Page images
PDF
EPUB

losophie humaine n'afçu comprendre jusqu'à present , quoiqu'elle ait fait quelquefois semblant de le croire pour s'en faire honneur. Mais vous sçavez, MADAME, que c'est une verité que Je saint Esprit nous a révelée par le ministere de saint Paul , qui en fait un des premiers principes de notre Religion , & que l'exemple des Saints, éclairez de la foi, & animez de la grace de J E S'U SCHRIST ngus force de regarder come me une maxime très-pratiquable. Car ne nous ont-ils pas fait voir par leur vie & par leur mort, qu'il est plus facile à un vrai Chrétien d'aimer la mort & d'en faire ses délices , que d'aimer la vie, & d'y trouver son plaihir & la joye?

Je dis à un vrai Chrétien, à une ame qui vit . de la foi : car pour les hommes charnels qui font attachez à la terre, & qui vivent selon leurs passions, l'Ecriture nous apprend que la seule pensée de la *mort est pour eux un supplice. Mais un homme qui connoît pourquoi Dieu l'a créé, & pourquoi par une nouvelle création il l'a adopté pour un de ses enfans, en le faisant membre du corps mystique de Jesus-CHRIST lon Fils ; un Chrétien qui sçait ce que le Saint Esprit , qui lui &

été donné dans le Batême, veut faire de fon cæur ; que ce Peintre adorable en veur faire une vive image du Fils de Dieu ineme , en formant ici bas par la foi les premiers traits de fa ressemblance, pour l'a chever dans le Ciel par la lumiere de la gloise ; & qu'en devenant ainsi enfant de Dieu , il en devient aufli l'heritier ; celui qui comprend ce qu'il doit à la justice de Dieu comme pecheur, & ce qu'il doit haïr en lui-même comme enfant d’Adam ; celui qui fait profession de n'être point de ce monde, qui passe la vie dans le gémissement comme un captif dans Babylone, & qui a toûjours les yeux de son cæur tournez vers la Jerusalem celeste comme en étant citoyen ; celui qui n'a que du dégoût pour les plaisirs & pour les richesses de la terre, & qui attend les joyes du ciel & les biens éternels; enfin celui qui peut dire avec saint Paul: Mihi vivere Christus est: Jesus-Christ est ma vie; celuilà n'aura pas de peine à ajoûter avec cet Apôtre : Et mori lucrum ; La mort est mon bien, mon avantage de mes délices.

Heureux donc celui qui a travaillé tou. te sa vie à foriner celle de Jesus-Christ dans son cæur, en crucifiant la chair avec les cupiditez ! Heureuses les ames en qui

porter la

Jelus-Christ même a imprimé ses. mar.
ques & ses stigmates, en les exerçant par
de continuelles souffrances, par des per-
fecutions interieures ou exterieures, par
des contradictions & des traverses fré-
quentes, par de longues maladies ou par
d'autres voyes, & à qui il a fait
mortification & la penitence dans leurs
corps , comme il l'a portée lui-même dans
le sien ! Qu'ont-elles à desirer, ces ames
choisies, finon que la mort de Jesus-
Chrift soit bien-tôt operée en elles , com-
me parle l'Apôtre, afin que la vie refluf-
citée s'y accomplisse aussi à son tour? Et
quelle plus sainte & plus necessaire occu-
pation peuvent-elles avoir, que de tra-
vailler dans la retraite à entrer dans les
dispositions de Jesus mourant , après s'ê-
tre exercées dans celles de Jesus penitent,
& de s'y exciter par la consideration de
ces grandes qualitez que nous venons de
marquer, & qui contiennent autant de
puiflans motifs & de raisons essentielles
qui nous doivent rendre la mort délira-
ble & délicieuse
$. 2. Ce qui est contenu dans ces

Exercices.
CES DESIRS ne font solides & ve-

Titables que quand ils sont accompagnez des vertus qui forment un vrai Chrétien. C'est pour cela qu'après avoir proposé à ceux qui defireront le préparer à la mort par une 'retraite de quelques jours, les veiitez qui servent à la faire regarder comme desirable son propose deux vertus chaque jour, l'une le matin ; & l'autre le foir, afin que l'on travaille à les renouveller dans fon coeur & à s'ý établir plus folidement.

Rien n'est plus capable de nous soutenir dans ce travail que la priere : & les modeles que le faint Esprit a eu loin de nous en former lui-inême font fans doute les plus parfaits, & ceux qu'il y a sujet de croire qu'il accompagne plus volontiers de son onction divine. C'est pourquoi l'on a fait choix de quelques Pleaumes qui contiennent des affections conformes aux veritez de chaque jour.

Comme il n'y a rien de plus utile & qui soit plus du respect que l'on doit à l'Esprit de Dieu, que de faire une attention particuliere aux veritez qu'il a daigné nous reveler lui-même dans fes Eéri. tures sur un sujet si important, on a choisi les endroits que l'on s'est souvenu être les plus propres à tanimer la foi de ces

á iiij

[ocr errors]

Vericez, & les plus capables d'en remplir le cœur dans la méditation.

On n'a point distingué les sujets de méditation du matin & du soir. Les veritez que l'on propose chaque jour sont assez importantes & assez fécondes pour occuper l'esprit & remplir le cæur durant une journée ; & il est peut-être plus utile de repasser en son esprit , & méditer de nouveau l'après - dînée, les mêmes veritez dont on s'est entretenu le matin, que de passer à de nouvelles , & d'accabler en quelque maniere l'esprit par la multitude & la varieté des sujets, qui ne pouvant être envisagez que legerement & comine effleurez, ne peuvent jetter d'affez profondes racines dans le cæur , & avoir, pour ainsi dire , le temps d'y germer , & d'y porter des fruits.de durée. Il y a neanmoins dequoi contenter les differens goûts ; puisque la varieté ne laisse pas de fe trouver dans l'unité du sujet que l'on propose à méditer, & que l'on trouvera toûjours distingué en trois articles, qui peuvent servir à trois differentes, heures. de méditation.

« PreviousContinue »