Dix-huit cent quinze, Part 1

Front Cover
Perrin, 1815 - France - 636 pages
1 Review
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
Dans le vol. 1 (p. 272 et 355) les deux articles anti-napoléoniens de Constant, parus, l'un dans le "Journal de Paris" du 11 mars, l'autre dans le "Journal des Débats" du 19 mars 1815. (p. 540-564) La palinodie de Constant : l'histoire ne saurait condamner ce philosophe politique pour qui seule comptait la défense des libertés.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 612 - N'imitons pas l'exemple du Bas-empire, qui, pressé de tous côtés par les barbares, se rendit la risée de la postérité en s'occupant de discussions abstraites, au moment où le bélier brisait les portes de la ville.
Page 188 - Soldats! venez vous ranger sous les drapeaux de votre chef. Son existence ne se compose que de la vôtre ; ses droits ne sont que ceux du peuple et les vôtres ; son intérêt , son honneur, sa gloire , ne sont autres que votre intérêt , votre honneur et votre gloire.
Page 484 - C'est le fléau de la génération qui l'exécute; tous les avantages qu'elle procure ne sauraient égaler le trouble dont elle remplit la vie de leurs auteurs. Elle enrichit les pauvres, qui ne sont point satisfaits; elle...
Page 242 - S'il est parmi vous un soldat qui veuille tuer son empereur, il peut le faire. Je viens m'offrir à vos coups. » L'épreuve est trop dure pour des soldats. Un grand cri de :
Page 292 - France, avec des projets de troubles et de bouleversements, il s'est privé lui-même de la protection des lois, et a manifesté, à la face de l'Univers, qu'il ne saurait y avoir ni paix, ni trêve avec lui. « Les puissances déclarent, en conséquence, que Napoléon Bonaparte s'est placé hors des relations civiles et sociales, et que, comme ennemi et perturbateur du repos du Monde, il s'est livré à la vindicte publique.
Page 539 - jour sa peine, à chaque circonstance sa loi, à chacun sa nature. La mienne n'est » pas d'être un ange. Messieurs, je le répète, il faut qu'on retrouve, il faut qu'on » revoie le vieux bras de l'Empereur.
Page 294 - Considérant que la Chambre des pairs est composée en partie de personnes qui ont porté les armes contre la France, et qui ont intérêt au rétablissement des droits féodaux...
Page 300 - La victoire marchera au pas de charge; l'aigle avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher jusqu'aux tours de Notre-Dame...
Page 164 - L'île d'Elbe, adoptée par SM l'empereur Napoléon pour le lieu de son séjour, formera, sa vie durant, une principauté séparée, qui sera possédée par lui en toute souveraineté et propriété. Il sera donné en outre en toute propriété à l'empereur Napoléon un revenu annuel de deux millions de francs en rentes sur le grand-livre de France, dont un million réversible à l'Impératrice '. ART.
Page 617 - Sire, en son nom ; nous jurons entre vos mains de ne combattre que pour sa cause et la vôtre. Nous ne sommes les instruments d'aucun parti, les agents d'aucune faction... Vive la nation ! vive la liberté ! vive l'empereur...

Bibliographic information