Page images
PDF
EPUB

de voir transformer en coupables des hommes qu'elle aimait à citer avec orgueil, des citoyens qui firent long-temps sa gloire, des guerriers dont la postérité admirera la valeur et les hauts faits.

Durant les troubles que suscitèrent en France les ennemis du cardinal de Richelieu, le duc de Montmorenci, l'un des seigneurs les plus illustres de la cour de Louis XIII, embrassa , dans un moment d'erreur, les intérêts de Gaston, duc d'Orléans, frère du Roi : après avoir fait des prodiges de valeur, la fortune trahit son courage ; succombant sous les blessures qu'il avait reçues en combattant pour la cause d'un prince ingrat et rebelle, il fut pris les armes à la main. On lui fit son procès ; il fut condamné et exécuté à Toulouse.

Quelques années après l'exécution du duc de Montmorenci, sa veuve obtint d'Anne d'Autriche l'autorisation de faire élever un tombeau aux mânes de son époux. Sa mort avait en quelque sorle effacé son crime; lorsqu'il eut payé de sa vie le funeste égarement qui le conduisit à l'échafaud, on oublia qu'il avait été un instant coupable; sa mémoire ne fut point flétrie, et l'histoire a précieusement conservé le souvenir de ses grandes qnalités et de son courage.

Comme le duc de Monimorenci, le maréchal

Ney, dont les exploits ne doivent redouter aucune comparaison , s'est trouvé entraîné dans l'abîme par

la fatalité des circonstances; comme le duc de Montmorenci, il avait acquis et mérité une grande renommée ; jusqu'au moment où il tourna ses armes contre son Roi, sa loyauté avait égalé så valeur. Pourquoi l'histoire serait-elle plus sévère pour lui qu'elle ne l'a été pour le duc de Montmorenci? S'il est affligeant de porter ses regards sur l'altentat reproché au maréchal Ney , il est consolant de penser que son nom ne sera point én horreur à la postérité, et qu’un moment d'oubli n'effacera pas dans l'avenir une longue carrière illustrée

par

d'éminens services et de nombreux exploils.

C'est le 21 novembre 1815 que le maréchal Ney a comparu devant la chambre des pairs, réunie au palais du Luxembourg. Pour celle cause célèbre, la chambre des pairs avait été convertie en cour

de justice. Dès le matin, les tribunes disposées pour le public étaient remplies de personnages de distinction, étrangers et français, qui, admis

pour la première fois dans cette enceinte, y avaient porté la décence et le respect que commandaient à la fois et l'auguste tribunal et l'illustre accusé.

Les portes intérieures du palais étaient confiécs

à la garde nationale de Paris. Le maréchal, transféré de la Conciergerie, à deux heures du matin dans une des pièces alterant à la grand'salle, attendait dans un profond recueillement le moment où il paraîtrait devant ses juges, naguère ses égaux et ses collègues.

A dix heures et demie, M. le chancelier, président, est entré; le public s'est tenu debout jusqu'au moment où les pairs ont eu pris leurs places , et l'audience a été ouverte.

M. le chancelier, président, a dit : « Messieurs, le maréchal Ney, accusé de haute trahison et d'attentat contre la sûreté de l'état, va être amené devant la chambre des pairs : je fais observer au public, pour la première fois témoin de nos séances, qu'il ne doit se permettre aucun signe d'approbation ou d'improbation. Les témoins doivent être écoutés ; les réponses de l'accusé religieusement entendues. J'ordonne à la force publique d'arrêter quiconque violerait le silence qui doit être observé dans cette enceinte, quiconque s'écarterait du respect dû à celle auguste assemblée, et des égards que réclame le malheur. »

Les témoins ont été immédiatement introduits. · Le maréchal Ney est ensuite entré dans la salle , conduit par quatre grenadiers royaux. Il était vêtu d'un simple habit d'uniforme, sans broderie, por

[ocr errors]

tant les épaulettes de maréchal, et la grande décoration de la légion d'honneur. — Après avoir salué l'assemblée, il s'est assis entre ses deux défenseurs, M.. Berryer et Me. Dupin, qui étaient allés au-devant de lui.

Le greffier a fait l'appel nominal des pairs.

Cet appel terminé, M. le président a demandé au maréchal quels étaient ses noms, prénoms, âge, lieu de naissance , domicile et qualités.

Le maréchal, d'une voix calme et assurée, a répondu': Je me nomme Michel Ney; je suis né à Sar - Louis, le 17 février 1769; mes qualités sont: maréchal de France, duc d'Elchingen, prince de la Moscowa, pair de France; le titre de mes ordres , chevalier de Saint-Louis, grand cordon de la légion d'honneur, officier de la couronne de fer, grandcroix de l'ordre du Christ.

M. le président a invité l'accusé à prêter à ce qui allait être lu la plus grande attention ; il a ajouté : Je recommande à vos défenseurs d'observer la plus grande modération dans les débats; je les invite à ne parler ni contre leur conscience, ni contre l'honneur, et à se renfermer dans tout le respecť qui est dû aux lois.

Le greffier a ensuite donné lecture des pièces de la procédure dans l'ordre suivant :

[ocr errors]

L'ordonnance du Roi du 11 novembre (Voyez cette ordonnance, page 216 du 1er.vol.).

La seconde ordonnance du lendemain 12 (Voyez page 218 du 1er. vol.).

L'acte d'accusation, conçu en ces termes :

www

Acte d'accusation contre le maréchal Ney, duc

d'Elchingen, prince de la Moscowa, ex-pair de France.

a Les commissaires du Roi chargés, par ordonnances de Sa Majesté des 11 ct 12 de ce mois, de soutenir devant la chambre des pairs l'accusation de haute-trahison et d'attentat contre la sûreté de l'Etat, intentée au maréchal Ney, et sa discussion;

» Déclarent que des pièces et de l'instruction qui leur ont été communiquées par șuils de l'ordonnance qu'a rendue , en date du 15 du présent, M. le baron Séguier , pair de France, conseiller J'état, premier président de la cour royale de Paris, commissaire délégué par M. le chancelier, président de la chambre, pour faire ladite instruction, résultent les faits suiyans :

» En apprenant le débarquement effectué à Cannes , le jer. mars dernier, par Buonaparte, à la tête d'une bande de brigands de plusieurs nations, il paraît que le maréchal Soult, alors ministre

[ocr errors]
« PreviousContinue »