Page images
PDF
EPUB

venus, comme les ordures Non ut confúndam vos, hac fcribo, fed ut filios meos cariffimos móneo, in Chrifto Jefu Dómino noftro.

du monde, comme les baliures qui font rejetées de tous. Je ne vous écris pas ceci pour vous caufer de la honte: mais je vous avertis de votre devoir, comme mes très-chers enfans, en Jesus-Chrift notre Seigneur,

GRADUEL. Ps. 36. & III.

La bouche du jufte tien- Os jufti meditábitur dra des difcours fages, fapientiam, & lingua & fa langue proférera des ejus loquétur judiparoles pleines d'équité, cium. . Lex Dei ejus 7. La loi de fon Dieu fera in corde ipsius, & non gravée dans fon coeur, & fupplantabúntur grefles pas ne feront point fus ejus. chancelans.

Alleluia, alleluia.

V. Heureux celui qui craint le Seigneur : il met toute la joie à obferver fes commandemens, Alleluia,

Après la Septuagefime, au lieu d'Alleluia, du Verfet précédent, on dit le Trait qui fuit.

TRAIT. Pf. 111.

Alleluia, allelúia.

. Beátus vir, qui timet Dóminum : in mandátis ejus cupit nimis. Allelúia.

Heureux l'homme qui Beátus vir, qui ticraint le Seigneur: il met toute la joie à observer ses commandemens.

met Dóminum: in mandátis ejus cupit ni

V. Sa pofterité fera puiffante fur la terre: la race du jufte fera benie,

V. La gloire & les richelfes font dans fa maison: & fa justice demeure éternellement.

mis.

:

v. Potens in terra erit femen ejus generátio rectórum benedicétur. V. Glória & divitia in domo ejus : & juftitia ejus manet in feculum feculi.

[ocr errors]

V. Beátus vir, qui

timet Dóminum

Au tems de Pâque, au lieu du Graduel, on dis:
Alleluia, allelúia. Alleluia, Alleluia.
V. Heureux celui qui
craint le Seigneur : il met
toute la joie à observer ses
commandemens,
Alleluia.

in

mandátis ejus cupit

nimis.

Allelúia.

V. Juftus germinábit ficut lilium & florébit in atérnum ante Dóminum. Allelúia.

:

V. Le Jufte germera comme le lis il fleurira éternelement devant le Seigneur, Alleluia.

Suite du S, Evangile felon S. Luc. 12. 32.

1 N illo tempore, Dixit Fefus difcipulis fuis: Nolite timere pusillus grex, quia complácuit Patri vefiro dire vobis regnum. Véndite qua poffidétis, date eleemosynam.Fácite vobis fácculos, qui non veteráfcunt, theJáurum non deficién tem in cœlis: quò fur non apprópiat, neque tinea corrumpit. Ubi enim thefaurus vefter eft, ibi cor veftrum erit.

E

Nce tems-là, Jefus dit à fes difciples: Ne craignez point, petit troupeau, car il a plu à votre Pere de vous donner fon royaume. Vendez ce que vous avez, & le donnez en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s'ufent point par le tems: amaffez dans le ciel un trefor qui ne périffe jamais; d'où les voleurs n'aprochent point, & que les vers ne peuvent corompre. Car où est votre trefor, là fera auffi votre cœur.

OFERTOIRE. P. 20.
In virtúte tua, Dó..
mine, latábitur juftus;
&fuper falutare tuum
exultábit veheménter:
defiderium anima ejus
tribuifti ei.

Le jufte metra toute fa confiance dans votre force, Seigneur ; & le falut qu'il atend de vous fera tout l'ob jet de la joie & de ses espérances vous avez rempli les defirs de fon cœur.

SECRET E.

ô

Fites, s'il vous plaît, & Rafta nobis, qua

P

Dieu toutpuiffant, que cette ofrande qui vous eft oferte en l'honeur de vos faints, vous foit agréable, & qu'elle nous done la pureté de l'efprit & du corps; Par N. S.

fumus omnipotens Deus, ut noftra humilitátis oblá:io, & pro tuórum tibi grata fit honóre fanctorum, & nos córpore páriter & mente purificet; Per. Math. 19.

COMMUNION.

Oui je vous le dis, vous qui avez tout abandoné pour me fuivre, vous recevrez le centuple de, ce que vous avez quité,& vous poffederez la vie éternele,

Amen dico vobis, quòd vos qui reliquifis omnia, & fecúti eftis me, céntuplum accipié tis, & vitam atérnam poffidébitis.

POSTCOMMUNION,

Dreu

QVask

Ieu toutpuiffant, nous Vafumus, omnipo vous demandons par tens Deus, ut qui l'interceffion du bienheu- cœleftia aliménta per-reux N. votre confeffeur, cépimus, intercedente que nous foyons fortifiés beáto N. confeffore tuo, contre toutes fortes d'ad per hac contra ómnia verfitez par la vertu des ali- advérfa_muniámur ; mens celeftes que nous ve- Per Dóminum noftrum. nons de recevoir; Par N.S.

