Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

adegil pinly bling TABLEAU DES PRINCIPAUX JOYAUX DE LA COURONNE.'&

și el ci

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

Les diamants du garde-meuble furent volés dans la nuit du 16 au 17, septembre 1792. L'auteur des articles, Billaud-Varennes et Dumouriez, dans. le supplément de la biographie univer-, verselle, prétend que ces diamants furent volés par ordre des membres influents du parti révolutionnaire, et servirent à acheter la retraite des Prussiens, «< qui les reçurent comme une sorte de depôt ou une vente a réméré, avec une stipulation en faveur de la France, de pouvoir les racheter plus tard, en payant une somme déterminée pour chacun d'eux. » Suivant le même ouvrage, « la plus grande partie, des diamants, notamment le Regent, n'ont été rendus que sous le Directoire et le gouvernement de Bonaparte, Pour démontrer la fausseté de toutes

>>

3

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

POIDS. EVALUATION.

carats.* fr. c. 1,872 4/32 1/2 14,686,504 85 3 28/32 1 219 "8 120 16,065 22 261,165 99 71,559 39 $241,874 37

1

308 8/32
135 24/32

273,119 37

191,837 06 30,605 »

37,500 >> 56,877 50 240,700 }) 89,100 » 325,956 25 34,525 95 40 >>

10,082 80 30

211,336.68 181,925 41

496 50 129,951 09 153,865 >>> 87,920 63 42,900 >> 1,164,523

[ocr errors]

330 24/32.1

341 25/32
102 28/32

! 61 6/32

103 12/32 29 22/32 83 10 B2 -194 10/32

82 6/32

4/32 43 8/32 2/32 410 17/32 793 14/32

558 6/32

768 8/32 434 5/3a

5,912 27/32

106 12/32 1,033 4/32 92 9/32 49.8/32

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

18,912,397 $3

4 pt

STIA

Voulland, au nom du comité de sûreté générale, vint annoncer plus tard, que le Pitt, ou le Regent, le plus beau des diamants de la couronne avait été retrouvé. Ce diamant était

21

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

1.1

1

B

ces assertions, nous nous bornerons à citer le récit d'un écrivain, M. Michaud, dont le témoignage ne sera pas, suspect. ht 1

It

Les diamants, dit-il, ont été volés par quarante individus, dont deux sont arrêtés. Les voleurs sont montés au moyen de cordes attachées aux potences des réverbères qui sont sur la place Louis XV; ils se sont introduits dans, le garde-meuble après en avoir brisé, les fenêtres. On retrouve sur l'un des deux voleurs arrêtés le riche bijou connu sous le nom de hochet du dauphin.

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

le

cr

porté dans l'inventaire de 1791 pour Four 12 En minel condamna à la peine de mort le nommé Duvivier, âgé de soixante ans, ancien commis au bureau de l'extraor dinaire, pour avoir aidé et facilité le vol fait en 1792, au garde-meuble, afin de fournir des secours aux ennemis coalisés contre la France. Une décision du conseil des Anciens, du 22 février 1797, accorda une indemnité de 6,000 francs a une mulâtresse nommée la femme Corbin, pour avoir la première dénoncé les voleurs du garde-meuble. La commission du conseil des Anciens déclare, dans son rapport, que « quoi qu'en ait dit le ministre Roland, le vol du garde-meuble n'etait lie à aucune combinaison politique, et qu'il fut le résultat des méditations Criminelles des scélérats à qui le 2 septembre rendit la liberté, alors qu'il vit périr les hommes les plus vertueux (†). ›

>>

DIANE. On donne ce nom à une batterie de tambour qui se fait à la pointe du jour dans les villes de guerre, sur les remparts, avant l'ouverture des portes; à l'armée ou dans les camps de paix, pour éveiller le soldat; sur les vaisseaux, pour éveiller les matelots. En mer et dans les ports, la diane est suivie d'un coup de canon.

[ocr errors]

Les tambours font encore usage de cette batterie pour saluer un officier, le jour où il est reconnu devant la troupe sous les armes, et dans les aubades qu'on a coutume de donner en mot, que l'on fait dériver à tort de l'espagnol dia, jour, a une origine plus ancienne et date du paganisme. Le signal de Diane était donne tous les matins dans les camps romains.bob in com

DIANE DE FRANCE OU DE VALOIS, duchesse d'Angoulême, tille naturelle

Hesdin. qui périt six mois après,, au siége 1557, se remaria a François de Montmorency, fils aîné du connétable de ce nom. A partir de cette époque, elle commença à jouer un rôle politique. Ce fut à elle que l'on ¦ dut la réconciliation de Henri III avec le roi de Navarre, après l'assassinat de Guise; et Henri IV, parvenu au trône, la consulta souvent sur des affaires importantes. Elle mourut en 1619, laissant une grande réputation de vertu et d'habileté.

