Page images
PDF
EPUB

diable, je ne m'en porterois que mieux. » Telles furent ses dernières paroles. Aussitôt il monta dans l'humble traîneau qui portoit César et sa fortune , et disparut. Un choc violent manqua le renverser en franchissant le seuil de la porte. Le 16 décembre , arriva le duc de Bassano (Maret ), avec le général Lauriston ; ils étoient persuadés qu'on tiendroit dans Wilna. Alors, je lui déclarai ma résolution de quitter les af. faires et l'ambassade ; il calma de son mieux le. premier mouvement. Il avoit dans sa poche mes lettres de rappel, que Napoléon lui adressa lors de son arrivée à Kowno, à vingt lieues de Varsovie , à cinq heures du matin ; il écrivit au duc une lettre de quatre pages, au bas de laquelle se lisoient ces mots : « J'ai vu , à Varsovie , l'abbé de Pradt : il m'a dit toutes sortes de choses ; il me paroît qu'il n'a rien de ce qu'il faut dans sa place : je ne lui ai rien témoigné; vous n'avez qu'à le rappeler. » Le reşte de la lettre concernoit cette levée de Cosaques, à laquelle il attachoit le salut bien tardif de la Pologne. (Extrait de l'ouvrage de M. de Pradt.

12 DÉCEMBRE. Proclamation de l'empereur de Russie , datée de Wilaa, «contre ceux qui ont embrassé le parti de Buonaparte, violateur du droit des gens; qui ont mieux aimé être ses adhérens infâmes, que de rester fidèles, ete.»

12 Déc. Note relative à la force de l'armée française, à l'ouverture de la campagne de 1812. Après que les Français eurent évacué Moscou, le comte Rostopchin, gouverneur militaire de Moscou, fit imprimer un rapport détaillé de l'état - major - général français, trouvé, avec beaucoup d'autres papiers, dans la demeure de Berthier. D'après cette pièce officielle , l'armée que Napoléon avoit menée en Russie s'élevoit à cinq cent soixante-quinze mille hommes, avec onze cent quatre-vingt-quatre pièces de canon.'

- Note officielle , indiquant le nombre de cadavres d'hommes et de chevaux qui ont été brûlés en Russie, après la retraite des Français.

Dans les gouvernemens de Minst, de Moscou, de Smolensk, de Wilna, et dans le gouvernement de Kalonga , jusqu'au 20 février , deux cent quarante-trois mille sis cent douze hommes, et cent vingt-trois mille cent trentedeux chevaux. Les gouverneurs avoient déjà fait brûler un grand nombre de cadavres, avant d'avoir reçu de la cour l'ordre d'en faire le dénombrement; ainsi, on peut évaluer à peu près à cent cinquante mille les cadavres brûlés, non compris ceux qui sont morts dans les hôpitaux, et la perte de toute l'artillerie, etc. etc.

14. – Napoléon Buonaparte arrive à Dresde.

17 déc. Arrivée de l'empereur Alexandre auprès de son armée, à Wilna.

18. – 'Arrivée de Napoléon à Paris.

20.. — Le sénat français félicite lâchement Napoléon Buonaparte de ses succès dans sa campagne de Moscou, et de son retour. · 21. — Message de Napoléon Buonaparte au sénat français, pour demander 350,000 hommes.

24. — Buonaparte fait brûler publiquement, à Verceil , 'une grande quantité de marchandises de manufactures anglaises.

29. — Départ du comte de Bubna de Vienne pour Paris.

30. — Capitulation du général York avec le général Diebitsch , signée au moulin de Posche ung..

1813.

jer JANVIER. Le corps du général Grenier quitte Nuremberg , pour joindre la grande armée française dans le Nord.

- Le roi de Naples Joachim quitte Konigsberg avec la grande armée.

3.- Arrivée de la grande armée à Elbing.

-- Arrivée du corps du maréchal Macdonald à Koenigsberg,

4.. - Evacuation de Konigsberg par les Français. : ..

5. --- Entrée des Russes à Konigsberg.

"6sant. Départ de l'empereur Alexandre pour • "l'Allemagne. : 7:' - Départ du général Krusemark de Berlin pour Paris. *

- Rapport de M. d'Engestrồm , ministre des affaires étrangères de la couronne de Suède, adressé au roi , sur les intentions astucieuses de la politique de l'empereur des Français, qui avoit établi, pour l'Europe subjuguée, la règle péremptoire qu'il ne reconnoissoit pour amis que les ennemis de la Grande-Bretagne ; et que tout sentiment de dignité devoit disparoître

devant la toute-puissance des armes d'une vo - lonté indomptable, etc.. 3 8. Le roi. Joachim quitte le commandement de l'armée française,, dont se charge le vice-roi d'Italie. ,

11. – Sénatus consulte ordonnant une nouvelle levée de trois cent cinquante mille bommes, , sur la demande de Napoléon.

12. - Le prince de Hatzfeld est envoyé à Paris par le roi de Prusse.

13. — Arrivée du corps du général Grenier à Berlin.; 1.- Evacuation de Marienwerder par les Français.

- Appel aux "habitans de la Prusse par les Russes : « Bons voisins, nous mettons les pieds sur vos frontières dans la seule vue de poursui

vre le cours des opérations contre un ennemi en fuite ; Prussiens, nous avons combattus pour notre indépendance , il nous seroit doux de concourir au rétablissement de la vôtre ». - 13 JANV. Ordre du jour du corps d'armée commandé par le comte Witgenstein.

– Appel aux Allemands pour se rassembler sous les drapeaux de l'honneur et de la patrie , par le général russe Barclay de Tolly.

15. - Arrivée de la grande armée française à Posnanie (Posen).

16.- Commencement du blocus de Dantzick.

21. - Les premières colonnes de la grande armée française arrivent à Berlin.

- Proclamation du roi de Saxe adressée aus habitans du duché de Varsovie, pour les engager à prendre les armes contre la Russie.

22. — Le roi de Prusse quitte Postdam pour se rendre à Breslau. .

23. — Le roi de Saxe quitte sa capitale et déclare rester fidèle à son système.

24. — Prétendu concordat signé à Fontainebleau, entre le pape et Napoléon.

- Arrivée du quartier-général de Régnier à Varsovie.

25. – Arrivée du roi de Prusse à Breslau.
30. — Arrivée du roi Joachim à Naples.
- Décret du conseil des ministres du duché

« PreviousContinue »