Page images
PDF
EPUB

PRÉFACE.

LES générations victimes des révolutions les plus orageuses, ont du moins le triste honneur de fournir un aliment à la curieuse postérité. S'il est vrai que l'importance et la rapide succession des évènemens forment l'intérêt de l'histoire, sans doute aucune époque de l'histoire du Théâtre Français ne pourrait en exciter un plus vif que celle dont nous allons mettre le tableau sous les yeux du lec

teur. Eh! comment chez un peuple idolâtre des spectacles, qui, bien mieux encore que le peuple Romain, justifie la devise panem et circenses; comment chez un tel peuple le théâtre aurait-il pu ne pas se ressentir des secousses qui renversèrent le trône, détruisirent les plus antiques institutions, et changèrent en un instant les lois, les opinions, les coutumes et les mœurs d'un grand empire?

Nous partageons l'opinion de ceux qui pensent que le théâtre n'a pas été un des moyens les moins puissamment employés

par ceux qui voulaient accélérer l'époque de cette grande révolution. Le trône et l'autel, journellement présentés sur le théâtre comme des objets d'horreur et de mépris, accoutumèrent le peuple à se jouer de ce qu'il avait long-tems vénéré : lui apprendre le secret de sa force, c'était lui en indiquer l'usage; et l'expérience nous a prouvé s'il a bien su profiter des leçons et des exemples que lui offraient les plus célèbres ouvrages des auteurs qui signalèrent le dernier siècle.

Ce ne serait peut-être pas une assertion trop hasardée

de dire qu'écrire en France l'histoire du théâtre, c'est tracer l'histoire morale du peuple, et que, depuis deux cents ans, les diverses révolutions qui se sont opérées dans le goût, pourraient servir d'époque aux progrès des lumières et de la civilisation, comme à la dépravation des mœurs.

Ce n'est cependant point sous, ce vaste rapport que nous avons considéré l'histoire que nous donnons au public: cette tâche, au-dessus de nos forces, demanderait des talens plus mûrs, et une plume plus exercée ; enthousiastes de l'art dramatique

nous avons voulu seulement donner une idée de la funeste influence que la révolution à exercée sur lui. Nous avons voulu réunir dans un cadre rétréci les évènemens intéressans pour tous ceux qui s'occupent de littérature, ou qui chérissent un art qui fait les délices et la gloire de la France. Nous avons voulu rendre hommage aux talens et au courage de beaucoup d'acteurs qui, persécutés, emprisonnés, dispersés, ont lutté contre le vandalisme et ont

[ocr errors]
[ocr errors]

conservé le feu sacré qui brûle sur les autels de Thalie et de Melpomène. Nous ne dissimu

« PreviousContinue »