[ocr errors]

DIANE DE POITIERS, fille aînée de Jean de Poitiers, seigneur de SaintVallier, née le 3 septembre 1499. A l'âge de treize ans, elle épousa Louis de Brézé, comte de Maulevrier, grand sénéchal de Normandie, qui mourut, le 23 juillet 1531. Il paraît que l'on doit ajouter peu de foi à l'anecdote qui l'accuse d'avoir, en 1523, au prix de son honneur, obtenu de François Ier la grâce de son pere, condamné à mort pour avoir favorisé la fuite du connetable de Bourbon. On prétend que sa conduite fut irréprochable jusqu'a la mort de son mari, dont elle porta le deuil en noir et blanc jusqu'à la fin de sa vie. A quelle époque commencèrent ses amours avec François 1er et avec le dauphin Henri, depuis Henri II? On l'ignore. « On dit, raconte le Laboureur, que le roi François, son père, qui, le premier, avoit aimé Diane de Poitiers, lui ayant un jour témoigné quelque déplaisir, apres la mort du dauphin François, son 'de vivacité qu'il voyoit en ce prince Henri elle lui dit qu'il falloit le rendre amoureux, et qu'elle en vouloit faire son galant. Aussitôt après la mort de François 1er, bien qu'elle eut vingt ans de plus que Henri II, et malgré les railleries amères dont l'accablait a a ce

"

1501

151607

de Henri II et d'une Piémo sujet la duchesse d'Etampes, elle fut mée Philippe-Duc, naquit en 1538. toute-puissante à la cour, et garda son Ayant été légitimée, elle épousa, en' ascendant sur le roi jusqu'au jour ou 1553, Horace Farnese, duc de Castro, il fut blesse mortellement au tournoi (*) Abrégé de l'histoire de du 29 juin 1559. En 1548, il lui avait France, le président donne à vie le duché de Valentinois, et et entièrement revu par jusqu'en 1830, c'est alors qu'elle fit bâtir le célèbre M. Michaud y de l'Académie française, château d'Anet, célébré par les poetes P.9561-563.95 Anemsi 295 36 sous le nom de Dianet. Elle s'y retira J1619 Jusmeṁ 93 97001397 9JÒ JILVL

paChronologiqault, continue

270000 70 9990 BMI DI 151

[merged small][ocr errors]

DIDEROT (Denis), né en 1713, à Langres, mort à Paris, le 30 juillet 1784. Son père, qui exerçait le métier de coutelier, confia son éducation aux jésuites, qui avaient un college dans cette ville. Le jeune Diderot lit d'ex cellentes études dans cette maison. La pauvreté de sa famille et l'amitié qu'il inspira à ses maîtres le firent destiner à l'état ecclésiastique; mais ce n'était point là le compte d'un jeune homme aussi indépendant et aussi passionné. Il vint Paris malgré sa famille, et y commença une vie aventureuse de travail, de pauvreté et de plaisir. Il se mit aux gages de quelques libraires, pour lesquels il faisait des traductions; en même temps, il donnait des leçons de mathématiques. Mais les dissipations où il se jetait avec le feu de la jeunesse, lui faisaient dépenser vite le peu qu'il gagnait. Malgré la difficulté qu'il avait déjà à vivre seul, il se maria, et eut un ménage à soutenir il travailla davantage, mais sans être plus rangé. Les premiers essais de sa plume sont inconnus. Celui qui commença à attirer l'attention sur lui fut une traduction, ou plutôt une imitation du traité de Shaftesbury, sur le mérite et la vertu. Comme son modèle, Diderot ne professait dans cet écrit qu'un scepticisme modéré : il y démontrait avec chaleur l'existence de Ja Divinité, combattait les athées, et développait les préceptes de la morale chrétienne. Déjà, sans doute, il était au fond ce qu'il parut dans ses écrits postérieurs; mais ici, il n'avait d'autre but que d'exercer son talent en composant une dissertation brillante. Les Pensées philosophiques, qu'il publia

