Mémoires & journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet: pub. pour la première fois d'après les manuscrits autographes, et accompagnés d'une introduction et de notes, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page lxxxviii - ... point de puissance qui ne vienne de Dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre : celui donc qui s'oppose aux puissances, résiste à l'ordre de Dieu. Nous déclarons en conséquence que les rois et les souverains ne sont soumis à aucune puissance ecclésiastique, par l'ordre de Dieu, dans les choses temporelles ; qu'ils ne peuvent être déposés...
Page lxxxviii - Paul ne peut en rien être altéré ou ébranlé : « que toute personne soit soumise aux puissances supérieures, car il n'ya point de puissance qui ne vienne de Dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre : celui donc qui s'oppose aux puissances résiste à l'ordre de Dieu.
Page lxxxix - ... de France n'approuve pas l'opinion de ceux qui donnent atteinte à ces décrets, ou qui les affaiblissent en disant que leur autorité n'est pas bien établie, qu'ils ne sont point approuvés, ou qu'ils ne regardent que le temps du schisme.
Page lxxxix - Qu'ainsi, il faut régler l'usage de la puissance « apostolique en suivant les canons faits par l'esprit de « Dieu et consacrés par le respect général de tout le « monde ; que les règles, les mœurs et les constitutions « reçues dans le royaume et dans l'Église gallicane « doivent avoir leur force et vertu, et les usages de nos « pères demeurent inébranlables ; qu'il est même de « la grandeur du saint-siège apostolique que les lois « et coutumes établies du consentement de ce siège...
Page cxli - ... aux yeux, et avec cela des subtilités fort nouvelles et fort difficiles à se laisser entendre et bien plus à pratiquer. Je rapporte non pas mon jugement , comme on peut croire, de ce qui me passe de si loin , mais ce qui s'en dit alors partout...
Page l - Sire, qu'il était de notre devoir de ne pas garder le silence dans une occasion aussi importante, où nous souffrons avec une peine extraordinaire que l'on menace le fils aîné et le protecteur de l'Eglise, comme on a fait, en d'autres rencontres, les princes qui ont usurpé ses droits.
Page lxxiii - Et pour dire un mot eu particulier de la temporalité des rois, il me semble qu'il n'ya rien de plus odieux que les opinions des ultramontains, ni qui puisse apporter un plus grand obstacle à la conversion des rois hérétiques ou infidèles. Quelle puissance souveraine voudrait se donner un maître * qui lui pût par un décret ôter son royaume ? Les autres choses que nous disons en France ne servent pas moins à préparer les esprits au respect dû au Saint-Siège ; et c'est , encore une fois,...
Page lxviii - La chose fut remuée depuis par le même, qui trouvoit que le mot de rompre disoit trop. Vous savez qu'on ne veut pas toujours se dédire. Je proposai au lieu de rompre , de mettre, rompre la communion; ce qui étoit, comme vous voyez, la même chose : la difficulté cessa à l'instant. Le Roi a voulu. voir le sermon : Sa Majesté l'a lu tout entier avec beaucoup d'attention; et m'a fait l'honneur de me dire qu'elle en étoit trèscontente, et qu'il le falloit imprimer.
Page xci - Reims2 avec lui, avaient eu les premiers cette pensée, mais qui aussi l'avaient rejetée depuis par la crainte des suites et des difficultés. Au reste, feu M. de Paris, de Harlay, ne faisait en tout cela que flatter la Cour, écouter les ministres et suivre à l'aveugle leurs volontés comme un valet.
Page lxxxix - ... doit être inviolablement suivie, comme conforme à la parole de Dieu, à la tradition des saints Pères et aux exemples des saints.

Bibliographic information