Page images
PDF
EPUB

NOUVELLES ECCLÉSIASTIQUES. Rome. Un journal françois annonce, sous la rubrique de Macerata , que S. S. doit visiter les différentes proyinces de ses Etals avant les fêtes de Noël. On ne sait où le rédacteur a pu prendre cette nouvelle, qui n'a pas le moindre fondement.

- Le lundi 2 décembre, on a célébré, suivant l'usage, dans le college de la Propagande, un service pour les cardinaux membres de cette congregation qui sont morts, ainsi que pour tous les bienfaiteurs qui, par leurs largesses, ont concouru à fonder et å perpétuer 11e neuvre sí glorieuse et și utile. Les cardinaux qui composent aujourd'hui la congrégation, ont assisté à la meșse , qui a été chantée par Mgr. Caprano, arohevêque d'Iconium, et secrétaire de la congregation pour la correction des livres de l'église orientale. Le cardinal

mercimens å ceux qui nous ont mis en état de remplir cette lâche, et qui nous ont envoyé les renseignemens qui nous étoient nécessaires. Il est entr'autres un ecclésiastique des Pays-Bas qui nous a fait passer un Mémoire fort détaillé et beaucoup de pièces carieuses. Nous sommes touchés de sa complaisance, et nous regrettons seulement de tout notre cour qu'un homme qui paroit instruit ait mal apa pliqué ses connoissances en cette occasion. Non-seulement il n'y a pas dans son récit le moindre mot d'improbation pour les caprices et les violences du gouvernement; il se déclare de plus le patron de toutes les démarches des ecclésiastiques que la foiblesse et la peur avoient ena fraînés dags ce parti. It trouvera bon que nous ne l'ayons pas suivi en tout pour guide; et quand nous n'aurions eu que son Mémoire, les faits seuls qu'il cite pous auroient suffi pour discerner la vérité. L'auteur, nous le disons avec peine, paroît croire que c'étoit une obligation de se soumettre à tout ce qui emañoit d'un gouvernement en- . Demi; nous ne lui demanderions que de prontrer pour l'autorité écclésiastique la moitié de la déférence, qu'il témoigne pour un oppresseur. Nous espérons qu'il voudra bien prendre en bonne part ces observations et ces avis, que nous lui adressons en reloii de ses communications obligeantes. Nous serions désolés de mortifier un homine qui nous a reoda avec tant de grâce un bon office; mais il a trop d'esprit pour s'offenser de noire liberle, et il peut compter d'ailleurs sur notre discrérion, comme sur notre reconnoissance.

Lilla, préfet , et Mør. Charles - Marie Pedicini, secrétaire, visitèrent ensuite la célèbre imprimerie de la Propagande, qu'on a transportée, pour plus de commodité, dans le même collége. Celle translation ayoit été ordonnée dès 1792, et ne pût être exécutée à cause des malheurs qui suivirent.

- Le père Frédéric de Saint-Jean , de l'ordre des Capucins, prédicateur apostolique, a commencé sa station au Vatican.

- Le 5 décembre, Mør. Candide-Marie Frattini, archevêque de Philippes et vice-gerent de Rome, a baplisé trois Juifs dans l'église de Sainte-Marie du Mont. Il célébra la messe, leur donna la Confirmation et l'Eucharistie, et leur fit une exhortation touchanté. Ces Juifs se nomnient Boniface Bemporad, Prosper Sonnini et · Salomon, son fils.

-Il ne reste plus dans les Elats barbaresques aucun esclave chrétien, si ce n'est ceux qui ont demandé à ne pas revenir.

Paris. Il y aura , lundi 30, dans l'église des Missions, une messe et une assemblée de charité pour l'oeuvre des pauvres Savoyards. M. l'abbé Legris - Duval. prononcera un discours.. . -Une épreuve récente a fait voir que les jeunes enfans condamnés pour vols ne sont pas toujours assez corrompus pour qu'on désespère de les ramener à la · vertu. Déjà leur sort pendant leur détention a été fort amélioré. Mais que deviendront-ils après avoir subi leur peine? Abandonnés pour la plupart, sans famille, sans asile ,' sans moyen d'existence, ils retourneront à leurs premières habiludes, et la misère achevera de les pré

cipiter dans le crime. Ces réflexions ont fait naître le · projet de recueillir ces enfans, à leur sortie de Sairitė· Pélagie, dans une maison de réfuge, qui seroit dirigée, pour le spirituel, par un ecclésiastique, et quant au temporel, par des magistrats. Les auleurs de ce projet sont les mêmes personnes qui se sont consacrées depuis quelque temps au soulagement et à l'instruction de ces enfans dans la prison, et dont Dieu a béni le zèle et la charité. Elles proposent donc de former un établissement où ces enfans seront momentanément admis. On s'efforceroit de leur inspirer la crainte de Dieu et l'habitude du travail. On leur apprendroit un état, et après s'élre assuré, pendant plusieurs mois, de leur bonne conduite, on les placeroit chez d'honnêtes artisans. Leur surveillance seroit confiée à des Frères de la Doctrine Chrétienne, qui leur apprendroient', outre les principes de la religion, à lire, à écrire et à compter. On commenceroit par receroir quinze enfans; il en sort au plus trente chaque année. On espère obtenir vingt lits complets et garnis, et une maison. On a calculé que les frais de premier établissement ne s'éleveroient pas au-delà de mille écus. Pour subvenir aux dépenses, il ne faut guère compter sur le travail des enfans. Dans ce moment le plus habile ne gagne que huit sous par jour, et il faudra encore, pour les encourager', leur laisser la moitié de ce produit. Il est donc nécessaire, tant pour les premiers frais que pour l'entrelien et la nourriture des enfans, de recourir aux libéralités des ames pieuses et charitables. Déjà l'on a réuni une somme de 2200 ft., auxquels M. le préfet de police a joint 1200 fr. Ceux qui voudront concourir à une oeuvre si précieuse pour la religion et l'humanité; 'pourront adresser leurs souscriptions à M. l'abbé Arnoux, au petit 'Luxembourg, ou bien à MM. Fougeroux, Vieille rue du Temple, no. 124; Delavau, conseiller à la cour royale, rue du Regard, no. 1.1; d’Haranguier, vice-président du tribunal civil, cul-de-sac Férou, et Emmery, substitat du procureur. du Roi, rue Cassette, no. 13.