en 1746, furent son premier ouvrage original. Il s'y montra bien plus hardi il y admettait encore l'existence d'un premier être, mais s'attachait à dé truire, presque sans exception, toute autre croyance, et sapait audacieuse ment les fondements de la morale. If ne tarda pas à oser davantage encore esprit fougueux, indépendant, novas teur, c'était pour lui un bonheur que de s'attaquer aux croyances les plus universellement reçues et les plus nécessaires, comme de combattre les préjugés et de détrôner l'erreur; c'é tait un besoin pour lui que de tout ébranler, de tout renverser dans le monde des idées. Sa vive imagination s'enflammait pour la vérité comme pour le paradoxe, et lui offrait des occasions d'éloquence dans la défense du sens commun comme dans les té mérités du sophisme. Toute la har diesse de son scepticisme parut dans la fameuse lettre sur les aveugles, à l'usage de ceux qui voient. Hy prê chait ouvertement l'athéisme, et fai sait de la création une combinaison fortuite de la matière. La forme de ce livre est aussi singulière que le fond en est incrédule et immoral. Il met en scène l'aveugle-né Saunderson, et lui fait tirer de son infirmité même, et des différences que cette infirmité met entre son intelligence et celle des au tres hommes, la preuve que Dieu n'est pas. C'est en même temps une erreur historique, puisque Saunderson, homme d'une rare vertu, mourut en s'écriant: Dieu de Clarke et de Newton, ayez pitié de moi; et une erreur philosophique, puisque la science et le génie d'un aveugle-né qui fit des leçons publiques sur la théorie de l'optique et la décomposition des couleurs, sont une des preuves les plus éclatantes qn'on puisse invoquer pour établir l'origine divine de notre âme, et l'existence d'une sagesse créatrice. Mais, si bien des raisonnements, dans cet ouvrage, étaient faibles ou contradictoires; si la conséquence à laquelle il prétendait conduire était déplorable et funeste, il était écrit avec une verve faite pour entraîner et séduire, Dide

rot se fit dès lors une place brillante dans le monde philosophique; déjà i s'était lié avec plusieurs des hommes les plus célèbres du parti, entre autres avec d'Alembert et Rousseau. Son in portance s'accrut encore par la persécution que le gouvernement lui fit subir. On saisit sa Lettre sur les aveugles, et on le mit en prison' à Vincennes, où il resta trois mois. Là, on allait le visiter comme un martyr de la philo sophie. Rousseau vint souvent jouir de l'entretien du captif, pour lequel il éprouvait alors beaucoup d'admiration et de sympathie. Mais cette liaison dura peu une brouille complète, que, sans doute, il faut attribuer surtout au caractère ombrageux de Rousseau, sépara quelque temps après les deux philosophes. En 1751, Diderot commença, avec d'Alembert, la publica tion de l'Encyclopédie. Il fut le principal chef de cette vaste entreprise; il en poursuivit l'exécution avec un zèle et une ardeur infatigables. Il rédigea lui-même toute la partie qui concerne l'histoire de la philosophie, toute celle qui a rapport aux arts et métiers, et prit part à un grand nombre d'articles sur divers sujets. Pour surmonter les difficultés que le pouvoir opposait à la publication de ce dictionnaire de philosophie et d'incrédulité, il déploya une énergie et une activité sans égale. Malgré tous ses efforts, l'Encyclopédie ne fut, en définitive, qu'une immense Ba bel; mais il n'était guère possible qu'un projet si vaste, qui comprenait la totalité des connaissances humaines, fut exécuté avec une égale perfection dans toutes ses parties, et que le monument auquel tant de mains travaillaient, ne fût pas irrégulier et confus. Malgré la fécondité de sa plume, malgré ses nombreuses publications, Diderot était pauvre dans un moment d'embarras, il mit sa bibliothèque en vente Catherine II la lui acheta 50,000 francs, et lui en laissa la jouissance. La Sémiramis du Nord s'était passionnée pour Diderot encore plus que pour Voltaire et d'Alembert. Elle "le combla de bienfaits, et le mit en 'état, par les pensions qu'elle lui pro

digua, de passer sa vieillesse dans une heureuse aisance. En 1773, il alla remercier sa bienfaitrice, et reçut d'elle et de sa cour le plus brillant accueil. L'éclat et le feu de sa conversation, sa verve improvisatrice, étonnèrent et charmèrent, à St-Pétersbourg comme à Paris. De retour en France, quoique vieux et affaibli, il continua d'écrire et de causer avec la même vivacité et la même éloquence. Il fut jusqu'au bout l'oracle de cette société d'esprits forts et de beaux esprits qui se réunissait à la table du baron d'Holbach. Le personnage de cette société pour lequel il éprouvait le plus d'affection, et qui lui témoigna l'amitié la plus fidèle, fut le baron de Grimm, auquel une partie de sa correspondance est adressée. Diderot mourut en 1784. Nous ne pouvons nommer tous ses ouvrages: peu d'auteurs ont plus produit, peu de talents se sont exercés dans des genres aussi variés. Métaphysique, roman drame, histoire, critique littéraire, critique des beaux-arts, il n'est rien que cet esprit actif n'ait abordé. En philosophie, outre les écrits dont nous avons déjà parlé, il composa l'Interprétation de la nature, les Entretiens d'un philosophe avec la maréchale de....., l'Apologie de l'abbé de Prades, qui sont autant de manifestes en faveur du matérialisme. Dans le drame, il inventa une théorie nouvelle, par laquelle il se rapprochait de la familiarité de la vie bourgeoise, dans le but d'être plus vrai et plus touchant, et où il mêlait, comme Lachaussée, le pathétique à la plaisanterie, et le rire aux larmes : il mit sa théorie à exécution dans le Fils naturel et le Père de famille. Dans le roman, il s'efforça d'accréditer ses principes philosophi'ques à la faveur de la licence, et fut tour à tour cynique et éloquent dans la Religieuse et les Bijoux indiscrets. Il signala son talent pour la critique dans la Vie de Sénèque et dans une foule d'opuscules divers; le premier, il appliqua la critique aux ouvrages des artistes l'exposition de peinture de 1765, celle de 1767, furent passées en revue tout entières par lui, dans un