Autre Epitre & Evangile pour un Confesseur
non Pontife.

Lecture de l'Epitre de S. Paul aux Philip. 3.7. M Es freres, ce que je F Ratres, Qua mins confiderois autrefois fuérunt lucra, bac comme un gain & un a- arbitrátus fum propter vantage, m'a paru depuis, Chriftum, detriménta, en regardant fefus-Chrift, Verumtamen exiftimo an delavantage & une per- ómnia detrimentum ef

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

fe,propter eminentem te. Je dis plus : Tout me
fcientiam Jefu Chrifti femble une perte au prix
Dómini mei propter de cette haute conoiffance
quem ómnia detrimén- de Jefus-Christ mon Sei-
um feci, & árbitror gneur, pour l'amour du
ut ftercora,ut Chriftum quel je me fuis privé de
lucrifáciam, & inve- toutes chofes, les regardant
mar in illo, non habens comme des ordures, afin
meam juftitiam, que que je gagne Jesus-Chrift;
ex lege eft, fed illam, que je fois trouvé en lui,
qua ex fide eft Chrifti fe- n'ayant point une juftice
fu,qua ex Deo eftjuftitia qui me foit propre, & qui
in fide, ad cognofcén- me foit venue de la loi,
dum illum, & virtú- mais ayant celle qui naît de
tem refurrectionis ejus, la foi en Jefus-Chrift,cette
focietatem paffio- juftice qui vient de Dieu
num illius: configurá- par la foi; & que je con-
tus morti ejus fi quo noifle Jefus-Chrift, avec la
modo occurram ad re- vertu de fa résurrection, &
furrectionem, qua eft la participation de fes fou-
ex mértuis non quòd frances, étant rendu con-
jam accéperim, aut forme à la mort; pour tâ-
jam perfectus fim: fe- cher enfin de parvenir à la
quor autem fi quomodo bienheureuse réfurrection
comprehendam in quo des morts. Ce n'eft pas que
comprehenfus fum à j'aie déja reçu ce que j'elpere,
Chrifto Fefu.
ou que je fois déja parfait;
mais je pourfuis ma course pour tâcher d'ateindre
où le Seigneur Jefus - Chrift m'a destiné en me
prenant,

:

Suite du faint Evangile felon faint Luc. 19. 12,

IN illo témpore, Dixit Efes difciples cette pa

N ce Jefus dir

>

difcipulis fuis parábolam hanc: Ho mo quidam nobilis ábuit in regiónem longinquam accipere fibi re

rabole: Il y avoit un homme de grande naiffance,qui s'en aloit dans un pays fort éloigné pour y prendre pof

mna

feffion d'un royaume,& s'en gnum, & revérti. Vorevenir enfuite: & apelant cátis autem decem ferdix de fes ferviteurs, il leur vs fuis dedit eis decem dona dix mines d'argent, mnas, & ait ad illos: & leur dit : Faites profiter Negoziámi dum vécet argent jufqu'à ce que je nic. Cives autem ejus revienne,Mais comme ceux óderant eum: & miféde fon pays le haiffoient, runt legationem poft ilils envoyerent après lui des lam, dicéntes: Nóludéputés pour faire cette mus hunc regnáre fuper proteftation :Nous ne vou- nos. Et factum eft ut lons point que celui-ci foit rediret, accépto regno: notre roi. Etant donc reve. & juffit vocári fervos, nu, après avoir pris poffef- quibus dedit pecuniam, fion de fon royaume, il ut fciret quantùm quifcommanda qu'on lui fit que negotiátus effet.Ve venir fes ferviteurs, auf- nit autem primus, diquels il avoit doné fon ar- cens: Dómine, gent, pour favoir combien tua decemmnas acquichacun l'avoit fait profiter, sivit. Et ait illi: Euge Le premier étant venu, lui bone ferve, quia in mo dit: Seigneur, votre mine dico fuifti fidélis, eris d'argent vous en a aquis dix poteftatem habens fuper autres. Il lui répondit: O decem civitátes. Et albon ferviteur, parceque ter venit, dicens : Dóvous avez été fidele en ce mine, mna tua fecit peu que je vous avois con- quinque mnas. Et huic fié, vous commanderez ait: Et tu efto fuper far dix villes. Le fecond quinque civitátes. Et étant venu, lui dit Sei- alter venit, dicens: Dóvotre mine vous en mine, ecce mna tua, gneur, a aquis cinq autres. Son maître lui dit: Je veux auffi que vous commandiez à cinq villes. Il en vint un troifiéme, qui lui dit: Seigneur, voici votre mine, que j'ai tenue envelopée

:

quam habui refófitam in fudário: timui enim te, quia homo auftérus es: tollis quod non pofuifti, & metis qued non femináfti. Dicit ei: De ore tuo te júdico,

« PreviousContinue »