Page images
PDF
EPUB

Sacrifice. Quoi qu'il en soit , on doit toujours le retenir , & se conformer à la discipline.

Après la Communion, le Prêtre prie en secret en faisant l’Ablution , & dir:

Faites, Seigneur, que nous recevions avec un caur pur, ce que nous avons pris par la bouche, & que d'un présent temporel il devienne pour nous un remède éternel,

Que votre Corps que j'ai reçu, ô Seigneur, & que votre Sang que j'ai bu, s'attachentà mes entrailles : & faites par votre sainte grâce, qu'il ne demeure aucune tache de péché en moi , qui ai été nourri par des Sacremens fi purs & fi saints. Vous qui vivez & régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Il passe ensuite successivement à l'action de grâce, tant en son nom qu'en celui du peuple; elle est exprimée par une Antienne que le cheur chantoit anciennement pendant la Communion; voici celle du Dimanche que nous avons choisi; c'est le Seigneur qui parle dans l'Evangile :

En vérité je vous dis que tout ce que vous demanderez à Dieu ( de spirituel) dans la prière, croyez que vous le recevrez.

Se retournant ensuite au milieu de l'Autel , en face du peuple , il le falue, disant:

Le Seigneur soit avec vous. (& le Clerc ar nom du peuple Et avec votre esprit.

De-là passant au côté de l'Epître , il fait la prière suivante :

Faites , Ô Dieu tout-puissant, que nous recevions l'effet du salut dont nous avons déjà reçu le gage dans ces mystères. Par N. S. &c.

Retournant après au milieu de l'Autel, il salue le peuple dans la manière accoutumée , & ajoute :

Allez , la Messe est dite. ( le Clerc répond.) Rendons grâces à Dieu. ( dans d'autre temps il dit ) Bénissons le Seigneur.(& le Clerc.) Qu'il soit loué.

Le Prêtre récite ensuite secretement l'Oraison suivante :

Recevez favorablement, ô Trinité sainte, ce culte de ma servitude, & ayez pour agréable le Sacrifice que j'ai offert aux yeux de votre divine Majesté, bien que j'en fufse indigae. Faites qu'il soit un Sacrifice de propitiacion pour moi & pour tous ceux pour qui je l'ai offert. Par Jesus-Christ notre Seigneur. Ainsi soit-il.

De-là, retourné vers le peuple il dit , en le bénissant de la main :

Que le Dieu tout-puissant , le Père, le Fils , & le S. Esprit vous bénille, ( le Clerc.) Ainsi Coit-il.

Le Prêtre passe ensuite du côté de l'Evangile , pour lire le morceau le plus important & le plus respectable de l'Evangile de S. Jean; il commence

par dire:

Que le Seigneur soit avec vous. ( le Clerc.) Et avec votre esprit. ( le Prétre.) Commencement de l'Evangile de S. Jean. ( le Clerc.) Gloire à vous & au Seigneur.

Après quoi il récite les paroles sui ;

vantes :

Au commencement étoit le Verbe, & le Verbe étoit en Dieu, & le Verbe étoit Dieu. Il étoit au commencement en Dieu. Toutes choses ont été faites par lui, & rien n'a été fair sans lui. Ce qui a éré fait, étoit vie en lui, & la vie étoit la lumière des hommes : & la lumière luir dans les ténèbres, & les ténèbres ne l'ont point comprise. Il y eut un homme envoyé de Dieu qui s'appeloic Jean. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière ; afin que tous crufsent par lui. Il n'étoit pas la lumière ; mais il étoit venu pour rendte témoignage à la lumière. La lumière véritable étoit celle qui éclaire tout homme venant en ce monde. Il étoit dans le monde : & le monde a écé fait par lui ; & le monde ne l'a point connu. Il est venu chez soi, & les liens ne l'ont pas reçu. Mais il a donné le pouvoir d'être faits enfans de Dieu à tous ceux qui l'ont reçu & qui croyent en son nom, qui ne sont pas nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme , mais de Dieu même. ET LE VERBE A ÉTÉ FAIT CHAIR : Et il a habité parmi nous: & nous avons vu sa gloire, sa gloire, dis-je, comme du Fils unique du Père, étant plein de grâce & de vérité. (le Clerc.) Rendons grâces à Dieu.

Ici finit la Sainte Mesle,

CHAPITRE XI X. Du fiuit qu'on doit retirer de la Melle

& de la Communion. Les personnes inftruites , & les Ecclésiastiques particulièrement, n'ont pas besoin d'instruction qui leur falle connoître toute l'importance de la sainte Messe; assez d'Ecrivains éclairés ont traité cette matière. Ce que je vais dire n'est destiné qu'aux personnes fimples, au peuple ignorant & groffier, à qui il est nécessaire de fournir des lumières sur un sujet aussi intéressant. Il feroit bien à fouhaiter qu'on répétât souvent dans les chaires

publiques de pareilles instructions • qu’on expliquât au peuple les grands secours

que

la dévotion & la piété reçoivent de la fainte Melle, & surtout qu'on lui fît bien sentir la part qu'a le simple fidèle avec le Prêtre au

« PreviousContinue »