jugement plein d'originalité et aussi Langres, souffrit le martyre vers l'an d'exagération. 264 : sa vie, par Warnahaire, se trouve au 22 mai dans les Bollandistes, et l'Église célèbre sa fête le 23 du même mois.

Tout en admirant le rare talent de Diderot, on doit attacher un blâme éternel à son nom, pour s'être fait l'apôtre de l'athéisme et de la corruption, et pour avoir employé ses belles facultés à la propagation des plus désolantes doctrines. Du reste, sa conduite et ses mœurs étaient heureusement peu d'accord avec ses principes : il aimait le plaisir, sans doute, mais était capable de vertu, honnête homme, ami sûr, père tendre. Il y a des traits de sa vie qui le montrent rempli de bonhomie, d'autres qui découvrent en lui de la générosité, de la charité même. Ses erreurs eurent leur source dans l'imagination, et non dans le cœur. L'imagination fit, en grande partie, les qualités et les travers de son génie. C'était par elle qu'il se passionnait pour des absurdités qui avaient, à ses yeux, le mérite d'être nouvelles; c'était elle qui le faisait éloquent; c'était par elle qu'il avait une si merveilleuse supériorité d'esprit et de parole dans les conversations. D'après les témoignages contemporains, Diderot produisait un effet bien plus vif à être entendu qu'à être lu. Dans une conversation, les idées originales, piquantes, folles, lui arrivaient en foule; il s'échauffait à mesure qu'il les exprimait, et ravissait les assistants par ses raisonnements aiguisés et rapides, ses images pittoresques, ses mouvements imprévus et variés, ses étranges et aimables boutades. Seulement, il est vrai de dire qu'il causait moins qu'il ne parlait. Entraîné par sa verve, il oubliait cette loi d'égalité qui est la première règle de la conversation, et transformait ses interlocuteurs en auditeurs. Il n'y avait point d'inconvénient à cela, quand ses interlocuteurs étaient disposés à faire abnégation d'eux-mêmes, et à s'effacer pour l'admirer. Mais Voltaire s'étant un jour entretenu avec lui, le quitta peu satisfait « Cet homme, dit-il, peut être << bon pour le monologue, mais, assu« rément, il ne vaut rien pour le dia<< logue.

DIDIER (S.), Desiderius, évêque de

T. VI. 35. Livraison. (DICT. ENCYCL., Etc.)

[ocr errors]

DIDIER (S.), archevêque de Vienne en Dauphiné en 596, fut assassiné en 608, près de Lyon, par ordre de la reine Brunehaut dont il avait blâmé la vie scandaleuse. Les légendes font. encore mention de quatre autres saints prélats du même nom : l'un, évêque de Nantes vers 451; le deuxième, évêque de Cahors, dont on a plusieurs lettres dans la Bibliothèque des Pères, et qui mourut en 655; le troisième, archevêque de Bourges, dont on trouve la vie dans le recueil du P. Labbe, vivait vers le cinquième siècle; le quatrième, évêque de Châlons, puis de Gap, mort vers 531.

DIDIER (Paul) naquit, en 1758, à Upie, bourg du département de la Drôme. Avocat au parlement de Grenoble à l'époque de la révolution, il céda, en 1788, à l'élan des Dauphinois, et assista, le 21 juillet, en qualité de député de Grenoble, d'Alex et de quelques autres bourgs de la sénéchaussée de Valence, à la fameuse assemblée de Vizille. Cependant, il revint ensuite à des opinions beaucoup plus modérées et traversa inaperçu les orages de la Convention et du Directoire. Nommé professeur à l'école de droit de Grenoble, lors de la réorganisation de l'instruction publique sous le gouvernement consulaire, Didier fit preuve de talents et de savoir, devint maître des requêtes au conseil d'État et conseiller à la cour de cassation lors de la restauration de 1814, s'occupa d'un plan de conciliation entre les partisans de la révolution et de l'ancien régime, et se prononça fortement contre le gouvernement royal, après les événements de 1815. Dès lors il était circonvenu par des intrigues dont le voile ne peut encore être entièrement levé (*). Impliqué dans une conspiration tramée à Lyon, au com

(*) Voyez Gazette des tribunaux, 23 et 24 août 1841.

35

« PreviousContinue »