NOUVELLES POLITIQUES.' Paris. Le Roi a travaillé ces jours-ci avec ses ministres. La sauté de S. M. est tout-à-fait rétablie, et l'espérance que

l'on avoit congue que S. M. recevroit au premier de l'an les hommages de sa' cour, paroît devoir se réaliser.

- Mme. la duchesse de Berry est venue, le dimanche 22, dîner aux Tuileries avec la famille royale.

- M. le duc de la Châtre, premier gentilhomme de la chambre du Roi, a cessé son service la veille de Noël, et a été remplacé par M. le duc de Duras. ,

Il ne sera rien innové, au 1er janvier, dans la tenue de MM. les gardes du corps, comme des journaux l'avoient annoncé.

n i .

. ! -S. M., instruite des besoins qu'éprouve le département de la Dordogne par suite d'intempérie des saisons, a fait remettre au préfet de ce département: 20,000 fr. pour la classe indigente.

- Le vaisseau l'Eylau, capitaine Courson de la Villehélio, esť parti de Brest' pour Cherbourg, où il sera désarmé. L'équipage passera sur un vaisseau neuf qu'il conduira à Brest.

Huit babitans de Toulouse qui avoient élé impliqués dans les événemens des 8 et 11 novembre, ont été mis hors de couri cu ; ' opt

i o

. - Deux bateliers ont sauvé, à Condé, un soldat hanoyrien qui étoit tombé dans l'eau. Le général d'Alien a chargé le maire de la ville de les remercier, et de leur remettre une somme....

v aiva . . -La direction générale des postes renouvelle l'avis de ne mettre dans les lettres ni or, ni argent, ni marchandises quelconques. Citi

si

. . . } M. Manno, chargé d'affaires de la Sublime Porte près la cour de France, a terminé sa quarantaine à Marseille, et est parti de cette ville, le 15., pour Paris.

- On voit affichés des jugemens de la cour correctionnelle de Paris, qui condamnent à diverses peines hụit individus pour propos séditieux..." * -- Les eaux de la Seine, qui avoierit couvert plusieurs endroits des quais, ont baissé de quelques pieds.

Le général Vandamme'est en ce moment à Amsterdam, d'où il sollicite la permission de se rendre en Amérique. Le maréchal Soult est en Angleterre, dans le comté de Lancaster,

Le'roi de Naples vient de preadre une mesure de clés mence à l'égard des individus qui avoient été jugés, en 1799,

par la commission militaire établie à bord du Foudroyant, Jaquelle condamna le prince Caraccioli et plusieurs autres. Les procédures instruires qui n'avoient pas eu leur exécution ont été annullées. Cette décision, rendue sur le rapport du ministre de la justice, calmera les inquiétudes, et réparera, autant qu'il est possible, les malheurs de celle sinistre époque.

'CIIAMBRE DES PAIRS. La séance du 21 décembre étoit destinée à la discussion du projet de loi sur les effets du divorce. Ce projet a été altaqué par deux opinans, dont l'un, par respect pour l'indissolubilité du mariage, a conclu à modifier l'article 2 par un amendement qui permit aux époux divorcés de se réunir, nonobstant les engagemens postérieurs. L'autre pair a voté, par differens motifs, le rejet total de la loi proposée. Un troisième opinant l'a défendue contre ces deux attaques. La chambre, après l'avoir entendu, a ferıné la discussion sur l'ensemble du projet. Divers amendenens avoient été proposés par la commission; ils ont été reproduits et adoptés, ainsi qu'un nouvel amendement tendant à fixer le véritable sens de l'article 2, sur la réunion des époux divorcés. Le projet a réuni 106 suffrages sur 144. La chambre a entendu ensuite le développement de la proposition faile précédemment, sar la responsabilité des ministres. Elle a pris en considéralian cette proposition, et accueilli avec beaucoup d'intérêt les développemens , qui présentent un travail complet sur cette matière. Ce discours sera imprimé.

CALAMBRE DES DÉPUTÉS. ? Le 24 décembre, M. Sartelon a fait un rapport sur quelques pétitions, dont les unes sont écartées par l'ordre du jour et les autres renvoyées à la commission du budjet. La disçussion s'ouvre sur les donations aux établissemens ecclésiastiques. M. d'Argenson parle contre le projet. Il veut bien que Hon fasse des donations à un département, à une commune, à un établissement pieux ou profane qui ait uile utilité publique, mais il ne sauroit approuver qu'on donne à des établissemens que rieo ne rattache, selon lui, à l'utilité publique, et qui, en devenant propriétaires, tendroient à former un corps, et

« PreviousContinue »