses différentes.

Je commence par la plus ancienne des Nations qui est la Juive, qui fut diftinguée en douze Tribus , dont les fils de Jacob furent les chefs. Quand ces Tribus fortirent de l'Egypte pour

aller

habiter la Palestine, elles marcherent en corps d'armée,& fe firent des signes, & des étendards pour se reconnoître,& pour empêcher la confusion en leurs campemens, & en leurs marches. La Tribu de Juda portoit un lion, &c.

D. Etoient-ce des armoiries? R. Non pas , à les prendre comme celles dont on use à présent, puisqu'elles n'étoient

pas des marques de noblesse, qui eussent des couleurs fixes comme les émaux du Blason, mais simplement des signes pour distinguer les Tribus. Cependant Bara & quelques autres blafonneurs en ont voulu faire la première origine des armoiries.

B. Les Grecs & les Romains, qui en portoient sur leurs boucliers & en leurs signes militaires , n'en firent - ils pas de véritables armoiries?

R. Non, parce que tous les soldats d'une même légion, ou d'une même cohorte,avoient tous les mêmes figures sur leurs boucliers , quoiqu'ils fussent de diverses familles & souvent de diverses nations.

Voilà les plus anciennes devises de distinction , qui ont servi de modéle aux armoiries des Communautés ; car

[ocr errors]

les peuples, les Nations, les Républiques, les Tribus & les Villes fe diftinguèrent par ces fortes de fignes , soit dans leurs monroies, soit dans leurs étendards, foit dans leurs ouvrages publics.

D. Me pourriez-vous affigner des causes générales des armoiries des Communautés ?

R. Oui, & plus aifément que de celles des familles : car pour commencer par celle des Eglises, la plâpart portent les images de leurs faints Titulaires, ou les hiéroglyphes de ces Saints. Un très-grand nombre d'Eglises de ce Royaume dédiées à St. Pierre portent des clefs pour armoiries

; celle qui font dédiées à S. Pierre & à S. Paul joignent une épée aux clefs comme l'Abbaye de Clugny. Les Chapitres & les Eglises qui ont S. Laurent pour Patron ont un gril ; les Eglises de Sainte Catherine une rouë armée de rasoirs & une épée : les Eglises dédiées à Notre-Dame la figure de la Sainte Vierge ; celles de S. Jacques un bourdon & des coquilles : les Congrégations de faint Augustin un cour ardent percé de fléches, qui sont les symboles du zèle &

ر

« PreviousContinue »