Page images
PDF
EPUB

و

l'autre,

dos, deux lions affrontés , deux animaux acculés l'un à l'autre deux contrepasans , deux contrerempans.

L'écartelé, l'équipollé, le componé, l'échiqueté, le vairé, le bande, le pallé, contrepallé, &c. dont les émaux font alternés réciproquement.

D. N'y a-t-il que ces positions réciproques ?

R. Il y en a deux autres qu'il est important de sçavoir. C'est celle que l'on appelle de l'un de & celle

que

l'on dit de l'un en l'autre.

De l'un à l'autre c'est quand le champ eft coupé, ou tranché, ou écartellé de deux émaux différens , & qu'il y a une figure qui pose sur les deux émaux, & qui est aussi réciproquement de deux mêmes émaux, mais en opposition le métal sur la couleur, & la couleur sur le métal ; comme qui diroit : un tel porte parti d'or & de gueules à un chevron de l'un à l'autre, c'est-à-dire de gueules sur or & d'or sur gueules.

De l'un en l'autre, c'est quand il y a plusieurs figures sur un champ parti ou tranché, ou coupé; comme Monestier porte d'argent, coupé d'azur à fix

[ocr errors]

fleurs de lys de l'un en l'autre, c'est-àdire trois d'azur sur l'argent, & trois d'argent sur l'azur.

D. Sont-ce là toutes les positions ?

R. Non, il y en a d'irrégulières, que de longs discours ne vous expliqueroient pas assez, les figures vous les feront entendre.

D. Les positions sont donc l'un des principaux mystères de l'art du blason, puisqu'il y en a de tant d'efpéces, qu'il faut nécessairement les spécifier

R. Vous avez raison de les appeller un des principaux mystères du blason, parce qu'en effet c'est ce qu'il y a de plus difficile , & ce qui a fait naître une infinité de termes pour énoncer toutes ces positions, particulièrement pour les figures qui peuvent avoir diverses situations ; car, par exemple, la fasce dont la position naturelle est d'occuper horizontalement le milieu de l'écu & de remplir le tiers de sa largeur , peut être haussée ou baissée quand elle est plus haute ou plus basse que ce milieu : le chevron peut être abbaissé, versé, couché, con, tourné, & deux chevrons entrelassés, adossés ou appointés.

La fasce, le pal, le chevron, la bande, la barre, le sautoir peuvent brocher sur d'autres piéces ou figures.

Les chefs de patronage , de Chevalerie abbaiffent nécessairement les chefs des armoiries, où l'on ajoûte ces chefs de patronage : ainsi quand un Cardinal qui a un chef dans ses armoiries, met en chef au dessus les armoiries du Pape dont il est créature ; & quand un Commandeur de Malthe qui a un chef en ses armoiries, met au des: fus un chef de son Ordre, ces chefs des armoiries font pour lors dit abbaissés sous celui des armes du Pape ou des armes de la religion : mais c'est trop vous en apprendre d'abord, il faut réserver ces difficultés pour un temps auquel vous serez plus instruit : passons aux dispositions des figures.

ne

XIV. LEÇON. D. L

Es positions & les dispositions font - elles

pas une même chose ?

R. Non, ce sont deux choses différentes qu'il ne faut pas confondre. D.Qu'appellez-vous donc disposition

R. Le sens dans lequel est mise une figure qui a diverses fasces selon lesquelles elle peut être différemment placées.

D. Quelles sont ces figures ?

R. Il y en a un très-grand nombre. Une tête peut être mise de front & en profil, de même un casque : une clef à cause de son anneau ,

de fon paneton & de son dos, peut avoir diverses difpofitions , de même une fléche & une pique à cause de leurs pointes & de leurs fers : une tour peut être ronde, quarrée, couverte, crenelée, châtelée, ouverte , fermée , flanquée , accompagnée d'un avant-mur &c.

D. Je conçois ces différences & la nécessité qu'il y a de les exprimer.

R. Il y en a quantité d'autres dont je vous ai déja parlé, en vous parlant des figures naturelles & artificielles comme le soleil naissant, couchant horizonté, les figures humaines nues, vêtues , &c. des arcs cordés, tendus couchés , &c. c'est ce qui fait les attributs du blafon, à qui on a donné le nom de termes , que Messieurs de l'Académie ont inséré dans leur Dictionnaire des arts & des sciences, où ils ont expliqué la plûpart de ces termes

[ocr errors]

sur les premières éditions de cette Méthode.

D. Le nombre des figures ne contribue-t-il en rien à ces différentes dispositions ?

R. Il y contribue beaucoup, puisqu'outre les positions de rapport dont je vous ai déja parlé, plusieurs lances ou plusieurs épées peuvent être frettées ou entrelassées les unes dans les autres: trois anneaux peuvent aussi être entrelassés, de même les croiffans : des clefs peuvent être adossées ou affrontées : trois fléches ou trois dards peuvent être empoignés , &c.

D. Faut-il toujours spécifier le nom. bre des piéces ?

R. Oui, à moins que tout l'écu n'en soit rempli à égales distances & tant plein que vuide.

D. Vous m'avez dit, ce me semble, que c'étoient les positions pleines ?

R. Il est vrai ; mais touchant ces positions pleines il y a certaines choses à observer.

D. Et quoi ?

R. Par exemple, quoique l'échiqueté remplisse tout l'écu , il faut en compter les tires ou les rangs d'échiquier en fasce , & dire échiqueté

de

« PreviousContinue »