Louis XII et François Ier, ou, Mémoires pour servir à une nouvelle histoire de leur règne: suivis d'appendices comprenant une discussion entre M. le Comte Daru et l'auteur, concernant la réunion de la Bretagne à la France, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 6 - C'est là que les plus grands rois n'ont plus de rang que par leurs vertus, et que, dégradés à jamais par les mains de la mort, ils viennent subir, sans cours et sans suite, le jugement de tous les peuples et de tous les siècles. C'est là qu'on découvre que le lustre qui vient de la flatterie est superficiel, et que les fausses couleurs, quelque industrieusement qu'on les applique, ne tiennent pas.
Page 85 - Voyez-vous, mon frère, lui dit-il, cette belle dame: « elle est d'avis que je ne vous laisse point sortir de « Paris, que vous n'ayez révoqué le traité de Madrid.
Page 79 - Pour vous advertir comment se porte » le ressort de mon infortune , de toutes » choses ne m'est demouré que l'honneur
Page 15 - Gentille Agnès, plus d'honneur en mérite, La cause étant de France recouvrer, Que ce que peut dedans un cloître ouvrer. Close nonain, ou bien dévot ermite.
Page 181 - ... théologie ne se borna pas à cette profession de foi : elle composa un catalogue des livres qu'elle avait censurés depuis l'invasion du luthéranisme , et le publia en i544> après l'avoir présenté au procureur-général , afin qu'il empêchât la publication et la vente des ouvrages réprouvés. Le livre de Rabelais, un ouvrage de Scaliger, ouvrage de pure critique, une Bible imprimée par Robert Etienne, la traduction des psaumes de David par Clément Marot, y étaient compris '. • L'autorité...
Page 358 - Vous aurez ainsi, madame, augmenté d'une éternelle reconnaissance les sentiments d'affection respectueuse avec lesquels j'ai l'honneur d'être votre très humble et très obéissant serviteur, LOUIS DE L'ESTORADE.
Page 170 - La Catelle, maîtresse d'école, brûlée vive sur la place qui est au bout de la rue de la Huchette ; Antoine Poile, pauvre maçon, fut le plus cruellement martyrisé; outre le supplice du feu, il eut la langue percée, et attachée à sa joue avec une cheville de fer ' . On avait inventé, pour rendre leur supplice plus douloureux, une machine appelée estrapade.
Page 277 - celui gui est roi d'un si noble royaume est chevalier «sur tous les autres chevaliers. » Ce n'était pas là une observation de simple courtoisie : c'était une raison fondée sur les usages alors établis. Depuis le temps des gendarmes, dit Legendre, c'està-dire depuis Charles Vil, on n'entendait plus parler de chevaliers bannerets, ni de bacheliers. Les gentilshommes de VIEILLE RACE SE QUALIFIAIENT...
Page 305 - Et ceux qui, par respect de quelque obligation privée, épousent iniquement la mémoire d'un prince mélouable, font justice particulière aux dépens de la justice publique. Tite-Live dit vrai, que le langage des hommes nourris sous la royauté est toujours plein de folles ostentations et vains témoignages : chacun élevant indifféremment son roi à l'extrême ligne de valeur et grandeur souveraine. On peut réprouver la magnanimité de ces deux soldats qui répondirent à Néron, à sa barbe....
Page 147 - pour mener une vie toute dissolue après » chiens , oiseaux , festes , banquets , con» fraires , noces et p. ... dont ils en faisoient » des sérails, ainsi que j'ai ouï parler d'un » de ce vieux temps qui faisoit rechercher » de jeunes belles petites filles de l'âge de » dix ans , qui promettoient quelque chose

Bibliographic information