Oeuvres complètes, Volume 29; Volume 1253

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

De labbé Bossuet à son oncle Sur le succès des sollicita
192
De Bossuet à M de Noailles archevêque de Paris Il lui fait
206
De Bossuet à son neveu Sur sa nomination à la place
212
De Bossuet à son neveu Sur lInstruction de M de Cam
216
EXTRAIT de lInstruction pastorale de M larchevêque de Paris contre
222
Du cardinal le Camus à Bossuet 11 donne de justes élo
231
De Bossuet à son neveu Sur le mariage du duc
238
De labbé Phelippeaux à Bossuet Sur linquiétude
247
De Madame de Maintenon Bossuet Sur lattaire du quié
255
De labbé Bossuet à labbé de Gondi II le prie dempêcher
261
De labbé Phelippeaux à Bossuet Sur la traduction latine
268
De larchevêque de Reims à labbé Bossuet Sur la procédure
275
De Bossuet à M de la Broue Sur deux nouveaux consul
286
De labbé Bossuet à son oncle Sur les dispositions des con
294
moyens pour y fournir
301
De labbé Bossuet à son oncle Sur le dessein des partisans
307
De Pabbé Phelippeaux à Bossuet Sur les falsifications
314
De labbé Bossuet à son oncle Sur la fausseté dune aven
317
De Bossuet à son neveu Sur son nouveau livre contre
327
De labbé Bossuet à son oncle Il se justifie des accusa
333
De labbé Phelippeaux à Bossuet Sur le bon effet
346
De Bossuet à son neveu Sur les calomnies débitées
357
dinal Spada pour lui et sur ce qui sétoit passé dans la dernière confé
359
MÉMOIRE du P Latenai assistant du général des Carmes à Rome sur
366
De Bossuet au cardinal dAguirre Sur les Prolégo
372
De M de Noailles archevêque de Paris à labbé Bossuet
379
De Bossuet à son neveu Sur le zèle que les protestans
385
De M de Noailles archevêque de Paris à labbé Bos
447
De labbé Bossuet à son oncle Sur le projet quil avoit pro
454
De labbé Bossuet à son oncle Sur les qualifications
460
De Bossuet à son neveu Sur le prodigieux etfet que pro
465
De labbé Bossuet à son oncle Sur leffet quavoit produit
471
De Bossuet à M de Noailles archevêque de Paris Sur
479
De M de Noailles archevêque de Paris à labbé Bos
484
De M Perrault de lAcadémie françoise à Bossuet Il rétracte
492
De Bossuet à son neveu Sur le dernier projet proposé pour
498
De Bossuet à M de Noailles archevêque de Paris Sur
504
De labbé Bossuet à son oncle Sur le peu dordre quon
512
De Bossuet à son neveu Il désire quon fasse donner
515
suet Sur différens écrits de M de Cambray quil demande
522
De Bossuet à M de Noailles archevêque de Paris Il
528
De Bossuet à son neveu Sur ce quil écrit à la Cour
536
De M de Noailles archevêque de Paris à labbé Bossuet
541
De labbé Phelippeaux à Bossuet lui rend compte
552
De Bossuet à M de la Broue Sur les raisons qui
562
De M le Tellier archevêque de Reims à labbé Bos
570
MÉMOIRE que M le cardinal de Bouillon a souhaite que M Pabbé Bossuet
574
Du R P Campioni à M lévêque de Meaux Il lui parle
580
De labbé Bossuet à son oncle Sur la Réponse de M
583
SENTENCE contre maître Philibert Robert
592
De Bossuet à son neveu Sur les différentes lettres quil
597
De labbé Bossuet à son oncle Sur les conférences
604
De Bossuet à son neveu Sur quelques écrits que ce prélat

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 458 - II ya un état habituel d'amour de Dieu , qui est une charité pure et sans aucun mélange du motif de l'intérêt propre... Ni la crainte des châtiments , ni le désir des récompenses n'ont plus de part à cet amour.
Page 67 - Je vous avoué, monseigneur, que je ne puis me taire. Le livre de M. de Cambrai m'est tombé entre les mains : je n'ai pu comprendre qu'un homme de sa sorte pût être capable de se laisser aller à des imaginations si contraires à ce que l'Evangile nous enseigne , aussi bien que la tradition sainte de l'Eglise.
Page 14 - Il a bien voulu, monseigneur, se charger aussi du dépôt, pour le remettre ou dans vos mains à votre retour de Meaux , ou dans celles de quelque personne que vous aurez la bonté de lui nommer. Ce qui est très-certain , monseigneur, c'est que...
Page 452 - On ne pouvoit nous envoyer de meilleures pièces , et plus persuasives , que la nouvelle de la disgrâce des parents et des amis de M. de Cambrai , et que celle qu'on reçut hier par un courrier extraordinaire , que le Roi lui avoit ôté la charge et la pension de précepteur.
Page 143 - Rome , et à lui faire craindre de s'engager dans une grande affaire. Prenez le contre-pied, et montrez que, quoi qu'on fasse , il n'ya rien à craindre d'un homme qui ne peut rien. Il est regardé dans son diocèse comme un hérétique ; et dès qu'on verra quelque chose de Rome, dans Cambrai surtout et dans les Pays-Bas , tout sera soulevé contre lui.
Page 128 - Mais enfin, Monsieur, si le Pape condamne mon livre, je serai, s'il plaît à Dieu, le premier à le condamner, et à faire un mandement pour en défendre la lecture dans le diocèse de Cambrai.
Page 152 - Cambray continue à semer partout, que c'est moi seul qui remue la cabale qui est contre lui. Il m'a cru le meilleur de ses amis, quand il m'a prié de le sacrer, et qu'il a remis tant de fois sa doctrine entre mes mains. Toute la cabale a été de le retirer de l'entêtement de Madame Guyon, à quoi j'ai travaillé de concert avec Madame de...
Page 130 - Dieu par le pur motif, par lequel on avoit jusqu'ici souhaité que les pécheurs revinssent de leur égarement , je veux dire la bonté de Dieu infiniment aimable. Je sais qu'on abuse du pur amour et de l'abandon : je sais que des hypocrites, sous de si beaux noms, renversent...
Page 51 - J'en ai fait mes complimens à cette Eminence. Mon frère m'a dit qu'il vous avoit mandé quelque chose du procédé de M. de Cambray, et du livre qui a paru de lui depuis peu. Il s'est entièrement rallié avec les Jésuites, et il a dit qu'il n'avoit point à la Cour d'ami plus cordial que le P. de la Chaise (c).
Page 39 - Pour cela, il a fallu que vous ayez pris les plus dociles et les plus zélés de ses enfans pour des fanatiques, dignes tout au moins d'une prison perpétuelle. Mais tout ce que Dieu a fait ou permis est bon. Il m'unit à vous plus que jamais; et je ne puis vous exprimer à quel point je m'attendris en vous écrivant. Je vous offre d'entrer en conversation simple et cordiale, quand vous le voudrez : il ne s'agit point de dispute ni d'éclaircissement humain. Si je vous ai blessé ou scandalisé,...

Bibliographic information