Page images
PDF
EPUB

de Paris, en & des

ce qui Maîtres

des Postes.

Les gages des Tresoriers de France Augmenn'étoient en 1688. que de 1014919 gages des livres. En 1707. ils ont été de de France. 1467200 livres : partant augmentation de 452381 livres.

La dépensé du Parlement de Paris, pense da & des Maîtres des postes , montoit Parlement en 1688. à 051715 livres ; 1707.. à 740857 livres : fait une augmentation de 89142 livres. Les gages

des Receveurs Generaux Des gages montoient en 1688. à 336050 li- des Recevres ; & en 1707. à 341799 livres. neraux, On ne sait pas d'autres raisons de cette augmentation, qui n'est que de 5749 livres, que la création d'un Rea ceveur General pour la Generalité de 12 Rochelle.

Les épices de la Chambre des Des épia Comptes étoient en 1688. de 24014 ces de la livres. En 1707: elles ont été de descompg 30330 livres ; mais ces épices se rè- tes, glent sur le plus ou le moins de recette: : Cette augmentation de 63 16 liyres ne doit pas paroître extraordinaire. Tom. II.

LE

Om

[ocr errors]

Renar

que sur un

[ocr errors]

On trouve un article de 46133 liarticle des vres sur la dépense de la Generalité départes de Paris, pour gages de l'Office de neralité Directeur des vivres , fourages , lits de Paris. des hopitaux , des armées , & garni

fons , levés par le Sr. Millien , qui étoit Tresorier des parties cafuelles & l'on aprend qu'on lui a fuspendu le payement de cette fomme , parce qu'il n'a point rendu le compte des parties casuelles. Si l'on avoit employé ces deniers, ce qu'on ne croit pas , à l'achat de cet Office, il s'enfuivroit

que

le Roi payeroit les gages d'un Office dont le fonds lui apartiendroit, & qu'on l'auroit obligé à faire des emprunts, pendant que l'on jouissoit de ses deniers : co qui me

rite d'être examiné. Augmen En 1688. les gages des Maré. gages des chaussées ne montoient qu'à 606299

livres. En 1707. ils ont monté à 664097 livres : partant augmentation de 57798 livres.

En 1688. les gages des Officiers Elecwions, des Elections étoient de 868850 livres ; & en 1707; ils se trouvent

de

tation des

Maréchauffées.

Des Officiers des

de 1516795 livres. Ainsi augmenta-
tion de 647945 livres.
En 1688. les gages des Officiers De ceux

, des Baillages & Presidiaux n'étoient des Baila

liages. que de 257050 livres ; & en 1707. ils ont été de 380453 livres : partant augmentation de 123403 li

vres.

vres.

[ocr errors]

Les gages des Maires de ville n'é- De ceux toient en 1688. que de 28351 li- des Mais vres ; & en 1707. de 331421 livres : villes. partant augmentation de 303070 li

Il s'ensuit de ce décail, que les dé- Conclu penses allignées sur la Taille , n'ont détail. monté en 1688. qu'à 755767! lic vres ; que celles de 1707. ont été portées à 13217582 liyres , fols. Partant ces mêmes dépenses ont été augmentées de 5659911 livres : ce qui provient de la création de plusieurs nouveaux Offices , & d'alienas, tions des droits. Mais si cette augmentation a été alienée au denier 20 , elle aura produit de capital 113198220 livres ; & en ce cas ces aquereurs sont en droit d'en jouir

comd

[ocr errors]

Lze

1

comme d'une constitution ordinaire. Mais il est à prefumer qu'elle a été alienée aụ denier 10 , puisque cela a passé par les mains des Traitans. Ainfi elle n'aura produit que 56599110 livres ; & fur cette somme le Roi diant accordé au Traitant remise du fixieme , qui monte à 9433185 li vres , il n'aura été porté au Trefor Royal que 47165925 livres. Mais les Traitans ont encore reçu des aquereurs les deux fols pour livre du prix de l'acquisition montant sur le pied de la vente au denier 10, à $659911 livres : fi bien que le Public a payé 62259021 livres fans les frais; & le Roi n'aïant reçu que les 47000000 de livres marquées cideffus il s'ensuit que les Traitans ont profité de 15093096 livres.

Outre la Taille , & ce qui en déjointes à la pend, on lève au delà plus que les

deux tiers du capital pour l'ustencile , les fourages , les droits de quitance, les gages des Greffiers des rôles, des Tailles & les gages des Sindics des paroisses : de forte que les

levées

[ocr errors]

Montant des levées

Taille.

levées, jointes à la Taille, ont monté en 1708. à plus de 60000000 de livres ; & fi l'on a imposé par toutes les Elections comme en celles de Limoge, le produit des Offices de Langayeurs de porcs , de Courtiers de vin , d'Inspecteurs de bâtimens, cela a beaucoup augmenté la charge & le poids du Public, cette seule Election aïant été taxée pour cela en 1708. d

21274 livres.

L'on ne fait pas si les Receveurs Interêt des traités ont aquis les augmenta- rant autions de taxations, sur le pied de la quel font seule Taille ordinaire ; mais s'ils payés les jouissent de ces taxations sur ce qui veurs des i se recueille au delà de ce qu'on apelle Taille ordinaire , sans nouvelle finance, l'on croit que leur interêt se paye plutôt au denier s qu'au denier 10; c'est à dire qu'ils retirent 1000 livres par an , pour cinq mille livres qu'ils ont payées ; & fi cela est, on peut juger combien il est difficile que

la recette fournifle à la dépense. Ajoutez à cela ce qui est imposé Autre in

justice des pour

L 3

« PreviousContinue »