Annales de la Société d'émulation du département des Vosges, Volume 12

Front Cover
C. Huguenin, 1865 - Vosges (France)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 267 - Les puissances alliées ayant proclamé que l'empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l'empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, même celui de la vie, qu'il ne soit prêt à faire à l'intérêt de la France.
Page 9 - Par arrêté du 5 janvier courant, j'ai décidé que la distribution des récompenses accordées aux sociétés savantes à la suite du concours de 1865 aurait lieu à la Sorbonne, le samedi 7 avril 1866, à midi.
Page 56 - Rapport fait à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, au nom de la commission des antiquités de la France; par M. Lenormant. Lu dans la séance publique annuelle du 16 août 1850. Imp. de F. Didot, à Paris. 1850. In-4° de 4 f.
Page 147 - ... lui, pour sa part, des talons* de chameau , des crêtes arrachées à des coqs vivants, des tétines et des vulves...
Page 308 - Loys, par la grâce de Dieu , roy de France. A tous ceux qui ces présentes lettres verront , salut. Comme...
Page 153 - Le vin coulait dans de belles coupes pour le convive à qui nul vœu ne l'interdisait; il y avait comme une ombre des soupers d'Horace ou de Tibulle dans l'élégance de ce repas offert à un...
Page 135 - Rien de plus aimable que le ventre. Le ventre, c'est ton père ; le ventre, c'est ta mère. Vertus, ambassades, commandements, vaine gloire et vain bruit du pays des songes! La mort te glacera au jour marqué par les dieux, et que te restera-t-il? ce que tu auras bu et mangé, rien de plus. Le reste est poussière, poussière de Périclès, de Codrus ou de...
Page 157 - Il fallait avoir faim , être gaies , et manger avec appétit et de bonne grâce, autrement il ne le trouvait pas bon, et le montrait même aigrement. On...
Page 277 - Decernimus ergo ut nulli omnino hominum liceat prefatam ecclesiam temere perturbare, aut ejus possessiones auferre , vel ablatas retinere , minuere , aut aliquibus vexationibus fatigare, sed omnia intégra conserventur eorum pro quorum gubernatione et sustentatione concessa sunt , usibus omnimodis profutura , salva sedis apostolice auctoritate et dioccsanoi-um episcoporum canonica justitia.
Page 35 - Rentrée solennelle des facultés de droit, des sciences, des lettres, et de l'École de médecine et de pharmacie de Nancy, le 16 novembre 1867.

Bibliographic information