Étude sur les torrents des Hautes-Alpes, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 290 - Dans les cas où les ouvrages à faire intéresseraient plusieurs communes qui n'agiraient pas de concert, la demande du conseil municipal de la commune poursuivante sera communiquée aux conseils municipaux des autres communes, et il sera ensuite procédé par le préfet, à l'égard de toutes les communes, conformément à l'art.
Page 162 - Combien toutes nos digues paraissent débiles à côté de ces grands moyens dont dispose la nature lorsque, l'homme cessant de la contrarier, elle poursuit patiemment son œuvre à travers les longs intervalles des siècles! Tous nos mesquins ouvrages ne sont que des défenses, ainsi que l'indique même leur nom. Ce sont des masses passives opposées à des forces actives, des obstacles inertes et qui se détruisent, opposés fi des puissances vives qui attaquent toujours et ne se détruisent jamais...
Page 11 - Enfin , entre les deux régions , une troisième où se » fait le passage de l'affouillement à l'exhaussement. On » conçoit en effet que , si le torrent passe d'une action » à une action directement contraire , il doit exister une » limite où finit la première et où la seconde commence. » Cette limite , qu'il est toujours possible de déterminer, » comprend une région plus ou moins étendue ; là les eaux » s'écoulent sans affouiller leur canal et sans l'exhausser. » Les torrents...
Page 291 - Le montant de l'adjudication sera réparti entre les intéressés à raison du degré d'intérêt de leurs propriétés, par un rôle que le préfet rendra exécutoire, suivant la loi du 14 floréal an XI, et le Conseil de préfecture statuera sur les réclamations relatives à cette répartition. Art. 10. — Les adjudicataires seront payés du montant de leur adjudication en vertu des ordonnances expédiées par le préfet sur le certificat de réception des travaux, délivré par l'ingénieur...
Page 178 - L'aspect de ce misérable pays serre l'âme : on le dirait frappé de mort. La couleur pâle et uniforme du sol, le silence qui pèse sur ces campagnes, le spectacle hideux de ces montagnes, écorchées par les eaux et tombant en décomposition, tout annonce une terre d'où la vie se retire, et qui ne semble même plus lutter contre sa destruction.
Page 290 - ... communiquée aux conseils municipaux des autres communes, et il sera ensuite procédé, par le préfet, à l'égard de toutes les communes, conformément à l'art. 2. Art. 6. Lorsque la négligence soit d'un ou de plusieurs particuliers, soit d'une ou de plusieurs communes, à faire des digues , curages et ouvrages d'art le long d'un torrent ou d'une rivière non navigable, exposera le territoire aboutissant, d'une manière préjudiciable au bien public, le préfet, sur les plaintes qui lui en...
Page 234 - ... par la consolidation du sol et par l'extinction ou l'affaiblissement des torrents; le second, plus lointain, qui n'arrivera qu'à la suite des forêts. Mais en ne considérant que le premier de ces effets, qui est précisément le but même de nos travaux, celui qui doit mettre un terme aux maux actuels, et qu'il est plus pressant d'atteindre, il demeure bien élabli que cet effet-là, loin d'être séculaire, sera presque instantané, et qu'il se fera sentir dès les premiers essais.
Page 234 - C'est là ce que prouve l'expérience de beaucoup de quartiers mis à la réserve, auxquels il n'a pas fallu plus de temps pour se couvrir spontanément de cette utile armure. en deux effets : — l'un, qu'on peut considérer comme immédiat, produit par l'apparition de l'herbe, des broussailles ou des arbres naissants, et qui se manifestera de suite par 'la consolidation du sol et par l'extinction ou l'affaiblissement des torrents; — le second, plus lointain, qui n'arrivera qu'à la suite des...
Page 175 - Le mal que causent les troupeaux est devenu partout si manifeste, que beaucoup de communes, pour sauver leurs montagnes, ont pris le parti de les mettre à la réserve. Cette mesure consiste à les interdire aux troupeaux en même temps qu'à la charrue, sans les soumettre toutefois au régime forestier : on les abandonne à elles-mêmes. — Telle est la bonté naturelle de ces terrains que la végétation reparaît à leur surface, dès que les moutons cessent de la fouler : et cette mesure si...
Page 200 - On commencerait, dit-il, par tracer sur l'une et l'autre des deux rives du torrent une ligne continue qui suivrait toutes les inflexions de son cours, depuis son origine la plus élevée jusqu'à sa sortie de sa gorge. La bande comprise entre chacune de ces lignes et le sommet des berges formerait ce que j'appellerai une zone de défense. Les zones des deux rives se rejoindraient dans le haut en suivant le contour du bassin, et envelopperaient ainsi le torrent dans toute son étendue, de même qu'une...

Bibliographic information